Le désir et la convoitise
Thomas Fuller :

Celui qui convoite ne fait rien de bon jusqu'à sa mort.

Salomon,

Proverbes 16:30 Celui qui ferme les yeux pour des méditations perverses. Celui qui se mord les lèvres, a déjà consommé le mal.

Ecclésiaste 6:7, 9 L'homme travaille uniquement pour contenter ses désirs mais il n'est jamais satisfait ... il vaut mieux être content de ce que l'on a que de se laisser entraîner par ses désirs car cela est aussi inutile que de poursuivre le vent

Salomon,

Ecclésiaste 2:10-11 Tout ce que mes yeux avaient désiré, je ne les en ai point privés; je n'ai refusé à mon coeur aucune joie; car mon coeur prenait plaisir à tout mon travail, et c'est la part qui m'en est revenue. 11 Puis, j'ai considéré tous les ouvrages que mes mains avaient faits, et la peine que j'avais prise à les exécuter; et voici, tout est vanité et poursuite du vent, et il n'y a aucun avantage à tirer de ce qu'on fait sous le soleil.

Pascal, Blaise

Le sentiment de la fausseté des plaisirs présents, et l'ignorance de la vanité des plaisirs absents causent l'inconstance. Quand on cède au péché, on s'aperçoit bien qu'il ne nous comble pas, mais on l'oublie bien vite.

Chambers, Oswald

Céder à la tentation, c'est déifier la convoitise.

Quand vient la tentation, tiens-toi devant Dieu dans la vérité quoi qu'il t'en coûte, et tu découvriras que, l'attaque repoussée, tu auras des désirs plus élevés et plus purs qu'auparavant.

Pascal, Blaise

En sachant la passion dominante de chacun, on est sûr de lui plaire; et néanmoins chacun a ses fantaisies, contraires à son propre bien, dans l'idée même du bien; et c'est une bizarrerie qui met hors de gamme.

Pascal, Blaise

Afin que la passion ne nuise point, faisons comme s'il n'y avait que huit jours de vie.

Si on doit donner huit jours de la vie, on doit donner 100 ans.

Variante: Si on doit donner huit jours, on doit donner toute la vie.

Sagesse 4:12 version Tob

Car la fascination de la frivolité obscurcit les vraies valeurs et le tournoiement du désir ébranle un esprit sans malice.

Pascal, Blaise

J'aurais bientôt quitté les plaisirs, disent-ils, si j'avais la foi»
- Et moi je vous dis: «Vous auriez bientôt la foi, si vous aviez quitté les plaisirs.» Or c'est à vous de commencer.

Bonhoeffer, Dietrich

Satan ne nous fait pas haïr Dieu, il nous le fait oublier, il n'est plus réel pour nous, seule la tentation devient réelle, présente, l'objet de notre convoitise capte toute notre attention comme l'appât celui du poisson et si le goût est bon au début, les conséquences sont funestes.

Hughes, R. Kent

Quand nous sommes dans les griffes de la convoitise, la réalité de Dieu s'efface. Plus le roi David restait longtemps à regarder avec insistance la très belle jeune femme qui se baignait, moins Dieu était réel pour lui. Et non seulement il était de moins en moins conscient de la présence de Dieu, mais David perdait aussi conscience de qui il était - son appel à être saint, sa fragilité et les conséquences inévitables du péché. David qui avait été un homme selon le coeur de Dieu était devenu un salaud vicieux, rempli de convoitise. C'est ce que fait la convoitise ! Elle l'a fait des millions de fois. Dieu disparaît devant les yeux vitreux de celui qui convoite.

Salomon

Pr.20:17 ( version Jérusalem ) Savoureux est à l'homme le pain fraudé, mais après il a la bouche pleine de gravier

Allender Dan

L'envie est alimentée non seulement par l'énergie d'une aspiration à court terme, mais également par celle de la revendication: ce que je veux, je le mérite, parce que rien n'est plus important que la satisfaction de mes désirs. La convoitise semble être l'une des principales causes des conflits relationnels et du désordre dans la société (Ja. 3.16; 4.1-3).

L'envieux est toujours enclin à penser que l'herbe dans le pré du voisin est plus verte que dans le sien.

