Pour bien comprendre
la dynamique de la dépendance sexuelle
Quand le sexe devient une dépendance

Les manchettes sont pleines de gens riches et célèbres, de religieux et politiciens, d'hommes et de femmes qui ont perdu leur famille, carrière et avenir à cause d'une habitude sexuelle compulsive qu'ils étaient impuissants à cesser. C'est facile pour nous de juger ceux qui sont dépendants sur le plan sexuel jusqu'à ce que les manchettes décrivent notre vécu.
Suite à de nombreux scandales et tragédies personnels, nous avons dû accepter que les chrétiens n'étaient pas immunisés contre ce problème. Nous avons les mêmes luttes et pouvons aussi nous faire prendre dans une contrefaçon de l'intimité authentique.

Stephen Arteburn, fondateur de New Life Treatment Centers (Centres de Traitement Nouvelle Vie) et auteur de Addicted to Love (Dépendant de l'amour - 1991, Servant Publications) offre de l'espoir à ceux qui sont dépendants du sexe et ceux qui partagent leur vie. Le texte qui suit est composé d'extraits provenant de ce livre.

Le sexe en tant que drogue

Pour des millions de gens, chrétiens inclus, le sexe est une drogue. Comme toute autre drogue, il est utilisé pour tenter d'étouffer la douleur: la douleur du rejet, de la solitude, de la peur, de l'anxiété, d'abus subis dans l'enfance ou encore d'une douzaine d'autres blessures émotionnelles. Par la suite, ils découvrent tous que ça ne marche pas. Cela masque la douleur pour un moment, procurant un bref changement d'humeur - pas seulement lors de l'orgasme, mais aussi lors du rituel qui y mène - la recherche de ce qui devient le facteur central dans l'organisation de la vie quotidienne. Mais à long terme, au lieu de rendre la douleur plus supportable, cela finit par l'empirer à mesure que la personne expérimente une humiliation toujours plus profonde et une perte de contrôle sur sa vie.

Prenez en considération l'homme qui passe à travers ses journées stressantes en visitant quelques boutiques de livres érotiques et ensuite un salon de massage durant son heure de dîner. Le plaisir rapide et fiable de la rencontre sexuelle devient son antidote aux pressions de la vie. Il devient convaincu qu'il serait incapable de fonctionner sans sa «dose» quotidienne. Il se tourne vers le sexe de la même manière que l'héroïnomane tend la main pour saisir sa seringue. Mais tant que le besoin sous-jacent et le vide au coeur de sa vie ne sont pas adressés, sa dépendance va le mener toujours plus profondément dans l'esclavage sexuel.

Le sexe en tant que dépendance

Le sexe qui est dépourvu d'intimité rend aussi dépendant qu'une pilule ou une injection. Le sexe procure un rapide changement d'humeur. C'est une fuite fiable employée pour masquer la douleur. Éventuellement le dépendant sexuel devient de plus en plus incapable de se contrôler dans ce domaine à mesure que sa compulsion prend le dessus. Même des conséquences douloureuses ne peuvent dissuader le dépendant sexuel de répéter de manière compulsive l'acte et trouver le soulagement temporaire.

Le dépendant devient incapable de changer. Souvent il veut changer, il sait qu'il doit changer. Mais il a atteint un point où il est incapable de le faire sans aide extérieure. Il peut s'efforcer de cesser tant qu'il veut, mais il y a toujours un déclencheur sur sa route qui fait redémarrer le comportement obsessionnel encore une fois. Le dénominateur commun de tous les problèmes de dépendance est le suivant: Ce que le dépendant cherche à contrôler devient ce qui le contrôle. Même les conséquences comme la menace d'une maladie, de perturbation de la vie familiale et de l'humiliation publique ne sont pas assez puissantes pour éteindre la dépendance.

La dépendance sexuelle peut volontiers être perçue comme ayant plusieurs parallèles avec d'autres formes plus familières de dépendances. Comme toutes les autres dépendances, elle est progressive; elle empire avec le temps. Il ne reste pas au même degré. Le dépendant n'atteint pas un certain niveau pour y demeurer. Il y a une dynamique intrinsèque qui pousse toujours le dépendant au niveau suivant et le suivant et le suivant. La fin de la spirale est la folie ou même la mort.

La dépendance sexuelle procure une tolérance comme les autres dépendances

Les alcooliques sont fameux pour leur capacité à ingurgiter d'énormes quantités d'alcool. C'est la même chose avec le sexe: une stimulation toujours grandissante est requise pour produire une gratification qui s'en va en diminuant. Le dépendant a une tolérance pour le sexe qui laisse les autres attérés. 10 expériences sexuelles par jour le laissent encore insatisfait; en effet, loin de faiblir, son appétit grandit encore avec chaque tentative de le satisfaire.

La dépendance sexuelle produit le manque

Le dépendant sexuel souffre de symptômes de manque quand il essaie, ou est forcé, d'abandonner sa drogue pour une période de temps. Comme un alcoolique se met à trembler sans alcool, le dépendant sexuel est secoué. Il commence à penser qu'il va virer fou sans sexe et le manque obsessionnel le conduit à répéter l'acte n'importe où avec n'importe qui.

La dépendance sexuelle suit des patrons obsessionnels compulsifs

Des pensées d'alcool, ou de cocaïne, ou de nourriture, ou de la passion du jeu, ou de sexe, commencent à prendre toute la place dans la pensée du dépendant, jusqu'à ce qu'il atteigne le point où il doit faire quelque chose pour les chasser. Alors que l'obsession se change en compulsion, le dépendant se retrouve à faire des choses qu'il ne veut pas faire, des choses qu'il avait promis de ne jamais plus faire. C'est comme s'il est à côté de lui-même, plaidant avec lui-même de ne pas céder à la compulsion, mais restant sourd à son propre cri.

La dépendance sexuelle produit la honte

Au commencement, le dépendant choisit des comportements qui sont compatibles avec son sens de ce qui est approprié. Mais la force de sa dépendance le conduit par la suite à adopter des comportements qu'il déteste lui-même. Pour échapper au fardeau de la honte - qui l'écraserait s'il devait en porter le plein poids - il transfère le blâme résultant de ses actes sur ses parents, sa femme ou même son patron.

Caractéristiques du sexe dépendant

Il est facile de confondre le désir sexuel normal avec une conduite marquée par une dépendance compulsive et gratifiante. Une personne peut avoir un appétit sexuel peut fort que normal sans être dépendant sur le plan sexuel. Voici quelques caractéristiques  du sexe dépendant qui aident à faire la distinction:

Le sexe dépendant est fait dans l'isolement

Cela ne signifie pas toujours qu'il soit fait physiquement seul. Plutôt cela signifie que mentalement et émotionnellement le dépendant est détaché, ou isolé, des relations et contacts humains. Les comportements humains les plus intimement personnels deviennent totalement impersonnels.

