Décision historique sur la légalisation
de l'avortement aux États-Unis


Abraham Lincoln, pointant la Bible, a écrit: «tout ce qui est bon venant du Sauveur du monde est communiqué à travers ce Livre; sans ce Livre nous ne pourrions distinguer le bien du mal. Tout ce qui est désirable pour l'homme est contenu en lui.»

Aujourd'hui, par contraste, nous nous tournons vers la science médicale et la technologie. Les docteurs sont devenus les nouveaux grands prêtres de la culture Américaine, remplaçant les leaders spirituels du passé.

Quand la cour suprême a considéré la cause de Roe vs Wade en 1973 à propos du droit à l'avortement, sa décision a tourné presque exclusivement sur le témoignage de certains docteurs pour dire à la cour si les bébés dans le ventre de leur mère devaient être considérés comme des êtres humains. S'ils l'étaient, les foetus devaient se faire accorder les droits inaliénables que nous octroyons à tout être humain.

Sur ce point clef les docteurs ont vacillé. La possession d'une âme ne peut être prouvée puisqu'il n'y a aucune évidence physique pour montrer qu'un foetus a une âme ou qu'il a été créé à l'image de Dieu. (Cela ne peut être prouvé non plus, bien sûr, pour un être humain adulte).

Richard Neuhas écrit: «Pour la première fois... il fut explicitement affirmé qu'il était possible de s'adresser à ces questions de la plus haute importance sans se recommander à la tradition judéo-chrétienne... Pour la première fois dans la jurisprudence Américaine, la cour suprême a explicitement exclu la philosophie, les éthiques et la religion comme des facteurs dans sa délibération».

Parmi les membres de la cour suprême imbus de la nouvelle vision du monde, la question tournait autour du développement physique du foetus. La grossesse était divisée en trois trimestres, avec l'idée que le foetus ressemblait plus à un homme et était plus «viable» avec chaque mois qui passait. Parce que la cour avait approché cette question dans une direction physique plutôt que spirituelle, elle a décidé que la grossesse pouvait être légalement interrompue jusqu'au moment de la naissance (quoique l'interruption de la grossesse était découragée sous certaines circonstances dans le dernier trimestre). Les circonstances qui indiqueraient un avortement devaient être déterminées par les médecins.

Seulement à partir de la naissance, (aux yeux de la société), le foetus devient un être humain qui mérite notre protection. Les docteurs sont devenus de puissants courtiers détenant le pouvoir de vie et de mort auprès de millions d'Américains pas encore nés - une puissance que les docteurs se battaient pour avoir quand ils ont témoigné durant le procès de Roe vs Wade.

Citons David C. Reardon: «Ce que la cour a soutenu c'est que ce choix n'était pas inhérent à la femme, mais celui du médecin qui décidait librement de traiter sa patiente de quelque manière qu'il jugeait bonne. Seulement le docteur personnel de la femme, la cour a insisté, est qualifié pour déterminer ses «besoins de santé»... La cour a placé peu ou pas d'accent sur le choix de la femme, mais a insisté que la décision sans appel «est en soi, et primordialement, une décision médicale, et que la responsabilité de base doit demeurer avec le docteur.»

- Zeb Bradford Long et Douglas McMurry «Collapsing the brass heaven» traduit par Le webmestre










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mercredi 18 janvier 2017