De quoi notre coeur est-il plein ?
Dans le coeur de l'homme il y a un vide et ce vide a la forme de Dieu et seul Dieu peut le remplir, écrivait en substance Blaise Pascal, il ajoutait aussi que la nature a horreur du vide et qu'elle cherche à le remplir dès qu'il se creuse quelque part. La question qui se pose donc est: «De quoi notre coeur est-il plein ?» Jésus enseigne que «l'homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son coeur, et le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor; car c'est de l'abondance du coeur que la bouche parle.» Lu.6:45

Les hommes bons sont rares cependant, car Jésus affirme plus loin dans l'évangile:

«Jésus lui répondit: Pourquoi m'appelles-tu bon? Il n'y a de bon que Dieu seul.» Luc 18:19

Ce n'est pas nouveau, mille ans auparavant, Salomon avait fait le même constat:

«Ceci est un mal parmi tout ce qui se fait sous le soleil, c'est qu'il y a pour tous un même sort; aussi le coeur des fils de l'homme est-il plein de méchanceté, et la folie est dans leur coeur pendant leur vie; après quoi, ils vont chez les morts. Car, qui est excepté?» Ecclésiaste 9:3

Jésus décrit en quoi consiste la méchanceté du coeur de l'homme:

«Mais ce qui sort de la bouche vient du coeur, et c'est ce qui souille l'homme. Car c'est du coeur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les débauches, les vols, les faux témoignages, les calomnies. Voilà les choses qui souillent l'homme; mais manger sans s'être lavé les mains, cela ne souille point l'homme.» Matthieu 15:18-20

La bonne nouvelle maintenant c'est que Dieu a le pouvoir de rendre le coeur de l'homme bon en le vidant de ses souillures et le remplissant de son Saint-Esprit. Mais cette plénitude doit être entretenue par la prière, Actes 4:30-31, la louange, Ephésiens 5:18, et la méditation des Écritures, Colossiens 3:16. Quand la plénitude du Saint-Esprit dans le coeur n'y est plus, le fruit de l'Esprit s'estompe, la joie peut être remplacée par la tristesse, Jean 16:6,  ou encore Satan peut venir remplir notre coeur de péché, comme il l'avait fait avec Ananias et Saphira, Actes 5:3.

Les fleuves d'eaux vives célestes ne tarissent jamais, s'ils ne coulent plus en nous, c'est que nous avons permis au péché de l'endiguer. Il y a de l'espoir cependant, la confession, la repentance rétabliront le courant à nouveau et la plénitude reviendra s'installer par la prière, la louange et la méditation des Écritures.

C'est ainsi que nous serons des hommes bons tirant de bonnes choses du bon trésor de notre coeur, à la gloire de Dieu le Père et de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.

- Le webmestre









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Depuis le 26 décembre 2009, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes dimanche 28 mai 2017