Le sexe dépendant est dissimulé

En fait, le dépendant développe une double vie, pratiquant la masturbation, allant dans les boutiques érotiques et les salons de massage, s'offrant les services de prostituées, tout en cachant aux autres son comportement - et, dans un sens, se le cachant même à lui-même. À cause de cela, la vie secrète est pleine de honte, la plus grande peur du dépendant sexuel est d'être débusqué.

Le sexe dépendant est dénué d'intimité

Le dépendant sexuel est complètement centré sur lui-même. Il est incapable d'atteindre l'intimité authentique parce que son obsession avec son moi ne laisse aucune place à donner aux autres. Dans son enfance, il n'y avait probablement aucune relation intime en dehors du sexe. La plupart des dépendants sexuels n'ont jamais goûté à la vraie intimité.

Le sexe dépendant est dénué de relations

Le sexe dépendant n'est que du sexe, du sexe pour le sexe, du sexe divorcé d'interaction authentique entre deux personnes. Ceci ressort particulièrement dans le cas des fantasmes, de la pornographie et de la masturbation. Mais même quand le sexe implique un autre partenaire, le partenaire n'est pas réellement une personne mais un numéro, une partie interchangeable dans un processus impersonnel - presque mécanique.

Le sexe dépendant fait des victimes

L'obsession irrésistible à s'auto-gratifier empêche le dépendant de voir les effets nocifs que son comportement produit sur les autres. Si l'obtention de la gratification signifie qu'un enfant de 6 ans deviendra une victime, le dépendant va inconsciemment aller de l'avant jusqu'à ce que la honte vienne l'écraser, après que l'acte gratifiant aura été accompli. Le dépendant sexuel a besoin d'aide pour qu'il cesse de faire des victimes.

Le sexe dépendant finit dans le désespoir

Quand un couple marié fait l'amour, ils expérimentent plus le contentement. Le sexe dépendant laisse un sentiment de culpabilité chez ceux qui le pratiquent et ils regrettent leur expérience. Plutôt que d'apporter le contentement, il est vide, et ils désespèrent en pensant à ceux avec qui ils ont commis l'acte ou à propos de la bassesse qu'ils ont dû atteindre pour le faire. Dans ces moments sombres de désespoir, le dépendant se sentira probablement abandonné par Dieu. Souvent ils réfléchiront à combien ils désirent arrêter et demander de l'aide, mais ils ne savent pas comment arrêter ni vers où se tourner.

Niveaux de dépendance sexuelle

Comme l'alcoolique débutant par une bière occasionnelle jusqu'à boire d'un coup sec une bouteille de scotch, comme le drogué passant de la marijuana au crack, le dépendant sexuel avance inévitablement au-delà de son répertoire présent de comportements pour arriver dans de nouvelles frontières de ce qui est défendu. La dépendance sexuelle, comme toutes les dépendances, s'intensifie. Au départ, le dépendant a des fantasmes, ensuite il cherche des façons d'expérimenter ces fantasmes. Il commence de façon hésitante en prenant des précautions par des formes douces; il finit par plonger tête première dans les manifestations extrêmes de ce problème. Au commencement, la personne a une dépendance; à la fin c'est la dépendance qui l'a.

Premier niveau: Fantasme, pornographie, masturbation

Quiconque s'est engagé dans le premier niveau de dépendance sexuelle n'aura aucune difficulté à justifier ses actes à la lumière des attitudes libérales de notre société par rapport aux comportements de promiscuité sexuelle. Même s'ils agissent en dehors de la volonté de Dieu, ils rationalisent que ce qu'ils pratiquent «n'est pas si grave que cela». Fantasmer est une forme de fuite qui tente presque tout le monde. Le dépendant compare cela avec des niveaux plus blessants et se sent en sécurité. Le dépendant sexuel ne saisit pas que la bataille contre la dépendance est une bataille pour la pensée et que la bataille est premièrement perdue quand on déshabille les autres mentalement de manière compulsive et on s'imagine en contact avec eux.

Le fantasme et la pornographie sont des liens étroitement reliés dans la chaîne de la dépendance. La pornographie est une industrie basée sur la combinaison du fantasme et de la masturbation. Par l'usage de la pornographie, le dépendant peut se masturber tout en fantasmant d'une relation sexuelle avec un petit enfant, de sexe violent en infligeant de la douleur ou de sexe avec plusieurs partenaires. La pornographie est la drogue qui est la porte d'entrée de la plupart des dépendances sexuelles, perçue comme inoffensive par la société, cependant elle est le carburant qui brûle dans le feu de la convoitise hors contrôle.

Ted Bundy, qui a tué quelque 28 femmes et enfants, a été interviewé par le Dr. James Dobson quelques heures avant son exécution. Durant cette interview, il a admis ouvertement sa culpabilité et a pris la pleine responsabilité de ses actions. Il a aussi mentionné quelques réflexions sur l'impact que la pornographie a eu dans sa vie:

«Pour moi, la pornographie est une dépendance. Tu continues à désirer quelque chose de plus en plus violent, ce qui t'apporte une plus grande excitation, mais il vient que tu atteins la limite de ce que la pornographie peut t'apporter. Tu atteins ce moment décisif où tu commences à te demander si le faire ne t'apporterait pas une plus grande sensation que juste le lire ou le voir.» Trop peu de gens sont capables de reconnaître le réel danger de la pornographie. Ceux qui sont pris dans sa grippe sans merci connaissent son pouvoir.

La pornographie concerne la masturbation. Dit d'une manière brutale, c'est ce que les gens font quand ils font usage de la pornographie. La porno n'est pas une forme d'art. C'est une aide pour se masturber. La Playboy Mansion fut construite grâce aux recettes provenant du désir des hommes d'avoir du sexe avec eux-mêmes en regardant des photos retouchées de femmes nues. La masturbation compulsive, nourrie par le fantasme et la pornographie, est une évasion rapide de l'intimité. Le masturbateur compulsif n'a pas l'habileté nécessaire pour développer des moyens d'entrer dans l'intimité authentique. Le sexe devient un processus à sens unique d'autogratification. Le dépendant préfère se masturber que de prendre le temps pour développer une relation interpersonnelle.

S'attendant à ce que le mariage élimine la pulsion à se masturber, le dépendant a tôt fait de se rendre compte que le sexe intime est trop de tracas et revient à sa compulsion. Diverses écoles de psychologie et de théologie sont en désaccord à savoir si la masturbation est acceptable sous certaines circonstances.

Mon opinion personnelle est que pour le dépendant sexuel, la masturbation n'est jamais acceptable sous aucune circonstance, parce qu'elle démarre le cycle de dépendance à nouveau = de la même manière qu'un verre d'alcool fait effet sur un alcoolique.

Le fantasme, la pornographie et la masturbation ensemble constituent le premier niveau de la dépendance sexuelle. Ils sont essentiellement solitaires. Ils ne sont pas considérés comme des actes criminels (exception faite des formes extrêmes de pornographie). La société fait un clin d'oeil à cette forme d'amusement qu'elle considère comme insignifiante, parfois elle l'encourage, la trouvant normale. Mais cette forme d'amusement est la porte d'entrée à des niveaux plus profonds d'esclavage.

