Le changement de sexe


Avec l'avancement technologique en médecine, changer de sexe n'est plus juste un souhait utopique mais un choix que des milliers de personnes ont pris ces dernières décennies (ce n'est pas mon cas !). Or il arrive que certains décident de devenir chrétiens, voici une question qui m'interpelle depuis une vingtaine d'années et que j'ai transmise à une liste de discussion, vous remarquerez qu'il y a des nuances dans la manière d'approcher cette situation délicate. Je vous invite à y réfléchir vous aussi en lisant tranquillement tous les témoignages même si certains pourraient vous indigner, il y en a aura qui sauront vous toucher.

Voici donc la question posée sur une liste de discussion :

Un homme change de sexe, se marie avec un homme et devient chrétien par la suite. Que lui conseilleriez-vous s'il venait demander votre opinion sur sa situation; divorcer et changer de sexe à nouveau, rester marié, ou d'autres choses encore?

RÉPONSE 1

Je saluerai tout d'abord son courage d'avoir osé révéler son secret. Oui, quel courage et quelle confiance, il m'accorde ! Et s'il me demande mon opinion sur sa situation, c'est qu'il n'est plus sûr du choix qu'il a fait.

En fait, je ne sais pas ce que je lui dirai ! Et oserai-je lui dire quelque chose ? Sachant qu'il a traversé beaucoup de souffrances.

- Gérald

RÉPONSE 2

Si jamais cette femme vient me demander mon opinion sur sa "situation", je songe aussitôt à 1 Corinthiens 7:20 :

Que chacun demeure dans l'état où il était lorsqu'il a été appelé.

Je lui demanderais peut-être
"Pourquoi ? Veux-tu changer quelque chose à ta situation ? N'y as-tu pas trouvé enfin un certain équilibre ? Cette "situation" t"empêche-t-elle de te consacrer de mieux en mieux à Dieu ?"

Et si le climat de confiance est instauré
"A cause de ta "situation" est-ce vis-à-vis de Dieu que tu es mal à l'aise ou bien ne serait-ce pas plutôt vis-à-vis de nous ?"

"Ta question me surprend, ne t'avons-nous pas accueillie sans aucune arrière-pensée ? N'avons-nous pas ouvert largement nos bras (comme le Christ le fait parfaitement Lui) ? As-tu l'impression que nous te considérons comme une soeur indigne de notre communauté ?"

"Parce que si c'est le regard que porte la communauté sur toi qui te suggère de me poser cette question, alors la solution n'est pas de changer de sexe, mais c'est de changer de communauté !"

Mais aussi :

"Ta question m'inquiète, as-tu l'impression que ce n'est encore qu'une étape de plus dans ta recherche d'identité et de paix ? Crois-tu vraiment à présent que tu as rencontré le Christ que tu ne les as pas enfin trouvées, cette identité et cette paix ?"
"Sans doute cherches-tu quelqu'un en toi, sans doute la blessure est-elle profonde, sans doute la plaie est encore béante mais, je t'en supplie chère soeur, pose-toi, prend patience, attend l'aide du Seigneur, cesse de courir après l'illusoire ! Bref ! aie confiance !"

J'ai l'impression que nombreux sont les gens qui au moment de l'adolescence ont eu le sentiment que leur sexe anatomique ne correspondait pas à leur âme, bientôt le principe de réalité fait son oeuvre et ils composent, ils admettent, ils se résignent, ceux-là on ne les voit pas, ils sont discrets, ils ne viennent pas me trouver pour que je donne mon avis sur la déchirure qu'ils vivent au quotidien sans aucun espoir, quelle est leur vie ?

C'est vrai que les progrès de la médecine ont permis à ces gens d'espérer un retour à l'équilibre, une libération d'un corps qu'ils haïssent comme une prison.
Sans doute est-ce péché de haïr son corps...
Mais est-ce un plus grand péché de changer de sexe que de téléphoner en conduisant ?