Il estime désirable et mérité ce que l'autre possède. À ce désir se mêle le vague espoir qu'en prenant possession du pré de son voisin, il aura du même coup résolu tous ses problèmes personnels et calmera tous ses maux.

Augustin de Hippone

La pureté de l'âme ne peut être perdue sans notre consentement.

Wilde, Oscar 1856-1900

Il y a deux tragédies dans la vie: l'une est de ne pas satisfaire son désir et l'autre de le satisfaire.

Twain, Mark 1835-1910

Ce n'est pas ce que tu manges qui te détruit, c'est ce qui te mange.

Liguori, Alphonse de, St

Voilà donc mon dieu! Voilà ce que doit être un jour ce corps pour lequel je vous ai tant offensé, la proie des vers et de la pourriture!

Virgile

Chacun a son penchant qui l'entraîne.

Paul

1Corinthiens 10:12-14

Que celui qui croit être debout prenne garde de tomber! Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter. C'est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l'idolâtrie.

Gantham, Harry Dr.

L'être humain est un être de désir. Par conséquent, il est toujours inassouvi.

Kovalevsky, Eugraph, patriarche de l'église orthodoxe de France

Savez-vous qu'une très vieille méthode spirituelle est de ne pas exterminer son désir, même mauvais? Tout désir est mû par une vibration de vie: déviez-le sur une autre voie. Nous n'insisterons jamais assez sur ce point: l'homme contemple, l'homme aime, c'est bien; cependant, il n'avancera que si son désir est travaillé, pétri; s'il ne le modèle pas, d'autres désirs le surprendront. Ne méprisez donc pas le désir, orientez-le vers Dieu.

Pascal, Blaise

Les passions sont toujours vivantes dans ceux qui veulent y renoncer.

Milton, John

Celui qui peut apercevoir et considérer le vice avec ses leurres et ses plaisirs apparents, et cependant s'abstenir, et cependant distinguer et préférer ce qui est vraiment meilleur, celui-là est le vrai guerrier chrétien.

Sheen, Fulton, Mgr

Plus grandit en nous le désir du monde et des objets terrestres, moins Dieu a d'attrait pour nous. Nous nous tenons sur la réserve, les poings fermés sur nos quelques sous et perdons ainsi la fortune qu'il nous offre.

La découverte du réel nous exempte de courir après les satisfactions superficielles.

Pascal, Blaise

Quand notre passion nous porte à faire quelque chose,
nous oublions notre devoir

Sénèque

L'accomplissement de nos plus grands désirs est souvent la source de nos plus grandes peines.

Dolto, Françoise, psychiatre, paraphrase Jésus dans Jn.4 en disant:

Si toi, samaritaine, tu t'en tiens uniquement aux besoins de ton corps, aux plaisirs de ton coeur, au jouir de tes sens, à l'acquisition du paraître enviable, jamais tu ne seras rassasiée.

Jésus montre que si nous pensons nous arrêter à notre corps et à son plaisir, jamais nous ne parviendrons à être ravis à la dimension à laquelle notre être est appelé.

Par sa parole, Jésus lui fait découvrir la joie au-delà de la jouissance, sa valeur au-delà de sa beauté, sa dignité au-delà de sa séduction.

Long, Zeb Bradford, The collapsing of the brass heaven

La puissance de la convoitise

Ce qui a finalement conduit Augustin à donner sa vie à Christ c'est son grand péché de convoitise - la passion consumée de l'occident à ce jour. Il s'est battu contre la convoitise depuis plusieurs années: «Mais moi, un jeune des plus misérables... j'ai cherché la chasteté venant de toi, et j'ai dit: "Donne-moi la chasteté et la continence, mais pas maintenant"». Cela l'exaspérait que, en dépit de toute sa connaissance, il n'avait aucune puissance pour subjuguer la convoitise de son coeur envers les femmes, ce qui le gardait perpétuellement honteux. Il voyait en lui ce conflit intérieur, sa conscience le conduisant dans une direction, la convoitise dans une autre. Dans les tourments il se sentait comme ayant non pas une pensée, mais deux - une civile, l'autre barbare.