Deuxième niveau: La pornographie en direct, le fétichisme et les aventures

Comme pour le premier niveau, le deuxième n'implique pas un comportement criminel. Il diffère du premier en ce sens qu'un contact est fait avec une autre personne. Au premier niveau, le sexe était sur papier, dans un film ou un vidéo ou encore en pensée. Maintenant, au deuxième niveau, des gens bien en vie sont impliqués. Le deuxième niveau couvre tout depuis les bars de danseuses nues aux aventures extramaritales. Cela inclut le fétichisme, qui consiste à s'exciter à partir de vêtements ou d'objets appartenant à une autre personne. Cela inclut aussi le sexe par téléphone et toutes les formes de toucher sexuel «accidentellement par exprès», comme se frotter sur quelqu'un dans un ascenseur pour le toucher sexuellement.

La forme la plus commune du niveau deux de dépendance est d'avoir des aventures à répétition. Quelqu'un qui a une affaire n'est pas pour autant un dépendant sexuel. Mais plusieurs personnes que nous étiquetons simplement comme «infidèles» pourraient être perçues plus justement comme des dépendants sexuels, puisqu'ils ne peuvent exister en dehors de leurs aventures à répétition. Fréquemment, les aventures ne procurent pas assez de sensations fortes de manière durable. Le dépendant peut alors s'enfoncer dans des formes perverses de sexe impliquant les liens, le masochisme ou le sadisme. Ils peuvent désirer avoir du sexe avec plusieurs partenaires à la fois ou commencer à fréquenter les prostituées. Tous ces comportements dérivés démontrent la satisfaction toujours décroissante du sexe dépendant dénué d'intimité.

Troisième niveau: Les offenses criminelles mineures, la prostitution, le voyeurisme et l'exhibitionnisme

Longtemps après que ce soit devenu malsain et immoral, le dépendant sexuel progresse au point où il franchit la frontière de la légalité. Le niveau trois se réfère aux comportements criminels mineurs, comme la prostitution, qui est parfois considérée comme un crime sans victime. La prostituée, à la surprise de certains, est souvent une dépendante sexuelle et une victime du système du sexe à louer. Plusieurs dépendants sexuels progressent au point de payer des centaines de dollars par soir pour avoir plusieurs prostituées, croyant pratiquer l'amour libre alors qu'ils se rendent l'esclave de la plus vieille profession du monde.

D'autres actes du niveau trois impliquent le voyeurisme et l'exhibitionnisme. De tels actes peuvent ne pas être si évidents que cela à noter. Un joggeur qui regarde dans les fenêtres de chambre est autant un voyeur que celui qui se cache dans les buissons et épie sa cible. Un exhibitionniste peut être rien de plus que quelqu'un qui laisse ses rideaux ouverts quand il se change ou qui laisse la fermeture éclair de son pantalon ouverte quand il est en public.

Tous ces actes sont illégaux, même s'ils apportent seulement des conséquences mineures aux victimes et des sanctions légales mineures aux offenseurs. Des plus sévères infractions constituent le niveau quatre de la dépendance sexuelle.

Le quatrième niveau: De sévères conséquences légales, l'attentat à la pudeur, l'inceste, le viol

L'attentat à la pudeur d'enfant, l'inceste et le viol sont des comportements qui caractérisent le quatrième niveau de dépendance. L'abuseur ira faire un séjour en prison s'il est appréhendé et condamné. La victime paiera un prix encore plus élevé: souvent une sentence à vie de troubles émotionnels et de douleur. Cette victime pourrait bien grandir et devenir à son tour abusive, répétant la chaîne de dépendance de génération en génération. Ce cycle sans fin de représailles devrait nous pousser tous à confronter le dépendant sexuel et l'aider à recevoir le traitement dont il a besoin.

Le cycle de dépendance

Les étapes de la dépendance sexuelle vont de l'offense mineure à extrêmement sévère. Les conséquences - à la fois pour le dépendant et ses victimes - sont à la mesure de la gravité de l'offense. La dépendance est douloureuse pour le dépendant à tous les niveaux. Il peine habituellement sous son propre déni, si profondément pris au piège dans le cycle dépendant qu'il est incapable de voir une façon de s'en sortir. En comprenant les étapes dans ce cycle, cela peut devenir plus facile pour le dépendant - et pour ceux qui l'entourent - d'identifier le problème et choisir de chercher de l'aide.

L'obsession

La dépendance commence avec une attention sévèrement centrée sur soi, soit la variété «pauvre de petit moi» ou une obsession avec des blessures du passé. Le dépendant perd l'habileté à se concentrer sur la vie quotidienne alors que son esprit devient saturé de pensées à propos de la façon dont il va se prendre pour obtenir un soulagement. Les déclencheurs de la pensée obsessionnelle peuvent être la colère, la honte, la douleur, l'anxiété ou quelque autre bouleversement émotionnel passager. Le déclencheur peut être aussi sexuel de nature: une forme de pornographie, une personne attrayante aperçue en passant, une photo innocente dans un magazine ou en regardant la télévision suffisent à exciter la convoitise. Quel que soit l'élément déclencheur, le dépendant se sent poussé à trouver un soulagement aussitôt que possible.

La chasse

Il viendra un temps où le dépendant sera poussé à l'action. Il recherchera quelque chose ou quelqu'un en vue d'une expérience sexuelle. Il peut aller à la librairie ou à la boîte de nuit pour jouir de la pornographie. Il peut sortir pour trouver un partenaire sexuel, peut-être dans les bars de célibataire ou sur la rue. Ou il peut simplement trouver une salle de bain où il peut être seul avec ses fantasmes et se masturber.

Le recrutement

Identifier et avoir une victime peut être aussi simple qu'acheter un magazine ou aller voir un peep-show. Ça peut être bien plus complexe, comme de séduire une autre personne qui ne se doute de rien.

La gratification

D'un côté, la gratification est simplement une question d'avoir un orgasme, soit par la masturbation ou le rapport sexuel. Mais ce n'est pas toujours aussi simple. Plusieurs dépendants ne peuvent arriver à l'orgasme sous l'accomplissement de fantasmes de plus en plus élaborés. Quand il trouve la «bonne» sorte de pornographie, la «bonne» sorte de partenaire, ou la «bonne» sorte de comportement sexuel pervers, cela nourrit le processus de dépendance pour le faire passer au niveau suivant.

Le retour au normal

Après qu'il a joui de sa fantaisie et que l'orgasme est terminé, l'obsession s'en va et le dépendant se sent à nouveau «normal». Ted Bundy décrit même un sentiment de normalité après avoir commis un meurtre. Mais comme avec les autres dépendances l'état de normalité ne dure pas. La réalité s'immisce une fois de plus, amorçant le cycle une fois de plus.