Au moins, on peut espérer que cela n'arrive qu'une fois...

et je crains qu'une personne ait bien du mal à ouvrir ses yeux sur Dieu quand elle est polarisée par ses problèmes d'identité, alors cela me paraît un moindre mal.

Et je termine en l'embrassant... chastement bien sûr...

- Pierre

RÉPONSE 3

Le frère dont tu nous parles, Yvan, il existe sans doute à plusieurs exemplaires dans nos églises, ou dans nos mouvances chrétiennes.

Premier point: le "changement" de sexe est le point culminant d'un processus de mensonge et de rébellion. Ce frère a cru qu'il pouvait changer de sexe, et a consenti à se faire opérer. C'est irréversible, non pas pour la transformation en femme (un homme "opéré" n'égale pas une femme ...), mais pour la perte de sa qualité virile. Il est devenu comme un eunuque, et Esaïe parle des eunuques:

Esaïe 56, v.3 "Il ne faut pas non plus que l'eunuque se mette à dire: Je ne suis qu'un arbre sec.
4  Car voici ce que le Seigneur déclare: Si un eunuque respecte mes sabbats, s'il choisit de faire ce qui m'est agréable, s'il se tient à l'engagement que j'attends de mon peuple,
5  alors je lui réserverai, sur les murs de mon temple, un emplacement pour son nom. Ce sera mieux pour lui que des fils et des filles. Je rendrai son nom éternel, rien ne l'effacera."

Il faut donc l'accueillir, mais régler, au niveau des autorités de la communauté, s'il désire se rattacher à une Eglise, quelques points importants.
Son "mariage" avec un autre homme ne peut évidemment pas être reconnu par l'Eglise. Il paraît impossible d'imaginer, dans le contexte de repentance que suppose l'appropriation des v. 3 - 6 d'Esaïe 56 par le frère en question, que des relations intimes subsistent entre lui et son partenaire. Les responsables de la communauté devront veiller, avec la discrétion voulue, à ce que tous les problèmes connexes soient réglés. Il me paraît notamment souhaitable que le frère en question s'habille comme un homme, à cause de Deutéronome 22, v. 5:

" Une femme ne doit pas porter des vêtements d'homme, ni un homme des vêtements de femme. Le Seigneur votre Dieu a en horreur ceux qui agissent ainsi."


Et ce frère doit se convaincre qu'il n'a jamais cessé d'être un homme, même si une équipe médicale a accepté de l'émasculer, ce dont il doit se repentir devant Dieu.

Je sais, des gens trouveront ça rétro et dépassé, mais tant pis.

Avec les amitiés et les pensées cordiales de Fred. :-)

Recevons chacune de nos journées comme un cadeau précieux.

RÉPONSE 4

«Et ce frère doit se convaincre qu'il n'a jamais cessé d'être un homme» (Fred)

Une difficulté réside en ce que cette soeur est convaincue qu'elle n'a jamais cessé d'être une femme exilée dans un corps étranger.

Suffit-il de lui exhiber son chromosome Y pour lui démontrer ? Le sexe est-il aussi simple que ça?

Je crois néanmoins à la nécessité du repentir
"Seigneur Pardonne-moi ! Je n'ai pas su surmonter ce que je percevais comme une épreuve épouvantable, j'ai choisi le moindre mal à mes yeux. Seigneur, pardonne-moi ! j'ai choisi une forme de facilité. Mon doux Seigneur aie pitié de moi ! Je me suis amputé, j'ai meurtri mon corps car le mensonge que je vivais avant est plus lourd à porter que le mensonge que je suis à présent, pardonne-moi de n'avoir pas su prendre soin du corps que tu m'avais confié.

A présent, je veux pouvoir me blottir dans Tes bras, s'il Te plaît Seigneur accueille-moi en dépit de toute cette boucherie et de tous ces mensonges... etc".

Et après, on passe à l'essentiel : on continue sur le Chemin en ayant l'espoir que ce trait tiré sur le passé permet d'avancer.