Un jour il vint d'Afrique un ami, Pontitianus, qui lui a répondu simplement qu'il s'était tourné vers le Christ et que Christ l'avait délivré de la convoitise. Augustin s'est plaint amèrement de ceci: «L'ignorant commence par en haut et prend le ciel de force, et nous, avec notre connaissance, et notre absence de coeur, voici... nous nous complaisons dans la chair et le sang!»

La puissance sur la sauvagerie et la convoitise

Dieu était en train de forcer Augustin à confronter la vraie issue: où nous sommes-nous pour trouver la puissance de vivre, la puissance de surmonter la sauvagerie, la violence et la convoitise? Pas dans le monde matériel et ses sciences sceptiques. Pas dans le mysticisme des cultes gnostiques, ni encore dans les philosophes grecs. Pontitianus a présenté à Augustin une quatrième option: la puissance sur la sauvagerie vient par Jésus-Christ.

Comme Augustin se plaignait de son incapacité de vivre une vie pure - «Combien de temps encore? Demain et demain? Pourquoi pas maintenant? Pourquoi n'est-ce pas cette heure qui mettra fin à mon impureté? - Il entendit la voix d'un enfant qui chantait dans la rue: «Prends et lis, prends et lis»

«Instantanément, avec une contenance altérée, j'ai commencé à penser intensément si les enfants faisaient usage de cette chanson dans quelque sorte de jeu, mais je ne pouvais me rappeler de l'avoir entendu nulle part. J'ai arrêté le flot de mes pleurs et me suis relevé, car j'ai interprété ceci seulement comme étant un commandement donné par Dieu d'ouvrir le livre et de lire le premier chapitre que je tomberais dessus...

Ainsi je me suis dépêché à retourner à l'endroit où Alypius était assis, car j'avais mis là le volume de l'apôtre quand je m'étais levé et avais laissé Alypius.

Je l'ai ramassé, l'ai ouvert, et lu en silence le chapitre sur lequel mes yeux sont tombés en premier: "Pas dans les orgies ni dans l'ivrognerie, ni dans la luxure ou la débauche, ni dans les querelles ou les jalousies; mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et ne vous préoccupez-vous pas de la chair pour en satisfaire sa concupiscence". Je n'ai pas souhaité en lire plus; le besoin ne s'en faisait pas sentir. Instantanément, en vérité, à la fin de cette phrase, comme si devant une lumière paisible faisant irruption dans mon coeur, toutes les ombres noires du doute s'enfuirent.» VIII.29

Augustin a finalement relaté le fait qui confirme sa vision du monde et qu'il a mis en place pour d'innombrables Occidentaux: «Maintenant ma pensée était libérée des soucis dévorants de la recherche de faveur, de l'appât du gain, du pataugement dans la boue, et de la plaie démangeante de la convoitise. Je t'ai parlé comme un enfant, ma lumière, ma richesse, mon salut, mon Seigneur Dieu» IX.1

Augustin avait découvert qu'il y avait une puissance capable de libérer les hommes de la sauvagerie et de la convoitise: la puissance de Christ décrite dans la Bible. Augustin était pour reconstruire sa vision du monde autour de cette puissance.

La prise de conscience que sa propre conversion était le résultat des prières fidèles de sa mère était centrale aussi à cette vision du monde. Elle est morte quelques mois plus tard. C'était comme si Dieu l'avait gardé pour ce but ultime - prier pour son fils jusqu'à ce qu'il goûte à la puissance de Dieu pour le racheter.

Paul

Romains 6:12 Ne permettez donc plus au péché d'exercer sa domination sur votre corps mortel, ni de se servir de vos membres pour vous asservir à ses convoitises. Son règne sur vous est fini : refusez donc de lui obéir et de céder aux désirs de vos passions. 13 Vous n'avez plus le droit de mettre vos membres à la disposition du péché, ni de placer vos facultés à son service; il s'en servirait comme arme contre Dieu. Présentez-vous plutôt vous-mêmes à Dieu et placez-vous, une fois pour toutes, à sa disposition. Offrez-vous entièrement à lui. N'avez-vous pas été arrachés à une mort certaine et ressuscités à une vie nouvelle ? Consacrez donc vos facultés au service de Dieu et faites de vos membres des instruments de sa volonté. Remettez-les entre les mains de Dieu afin qu'il s'en serve comme d'une arme pour accomplir ses desseins. 14 Car votre maître n'est plus le péché; il ne conserve aucun droit sur vous et ne pourra, par conséquent, ni vous dominer ni vous vaincre. Vous ne relevez plus de la Loi, votre vie est placée sous le signe de la grâce divine.