Justification

Alors que le dépendant se permet de prendre conscience de ce qu'il a fait, le besoin de se justifier est soulevé. Les dépendants sont des gymnastes mentaux accomplis, passant à travers des contorsions logiques colossales pour se persuader eux-mêmes que tout est correct. Personne n'a été blessé. Tout le monde le fait.

Le blâme

Quand le dépendant ne croit plus ses propres rationalisations, il cherche un bouc émissaire sur qui il peut projeter ses problèmes. Il cherche quelqu'un à blâmer pour les sentiments terribles qui font toujours surface après que l'euphorie de la gratification se soit dissipée. Il va blâmer ses parents, la société, même Dieu pour l'avoir fait comme il est. Il va blâmer presque n'importe qui plutôt que d'accepter la responsabilité personnelle pour ses actions.

La honte

Alors que le dépendant trouve de plus en plus difficile de blâmer les autres pour ce qu'il a fait, la culpabilité et la honte s'installent et dévorent son âme. Il se sent tout croche, moins pour ce qu'il a fait que pour ce qu'il est devenu. Il se sent lui-même au bas de l'échelle de la société.

Le désespoir

Le dépendant en viendra à un point où la douleur est plus grande après avoir cédé à ses compulsions qu'avant. Il se sent sans espoir de changement. Rendu à ce point, il peut se tourner vers l'alcool ou augmenter sa dépendance sexuelle avec une autre forme parmi la douzaine d'options, tout cela dans une tentative désespérée d'évacuer la douleur. Le suicide devient une possibilité à considérer attentivement.

Les promesses

Le dépendant se dit à lui-même et aux autres que cela n'arrivera plus jamais. Il n'ira plus jamais à cet endroit. Il ne verra plus jamais cette personne. Mais ses promesses servent seulement à recentrer son attention sur sa pensée obsessionnelle et à déclencher à nouveau le processus encore une fois.

Le dépendant sexuel s'en va vers un affrontement avec sa famille et sa désintégration personnelle. Dans son sillage repose fréquemment une traînée de relation ruinée, où la convoitise a supplanté l'amour dans sa poursuite de la gratification sexuelle sur demande. Les victimes du dépendant se sentent désirées - pour un temps. Ensuite, elles sentent qu'on les a simplement utilisées. Souvent ce sera leur réaction au traitement qu'elles ont subi de la part du dépendant qui aidera à déterminer si celui-ci a pris conscience de son problème et cherche de l'aide avant qu'il soit trop tard.

Origines de la dépendance sexuelle

Avec une consistance remarquable, la dépendance sexuelle trouve ses origines au pied de la montagne de l'abandon, l'abus et la dysfonction familiale pendant l'enfance. Dans plusieurs cas, c'est spécifiquement l'abus sexuel qui a lancé le dépendant dans la carrière d'abus des autres. Certaines études estiment qu'au moins 80% des dépendants sexuels ont été sexuellement abusés dans leur enfance. Souvent la victime devient abuseur en grandissant, pratiquant les comportements appris de la part d'un parent ou d'une autre personne adulte importante à ses yeux.

L'intimité est habituellement au centre de la question pour le dépendant sexuel. Cela a à voir avec le don de soi sans réserve à une autre personne, et à être capable de recevoir d'une autre personne le don de soi avec liberté et transparence. L'intimité peut être sapée par la peur d'échouer dans la relation, une peur qui peut être basée sur une histoire d'échecs. Elle peut être basée sur la peur du rejet ou sur l'incapacité de se mesurer aux attentes des autres - à nouveau, cette peur peut être basée sur une expérience antérieure agonisante. La difficulté avec l'intimité peut avoir bien des sources, mais la plus commune est l'enfant laissé à lui-même ou abusé. Si la personne ne fait pas monter à la surface les causes à la racine du problème et ne les traite pas ensuite, son espérance de se libérer de sa dépendance est grandement restreinte.

Les problèmes avec l'intimité sont habituellement couplés avec l'obsession de soi, dans les domaines de la culpabilité et la honte, la peur ou la colère. Je pourrais me sentir coupable de choses que j'ai faites, ou de choses que j'ai subies. Si j'ai été violenté et ne peux pardonner à l'abuseur, je vais continuer à porter un sentiment de culpabilité et de honte à propos de ce qui s'est produit même si j'étais la victime. Si je ne suis pas venu à terme avec ce qui s'est produit et pourquoi cela s'est produit, la peur de la récidive ombragera mes relations, rendant impossible que je me donne librement à une autre personne. Une telle peur est une forme d'obsession de soi. Si je me concentre à faire confiance à Dieu et à servir les autres, je n'ai pas besoin d'avoir peur du résultat. Si je peux pardonner à ceux qui m'ont blessé, je n'ai plus besoin d'être lié par la douleur qu'ils m'ont causé.

Bien sûr, ce ne sont pas tous les dépendants sexuels qui ont été abusés dans leur enfance. Et tous les enfants abusés sexuellement ne deviennent pas des dépendants sexuels. Il y a d'autres facteurs qui entrent en ligne de compte pour produire une dépendance sexuelle. Ceux qui ont de pauvres mécanismes pour composer avec la vie utiliseront souvent le sexe comme moyen pour réduire le stress. Ils peuvent devenir des abuseurs périodiques, se tournant vers le sexe seulement quand les pressions de la vie deviennent insoutenables. Plus le stress est grand, plus cela augmente l'intensité du comportement compulsif de dépendance. Quand un adulte qui a été abusé sexuellement dans son enfance fait face à ce qui semble être une pression insurmontable, la source la plus rapide de soulagement est souvent perçue comme sexuelle. Sous le stress, ils commencement à jouer un scénario qui a été écrit dans leur jeunesse, un scénario qu'ils pensaient pouvoir éviter dans leur vie adulte.

Parfois la dépendance sexuelle se développe plus tard dans la vie sans les graines de l'abus subi dans l'enfance. La personne s'introduit doucement dans la dépendance avec désinvolture par un processus de conditionnement. Par exemple, un homme avec un arrière-plan solide a emménagé au collège avec un autre étudiant qui était abonné au magazine Penthouse. Il en est devenu fasciné, attendant la prochaine sortie chaque mois et commençant à se masturber en regardant les photos. Ceci l'a conduit au téléphone sexuel qui lui a coûté plus de 500$ pour un mois. Après son mariage, sa femme l'a surpris en train de se masturbant au téléphone. Cela a pris beaucoup de temps en relation d'aide pour préserver leur mariage.

La société nous conditionne par rapport à l'activité sexuelle. Les médias nous aident à faire passer l'inhabituel pour la norme. Des partenaires de sexe multiples, des aventures répétées, du sexe au premier rendez-vous galant: ces choses ne choquent pas celui qui regarde régulièrement les émissions de télévision aux grandes heures d'écoute. Plusieurs qui grandissent dans un tel environnement seront disposés à la dépendance sexuelle même sans une histoire d'abus ou de dysfonction dans leur famille.