C'est vrai que le passé n'est pas effacé, cette femme reste avec un chromosome Y, moi je continue à vivre en dépit des offenses irréparables que j'ai commises, le repentir n'y change rien, il n'est pas fait pour ça.

- Pierre

RÉPONSE 5

Gloire à Dieu pour cette personne qui malgré la complexité de ces choix humains s'est donnée à Dieu !

J'aurai tendance à penser qu'il faut assumer les choix du passé... Il y a des choses qu'on ne peut pas "défaire" sans faire plus de mal que de bien.

Imaginons qu'un homme se marie avec une femme pour une très mauvaise raison (je dis n'importe quoi, mais par exemple pour se venger, par vices, etc.), que son but soit de la rendre malheureuse cette femme. Imaginons que pendant x années, cet homme s'emploie à torturer moralement cette femme. Imaginons que par la grâce de Dieu, cet homme s'humilie et accepte le salut en Jésus Christ, qu'il soit une nouvelle créature... Avant sa conversion, il a fait quelque chose d'horrible, mais va-t-on lui demander de défaire ou plutôt de réparer ? Je prends un exemple comme ça, mais j'ai lu des témoignages de ce genre...

Le point est : avant d'accepter cette nouvelle naissance avec tout ce qu'elle implique de nouveau, nous sommes tous pécheurs, à différents niveaux et on récolte le fruit de nos péchés. Certains fruits sont plus difficiles à porter dans notre nouvelle vie que d'autres, mais, je me dis qu'on est tous susceptibles d'avoir eu des fruits monstrueux.

Nous devons mettre notre vie en règle à la fois pour être un témoignage à la Gloire de Dieu mais aussi pour vivre dans cette sainteté à laquelle tout notre être aspire.

Je me dis qu'il faut prier très très fort pour lui, pour que Dieu lui donne le courage d'affronter cette situation très hors norme, prier également pour qu'il puisse prendre LUI la décision, selon ce que DIEU veut : revenir en arrière ou rester dans cette situation. Et prier pour que l'assemblée de cette personne, reçoive également la réponse du Seigneur pour l'accepter, quelle qu'elle soit. Je me doute bien que c'est quelque chose de très difficile... Je vous avoue que je ne saurai pas quoi faire par rapport à ce problème, mais j'ai confiance que Dieu nous montrerait :)

- Valérie

RÉPONSE 6

Il est évident que son transsexualisme est de l'homosexualité. Il est évident que son mariage n'est pas béni. Il est évident que, s'il obéit au Saint-Esprit qui est toujours selon la Parole, il se repentira d'avoir mutilé le temple que Dieu lui a confié.

Dieu ne bénit pas le mensonge. Les efféminés et les menteurs n'entreront pas dans le Royaume.

- Nicolas

RÉPONSE 7

«il est évident que... il est évident que... il est évident que» (Nicolas)

Ouais... Mais pour qui est-ce évident ?

- Pierre

RÉPONSE 8

Je trouve fort juste l'observation de Fred. J'ai d'ailleurs la même opinion. Je trouve intéressant qu'Yvan cherche dans la Bible.

Voici ce qui m'est arrivé un jour: un voisin de mes parents arborait un poisson sur sa voiture. Nous l'invitons à boire un coup, nous parlons, et rendez-vous est donné un jour avec les enfants dans un parc avec le pasteur de ce monsieur, qui anime un petit groupe.

Nous parlons, parlons, puis soudain ma femme dit au pasteur: dis-moi la vérité, tu es une femme en fait?

J'avais pressenti quelque chose, mais je n'avais pas vu cela.

Le "pasteur" qui se fait appeler François se nomme en fait Catherine. Elle vit en concubinage avec une fille de 18 ans (elle a la quarantaine) et elles attendent le miracle: qu'il lui pousse une zigounette (pardonnez-moi l'expression).

