Composer avec le deuil d'un enfant


En lisant un livre du pasteur Richard Wurmbrand, j'ai eu à coeur de vous envoyer quelques bribes.

De toutes les explications contenues dans la réponse à la question "Pourquoi tant de souffrances?", celle qui s'impose avec le plus d'évidence est "Nous ne savons pas".

Chaque fois que j'ai été confronté à des questions sur la souffrance qui souvent était écrasante, j'ai raconté l'ancienne légende de Kishagotami.

Une jeune femme dont le bébé unique était mort et qui ne pouvait pas supporter l'idée de l'enterrer, allait de l'un à l'autre demandant comment faire pour l'avoir vivant de nouveau.

Un homme lui dit: "Votre seul est espoir est dans le Sauveur. Il a un pouvoir miraculeux comme personne d'autre".

Elle lui amena le bébé, s'agenouilla et pria: "S'il vous plaît, ressuscitez mon enfant".

Il répondit: "Avec joie, mais seulement si vous m'apportez un peu de sel".

Le sel était facile à trouver et elle se mit à courir. Mais il cria: "Le sel doit venir d'une maison dans laquelle personne n'est mort".

"Très bien, très bien!", répondit-elle.

A toutes les portes où elle frappait, on lui donnait volontiers du sel. Mais quand elle demandait s'il y avait eu un décès dans la famille, on lui disait toujours: "Je suis désolé, oui. Mon père ... ou mon épouse ... ou mon enfant est mort".

Elle pleurait avec chacun de ceux qui lui donnaient une réponse car elle savait maintenant quel chagrin cause la perte d'un parent. Elle les réconfortait et trouvait le réconfort dans la consolation qu'elle donnait aux autres.

A la fin, elle revint vers le Sauveur et lui dit: "Merci de ce que vous m'avez appris. Je rendrai le corps de mon enfant à la terre. Soyez loué vous qui lui donnez et à chacun la vie éternelle".

Pourquoi souffrir n'est pas la bonne question. Il n'existe pas de bonnes réponses aux mauvaises questions. Demandez plutôt: "Que puis-je faire de mon chagrin? Comment puis-je l'utiliser pour devenir plus aimant et plus compréhensif à l'égard des autres? La compassion leur fera sans doute plus de bien que des explications théologiques".

Quant au reste, acceptez ce que Jésus à dit à Pierre: "Vous ne comprenez pas ce que je fais maintenant, mais vous le saurez après".










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Depuis le 28 décembre 2009, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes samedi 25 mars 2017