Les fausses croyances sont aussi à la racine de la plupart des dépendances sexuelles. Quand les dépendants sexuels s'ouvrent et expriment honnêtement leurs sentiments, ils disent les mêmes choses d'une manière frappante: «Je ne pense pas que je vais finir par trouver quelqu'un qui m'aime», «Je me sens indigne d'être aimé et respecté», «J'ai toujours été convaincu de ne pas être à la hauteur», «La seule manière que je peux entrer en contact avec quelqu'un est sur le plan sexuel.» Ces fausses croyances à propos de soi et de la nature des relations nourrissent évidemment le processus de dépendance. Nous faisons tous des choix chaque jour à propos du style de vie que nous allons vivre et le genre de personne avec qui nous allons nous tenir. Ces choix sont basés sur la fondation de nos croyances primordiales à propos de nous-mêmes et du monde qui nous entoure. Si notre fondation est déficiente, nos choix le seront aussi. L'attrape est que les mauvais choix renforcent les fausses croyances, ce qui en retour stimule plus de mauvais choix et ainsi de suite.

Il y a encore d'autres facteurs qui conduisent à développer une dépendance sexuelle. Cela va d'une pauvre estime de soi à une éducation rigide, des parents contrôleurs, en passant par une incapacité à entrer en relation avec le sexe opposé et une difficulté à exprimer ses émotions. Ce qui n'est pas le moindre facteur additionnel c'est notre propension innée à faire le mal au lieu du bien: ce que la Bible appelle notre nature déchue. Même si des circonstances douloureuses  aident à former nos choix, ils sont encore nos choix, et le chemin du recouvrement comporte toujours l'apprentissage à prendre la responsabilité de nos choix. Mais notre liberté à prendre des choix sains est rehaussée par notre compréhension plus claire des facteurs qui nous influencent, et la décision de les désamorcer ou de les contre-attaquer.

Quand des femmes épousent des dépendants sexuels

Quand elles y repensent, la plupart des partenaires de dépendants sexuels peuvent se rappeler plusieurs occasions qui auraient dû soulever des drapeaux rouges. Elles peuvent, par exemple, avoir vu des choses inhabituelles appartenant au dépendant: de la pornographie, de la lingerie féminine, des reçus, des parfums ou autres cadeaux, divers articles sexuels. Quand il est confronté le dépendant trouvera des explications avec un semblant de rationalisation plausible. Il peut même essayer de persuader sa femme que le «vrai problème» est qu'elle réagit trop fortement à quelque chose d'inoffensif.

Avec les preuves tangibles, il peut y avoir d'autres indicateurs plus subtils: des absences inexpliquées et des heures tardives de rentrée, des inconsistances en rapport avec l'endroit où il se trouvait et pour combien de temps. Typiquement, le partenaire dépendant essayera de «couvrir» ses gaffes avec une attention accrue, des cadeaux, de la flatterie et ainsi de suite. Il peut même admettre des bêtises mineures, essayant de créer l'impression d'une relation ouverte et honnête - tout en couvrant les brèches plus graves. Ceux qui vivent une relation intime avec quelqu'un dépendant du sexe sont presque toujours entourés de signes d'une double vie secrète. Mais leur déni les empêche de voir ce qui est droit devant leurs yeux.

En reculant encore, avant même le mariage, il peut être clair que l'individu cachait quelque chose dès le début de la relation. Il peut y avoir eu des signes que la relation elle-même faisait partie des tentatives du dépendant de composer avec son problème. Il peut avoir espéré qu'une relation stable lui procurerait la solution à son problème. C'est presque toujours un faux espoir.

Il y a des formes plus sérieuses de dysfonction maritale quand un des partenaires est dépendant du sexe. L'une d'elle est quand le mari dépendant essaie de vivre sa dépendance avec son épouse, la pressant d'agir sexuellement de manières qui la rendent inconfortable. Finalement, quand elle refuse de compromettre ses valeurs, ou même en vient à trouver le sexe déplaisant et à l'éviter, le mari en fait un prétexte pour justifier sa recherche de gratification en dehors du mariage. Il se dit en lui-même qu'il ne peut pas s'en empêcher; ses besoins ne sont pas satisfaits à la maison; il doit regarder ailleurs - passant par-dessus le fait que c'était son propre comportement manipulateur qui a créé la situation.

Il se peut qu'il n'y ait aucun groupe de personnes plus esseulées que les épouses de dépendants sexuels. Habituellement ces femmes savent ou suspectent que leur mari est impliqué dans un comportement qu'elles ne peuvent ni supporter ni comprendre. Ce qui empire les choses est qu'il semble n'y avoir personne à qui en parler. La plupart des villes ont des douzaines de groupes de soutien pour les conjoints d'alcooliques ou de drogués, et le stigmatisme rattaché à l'assistance de ces groupes a grandement diminué ces dernières années.

Mais il n'en est pas ainsi avec la dépendance sexuelle. La seule personne qui ressent une plus grande honte que le dépendant sexuel lui-même est souvent la femme du dépendant. La nature même du problème semble l'impliquer comme étant un facteur qui y a contribué: si elle avait été suffisamment féminine, son homme n'aurait pas eu besoin d'aller satisfaire ses besoins ailleurs. Cette ligne de pensée est un mensonge cruel, mais cela place d'innombrables femmes sous un énorme fardeau de culpabilité et les empêche de chercher le conseil et le soutien dont elles ont tant besoin.

Quelques conseils aux femmes de dépendants sexuels

Si vous êtes mariée à un homme pris dans la dépendance sexuelle, j'espère que le conseil suivant vous aidera. Tout d'abord, tenez compte de la première leçon que vous avez apprise en classe à l'école : en matière de réponses sexuelles, les hommes et les femmes sont des créatures très différentes. Pour les femmes, le sexe est entrelacé d'intimité, de tendresse, de stabilité et d'engagement dans la relation. Le sexe est vraiment l'expression ultime de ces choses. Bien entendu, les femmes expérimentent aussi des désirs sexuels et de la gratification sur le plan physique. Mais cela est rarement divorcé de ces aspects plus relationnels et spirituels.

Chez les hommes cette distinction est bien plus commune. Bien sûr, les hommes peuvent expérimenter - et ils le font - un désir d'intimité et d'engagement; ils peuvent voir en théorie et en pratique le sexe comme l'expression de ces choses. Mais la réponse sexuelle mâle peut aussi facilement se détacher des autres considérations et devenir une pulsion psychologique et physiologique se nourrissant d'elle-même. Les stimuli sensoriels laissent les femmes relativement indifférentes, des images érotiques par exemple auront un effet puissant et immédiat sur les hommes. Ceci n'est ni bien ni mal en soi. Mais c'est une différence importante que les femmes ont besoin de comprendre et d'accepter même si elles ne peuvent pas s'y identifier complètement.

