L'avortement

Décision historique sur la légalisation de l'avortement aux États-Unis

Témoignage d'une mère face à la décision de se faire avorter

D'avorton à champion

Blessures causées par l'avortement

Position différente sur l'avortement

Position des Pères de l'Église sur l'avortement

Existence avant la naissance

Dernières nouvelles


Décision historique sur la légalisation de l'avortement aux États-Unis

Abraham Lincoln, pointant la Bible, a écrit: «tout ce qui est bon venant du Sauveur du monde est communiqué à travers ce Livre; sans ce Livre nous ne pourrions distinguer le bien du mal. Tout ce qui est désirable pour l'homme est contenu en lui.»

Aujourd'hui, par contraste, nous nous tournons vers la science médicale et la technologie. Les docteurs sont devenus les nouveaux grands prêtres de la culture Américaine, remplaçant les leaders spirituels du passé.

Quand la cour suprême a considéré la cause de Roe vs Wade en 1973 à propos du droit à l'avortement, sa décision a tourné presque exclusivement sur le témoignage de certains docteurs pour dire à la cour si les bébés dans le ventre de leur mère devaient être considérés comme des êtres humains. S'ils l'étaient, les foetus devaient se faire accorder les droits inaliénables que nous octroyons à tout être humain.

Sur ce point clef les docteurs ont vacillé. La possession d'une âme ne peut être prouvée puisqu'il n'y a aucune évidence physique pour montrer qu'un foetus a une âme ou qu'il a été créé à l'image de Dieu. (Cela ne peut être prouvé non plus, bien sûr, pour un être humain adulte).

Richard Neuhas écrit: «Pour la première fois... il fut explicitement affirmé qu'il était possible de s'adresser à ces questions de la plus haute importance sans se recommander à la tradition judéo-chrétienne... Pour la première fois dans la jurisprudence Américaine, la cour suprême a explicitement exclu la philosophie, les éthiques et la religion comme des facteurs dans sa délibération».

Parmi les membres de la cour suprême imbus de la nouvelle vision du monde, la question tournait autour du développement physique du foetus. La grossesse était divisée en trois trimestres, avec l'idée que le foetus ressemblait plus à un homme et était plus «viable» avec chaque mois qui passait. Parce que la cour avait approché cette question dans une direction physique plutôt que spirituelle, elle a décidé que la grossesse pouvait être légalement interrompue jusqu'au moment de la naissance (quoique l'interruption de la grossesse était découragée sous certaines circonstances dans le dernier trimestre). Les circonstances qui indiqueraient un avortement devaient être déterminées par les médecins.

Seulement à partir de la naissance, (aux yeux de la société), le foetus devient un être humain qui mérite notre protection. Les docteurs sont devenus de puissants courtiers détenant le pouvoir de vie et de mort auprès de millions d'Américains pas encore nés - une puissance que les docteurs se battaient pour avoir quand ils ont témoigné durant le procès de Roe vs Wade.

Citons David C. Reardon: «Ce que la cour a soutenu c'est que ce choix n'était pas inhérent à la femme, mais celui du médecin qui décidait librement de traiter sa patiente de quelque manière qu'il jugeait bonne. Seulement le docteur personnel de la femme, la cour a insisté, est qualifié pour déterminer ses «besoins de santé»... La cour a placé peu ou pas d'accent sur le choix de la femme, mais a insisté que la décision sans appel «est en soi, et primordialement, une décision médicale, et que la responsabilité de base doit demeurer avec le docteur.»

- Zeb Bradford Long et Douglas McMurry «Collapsing the brass heaven» traduit par Le webmestre


Témoignage d'une mère face à la décision de se faire avorter

En 1983, je suis tombée enceinte, alors que j’avais déjà deux enfants de 6 et 5 ans. Un oubli de pilule, et « l’accident » s’était produit. Mes deux enfants étaient trop petits, je ne me sentais pas la force d’en avoir un troisième.

Je me sentais même farouchement opposée à l’idée d’avoir ce bébé. J’en parlais à mon mari qui sentit intensément mon aversion, et qui accepta l’avortement que je lui proposais.

Nous primes rendez-vous à la maternité afin que je subisse une IVG (interruption volontaire de grossesse). Le gynécologue qui me reçut, après un examen, doutait que je sois encore dans les délais légaux pour un avortement, il me demanda donc de passer une échographie pour voir la taille de l’embryon.