Catherine est venue chez moi, et auparavant, j'ai appelé un très bon ami qui me raconte toute l'histoire: il a évangélisé cette fille en 1978, dans la rue (il est évangéliste de rue). Quelques mois après, et après sa conversion, elle se fait mutiler les seins dans une clinique, malgré le conseil de mon ami.

Elle a tourné dans les milieux évangéliques, passant d'une assemblée à une autre.

Elle est venue chez moi, et je ne pouvais pas l'appeler François, car ce n'est pas son état civil. Elle a tenté de déstabiliser mon épouse en tapant sur des brèches, tant et si bien qu'en une heure, nous étions au bord de la scène de ménage. Nous nous sommes mis à genoux, avons prié, après quoi j'ai pris autorité sur elle, qui nous "pasteurisait", en lui demandant: soit de cesser son petit jeu, de se repentir de cette mutilation, et de se confier au Seigneur, soit de quitter les lieux.

Elle a réagi vivement presque en pleurant, comme quoi je n'avais pas d'amour. Mais il ne s'agissait pas de quelqu'un avec un simple besoin: il s'agissait de quelqu'un s'immisçant dans la vie des chrétiens, et voulant leur faire la cure d'âme: un vrai serpent. D'ailleurs, le frère Jayet, revivaliste connu, en lui imposant les mains, lui avait demandé de se repentir car il voyait deux serpents, un mâle et une femelle, enroulés autour de sa colonne vertébrale.

Au point où j'en étais, je n'ai pas souhaité la revoir, car elle voulait juste être justifiée, et commençait à me faire le coup des menaces spirituelles, malédictions et autre, et je ne voulais pas que ma femme en pâtisse, car elle est fragile (nous avions plusieurs procès sur le dos à l'époque).

Je constate qu'autour de nous, aucun mouvement évangélique n'a su l'aider. Beaucoup l'ont jugée et exclue. Cependant, je ne saurais leur jeter la pierre. Car cette Catherine n'a jamais voulu se repentir, et ses "blessures" ne sauraient représenter un droit quelconque, un chantage à la compassion. En l'aimant davantage, même si nous sommes moins aimés d'elle, nous lui rendrons véritablement service.

Je n'ai aucune communion spirituelle avec des chrétiens homos (ce qui est son cas à elle), mais je puis avoir avec eux des relations amicales, pour les gagner. Je serre la main d'homos, je leur parle gentiment, je plaisante même parfois avec eux, mais quand ils me posent la question, je réponds très clairement ce que dit la Bible, puis après, je ne leur dis plus rien: je me tiens à la Parole de Dieu, et je reste amical, la main tendue.

Si nous ne nous tenons pas sur la Bible, les puissances ténébreuses venues de l'enfer ne manqueront pas de nous dévorer tout cru ! Et je puis vous dire qu'il existe déjà des "pink cross", et des églises homosexuelles, bénissant des mariages homos.

Cette question est épineuse, mais voici 2000 ans, la Bible mentionnait déjà ces problèmes.

Le ton peut paraître sec, mais c'est le style télégraphique que j'ai utilisé ! Je prends des précautions... mais pour dire la même chose !

C'est un sujet extrêmement délicat, et ces gens sont vraiment en souffrance.

- Nicolas

RÉPONSE 9

Si je peux apporter mon opinion basée sur ma compréhension des Écritures, je dirai, que cet homme doit absolument abandonner sa vie de péché avec cet homme et vivre seul, d'ailleurs devant Dieu il n'a jamais été marié.
Voici le verdict de Dieu et il n'a pas changé sous la grâce.

Lévitique 20:13 Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux.

Paul dira lui :

demeurerions-nous dans le péché afin que la grâce abonde, certes NON !

De plus, tous les Juifs qui avaient marié des femmes étrangères, ce qui était défendu par Dieu, ont dû les renvoyer pour lui plaire.

