iv>
 
   
 
La contraception
Je trouve que ça n'aurait pas de sens de limiter l'union physique dans le mariage au seul but de procréer, nous ne sommes pas des animaux mais nous portons l'image de Dieu. L'union physique du mariage est l'image de l'union spirituelle avec Jésus où l'on forme un seul esprit avec lui 1Co.6:17. C'est un puissant catalyseur d'amour et c'est voulu de Dieu.
Il y a des époques dans la vie où l'on n'a plus la santé ni la force pour avoir des enfants alors avec l'intelligence que Dieu nous a donnée on est en droit, à mon avis, de trouver des solutions temporaires ou permanentes stimulant le tissage des liens affectifs par l'union physique - ; ce n'est pas le seul moyen bien sûr de tisser des liens affectifs conjugaux ! ne me faites pas dire ce que je ne dis pas; pas radicalisation, svp :-)))
  • - Priver sa femme de relation sexuelle pendant sa période d'ovulation je trouve ça manquer de sensibilité à son égard, c'est le temps du mois où elle en a le plus le goût. C'est comme dire: attention de ne plus avoir faim, là tu pourras manger. Vraiment, cette méthode contraceptive me déplaît. D'ailleurs le cycle menstruel peut varier chez la femme, pour être vraiment sûr il faudrait attendre ses menstruations ! :-((((
  • - Se retirer avant l'éjaculation aussi me semble bien puéril, souvent un peu de liquide spermatique peut faire son chemin quand même et en plus d'avoir eu le plaisir écourté et le stress de l'incertitude si on s'est retiré assez vite, on se retrouve avec une grossesse. Bien des enfants indésirés sont venus au monde ainsi.
  • - Les condoms ce n'est guère mieux, ils peuvent débarquer ou se trouer et en plus, cela enlève de la sensibilité, je n'aimais pas ça du tout.
  • - La pilule c'est dangereux, ça te dérègle un cycle menstruel d'aplomb, les hormones sont chamboulées, il y a des risques de cancer plus élevés sans parler des effets secondaires comme des problèmes de peau.
  • - Les stérilets c'est un avortement tout comme pour la pilule du lendemain, ces 2 moyens sont à bannir pour un chrétien.
  • - Le diaphragme où les mousses ont des résultats très mitigés, même chose pour la méthode du thermomètre.
  • - Certains pratiquent le sexe anal, oral ou manuel comme moyen de contraception mais cela aussi apporte son lot d'inconvénients, sur le plan physique notamment; des champignons transmis par la salive, des irritations à l'anus.
  • - La vasectomie c'est ce qui est le plus efficace mais aussi le plus irréversible, on doit être sûr de notre coup. C'est préférable à la ligature des trompes qui est une opération plus compliquée pour la femme.


En fait, toutes les méthodes de contraception que je connais ont leurs désavantages... mais l'abstinence de relation sexuelle dans le mariage est aussi désavantageuse pour le couple qui s'expose à l'adultère:-(((

Comme je ne vois pas de solution idéale, c'est ainsi dans bien des domaines de ce bas-monde -  je pense que c'est très important que le couple se mette d'accord sur la marche à suivre et qu'ils soient en paix dans le Seigneur avec leur décision.

Le passage suivant a fait transpirer bien des théologies sans en arriver à un consensus sur le sens à donner à ces propos de l'apôtre Paul.

1Ti.2:13 Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite; 14 et ce n'est pas Adam qui a été séduit, c'est la femme qui, séduite, s'est rendue coupable de transgression. 15 Elle sera néanmoins sauvée en devenant mère, si elle persévère avec modestie dans la foi, dans la charité, et dans la sainteté.

Un frère iranien m'a rapporté qu'il «existe en Arménie des Assemblées chrétiennes pentecôtistes qui se basent sur ce passage pour s'opposer à toute tentative de contraception. Le résultat de cette croyance est que la plupart de leurs anciens ont plusieurs enfants. Lors d'une rencontre, certains de leurs anciens se sont inquiétés du fait que certains pasteurs iraniens n'avaient pas encore d'enfants... Ceci étant, je peux certifier qu'il ne s'agit pas d'une secte: ils restent fidèles proportionnellement à ce qu'ils ont reçu et sont toujours ouverts à la communion chrétienne.»

Pour tenter de trouver ce que ce passage signifie, on pourrait établir ce que ça ne veut pas dire en premier:

Cela ne veut pas dire que les femmes doivent avoir des enfants pour être sauvées de l'enfer, ce serait cruel pour les célibataires et les couples infertiles et cela contredit le plan du salut exprimé ailleurs par Paul dans les Écritures:

Ti.3:4 Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, 5 il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit, 6 qu'il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur, 7 afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle.