Je dus attendre deux jours, avant l’autre rendez-vous, deux jours où la panique me saisit, je ne voulais pas de cet enfant, cela m’horrifiait, je refusais de le mettre au monde.

J’étais désespérée d’être enceinte à nouveau, je m’en voulais de cet oubli, ou je m’en voulais de ne pas m’être aperçue plus tôt de mon état, si jamais il s’avérait que l’embryon était trop âgé pour une interruption de grossesse.

Le jour du rendez-vous à l’échographie arriva enfin. Fait curieux, le médecin qui pratiqua l’échographie ne semblait pas au courant de mon désir d’interruption, et agissait envers moi comme si j’étais une future maman, pourtant cela devait être précisé dans mon dossier. Donc, il commença à m’expliquer ce qu’il voyait ; évidemment, je regardais cela du coin de l’oeil, sans beaucoup d’intérêt.

Pourtant à un moment bien précis il attira mon attention. Voilà, tenez, regardez, on voit bien la forme de la tête - moi je ne voyais rien qu’une espèce de têtard flottant dans un liquide. Néanmoins, il s’est passé quelque chose en moi, je me suis mise à aimer ce petit têtard et même j’ai ressenti une immense plénitude à l’idée de le savoir en moi.

Après l’examen complété, le médecin me rassura que je n’étais enceinte que de 4 semaines et que je n’avais pas dépassé les délais légaux. Il me remit les clichés de l’échographie, et de retour à la maison, je les regardais longuement, sans rien dire. Sans cesse, je les ressortais pour contempler le petit têtard;-)

Lorsque je retournais chez le gynécologue, le lendemain, je lui annonçais que je désirais garder mon bébé. Mon mari me lança un regard de surprise, ma décision était arrivée si subitement, je ne lui en avais même parlé, mais je ne pouvais tout simplement pas faire ça.

Bien entendu, il en fut heureux.

Elle s’appelle Julia, elle vient d’avoir 18 ans et elle est un soleil dans ma vie.

C’est l’expérience la plus heureuse d’un manque de contraception, pour le reste, je ne porte aucun jugement.
 
 

Affectueusement en Christ

Christine



D'avorton à champion



Bob et Pam Tebow sont des missionnaires. Ils vivaient aux Philippines quand Tim fut conçu. Bob, un homme grand et mince avec les cheveux blanchis par le soleil raconte, "Je prêchais dans les montagnes de Mindanao et j'ai prié ainsi: Dieu, si u veux un autre prêcheur dans cette partie du monde, donne-moi un Timmy. Donne-moi un fils et je vais l'élever pour qu'il soit un prédicateur." (Dans la Bible, l'apôtre Paul écrit uen couple de lettres à un prédicateur du nom de Timothée.) "Et ce soir-là, j'ai demandé à Dieu de me donner Timmy par son nom". Pam, la mère de Tim Tebow, s'était fait recommander par des médecins d'interrompre une grossesse jugée dangereuse.

Celle-ci a fait fi des recommandations des médecins et c'est ainsi qu'est né son cinquième enfant, Tim, né le 14 aout 1987 à Manille, Philippines.

Tim Tebow est un quart-arrière jouant pour les Gators de la Floride dans la NCAA, il a remporté le trophée Heisman remis au meilleur joueur de football universitaire des États-Unis en 2009.



Blessures causées par l'avortement

De nombreuses recherches cherchent à déterminer le degré de conscience des bébés lorsqu'ils viennent au monde. Que savent-ils au moment de leur naissance ? Comment organisent-ils et intègrent-ils cette connaissance dans les premières années de leur vie ?

Même s'il n'existe pas de réponse définitive, il semble que bébé en sait beaucoup plus qu'on ne le croit communément. il voit, il entend, il comprend. Il est génétiquement programmé se lier d'amitié avec tout adulte qui prendra soin de lui.

Longtemps avant de s'exprimer par la parole, le nouveau-né pense, apprend et mémorise. L'intellect est à l'oeuvre bien avant l'apprentissage du langage. La perception, le classement en catégories ne sont pas dépendants du langage. Avant la Parole, l'enfant dispose des formes, des couleurs, des odeurs et de tout un système de relations à autrui. Jusqu'où peut-on repousser les frontières de la mémoire ? un article du Times sur le sujet affirmait qu'il était possible de remonter au-delà de la naissance. Le Dr Thomas Verny, neurologue et psychiatre canadien, défend la thèse d'une mémoire prénatale.