Esdras 10:10 Esdras, le sacrificateur, se leva et leur dit: Vous avez péché en vous alliant à des femmes étrangères, et vous avez rendu Israël encore plus coupable.
Esdras 10:11 Confessez maintenant votre faute à l'Eternel, le Dieu de vos pères, et faites sa volonté! Séparez-vous des peuples du pays et des femmes étrangères.
Esdras 10:14 Que nos chefs restent donc pour toute l'assemblée; et tous ceux qui dans nos villes se sont alliés à des femmes étrangères viendront à des époques fixes, avec les anciens et les juges de chaque ville, jusqu'à ce que l'ardente colère de notre Dieu se soit détournée de nous au sujet de cette affaire.

Pour ce qui est de redevenir homme, je dirai que cela dépend de sa conscience, personnellement je le ferais, mais le choix dépend de lui. Toutefois, je me demande sérieusement comment il pourrait glorifier Dieu dans cette situation de vouloir rester travesti, si étant dans les ténèbres il a eu le courage de se faire travestir, à plus forte raison, devrait-il l'avoir davantage dans la lumière pour redevenir comme Dieu l'a fait.

- Gilles

RÉPONSE 10

Je lui dirai :
"Si Dieu l'a trouvé comme tu es, son regard n'a pas changé sur ton âme, alors moi je ne regarde jamais au corps, je veux faire comme lui, regarder à ton âme"
mon seul problème sera de t'appeler "soeur", mais ça c'est mon problème, pas le tien. Le tien sera de m'appeler "frère".

Homme ou femme, c'est une question de patience, bientôt.. là-haut... (à moins que ce ne soit là-bas) nous serons avec un corps glorifié et comme les anges, sans besoin de prendre de mari.
 

- Pierre-Antoine

RÉPONSE 11

«Si jamais cette femme vient me demander mon opinion sur sa "situation", je songe aussitôt à : 1 Corinthiens 7:20

Que chacun demeure dans l'état où il était lorsqu'il a été appelé.» (Pierre)

Tu seras toujours égal à toi même, qu'est-ce que l'on ne ferait pas dire à la Parole de Dieu.

Le verset que tu cites n'a rien avoir avec la situation puisqu'il est associé à des situations qui n'ont pas péché, comme la circoncision et l'esclavage et non au péché.

Si je vis en concubinage lorsque j'ai été appelé à donner ma vie au Seigneur, dois-je y rester sous prétexte que c'était avant ma conversion en y appliquant 1 Cor 7:20 ?

En Romains 6 Paul dit clairement NON !

- Gilles

RÉPONSE 12

La question d'Yvan est simple, les réponses sont complexes.

La mienne sera tout aussi simple.
Cher ami, (frère ou soeur ?), ce n'est pas à moi qu'il faut demander un avis, c'est à ton Sauveur, jeûne, prie, recherche le conseil de Dieu, la direction de l'Esprit qui conduit dans toute la vérité.

Mais recherche avec un désir d'obéissance. Car de ton obéissance à ce qu'il te révélera dépendra ton éternité.

Si tu as besoin de moi pour t'aider dans le jeûne et la prière, et que tu fais partie de ma région de vie (France Lorraine) je serai là, avec des frères et des soeurs solides, mais sur place, dans l'église locale (...)

Fraternellement en Christ.

- Pierre-Antoine

RÉPONSE 13

Salut Pierre,

Pareillement si je suis un arnaqueur ou un voleur, dois-je rester comme ça sous prétexte que c'est le meilleur moyen de faire vivre ma famille :-)))

Et si je suis bouddhiste ou musulman, dois-je rester dans l'état où le Seigneur m'a rencontré?

Paul aurait peut-être dû rester persécuteur de l'Eglise, va savoir... Il paraît que l'Eglise se porte mieux quand elle est persécutée et dans la disette, que lorsqu'elle est dans l'abondance des biens de ce monde.

La Bible n'est jamais autant lue que lorsqu'il faut risquer sa vie pour en acheter une que lorsqu'elle trône en dix versions sur la plus haute étagère de la bibliothèque.