L'amour et la convoitise

Une autre chose à garder en pensée est que la dépendance sexuelle concerne la convoitise, et non l'amour. L'amour est personnel; la convoitise est impersonnelle. L'amour est concret, centré sur un objet particulier; la convoitise est diffuse, capable de se fixer sur presque tout objet disponible. L'amour tend à être fidèle, la convoitise est vagabonde. L'amour cherche la stabilité; la convoitise est éphémère et changeante. L'amour concerne la pensée et le coeur; la convoitise concerne les émotions et les hormones. L'amour a rapport avec donner; la convoitise a rapport avec prendre.

Les hommes et les femmes sont capables tous deux d'aimer et de convoiter. Mais les hommes semblent bien plus sujets à expérimenter la convoitise que les femmes, et à l'expérimenter plus intensément et inconfortablement. Ceci explique pourquoi la majorité des dépendants sexuels sont des hommes: la dépendance au sexe est une dépendance à la convoitise. La convoitise est le carburant qui fait tourner le moteur de la dépendance.

Ceci, en retour, explique pourquoi les hommes ne voient souvent aucune contradiction entre aimer leur femme d'un côté, et de convoiter des photos de femmes nues, ou même des prostituées d'un autre côté. Ils expérimentent les deux de manière distincte et séparée; aucune ne semble entrer en interférence avec l'autre. Ainsi ce qui est entrelacé et inséparable pour la femme - l'amour et le sexe - semble occuper deux niches entièrement séparées dans la pensée mâle.

Pourquoi ce n'est pas suffisant d'être «assez féminine»

Quand une épouse comprend la manière dont les hommes séparent la convoitise de l'amour, cela l'aide à se libérer de la prison la plus agonisante de toutes : la fausse croyance que la dépendance sexuelle de son mari est d'une manière quelconque de sa faute, si seulement elle était plus mince, plus jolie, plus séduisante, ou disponible, plus délurée au lit, le besoin sexuel de son mari serait satisfait. Plusieurs femmes viennent sous un fardeau écrasant de culpabilité, croyant que c'est leur insuffisance en tant que femme, épouse, amoureuse qui a rendu leur mari compulsif sur le plan sexuel.

Pour plusieurs hommes, spécialement pour les dépendants sexuels, l'amour et la convoitise sont deux appétits distincts, satisfaits de deux manières différentes. Plusieurs femmes croient que si elles traitent mieux leur mari, ou si elles ont avec lui des rapports sexuels plus régulièrement, les pulsions dépendantes de leur mari seront satisfaites. C'est comme s'attendre qu'un homme soit satisfait en buvant plus. Ça ne marche pas. Le problème de l'alcoolique n'est pas la soif, et il n'est pas réglé simplement en buvant du liquide. Plutôt c'est seulement l'alcool qui nourrit et satisfait la compulsion. De la même manière, ce n'est pas seulement le sexe mais la convoitise qui nourrissent le comportement dépendant. Le dépendant sexuel peut jouir d'une expérience sexuelle merveilleusement tendre avec sa femme et rôder le même jour en vue de faire des rencontres pleines de convoitise.

Le message aux femmes est simple: vous n'êtes pas la cause de la dépendance de votre mari, et vous ne pouvez pas être la solution. Le problème est en lui, et c'est là que la bataille doit être faite et gagnée. Combattre ce problème n'est pas facile. Vous avez besoin de prendre soin de vous-même, de rechercher un conseiller chrétien qui saura vous épauler. Apprenez tout ce que vous pouvez sur ce problème. Ceci vous évitera de prendre cela sur vous. Cherchez un groupe de soutien qui pourra certains besoins personnels alors que vous peinez à travers ce dilemme. De plus, aimez-le aussi durement qu'il a besoin d'être aimé. Ne permettez pas à sa dépendance de progresser et de faire d'autres victimes. Soyez prêtes à tout faire pour l'aider à voir ce qu'il fait et son besoin d'arrêter le cycle et commencer la restauration aussitôt que possible.

Finalement, lisez la liste suivante d'interdiction et adhérez-y autant que possible:

  • N'ignorez pas les signes de double vie chez votre mari
  • N'accédez pas aux demandes sexuelles inconvenantes de votre mari
  • Ne tolérez pas de comportement abusif envers vous-mêmes ou vos enfants
  • Ne vous placez pas à risque d'attraper une maladie sérieuse
  • Ne couvrez pas le comportement de votre mari en mentant ou en faisant des excuses à ses patrons, co-ouvriers, amis et famille
Les femmes et la dépendance à la convoitise

Alors que vous, en tant que femmes, ne pouviiez comprendre l'attraction de la pornographie et des autres variantes de la dépendance sexuelle mâle, vous pourriez être impliquées dans une forme de dépendance de convoitise vous-mêmes. Plutôt que la gratification retirée de photos, vous pourriez expérimenter une stimulation similaire en lisant des romans d'amour, en regardant des feuilletons à la télévision ou tout autre véhicule qui vous assisteraient dans une vie de fantasme où votre mari ne pourrait jamais être à la hauteur. Vous pouvez aussi faire participer des personnes dans vos pulsions de convoitise. Il semble y avoir deux catégories de ces relations compulsives dans lesquelles les femmes s'engagent. L'une implique la romance et la dépendance à l'attraction. Cela implique d'attirer les autres dans son monde de fantaisie sans l'intention de s'engager. L'excitation vient d'attirer l'autre personne et d'être poursuivie. L'autre catégorie implique les relations et la dépendance à l'attachement. Ici le but est d'être capable de s'engager aussitôt que possible. Chaque nouvelle personne est considérée comme étant celle avec qui elle passera le reste de ses jours. Une fois que l'attachement est fait, l'insatisfaction s'installe rapidement. La convoitise s'amenuise et la réalité s'installe dans le fait que peut-être, une fois de plus, vous vous êtes accrohées à une autre personne très malsaine.

Les dépendantes à la romance et aux relations désirent être près de quelqu'un, mais elles recherchent des gens avec qui l'intimité est impossible. Elles recherchent la sécurité, mais trouvent des gens qui les abandonneront rapidement. Elles veulent être libres d'aimer mais comme le dépendant sexuel, elles sont prises dans leurs obsessions autodestructrices. Elles sont comme des personnes se noyant dans le remous de leurs propres émotions non résolues, se tournant vers un sauveteur qui ne sait pas nager.

Dans ces deux cas la vraie obsession n'est pas avec les autres; mais en fait elle est avec vous-même. La dépendante romantique et relationnelle est totalement centrée sur sa propre âme brisée, avec les blessures causées par toutes les blessures infligées par ceux qui l'ont abandonnée dans le passé. Il y a seulement une chose qui importe: se sentir mieux maintenant. Il y a seulement une chose qui est recherchée: le soulagement immédiat de la douleur. Que ce soit la romance, les relations ou le sexe, les trois se produisent chez des gens qui sont blessés, des gens qui ont besoin de changer. Ils sont des gens qui ont besoin de commencer un processus de recouvrement disponible à quiconque est prêt à passer à travers le douloureux processus de changement et de gratification reportée pour y accéder.

