La souffrance est-elle voulue de Dieu ?

M. Chavan : La souffrance a-t-elle joué un rôle dans votre vie chrétienne ? La souffrance est-elle voulue de Dieu ?

Le Sâdhou : J'ai dit souvent déjà que pour pouvoir expliquer ce qui m'est arrivé, je suis obligé d'employer les mots : prison, souffrance, persécution, afin d'être compris, mais, en réalité, il n'y a eu là pour moi aucune souffrance.

Si ç'avait été de la souffrance, j'aurais abandonné la partie et n'aurais pas continué à aller annoncer l'Evangile. Il n'y avait pas de comité pour me pousser en avant et m'obliger à aller ici plutôt que là ! La réalité, c'est que chaque fois que j'ai eu à souffrir pour mon Sauveur, j'ai trouvé le Ciel sur la terre, c'est-à-dire une joie merveilleuse que je ne trouve qu'alors. Dans ces occasions-là, j'ai toujours réalisé la présence de Christ d'une manière si évidente qu'aucun doute ne pouvait subsister en moi. Cette présence était aussi lumineuse que le soleil en plein midi : Ceux qui consentent à vivre en sa présence ne peuvent plus le nier. La souffrance était souffrance dans le temps ou je n'étais pas chrétien et où je ne possédais pas la paix de l'âme. Je lisais souvent les écrits hindous jusqu'au milieu de la nuit, si bien que mon père disait : « Tu perds la tête, mon garçon. Tu vas t'abîmer les yeux ! Tu n'es qu'un enfant ; pourquoi te tracasser ainsi de ces questions de vie spirituelle ? » je répondais « Il me faut la paix à tout prix, Les choses de ce monde ne peuvent pas satisfaire mon âme. Même la religion ne me satisfait pas. Je ne peux plus vivre dans ce monde, je veux me suicider. » C'était la vraie souffrance : je me sentais en enfer. Mais, depuis ma conversion, je n'ai plus connu la souffrance. J'ai été en prison : ce nétait pas une prison pour moi, mais le Ciel sur la terre. J'ai ressenti plus de joie au sein de la persécution que lorsque je n'étais pas persécuté ; plus de joie en ayant faim que lorsque j'avais la nourriture la plus fine. La source de cette joie, de ce Ciel sur la terre, c'est la présence de Christ; personne ne peut m'enlever cette joie.

J'ai déjà parlé des martyrs du Thibet et, justement aujourd'hui, j'ai reçu la nouvelle que le Dr Sheldon, avec lequel j'ai fait des voyages d'évangélisation dans ce pays, vient d'y être massacré. J'y retourne chaque année et peut-être que l'année prochaine vous apprendrez que j'y ai perdu la vie à mon tour. Alors, ne pensez pas « Il est mort, mais dites-vous : « Il est allé vivre au Ciel, avec Christ, d'une vie plus complète. » Vous avez entendu parler de Kartar Singh, qui mourut aussi au Thibet. J'ai vu son Nouveau Testament et les passages qu'll y a écrits avant de mourir. Les gens croient que Kartar est mort, mais en réalité il est vivant en Christ. La mort elle-même mourra ; Christ, jamais ! Si nous vivons avec lui déjà dès cette vie, nous vivrons avec lui pour toujours après la mort.

- Sadhou Sundar Singh






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes dimanche 23 juillet 2017