P.16 Dans une étude sérieuse, portant sur 2000 femmes, le Dr. Monika Lukesch de l'université de Francfort montre la relation qui existe entre l'attitude de la mère à l'égard de son bébé pendant la grossesse et la façon qu'il se présente à la naissance.

La qualité des relations conjugales semble jouer également un rôle décisif sur la vie de l'enfant à naître.

Le Dr. Rottmann de l'université de Salzbourg en arrive aix mêmes conclusions: il démontre que le foetus est capable d'une diversification très subtile d'émotions.

La Bible nous donne l'exemple de marie qui, enceinte, se rend auprès de sa cousine Élisabeth.

David Seamands «La guérison des souvenirs»:

Mon péché, ton péché

Néhémie et Esdras étaient des hommes justes. Vous pouvez être une personne juste qui n'est pas impliquée de manière directe avec les vices présent dans cette nation. Mais aucune tentation n'est pas commune à l'humanité 1Co.10:13. Nous pouvons tous nous identifier avec les racines de chaque péché Ro.3:23.

Prenez, par exemple, le sang innocent répandu dans l'acte de l'avortement. Vous pouvez n'avoir jamais participer à un avortement, nous nous sommes tous coupables des péchés à la racine qui ont donné place à une telle activité. Je peux penser à 5 racines communes qui conduisent à l'avortement: la convoitise, l'amour du confort, l'amour de l'argent, le rejet et l'incrédulité.

- La convoitise, parce qu'elle est souvent le contexte pour la conception irresponsable.
- L'amour du confort, parce que la décision d'avorter est souvent faite pour éviter l'inconfort de la grossesse.
- L'amour de l'argent, à cause du choix d'éviter le sacrifice financier même au prix d'une vie humaine.
- Le rejet, à cause de sa peur du rejet par la société ou son ami de coeur, la solution d'une femme est en fait de rejeter l'enfant qui se trouve dans son sein.
- L'incrédulité, parce que nous mettons de côté l'existence d'un Dieu juste qui va sûrement honoré une décision difficile mais juste. La voix de l'incrédule conclut: «Si j'ai ce bébé, cela va ruiner toute ma vie!»

Voici les luttes communes à nous tous et elles illustrent, par conséquent, le besoin d'une identification honnête avec les péchés de notre nation quand nous nous tenons sur la brèche, Ez.22:30 demandant la miséricorde de Dieu.

Conflit idéologique

Pr.1:20-21

L'humanité est déchue et a besoin de Dieu, mais relativement peu de personnes sont consciemment méchantes. La plupart des gens se voient eux-mêmes comme ayant au moins quelques vertus. De plus, la plupart des gens honorent certaines vertus qu'ils ne possèdent pas eux-mêmes.

Par exemple, l'affrontement au sujet de l'avortement. J'en suis venu à appeler ce conflit «la miséricorde et la justice versus la miséricorde et la justice.»

Les partisans des droits à l'avortement ne se voient certainement pas eux-mêmes comme étant méchants. Ils se voient eux-mêmes comme des humanistes compatissants concernés par la pauvre qualité de vie expérimentée par les enfants et les femmes rejetés. Cependant, quand un protestataire chrétien brandit une pancarte qui accuse les partisans des droits à l'avortement comme sanctionnant le meurtre, ce chrétien est en train d'affirmer une vérité morale. Le défi qui nous fait face c'est de communiquer la vérité sans juger l'individu; soutenir des standards sans prendre des patrons sataniques de condamnation et d'accusation.

Les gens en faveur de l'avortement vivent selon leur propre code moral. C'est un code dérivé d'une vision du monde mécanique, déterministe et athée, mais elle est néanmoins perçue comme étant empreinte d'amour et juste. P.239 Il est par conséquent impératif que vous et moi voyons et approuvions les qualités louables à l'intérieur de l'idéologie de nos opposants, pour dénoncer les faussetés et en même temps honorer les gens qui recherchent la justice et l'amour, pour «respecter ce qui est correct aux yeux de tous les hommes» Ro.12:17.