Le recouvrement et le retour à l'intimité

Quand une personne est accrohée à la romance, aux relations ou au sexe, elle doit en venir à la question de l'intimité si elle veut s'en sortir et être libérée de toute autre dépendance qu'elle aurait ramassée en cours de route. Si le recouvrement n'inclut pas de venir à un point où l'intimité authentique soit possible, le recouvrement sera incomplet et éphémère. Quand l'intimité authentique est accomplie et maintenue, le moteur qui propulsait toutes les dépendances de romance, relation et sexe en vient à manquer d'essence.

Un des obstacles principaux à la réalisation de l'intimité est l'assortiment de fausses conceptions présenté dans notre culture. Aux yeux du monde, l'intimité égale proximité, ce qui inclut presque toujours le contact sexuel. Plus deux personnes seront «intimes» plus elles seront sexuellement actives ensemble, plus elles seront «intimes» plus on assumera que ce sera le cas. La «proximité» implique aussi des concepts comme la transparence, l'habileté à partager avec l'autre ses plus profonds désirs et vulnérabilités.

Selon les standards bibliques, l'intimité authentique peut impliquer le sexe quand deux personnes sont mariées, et comportera certainement un haut degré de transparence et de vulnérabilité. Mais ce sont des sous-produits de l'intimité, non la chose en elle-même. La sexualité est souvent orientée sur l'autogratification. Et même l'«ouverture» et la «vulnérabilité» peuvent être des formes d'exhibitionnisme émotionnel qui servent des besoins égoïstes plutôt que de contribuer à la vraie intimité.

Mais l'intimité authentique, biblique, n'a rien à voir avec le soi et tout à voir avec l'autre personne. L'attention est ôtée de mes désirs, mes besoins, et placée sur les désirs et besoins de l'autre personne. La joie de l'intimité n'est pas dans la réception mais dans le don, non d'être servi mais de servir. C'est complètement différent de la codépendance, dans laquelle je me sers de l'autre pour gratifier mes motivations égoïstes. C'est servir l'autre seulement pour le bien de l'autre.

Évidemment, l'intimité authentique demande le don de soi d'une manière et à un degré que la faiblesse peut être partagée sans s'inquiéter des conséquences. Vous devenez ouvert à ce que vous êtes réellement, plutôt que d'essayer de présenter une «image» d'ouverture. Vous acceptez aussi l'autre personne pour ce qu'elle est vraiment, non sur la base d'une image idéalisée ou pour le goût de satisfaire ses propres besoins. Ironiquement, cette attention désintéressée sur les autres rapporte de grandes récompenses. Nous sommes capables d'expérimenter l'appréciation, l'acceptation et l'amour sur la base de la réalité plutôt que sur la base de la prétention.

Les étapes en vue de l'intimité et du recouvrement

Si un dépendant sexuel est pour atteindre un tel niveau d'intimité, il doit commencer le processus de recouvrement. Personne ne peut le faire pour lui. Il doit le faire seul. Une combinaison de ressources est requise pour surmonter ce problème. L'église doit apporter son soutien. Le dépendant doit trouver un endroit où la guérison de l'âme est plus importante que d'humilier des gens. Cette dépendance produit des dommages spirituels sévères. Sans une relation d'aide et un enseignement bibliques adéquats, le processus de recouvrement tout entier sera déséquilibré.

Tous les dépendants sexuels que j'ai connus ont aussi eu à faire quelque chose qu'ils ont trouvé, au début, assez repoussant. Ils ont dû s'engager à s'impliquer avec d'autres dépendants dans un groupe de recouvrement sur une base à long terme, comme dans la vraie vie. Dans ce groupe, ils ont rencontré la confrontation aussi bien que l'encouragement. Ils ont appris comment être authentiques avec des compagnons qui en arrachent comme eux et cette authenticité sera transférable ensuite dans d'autres relations.

La redevabilité est probablement le facteur le plus important dans le recouvrement à long terme. C'est le manque de redevabilité qui permet au problème de se développer et le manque de redevabilité qui ramènera le dépendant dans son problème. Non seulement le dépendant sexuel en voie de guérison devrait être redevable au groupe, mais il devrait aussi trouver une personne en particulier, un mentor, qui le tiendra individuellement redevable. Ceci signifie que sur une base régulière le dépendant se fera demander où il a été et comment il a passé son temps.

Après la redevabilité, le mot «protection» est le prochain en importance. Chaque dépendant doit avoir un plan de protection qui le gardera loin des librairies, des bras des prostituées et des aventures extraconjugales. Le plan doit s'adresser à tous les domaines de la personne, physique, mental, social et spirituel. Un plan de protection inclut de la lecture d'aide, l'écoute de cassettes, des études bibliques et la prière, et même quand et comment une personne aura un bon temps. L'appât de la convoitise est puissant et pour l'éviter, le dépendant doit être sage en protégeant tous les domaines possibles.

Finalement, chaque dépendant sexuel a besoin d'être conscient qu'il existe des centres de traitement, des centres de traitement chrétiens partout en Amérique du Nord qui peuvent l'assister dans ce problème. Ce texte malgré ses meilleures intentions ne réglera pas ce problème. Ces problèmes sont formés sur une fondation de certaines blessures profondes psychologiques et spirituelles. Vous avez besoin d'aide professionnelle pour résoudre ces douleurs profondes. Sans cette aide, plusieurs survivront seulement et n'entreront jamais vraiment dans le processus de recouvrement.

Le mot de la fin

La dépendance sexuelle est une manufacture à honte. Tous ceux qui sont pris dans cette dépendance sont probablement saturés de culpabilité et de honte. Ils se sentent aliénés de Dieu et très indignes. Même si vous ne le croyez peut-être pas, Dieu vous aime inconditionnellement. Il veut vous ravoir à lui. Il veut faire partie du processus de recouvrement et de guérison. Sa grâce est assez grande pour composer avec votre problème. Son pardon est réel.

Les Écritures sont remplies de versets qui nous assurent que peu importe la distance où nous avons dérivé de la vie que Dieu avait préparée pour nous, son pardon est disponible. Le passage suivant est l'une des plus grandes illustrations de la volonté de Dieu que nous expérimentions la joie de son pardon. S'il vous plaît, prenez le temps de le lire lentement afin de saisir l'amour et le pardon de Dieu pour vous:

Ps.103:8  L'Eternel est miséricordieux et compatissant, lent à la colère et riche en bonté;
9  Il ne conteste pas sans cesse, il ne garde pas sa colère à toujours;
10  Il ne nous traite pas selon nos péchés, il ne nous punit pas selon nos iniquités.
11  Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent;
12  Autant l'orient est éloigné de l'occident, autant il éloigne de nous nos transgressions.
13  Comme un père a compassion de ses enfants, l'Eternel a compassion de ceux qui le craignent.