7:5 Lorsque, livrés à nous-mêmes, nous croyions mener notre vie selon notre bon plaisir, c'étaient en fait nos instincts corrompus qui nous dictaient notre comportement. La Loi ne réussissait qu'à exciter et à attiser nos passions. Les désirs coupables, exaspérés par l'interdiction, nous poussaient au mal. Ils étaient si actifs dans nos membres que les fruits de notre vie nous destinaient à la mort. 6 Mais maintenant, nous avons été soustraits au pouvoir de la Loi: le tyran n'a pu retenir ses esclaves: la mort nous a fait sortir de la prison où la Loi nous gardait captifs. À présent, nous possédons une nouvelle vie. Nous sommes libres de servir Dieu, et nous le servons, non plus comme sous le régime périmé du code légal, en étant assujettis à des prescriptions écrites, mais d'une manière spirituelle, avec les forces que nous donne l'Esprit de Christ en nous. 7 Faudrait-il en conclure que Loi et péché sont une seule et même chose ? Certes non ! Mais, par la Loi, j'ai appris à identifier le péché et à prendre conscience de ma culpabilité. Par exemple, je n'aurais pas su que c'est mal de désirer ce que les autres possèdent, si la Loi ne m'avait pas dit: « Tu ne convoiteras pas ». Je ne me serais jamais senti coupable sans cette déclaration. 8 Mais alors le péché qui était en moi a trouvé, dans le commandement, une occasion de se manifester; il s'en est forgé une arme contre moi. L'interdiction même lui a servi pour susciter en moi toutes sortes de convoitises, la défense n'a fait qu'exciter mes mauvais désirs. Or, là où il n'y a pas de loi, le péché est inerte.

8:5 Aussi longtemps que l'homme veut disposer seul de sa vie, il ne parvient pas à se détacher de lui-même. Tous ses désirs, ses intérêts et ses plans tournent autour de sa personne. Sous l'empire de la chair, on tend à ce qui est charnel. Mais ceux qui suivent les suggestions de l'Esprit se préoccupent de ce que Dieu désire et concentrent leur recherche sur les richesses spirituelles. 6 Or, suivre la pente de la nature, se laisser mener par ses instincts, c'est aller à la mort; mais rechercher la pensée de l'Esprit, obéir à ses directives, voilà qui nous conduit à la vie et à la paix. 7 La vieille nature pécheresse est opposée à Dieu. L'homme qui la suit ne se soucie guère d'accomplir la volonté divine, il ne veut, ni ne peut s'y soumettre. 8 C'est pourquoi, aussi longtemps que l'homme vit pour lui-même, pour la satisfaction des désirs de sa nature charnelle, il ne peut être approuvé de Dieu. Ceux qui suivent leurs tendances instinctives ne sauraient lui plaire. 9 Mais vous, vous n'êtes plus au service de vos penchants naturels. Vous vivez sous le contrôle de l'Esprit de Dieu, vous suivez ses injonctions, si du moins il a fait sa demeure en vous. Évidemment, si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ en lui, il ne fait pas partie des siens, ce n'est pas un vrai chrétien. 10 Si, par contre, Christ vit en vous (par son Esprit), vous êtes devenus des hommes nouveaux, votre corps a beau rester mortel à cause du péché, votre être intérieur est vivifié à cause de la justice qui vous a été donnée. 11 Et si l'Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, alors Celui qui a donné à Jésus une vie nouvelle fera revivre vos corps mortels par son Esprit qui demeure maintenant en vous. 12 Voilà pourquoi, chers frères, nous ne sommes plus tributaires de nos instincts. Si nous avons des obligations, ce n'est plus envers notre nature pécheresse. Nous ne sommes plus obligés d'accomplir ce qu'elle exige de nous. 13 Si vous continuez à suivre ses impulsions et à la laisser régner en vous, vous marchez vers la mort. Si, par contre, par la puissance du Saint-Esprit, vous livrez à la mort les instincts pécheurs du corps et votre comportement charnel, vous vivrez réellement. 14 Car ceux qui se laissent diriger par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu.

