Le suicide est un mystère et le mystère vient de l'homme


Que répondre à cette double affirmation exprimée par une personne en proie à un profond malaise ?

Premièrement, si tel est entièrement le cas, si le suicide est un mystère qui vient de l'homme, il ne vient pas de Dieu ! En effet, la Bible affirme haut et fort qu'il n'est pas dans la volonté de Dieu que l'homme mette fin à ses jours. Dieu y déclare qu'il veut la vie et non la mort. Alors, pourquoi tant de souffrances et d'injustices ? Justement parce que Dieu est rejeté, des cœurs, des vies, des familles, des sociétés humaines, et que le péché règne, qu'il domine insidieusement et implacablement. La seule sortie, c'est l'acception du don de Dieu en la personne de son Fils, sans quoi l'incompréhension, l'écœurement, l'abattement et la violence, y compris contre soi-même, perdurent et croissent inexorablement.

Deuxièmement, nous pourrions dire que le mystère est pour l'homme et non pour Dieu qui connaît les causes du mal-être, ce qui trouble et se tapit dans les méandres de l'âme. L'être humain n' a pas, même celui ou celle qui fait le choix d'abréger ses jours, le recul et la compréhension nécessaires pour justifier les raisons et la finalité de son existence.

Troisièmement, choisir le suicide comme moyen pour s'extirper de ses problèmes revient à faire le plus grand des paris, celui qui décide que Dieu n'existe pas, qu'il n'y a rien derrière la mort physique. En repoussant la foi en Dieu, de telles personnes posent, en fait, un autre acte de foi, qui, celui-là, n'est basé que sur leurs ressentis ou leurs envies qu'il en soit ainsi. Croire au néant, c'est croire d'une certaine manière en quelque chose, il est vrai désespérant, tout autant si pas plus que la vie présente avec toutes ses circonstances pénibles.

Quatrièmement, le suicide est un douloureux mystère pour les proches qui s'essaient à trouver des explications au départ d'un être cher. Il est trop facile de penser que cet acte dramatique est d'abord une question personnelle. Cela impacte fortement et cruellement ceux et celles qui devront vivre avec ce vide. Se tuer dépasse le cadre de sa propre personne et donc la liberté qu'on se permet de prendre, si l'on considère qu'il s'agit là d'une liberté. Il devrait plutôt être parlé d'un esclavage, allant de la dépression à la désespérance, un asservissement qui finit par l'emprisonnement de l'esprit avant l'acte fatidique.

Cinquièmement, le mystère vient de Dieu. Non le mystère quant au suicide, dont il a été dit qu'il n'est pas dans le plan divin. Le vrai mystère de la vie, de l'existence et de la finalité de toutes choses, de tout être, reste il est vrai hors de portée de l'intelligence humaine. Cependant, dans son amour, Dieu se révèle en partie parce qu'il veut que l'homme revienne à lui et qu'il vive. Ainsi, le plus grand des mystères, celui de la venue en chair de son Fils pour le salut de l'humanité, est accessible par la foi. Dieu ne veut pas révéler le suicide, mais bien plutôt la vie qu'il offre en son Fils. Refuser de croire, d'ouvrir son cœur, peut-être à cause des blessures du passé et du présent, c'est repousser la délivrance, décider qu'elle ne peut exister, c'est s'obstiner à faire le choix que l'on a raison envers et contre tout.

Pour terminer, il restera toujours ici-bas des mystères, celui du mal, de l'injustice, par exemple. Dieu ne peut, ni ne veut tout expliquer, pour diverses raisons dont la première est que nos esprits limités ne pourraient saisir l'essence des choses. Il est des domaines cachés et d'autres révélés par Dieu, et ces derniers sont pleinement suffisants pour vivre heureux malgré les incompréhensions. Alors, si vous en êtes au point de désespérer de vivre, au stade d'espérer la mort, qu'allez-vous décider ? Allez-vous vous accrocher à l'idée que tout sera mieux de l'autre côté, sans rien savoir ce qu'il y a dans l'au-delà ou allez-vous enfin saisir la grâce de Dieu qui vous arrachera à toute la noirceur de vos pensées et vous donnera enfin la paix du cœur ? En cet instant même, Dieu vous invite vivement à faire le bon choix. Venez à Jésus et vous découvrirez le chemin de la vraie guérison, le sentier de la vie où l'on dit premièrement « c'est impossible », puis « c'est tellement difficile », et enfin « c'est fait ! ». Pour cela, il vous faut lire la Bible et y ajouter foi.

J'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives. Deutéronome 30.19

Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement. Hébreux 9.27

Je ne désire pas la mort de celui qui meurt, dit le Seigneur, l'Éternel. Convertissez-vous donc, et vivez. Ézéchiel 18.32

Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. 1 Jean 5.11

En vérité, en vérité, je [Jésus] vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. Jean 5.24

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Matthieu 11.28

-Sébastien Théret









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Depuis le 28 décembre 2009, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes vendredi 24 février 2017