Fraternellement en Christ,

Pierre-Antoine

RÉPONSE 14

«qu'est-ce que l'on ferait pas dire à la Parole de Dieu» (Gilles)
Merci Gilles, tu me l'enlèves de la bouche... car c'est le moins qu'on puisse dire en la circonstance, suis-je le seul à utiliser le "verset qui tue" ?
D'ailleurs est-ce qu'il tue mon verset ?

En ce qui me concerne, tu remarqueras que je n'ai pas traité du problème du couple formé par cette personne et son compagnon.

Je n'ai aucune idée du sexe qu'il faut attribuer a priori à cette personne, il faudrait mieux la connaître.

C'est hélas systématique chez moi je choisis toujours l'hypothèse la plus favorable à autrui avant de me draper dans ma vertu. Peut-être s'agit-il d'un horrible pervers, mais je n'y songe pas de prime abord, surtout s'il me demande conseil. Je vois un être créé à l'image de Dieu (quel sexe Dieu ?).

Si vous pouvez me démontrer, verset à l'appui, que cette personne est un homme alors nous pourrons envisager les diverses "accusations" relatives à sa sexualité...

Accusations qu'il faut revisiter car la Bible pointe des comportements pervers ou de prostitution, et il n'est pas certain qu'aujourd'hui l'accusation de perversion (sexualité sans amour sincère) soit encore d'actualité.

Par ailleurs,
je trouve bizarre que l'on puisse se mettre en colère, se montrer orgueilleux, mentir, voler, violer, torturer, tuer... à qui mieux mieux et s'en trouver quitte après un repentir alors que dans tout ce qui concerne la sexualité (et semble-t-il exclusivement la sexualité - c'est à croire que c'est plus facile à dominer que les autres facettes de notre comportement) le repentir ne suffit pas.

Quand il s'agit de sexualité (c'est à dire un domaine où il n'y a pas nécessairement d'offense à autrui), il faut réparer, toujours réparer, revenir en arrière, retourner en enfer éventuellement, au fond il n'y a jamais de pardon, on ne peut pas passer à autre chose, la libération sera la mort.

Par exemple, je suis peiné par le sort que réserve généralement l'Eglise Catholique Romaine aux divorcés remariés...

Et pourtant, j'ai beau regarder par terre mais je ne vois jamais d'oeil énucléé dans les églises et les temples, c'est à croire que personne ne regarde personne.

- Pierre

RÉPONSE 15

Nous sommes apparemment conduits à nous préoccuper de questions relatives à l'identité devant Dieu des hommes et des femmes qu'il a créés. Il me semble (c'est juste une impression très profondément ancrée en moi) que chaque être humain doit accepter d'être ce que Dieu l'a crée, homme ou femme. Cela se fait inconsciemment et plus ou moins doucement, la plupart du temps, mais cela peut se faire au cours de crises beaucoup plus violentes dans d'autres cas, principalement pendant l'enfance et l'adolescence, mais aussi à l'âge adulte.

Il y a ceux et celles chez qui des sentiments de révolte et de revendication personnelle prennent le dessus, parfois au point d'aller jusqu'à la mutilation, pour l'homme qui renie son sexe. C'est un sujet très fascinant pour les médias, par exemple pour les nombreuses émissions de télévision sur les transsexuels.
Ce que je prétends, c'est que celui ou celle qui prétend corriger une erreur de la Nature, par exemple en rendant - par la chirurgie - son corps plus conforme aux aspirations de son âme, sexuée selon certaines théories, cède en fait à une séduction d'un esprit de mensonge: "Tu es profondément femme, mais voilà que par une malheureuse injustice du sort, tu te trouves affligé d'un corps d'homme", ou, au contraire: "C'est malheureux que l'homme que tu es au fond de toi soit obligé de s'accommoder d'un corps de femme". Il peut s'en suivre des voeux fous, à l'âge de l'adolescence, qui conditionnent ensuite la vie d'adulte. Par exemple, une jeune fille décidera de ne jamais se marier (eh oui! ça existe aussi) et de n'avoir en aucun cas des enfants. Ensuite, elle pourra se trouver prisonnière de ses voeux fous, et sera incapable d'établir une relation normale et épanouissante avec un partenaire. Et elle se demandera pourquoi, jusqu'à ce qu'une relation d'aide contribue peut-être à l'amener à voir plus clair en elle.

