Blessures causées par l'avortement
De nombreuses recherches cherchent à déterminer le degré de conscience des bébés lorsqu'ils viennent au monde. Que savent-ils au moment de leur naissance ? Comment organisent-ils et intègrent-ils cette connaissance dans les premières années de leur vie ?

Même s'il n'existe pas de réponse définitive, il semble que bébé en sait beaucoup plus qu'on ne le croit communément. il voit, il entend, il comprend. Il est génétiquement programmé se lier d'amitié avec tout adulte qui prendra soin de lui.

Longtemps avant de s'exprimer par la parole, le nouveau-né pense, apprend et mémorise. L'intellect est à l'oeuvre bien avant l'apprentissage du langage. La perception, le classement en catégories ne sont pas dépendants du langage. Avant la Parole, l'enfant dispose des formes, des couleurs, des odeurs et de tout un système de relations à autrui. Jusqu'où peut-on repousser les frontières de la mémoire ? un article du Times sur le sujet affirmait qu'il était possible de remonter au-delà de la naissance. Le Dr Thomas Verny, neurologue et psychiatre canadien, défend la thèse d'une mémoire prénatale.

Dans une étude sérieuse, portant sur 2000 femmes, le Dr. Monika Lukesch de l'université de Francfort montre la relation qui existe entre l'attitude de la mère à l'égard de son bébé pendant la grossesse et la façon qu'il se présente à la naissance.

La qualité des relations conjugales semble jouer également un rôle décisif sur la vie de l'enfant à naître.

Le Dr. Rottmann de l'université de Salzbourg en arrive aix mêmes conclusions: il démontre que le foetus est capable d'une diversification très subtile d'émotions.

La Bible nous donne l'exemple de marie qui, enceinte, se rend auprès de sa cousine Élisabeth.

- David Seamands «La guérison des souvenirs»


Mon péché, ton péché

Néhémie et Esdras étaient des hommes justes. Vous pouvez être une personne juste qui n'est pas impliquée de manière directe avec les vices présent dans cette nation. Mais aucune tentation n'est pas commune à l'humanité 1Co.10:13. Nous pouvons tous nous identifier avec les racines de chaque péché Ro.3:23.

Prenez, par exemple, le sang innocent répandu dans l'acte de l'avortement. Vous pouvez n'avoir jamais participer à un avortement, nous nous sommes tous coupables des péchés à la racine qui ont donné place à une telle activité. Je peux penser à 5 racines communes qui conduisent à l'avortement: la convoitise, l'amour du confort, l'amour de l'argent, le rejet et l'incrédulité.

- La convoitise, parce qu'elle est souvent le contexte pour la conception irresponsable.
- L'amour du confort, parce que la décision d'avorter est souvent faite pour éviter l'inconfort de la grossesse.
- L'amour de l'argent, à cause du choix d'éviter le sacrifice financier même au prix d'une vie humaine.
- Le rejet, à cause de sa peur du rejet par la société ou son ami de coeur, la solution d'une femme est en fait de rejeter l'enfant qui se trouve dans son sein.
- L'incrédulité, parce que nous mettons de côté l'existence d'un Dieu juste qui va sûrement honoré une décision difficile mais juste. La voix de l'incrédule conclut: «Si j'ai ce bébé, cela va ruiner toute ma vie!»

Voici les luttes communes à nous tous et elles illustrent, par conséquent, le besoin d'une identification honnête avec les péchés de notre nation quand nous nous tenons sur la brèche, Ez.22:30 demandant la miséricorde de Dieu.

Conflit idéologique

Pr.1:20-21

L'humanité est déchue et a besoin de Dieu, mais relativement peu de personnes sont consciemment méchantes. La plupart des gens se voient eux-mêmes comme ayant au moins quelques vertus. De plus, la plupart des gens honorent certaines vertus qu'ils ne possèdent pas eux-mêmes.

Par exemple, l'affrontement au sujet de l'avortement. J'en suis venu à appeler ce conflit «la miséricorde et la justice versus la miséricorde et la justice.»

Les partisans des droits à l'avortement ne se voient certainement pas eux-mêmes comme étant méchants. Ils se voient eux-mêmes comme des humanistes compatissants concernés par la pauvre qualité de vie expérimentée par les enfants et les femmes rejetés. Cependant, quand un protestataire chrétien brandit une pancarte qui accuse les partisans des droits à l'avortement comme sanctionnant le meurtre, ce chrétien est en train d'affirmer une vérité morale. Le défi qui nous fait face c'est de communiquer la vérité sans juger l'individu; soutenir des standards sans prendre des patrons sataniques de condamnation et d'accusation.

Les gens en faveur de l'avortement vivent selon leur propre code moral. C'est un code dérivé d'une vision du monde mécanique, déterministe et athée, mais elle est néanmoins perçue comme étant empreinte d'amour et juste. Il est par conséquent impératif que vous et moi voyons et approuvions les qualités louables à l'intérieur de l'idéologie de nos opposants, pour dénoncer les faussetés et en même temps honorer les gens qui recherchent la justice et l'amour, pour «respecter ce qui est correct aux yeux de tous les hommes» Ro.12:17.

- John Dawson: «Guérison des blessures d'Amérique»:









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mercredi 18 janvier 2017