Galates 5:16-18 Marchez sous la direction de l'Esprit et vous ne risquerez pas de satisfaire les convoitises de votre être naturel. Vos désirs égoïstes et coupables ne parviendront pas à leurs fins. Laissez donc l'Esprit vous conduire, obéissez à ses instructions et ne cédez pas aux appétits de vos instincts naturels. Votre ancienne nature avec ses désirs égoïstes se rebiffe contre l'Esprit, les aspirations de votre être irrégénéré se dresse sans cesse contre l'être spirituel ; mais l'Esprit, de son côté, s'oppose à la volonté naturelle de l'homme. Ces deux forces antagonistes sont constamment en conflit, chacune d'elles luttant pour subjuguer votre volonté. Elles influencent sans cesse vos désirs. C'est pour cela que vous n'arrivez pas à mettre vos résolutions à exécution et que vous n'êtes pas libres de faire ce que vous aimeriez. Si vous vous laissez guider par l'Esprit, vous avez échappé à la domination de la Loi, vous ne dépendez plus d'elle. (Mais si vous vous laissez mener par votre être naturel, vous ferez ce qui est contraire à la Loi.) 24-25 Ceux qui appartiennent à Jésus-Christ ont cloué à la croix leur vieille nature avec ses passions et ses désirs. Celui qui a pris Jésus-Christ pour maître est mort, avec lui, à ses projets et ses plans personnels. Puisque l'Esprit est la source de notre vie, laissons-nous aussi conduire par lui, suivons ses indications et agissons comme il le désire, c'est-à-dire que notre vie, elle aussi, soit spirituelle.

1Thessaloniciens 4:4 Que chacun de vous sache gagner une parfaite maîtrise de son corps pour le respecter et le conserver dans la pureté et la sainteté. Il ne faut pas que vous vous laissiez entraîner par les convoitises sensuelles et les passions déréglées comme les païens qui ne connaissent pas Dieu.

Jacques

Jacques 1:15 Lorsque nous sommes tentés, ce sont les mauvais désirs que nous portons en nous qui nous appâtent, nous séduisent et nous entraînent. Or le mauvais désir, si nous lui cédons, donnera naissance au péché. Celui-ci, à son tour, une fois parvenu à son plein développement, enfantera la mort.

Jacques 4:1-10 Quelle est donc la cause des conflits entre vous ? Ne proviennent-ils pas précisément de vos passions et de vos désirs égoïstes qui se combattent sans cesse en vous ? Vous convoitez quantité de choses, mais vos désirs restent insatisfaits. Vous haïssez à mort, vous vous consumez en jalousie et envie, et pourtant vous n'arrivez à rien. Alors vous bataillez et vous vous disputez, mais vous n'obtenez toujours rien. Pourquoi ? Parce que vous ne savez pas demander. Ou bien, lorsque vous demandez, vous n'êtes pas exaucés, parce que vous priez dans de mauvaises intentions : vous ne cherchez qu'à satisfaire votre désir insatiable de plaisirs. Infidèles que vous êtes ! Ne savez-vous pas que flirter avec le monde, c'est haïr Dieu ? Si donc quelqu'un veut être l'ami du monde, il se constitue du même coup ennemi de Dieu. Ou bien, prenez-vous pour des paroles en l'air les déclarations suivantes de l'Écriture : «L'Esprit que Dieu fait habiter en nous désire avec jalousie (notre coeur tout entier)». Mais «la grâce qu'il nous accorde aussi (pour résister à ces tentations) est d'autant plus grande», (si nous la recevons humblement), suivant ce que dit l'Écriture : «Dieu s'oppose aux orgueilleux, mais il accorde sa grâce aux humbles». Soumettez-vous donc à Dieu, résistez au diable, et il vous fuira. Tenez-vous tout près de Dieu, et il se tiendra près de vous. (Reconnaissez que vous êtes) pécheurs et nettoyez vos mains. Hommes indécis, purifiez vos coeurs. Prenez conscience de votre misère et soyez dans le deuil, pleurez (sur ce que vous avez fait). Que votre rire se change en lamentations et votre gaîté en abattement. Devenez tout petits devant le Seigneur, et il vous relèvera.