En réalité, il y a une profonde sagesse dans certaines prières juives, qui disent: "Seigneur, je te rends grâce de ce que tu m'as fait homme", et qui conforte le mâle dans la conviction que, pour lui, Dieu ne pouvait pas faire mieux qu'Il n'a fait! Il faudrait juste compléter le tableau par une prière tout aussi valorisante pour la Femme, qui devrait pouvoir remercier Dieu de ce qu'Il l'a faite, elle aussi, telle qu'elle est, source de vie ... Cette prière, à ma connaissance, n'existe pas encore, dans la tradition juive!

L'âme n'est sans doute pas sexuée. En fait, je n'en sais rien! L'esprit probablement non plus! En tous cas, dans le Royaume des Cieux, je sais que nous serons semblables aux anges, et que le mariage n'est fait que pour ici-bas.
Mais ce que je crois avoir compris, c'est que nous avons tous et toutes à faire preuve d'une attitude d'obéissance, plus ou moins facile peut-être, par rapport à notre corps. C'est Dieu qui nous a créés homme ou femme, même si, dans la Genèse, il est dit qu'Il nous a créés homme et femme. C'est vrai aussi, en ce sens qu'il y a en chacun-e de nous une part mâle et une part femelle, variable selon chacun.

Avec les amitiés et les pensées cordiales de Fred. :-)

Recevons chacune de nos journées comme un cadeau précieux.

RÉPONSE 16

Fred prétend:

«Ce que je prétends, c'est que celui ou celle qui prétend corriger une erreur de la Nature, par exemple en rendant - par la chirurgie - son corps plus conforme aux aspirations de son âme, sexuée selon certaines théories, cède en fait à une séduction d'un esprit de mensonge»

Et c'est bien ce que je prétendrais aussi: pure séduction.

Pour le changement de sexe, c'est une question embêtante qui est posée comme si on pouvait y répondre d'une façon légaliste et le tour est joué. Pôôôôvre nous autres!!!

Le problème n'est pas juste une question de changement de sexe, il est plus profond que ça. Il a son origine dans les profondeurs de l'âme. Le problème en est un de comportement dépendant développé à partir d'une décision que la personne a faite bien longtemps avant de se faire opérer.

Premièrement, cette personne-là est sous une séduction profonde parce qu'elle a choisi d'agir selon ses sentiments. Elle a choisi, il y a longtemps, d'écouter ses sentiments et a refusé d'écouter ce que Dieu dit des choses. Donc, le désir a créé l'habitude et l'habitude a renforcé le désir.

Il est marié et il est chrétien maintenant. D'un point de vue légaliste, il est marié, ok. Mais d'un point de vue biblique, il est un homosexuel et un homme ne peut marier un autre homme. Il a essayé de changer sa conception d'une façon légaliste, mais pour Dieu qui l'a créé et qui a tissé Lui-même son corps et compté ses jours, il est toujours un homme. Sinon, un homme qui est obligé de subir une opération de castration pour cause de maladie pourrait aussi bien réclamer d'être considéré comme une femme, non ?

Ce que je suggérerais pour la cause de cet homme-femme ? C'est tout simplement un autre homosexuel qui doit renier son mariage et demander à Dieu de lui donner la provision pour prendre les bonnes décisions, et cette fois, des décisions en accord avec la Parole de Dieu. Il n'y a pas de facilité dans ça.

Son mal est profondément encré dans l'âme et seul Dieu peut guérir et restaurer l'âme pour qu'elle se remette à fonctionner comme Il l'avait conçue au départ.