John Dawson: «Guérison des blessures d'Amérique»:


Position différente sur l'avortement

L'avortement comme tel n'est pas discuté dans la Bible, donc toute explication à savoir si c'était légiféré ou commenté est spéculative. Une possibilité est que la préoccupation culturelle évidente avec la procréation dans la Bible hébraïque prévient toute considération de mettre un terme à une grossesse. L'évidence archéologique indique que dans l'Israël ancien, le taux de mortalité infantile était aussi élevé que 50%. Il est aussi possible que, étant donné la diète et les conditions de vie à l'époque, la fertilité de la femme soit basse. Le contrôle mâle de la reproduction et la croyance que des descendants nombreux était un signe de la bénédiction divine sont aussi retrouvés dans la Bible. Ces facteurs supposent la position que l'avortement n'a pas dû être commun.

D'un autre côté, on peut argumenté que l'avortement était pratiqué sans censure. Plusieurs femmes mouraient en donnant naissance, une incitation puissante pour éviter de mener une grossesse à terme. La législation biblique, comme dans Lé.27:3-7, indique que la vie des enfants aussi bien que la vie des femmes n'étaient pas autant estimées que la vie des adultes mâles, alors qu'il n'y avait aucune valeur que ce soit d'attribuée à la vie d'un enfant de moins de un mois. Il n'y a aucune indication que le foetus avait un statut quelconque.

Un texte clé pour examiner l'attitude des anciens Israélites se trouve dans Ex.21:22-25 «Si des hommes se querellent, et qu'ils heurtent une femme enceinte, et la fassent accoucher, sans autre accident, ils seront punis d'une amende imposée par le mari de la femme, et qu'ils paieront devant les juges. 23 Mais s'il y a un accident, tu donneras vie pour vie, 24 oeil pour oeil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, 25 brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure.» Le texte hébreu se lit littéralement au v.22 «et il n'y a aucun dommage», impliquant par là que contrairement aux sensibilités présentes, la fausse couche elle-même n'était pas considérée comme une blessure sérieuse. Le jugement monétaire donné au mari de la femme indique que l'expérience de fausse couche n'était pas grave, que le dommage est considéré à la propriété de quelqu'un plutôt qu'à une vie humaine. Cette dernière observation est supportée plus loin par le contraste avec les pénalités à cause des blessures à la femme elle-même.

Plusieurs textes ont influencé les récentes discussions sur l'avortement. Les traditions juives et chrétiennes ont regardé le commandement divin «Soyez féconds et multipliez-vous» Ge.1:28 comme demandant un haut taux de procréation incompatible avec l'avortement dans une situation qui ne met pas la vie de la mère en danger. Comme dans Lé.27, les enseignements rabbiniques récents font une distinction entre la vie avant et après un mois de vie, tout en se reposant sur les injonctions bibliques de respecter et choisir la vie pour déterminer si les avortements peuvent être effectués pour préserver la vie de la mère. Les chrétiens opposés à l'avortement se sont référés à Lu.1:41-44 comme preuve qu'un enfant a connaissance dans l'utérus.

- Drorah O'Donnell Setel

- The Oxford Companion of the Bible


Tu ne feras pas mourir l'enfant dans le sein de sa mère, tu ne le feras pas mourir à sa naissance. Tu ne lèveras pas ta main de dessus la tête de ton fils ou de ta fille, mais dès leur enfance, tu leur enseigneras la crainte de Dieu

- Épitre de Barnabas vers 130 ap. J.C.

II, 1. Deuxième précepte de la doctrine : 2. " Tu ne tueras pas, tu ne commettras pas d'adultère " (Ex. 20. 13-14 ; Dt. 5, 17-18 ; cf. Mt 19, 18), tu ne séduiras pas de jeunes garçons, tu ne commettras pas de fornication, "  tu ne voleras pas " (Ex 20, 15 ; Dt. 5, 19 ; cf. Mt. 19, 8), tu ne t'adonneras pas à la magie, tu ne feras pas mourir par le poison, tu ne tueras point d'enfants, par avortement ou après la naissance, " Tu ne convoiteras pas les biens de ton prochain " (cf. Ex 20, 7).

- Didachè, vers 100 ap. J.C.


Existence avant la naissance


Jé.1:4 La parole de l'Eternel me fut adressée, en ces mots: 5 Avant que je t'eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi prophète des nations.

Lu.1:40 Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Elisabeth. 41 Dès qu'Elisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint-Esprit. 42 Elle s'écria d'une voix forte: Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni. 43 Comment m'est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi? 44 Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l'enfant a tressailli d'allégresse dans mon sein.