Pierre

1Pierre 3:14-15 Comme il convient à des enfants obéissants, ne vous laissez plus mener par les passions qui vous gouvernaient autrefois, au temps de votre ignorance. Au contraire, montrez par tout votre comportement que vous êtes séparés du mal pour appartenir à Dieu - comme Celui qui vous a appelés est lui-même séparé du mal.

2:11 Mes chers, vous êtes ici-bas «des étrangers», des hôtes de passage, je vous demande donc de vous mettre en garde contre les désirs de votre être naturel : ils sont en guerre avec votre âme et combattent sans cesse contre elle. 12 Ayez donc une bonne conduite au milieu des incroyants, qu'ils soient obligés de reconnaître eux-mêmes que vous menez une vie correcte.

2Pierre 2:9 Oui, vous pouvez être certains que le Seigneur sait délivrer de l'épreuve ceux qui lui sont attachés, et réserver pour le jour du jugement, le châtiment de ceux qui ne se soucient pas de lui. 10 Il punira tout particulièrement ceux qui courent après les plaisirs sensuels pour satisfaire leurs instincts corrompus et qui ne reconnaissent aucune autorité au-dessus d'eux. Ces gens sont effrontés et sûrs d'eux-mêmes ; ils n'ont de respect devant rien, ils lancent, sans trembler, des insultes aux Puissances surnaturelles ... 12 ces hommes-là agissent comme des animaux dépourvus de raison qui ne suivent que leurs instincts et qui sont juste bons à être capturés et tués ; ils répandent leurs injures contre tout ce qui dépasse leur compréhension. 13 Ces hommes trouvent leur plaisir à se livrer à la débauche en plein jour. Ce sont des tristes sires, hommes tarés et vicieux qui font bonne chère à vos dépens dans vos repas communs et prennent un malin plaisir à vous tromper. 14 Avec cela, ils n'ont d'yeux que pour les femmes frivoles - qu'ils ne peuvent regarder sans les désirer. Leur envie de pécher est insatiable. 18 Ils se servent des plaisirs sensuels et de l'attrait de la jouissance comme appât pour les séduire. 19 Ils leurs promettent «la liberté» ! - alors qu'ils sont eux- mêmes esclaves des passions qui les mènent à la ruine, car chacun est toujours esclave de ce qui a triomphé de lui. 20 Un jour, ils ont échappé au monde et à son influence corruptrice en reconnaissant Jésus-Christ comme leur Seigneur et Sauveur. S'ils retombent de nouveau sous son empire et se laissent asservir par ses vices, leur dernière condition est pire que la première. 21 Il aurait mieux valu pour eux ne pas connaître le chemin d'une vie juste plutôt que de s'en détourner après l'avoir connu et d'abandonner le saint commandement qui leur avait été transmis. 22 Ils confirment, hélas, la vérité de ces vieux proverbes : «Le chien retourne à ce qu'il a vomi» et «La truie à peine lavée se vautre de nouveau dans la boue».

Jean

1Jean 2:15 N'attachez pas votre coeur au monde ni à rien de ce monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour pour le Père n'a pas de place dans son coeur. 16 En effet, tout ce qui fait partie du monde : les mauvais désirs de notre humaine nature, la soif de voir et de posséder ce qui attire nos yeux, ainsi que l'orgueil inspiré par la richesse et la puissance, tout cela ne vient pas du Père, mais du monde. 17 Or, le monde avec tous ses attraits est voué à la disparition : tout ce que les hommes convoitera passera, mais celui qui accomplit la volonté de Dieu demeure éternellement.

David,

Psaume 101:3 Je ne mettrai rien de mauvais devant mes yeux.

Psaume 119:36-3 Incline mon coeur vers tes préceptes et non vers le gain! Détourne mes yeux de la vue des choses vaines. Fais-moi vivre dans ta voie!

L'intoxication sexuelle

La dépendance sexuelle

Comment surmonter la convoitise

Menu sur l'adultère






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes jeudi 24 août 2017