J'ai trouvé tout de même intéressantes toutes les réponses données. Je pense, Yvan, que tu as matière à réflexion.

- Yolande

RÉPONSE 17

J'ai connu à l'époque un ou une amie, comme vous voulez, il s'était fait opérer lorsqu'il était en pleine période de déchéance au niveau de l'héroïne.

En devenant une femme, elle pouvait mieux se prostituer pour payer sa dose...
Ensuite plusieurs années plus tard, elle s'est convertie...

Ce qui était ressorti pour elle c'est que Dieu l'acceptait comme elle était. Ensuite elle a reçu la conviction qu'elle devait rester célibataire.

Et cette conviction c'est bien au pied de la croix qu'elle l'a reçue c'est l'Esprit qui lui a montré et non pas les hommes qui lui ont imposé, et cela fait toute la différence pour moi....

Ensuite cette personne est restée dans la communauté d'accueil où elle avait fait sa cure de désintoxication pour l'héroïne et elle a décidé de donner le reste de sa vie pour le travail d'accueil.

Elle était devenue une servante du Seigneur pour les gens les plus défavorisés.
C'est là que j'ai fait sa connaissance pendant ma première cure de désintox à Berdine dans le Vaucluse en France.

Avec les gars, elle réagissait comme une maman l'aurait fait et avec les filles comme une grande soeur. Elle faisait complètement abstraction d'elle même pour être complètement disponible aux besoins des autres...

Elle avait vraiment fait don de sa vie pour les autres... Cela me rappelle que Dieu emploie les choses faibles et folles pour confondre les gens qui se croient forts ou sages...

Comme quoi avec Dieu il y a toujours de l'espoir

- Jean-Daniel

RÉPONSE 18

Il y a un aspect que j'aimerais relever dans vos commentaires, c'est le fait que le sexe est attribué par Dieu, changer ce sexe peut être interprété comme si Dieu s'était trompé.

Salomon a écrit:

«Dieu a fait les hommes droits mais ils ont cherché beaucoup de détours» Ec.7:29

, ce ne semble donc pas une question de génétique mais plutôt de conditionnements, de blessures émotionnelles profondes et de voeux intérieurs - comme écrivait Fred. D'ailleurs à la résurrection, si nous ne prendrons pas femme ou mari, je m'imagine difficilement que les différences entre les sexes seront abolies; je ne risque tout de même pas à prendre Yolande pour Pierre-Antoine si je ne les aperçois qu'à partir des épaules en descendant!!! Celui qui a fait changer son sexe sur terre se retrouvera - à mon avis - pour l'éternité avec le sexe que Dieu lui avait donné à sa naissance. Il aura bien le temps de s'y acclimater cette fois, d'autant plus qu'il sera parfait et n'aura plus aucune propension à «chercher des détours».
- Yvan le Webmestre

RÉPONSE 19

Pour la question d'Yvan vraiment c'est un casse-tête je me pose la question "qu'aurait fait Jésus à ma place?" et j'avoue que pour moi la réponse si un membre de l'église locale venait me dire cela je ne pourrais répondre immédiatement il faudrait avoir la direction de l'Esprit. Et puis il faudrait savoir quand il a eu cette repentance après le changement de sexe après le mariage, etc.
Je crois que je prierai longuement et j'intercéderai pour il(elle) pour que la grâce de Dieu soit sur cette personne. Je prie et je vous livrerai la direction de l'Esprit. (...)

Pour ce cas l'Esprit me rappelle les paroles de Jésus au brigand sur la croix, je pense que nous devons avoir la même attitude vis-à-vis de cette personne, mais il faut la préserver car le peuple de Dieu est versatile nous le voyons lors de la traversée dans le désert.

Prenons et rappelons-nous les leçons qui sont dans la Parole et surtout n'essayons pas de réécrire la Bible car elle est parfaite.

- Jean





Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes samedi 23 septembre 2017