La distance entre l'est et l'ouest est une description de l'infinité. Voici le message de Dieu pour nous; une fois qu'il a pardonné nos péchés, il les enlève loin de nous et ne nous force jamais à y faire face à nouveau. C'est un acte de l'amour divin de la part de notre Créateur qui nous permet un nouveau départ.

Le problème n'est pas dans le fait que Dieu nous pardonne le problème est dans le fait que nous nous pardonnions à nous-mêmes et aux autres. Avec l'aide de Dieu, ceci peut aussi se produire et nous permettre  de réparer des relations et des coeurs brisés. Je me souviens d'un homme qui s'était engagé dans de nombreuses aventures et qui avait une lutte quotidienne avec la pornographie. Il voulait être traité parce qu'il ne pouvait plus vivre avec la culpabilité, la honte et le remords. Par l'apprentissage de la vérité biblique, le travail ardu pour régler ses problèmes et un désir de restaurer son mariage, il a fait un départ solide vers son recouvrement.

Sa plus grande peur était que s'il confessait son problème à sa femme, celle-ci le rejetterait. Finalement, il lui a tout avoué. Elle fut blessée, mais plus que tout, elle fut soulagée. Depuis un certain temps elle savait qu'il y avait un problème dans la relation mais ne savait pas quel était ce problème ni la manière de le traiter. Maintenant, confrontée à un mari qui voulait changer, elle a ressenti de l'espoir pour son mariage. Elle a fait la chose qui est la plus difficile pour les femmes de dépendant sexuel, elle lui a pardonné. Non seulement elle lui a pardonné, elle s'est engagée à travailler sur ses propres problèmes avec l'intimité qui avait permis à son mari de lutter si longtemps sans qu'elle intervienne. Ensemble, avec l'aide de Dieu et la liberté acquise par le pardon total, ils ont fait un nouveau départ et sont de merveilleux exemples de ce que Dieu peut faire quand ses principes sont placés en priorité avant toute autre chose. Ils font partie des milliers de gens qui ont vu leur vie transformée, corps, âme et esprit.

L'âme vagabonde d'un dépendant sexuel est déchirée entre la convoitise et le désir de changer. C'est une lutte quotidienne. Dieu, par son fils, veut vous aider à gagner cette bataille. Il est de votre côté, et avec lui, vous pouvez gagner. N'attendez pas de faire les changements que vous avez besoin de faire. Entrez en contact avec quelqu'un et demandez-lui de l'aide pour que vous puissiez recommencer à neuf et trouver la vie que vous voulez vivre, la vie que Dieu a planifiée depuis toujours pour vous. Il y a un nouveau monde qui vous attend pour que vous l'expérimentiez, un monde plein d'espoir et de contentement. Personne ne peut trouver ce monde à votre place, vous devez faire le premier pas. Ma prière est que vous le fassiez aujourd'hui.
 


- traduction par le webmestre Rheault 


Les femmes et la dépendance sexuelle
Les femmes souffrant de dépendance sexuelle souffrent en plus de honte et pensent qu'elles sont anormales. Un homme qui a des aventures est un dandy, un don Juan ou même simplement viril aux yeux de la société, mais une femme qui a les mêmes penchants....sera une pute. Elle se tait, se taire et pense secrètement qu'elle seule vit cela et qu'elle est anormale, malade psychique ou autre.

La honte de la femme l'enferme et lui interdit d'avancer dans son problème. Elle n'ose pas y faire face même devant elle-même. Elle n'ose pas y penser, donc elle ne peut pas reconnaître son problème, ni l'empoigner pour s'en sortir. Si il lui arrive enfin d'avoir une oreille attentive, il s'agit souvent d'une femme qui souffre du même problème, et là l'homosexualité est un pas qui se franchit facilement. Ce qui ne va pas l'aider.

Pour une femme, rêver de se faire violer, ou d'avoir des relations sexuelles violentes est doublement terrible. A cause de la dépendance et de la terreur de ce genre de pensées et gestes, mais aussi car la violence est dirigée contre elle. Elle se fait mal deux fois : sa dépendance dont elle souffre, et sa violence à se détruire directement.

Je dirais aussi que les femmes peuvent aimer la pornographie, la lingerie féminine et masculine, et elles peuvent aussi être excitée par la vue. Si elles sont mères, elles éviteront plus la pédophilie, mais elles ne sont pas à l'abri du reste.

Pour le dernier mot, je vous dirais à toutes, femmes souffrant dans votre corps et votre tête, que vous n'êtes pas seules. Que beaucoup de femmes souffrent comme vous, et que vous n'êtes pas malades mentales mais que vous souffrez d'une dépendance. Il n'y a pas de honte à cela, et la porte de sortie existe : Jésus le ressuscité !!!

- Stéphanie


   Classement par thèmes

   Sexe avant le mariage

   La tentation
   La maîtrise de soi
   Raisons de s'abstenir du sexe avant le mariage
   Les 12 fausses idées qui poussent les gens à l'impudicité
   La chasteté (Jean Chrysostome)
   Jusqu'où pouvons aller ?
   Toujours vierge à 36 ans
   Fréquenter une inconvertie et alors???
    Les fréquentations - 5 questions à se poser
   Les fréquentations
   Choisir la virginité

   Sexe dans le mariage

   Les frustrations sexuelles des nouveaux mariés
   L'amour renouvelé dans le mariage
   Le rôle du sexe dans le mariage

   Sexe en dehors du mariage

   12 étapes qui conduisent à une aventure
   L'adultère; la prévention (+ Sous menu)
   L'adultère en poésie et chanson
   L'adultère; Citations
   L'adultère en présence de Jésus
   L'adultère mis en lumière
   Aimer le plaisir plus que Dieu
   12 idées fausses qui conduisent au désordre sexuel
   L'amour passionnel
   Quand le sexe devient une dépendance
   La convoitise, comment la surmonter
   Le désir
   Gérer les pulsions sexuelles
   L'hédonisme
   L'intoxication sexuelle
   La beauté
   La prostitution

   Pratiques sexuelles


   La maîtrise de soi
   BDSM
   L'impuissance
   La fellation
   La masturbation
    Un homosexuel se convertit à Jésus (Andrew Comiskey)
   L'homosexuel et ses besoins spirituels (Leanne Payne)
   Le sexe oral et le sexe anal
   Le changement de sexe
   La polygamie
   La pornographie
   Ex-vedette de la porno se convertit au Seigneur
   Le cybersexe
   L'abus sexuel
   La forteresse du sexe

   Divers

   La raison pour laquelle Dieu a créé le sexe
    Et Dieu créa le sexe
   L'amour
   Les seins
   La beauté; un leurre
   La beauté passagère
   La nudité
   L'avortement
   La contraception
   La frigidité
   La chair
   La vraie repentance










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes lundi 27 mars 2017