L'amour et la colère de Dieu


1Jn.4:8 Dieu est amour.

Ps.136 Sa bonté dure à toujours.

Ro.5:8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.

Ep.2:4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, 5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ c'est par grâce que vous êtes sauvés); 6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ,

Jn.3:16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

1Jn.3:1 Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! Et nous le sommes.

Il est évident que l'amour et la bonté de Dieu sont des thèmes persistents dans la Bible.

La doctrine de l'amour de Dieu est loin d'être simple. Elle soulève une foule de difficultés philosophiques et théologiques. Par exemple, quelques-unes des questions parmi les plus évidentes sont: Si Dieu aime tant le monde, pourquoi envoie-t-il des gens en enfer ? Pourquoi permet-il le péché, la souffrance, la douleur et la tristesse ? Comment se fait-il que dans un univers dessiné par un Dieu vraiment aimant se retrouvent des holocaustes, des désastres naturels et d'autres formes de destruction massive ? Pourquoi Dieu a-t-il permet à la race humaine de plonger dans le péché en premier lieu ?

Honnêtement, nous devons reconnaître la difficulté de questions comme celles-ci. Nous nous sommes tous posés ces questions. Plusieurs d'entre nous ont été mis au défi par des sceptiques de donner des réponses satisfaisantes à de telles questions. Si nous sommes honnêtes, nous devons admettre que les réponses ne sont pas faciles. Dieu lui-même n'a pas semblé trouver à propos de révéler des réponses complètes à certaines de ces questions. Au lieu, il s'est révélé lui-même comme était aimant, très sage, parfaitement juste et suprêmement bon - et il nous demande simplement de lui faire confiance.

Cela devient plus facile à mesure que nous comprenons ce que les Écritures nous enseigne sur l'amour de Dieu. Nous devons aussi prendre note que plusieurs des pires corruptions de la vérité chrétienne sont basées sur la notion que Dieu peut être compris seulement dans les termes de son amour. Ceux qui soutiennent une telle perspective refusent souvent de reconnaître la colère de Dieu envers le péché, parce qu'ils croient que Dieu ne peut être à la fois aimant et en colère contre les pécheurs. D'autres, peut-être avec l'intention de dissocier Dieu des tragédies et terreurs de l'expérience humaine, raisonnent que si Dieu est vraiment amour, alors il ne peut être omnipotent ; autrement, il mettrait un frein à toute cette souffrance.

D'un autre côté, certains chrétiens bien-intentionnés, soucieux de garder une doctrine pure, font tellement atention de ne pas trop mettre l'emphase sur l'amour de Dieu, qu'ils ont peur d'en parler. Notre culture, après tout, est en amour avec le péché et l'amour de soi, et est complètement immunisée à la colère de Dieu contre le péché. N'est-ce pas contre-productif de prêcher l'amour de Dieu au milieu d'une telle société impie ? Parmi ceux qui pensent ainsi, certains tendent à voir tout ce qui arrive de mauvais comme étant un jugement venant directement de la part d'un Dieu sévère.

La solution est, bien entendu, de tenir compte de toutes les données bibliques. L'amour de Dieu et sa sainteté doivent être comprises à la lumière de sa colère contre le péché.

Aujourd'hui, presque tous ceux qui croient en Dieu, croient qu'il est un Dieu d'amour. Il y a même des agnostiques qui sont certains que si Dieu existe il doit être bon, plein de compassion et d'amour.

Tout cela est vrai bien sûr, mais pas de la manière que pensent la plupart des gens. À cause de l'influence de la théologie libérale moderne, plusieurs supposent que l'amour et la bonté de Dieu vont finir par annuler sa justice et sa sainte colère. Ils perçoivent Dieu comme un gentil grand-papa céleste, tolérant, affable, permissif, dénué de réel dédain du péché, qui, sans considération pour sa sainteté, va passer d'une manière bénigne par-dessus le péché et accepter les gens comme ils sont.

Dans les générations précédentes, ce fut souvent le contraire. Les gens avaient tendance à percevoir Dieu comme un être austère, exigeant et cruel, même abusif. Ils mettaient l'emphase tellement sur le jugement de Dieu qu'ils ignoraient virtuellement son amour.

L'amour de Dieu et l'Église contemporaine

Nous avons perdu la réalité du jugement de Dieu. Nous avons passé par-dessus sa haine envers le péché. Le Dieu décrit par la plupart des évangéliques de nos jours est tout-amour et pas du tout fâché. Nous avons oublié que «C'est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant.» Hé.10:31 Nous ne croyons plus en ce genre de Dieu maintenant.

Ironiquement, cette emphase exagérée sur la bonté divine oeuvre en fait contre une compréhension saine de l'amour de Dieu. Certains théologiens sont tellement accrochés à cette perception que Dieu est tout amour, que quand les choses se mettent à aller mal, ils prennent cela comme une évidence que Dieu ne peut pas vraiment tout contrôler. Ils croient que si Dieu est vraiment amour, il ne peut être pleinement souverain. Cette vision tourne Dieu en une victime du mal.

Des multitudes ont embrassé cette désastreuse idée que Dieu est impotent face au mal. Ils le croient gentil mais faible ou simplement désintéressé de la méchanceté humaine. Il n'est pas surprenant que les gens avec un tel concept de Dieu défient sa sainteté, prennent son amour pour acquis, et ambitionnent sur sa grâce et sa miséricorde. Certainement, il n'y a personne qui craindrait une divinité de ce genre.

Cependant, les Écritures nous répètent que la crainte de Dieu est la fondation de la vraie sagesse, Job 28:28, Ps.111:10, Pr.1:7, Mi.6:9. Les gens essaient souvent d'expliquer le sens de ces passages en disant que la «crainte» est un sentiment dévot de révérence. La crainte de Dieu inclut certainement la révérence mais cela n'exclut pas la terreur sainte, littérale.

Es.8:13 C'est l'Eternel des armées que vous devez sanctifier, c'est lui que vous devez craindre et redouter.

Nous devons ressaisir un peu de la sainte terreur qui vient avec une juste compréhension de la colère de Dieu qui brûle envers les pécheurs impétinents.

Ps.38:1 Eternel! ne me punis pas dans ta colère, et ne me châtie pas dans ta fureur. 2 Car tes flèches m'ont atteint, et ta main s'est appesantie sur moi. 3 Il n'y a rien de sain dans ma chair à cause de ta colère, il n'y a plus de vigueur dans mes os à cause de mon péché.

Cette réalité est la chose même qui rend son amour si étonnant. Nous devons, par conséquent, proclamer ces vérités avec la même conviction et ferveur que nous employons quand nous parlons de l'amour de Dieu. C'est seulement sur la toile de la colère divine que la pleine signification de l'amour de Dieu peut vraiment être comprise. C'est précisément le message de la croix de Jésus-Christ. Après tout, ce fut sur la croix que l'amour de Dieu et sa colère ont convergé dans toute sa plénitude majestueuse.

Seulement ceux qui se voient eux-mêmes comme pécheurs entre les mains d'un Dieu en colère peuvent apprécier la magnitude et l'étonnement de son amour.

- John MacArthur








Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner




Nous sommes lundi 16 janvier 2017