Même sur le plan syntaxique 1Ti.2:15 est déroutant; littéralement cela donne:
Elle sera néanmoins sauvée en portant des enfants (3e personne du singulier)
si elles persévèrent avec modestie dans la foi, dans l'amour, et dans la sainteté. (3e personne du pluriel)

C'est comme si Paul passe de Eve (v.13 à 15a) - qui a été sauvée par l'enfantement, permettant ainsi au sauveur Jésus de devenir homme - à toutes les femmes (v.15b) qui sont sauvées en persistant dans la foi cf. Ep.2:8, Hé.11:6, l'amour Jn.13:35, 1Jn.4:7-8 et la sainteté Hé.12:14; ce qui est valable aussi pour l'homme!

En français on ne se permet pas ce genre de fantaisie, de sauter de sujet ainsi, alors Segond a gardé toute la phrase au singulier pour respecter la syntaxe française mais c'est la seule explication plausible que je connaisse pour expliquer la pensée de Paul dans ce passage.

 


Avant d'être chrétienne, je n'avais pas d'opinion précise sur beaucoup de sujets, mais depuis que je lis la Parole de Dieu et que je l'étudie, cela m'a donné des réponses. J'essaie de baser mes croyances sur le fondement de la Parole de Dieu.

Pour répondre à la question sur la contraception, voici ce que j'ai appris sur le sujet.

La transmission de la vie n'est pas pour l'homme une nécessité biologique, mais le résultat d'une décision personnelle.

Il y a une énorme différence entre contraception et avortement.

Tuer l'embryon dans le sein de sa mère signifie violer le droit que Dieu accorde à la vie en gestation. La discussion de savoir s'il s'agit déjà d'un être humain ne fait que camoufler ce simple fait: Dieu a voulu créer un homme qu'on a intentionnellement empêché de naître. Ce n'est rien d'autre qu'un assassinat ou un meurtre.

Nous n'avons pas le droit de tuer la vie. On peut décider d'avoir ou non des enfants, mais on ne peut pas tuer l'enfant qui est conçu. Ce n'est pas une éthique de situation, c'est la Parole de Dieu qui nous enseigne des formes différentes. Lorsqu'il y a conception, pas question de destruction.

(Le catéchisme romain assimile la contraception à l'avortement et les traite également de meurtres).

Il y a trois positions: l'instinct aveugle, la continence conjugale et la contraception.

Première position: l'instinct aveugle: Les gens mariés, couchent ensemble, à la grâce de Dieu, sans précautions. Dieu est Seigneur!

Deuxième position: la continence conjugale: C'est la théologie morale de l'Église catholique. Vie conjugale sans union corporelle, dénaturée.

Troisième position: la contraception (vasectomie, ligature des trompes, préservatifs, etc.).

Aucune de ces trois positions ne résoudra le problème. Aucun de ces trois comportements n'est supérieur à l'autre. Il est d'une extrême importance que dans cette situation les consciences ne soient pas chargées ni tourmentées.

Trois alternatives dans la liberté d'une communion avec Dieu, ce n'est pas une solution.

C'est pourquoi il faut laisser du champ à la liberté de la conscience qui se justifie devant Dieu. Tout rigorisme inauthentique dans ce domaine peut avoir les conséquences les plus désastreuses. Il n'y a pas de règles absolues.

C'est une question qui est personnelle à chacun. Cela doit être le résultat d'une communion avec Dieu, notre complicité avec Dieu, pour mettre notre foi en oeuvre. Une liberté contrôlée dans la communion avec Dieu ou chacun de nous est responsable.

On ne propose jamais une solution définitive, une liberté. Sans la communion avec Dieu, on est perdue. Le règlement peut faire mourir, la liberté peut perdre.

-Étudier les principes de la Parole,
-Rien penser ou faire sans Christ,
-Chercher la face de Dieu et je deviendrai responsable des choix que je pose.

Les Écritures ne parlent pas du tout de l'abstinence, dans le sens: la contraception, ne défendent pas le libre arbitre. La liberté dans une communion avec Dieu.

S'abstenir de dogmatiser là où les Écritures ne disent rien. Enseigner clairement quand les Écritures se prononcent.

Voici la conception biblique du mariage: À sa base, il y a l'unité de l'homme et de la femme, non le but de reproduction. La femme est donnée à l'homme comme une "compagne semblable à lui" (Gen.2,18) et "les deux ne seront qu'une seule chair" (Gen.2,24). La fécondité de cette union n'est pas un ordre (cela ne correspondrait pas à la pensée biblique; seule l'époque du rationalisme et de la technique a pu l'interpréter ainsi), mais une bénédiction divine (Gen.l,28). Saint Paul concède lui aussi à la sexualité dans le mariage un droit indépendant de la procréation (l Cor. 7,3ss; cf. Exode 2l,10). Le péché de Genèse 38 ne consiste donc pas, comme le suppose la théologie morale catholique, dans le mépris du mariage, mais dans le refus qu'Onan oppose à la loi, de susciter la postérité qu'il devait à son frère. 1 Pierre 3,7

Je me suis servie de mes notes de cours et du livre de Dietrich Bonhoeffer pour répondre.

Que Dieu vous bénisse tous,

 - Yolande






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes vendredi 24 novembre 2017