L'existence humaine aux yeux de Dieu ne commence manifestement pas à la naissance, comme le supposent les défenseurs de l'avortement. La négation de l'humanité a toujours été un prétexte de prédilection pour justifier le meurtre. Par exemple, les noirs et les indiens ont été considérés comme des animaux sans âme pouvant être maltraités et tués sans remords de conscience.


Dernières nouvelles
Il y a maintenant 30 ans que l'avortement a été légalisé aux États-Unis (en 1973), on estime qu'il y a eu depuis environ 42 millions d'avortement.

Une internaute m'a partagé qu'"En France, on parle de 200,000 avortements par année depuis 1975. Ce qui est horrible avec l'avortement, c'est que cela est aussi dangereux pour la mère, et pour les futurs enfants à naître. Paul Cesbron, ancien chef de clinique d'un des plus grands hopitaux parisiens, explique dans un de ses livres que 90% des enfants en néonatalité ont une mère ayant subi un avortement ou une PMA. Ce n'est pas un pro-life, on ne peut pas le soupçonner d'être partisan."

L'avortement démontre que nous n'avons pas réussi à satisfaire les besoins des femmes. Il ne suffit donc pas de le rendre illégal mais d'offrir une alternative meilleure aux femmes en les aidant sur le plan financier et en leur offrant du soutien émotionnel, car c'est souvent le désespoir découlant d'une perspective de vie d'isolement et de pauvreté à élever seule leur enfant qui pousse les femmes à se faire avorter.

Cela ne règlera pas complètement la question de l'avortement, car il y a aussi d'autres motifs qui font que des femmes choisissent de se faire avorter, des motifs contre lesquels seule une réévaluation des valeurs chez la femme peut prévenir. Par exemple, si élever un enfant fait obstacle à leur conception de bonheur liée à ce qui est perçue par elle comme une vie «émancipée» dans le travail et les loisirs.

Bien entendu, il y a aussi un besoin de prévention à faire mais on doit tout de suite mettre en disponibilité des ressources pour inciter les femmes à garder leur enfant, cela recevra un bon echo chez les femmes qui se résignent en dernier recours à se faire avorter.

- Le Webmestre


   Classement par thèmes

   Sexe avant le mariage

   La tentation
   La maîtrise de soi
   Raisons de s'abstenir du sexe avant le mariage
   Les 12 fausses idées qui poussent les gens à l'impudicité
   La chasteté (Jean Chrysostome)
   Jusqu'où pouvons aller ?
   Toujours vierge à 36 ans
   Fréquenter une inconvertie et alors???
    Les fréquentations - 5 questions à se poser
   Les fréquentations
   Choisir la virginité

   Sexe dans le mariage

   Les frustrations sexuelles des nouveaux mariés
   L'amour renouvelé dans le mariage
   Le rôle du sexe dans le mariage

   Sexe en dehors du mariage

   12 étapes qui conduisent à une aventure
   L'adultère; la prévention (+ Sous menu)
   L'adultère en poésie et chanson
   L'adultère; Citations
   L'adultère en présence de Jésus
   L'adultère mis en lumière
   Aimer le plaisir plus que Dieu
   12 idées fausses qui conduisent au désordre sexuel
   L'amour passionnel
   Quand le sexe devient une dépendance
   La convoitise, comment la surmonter
   Le désir
   Gérer les pulsions sexuelles
   L'hédonisme
   L'intoxication sexuelle
   La beauté
   La prostitution

   Pratiques sexuelles


   La maîtrise de soi
   BDSM
   L'impuissance
   La fellation
   La masturbation
    Un homosexuel se convertit à Jésus (Andrew Comiskey)
   L'homosexuel et ses besoins spirituels (Leanne Payne)
   Le sexe oral et le sexe anal
   Le changement de sexe
   La polygamie
   La pornographie
   Ex-vedette de la porno se convertit au Seigneur
   Le cybersexe
   L'abus sexuel
   La forteresse du sexe

   Divers

   La raison pour laquelle Dieu a créé le sexe
    Et Dieu créa le sexe
   L'amour
   Les seins
   La beauté; un leurre
   La beauté passagère
   La nudité
   L'avortement
   La contraception
   La frigidité
   La chair
   La vraie repentance










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes lundi 29 mai 2017