iv>
 
   
 
Exemples de guérison



- K. P. Yohannan de Gospel For Asia

Exemples de guérison

Mère de Matt Sorger
Jason Schreiber
Le webmestre
Jean Weber
Richard Sipley
Delores Winder
Hasita
Le boeuf de Naaven

Ma mère Veronica Sorger, était malade depuis 2 ans. Elle avait dépensé des milliers de dollars pour se faire soigner à l'hôpital. Elle avait essayé tout ce que la médecine moderne, la médecine homéopathique et la médecine alternative avaient à offrir, mais rien ne marchait. Son cas empirait, elle était victime d'étourdissement et ressentait des douleurs comme si des aiguilles lui transperçaient la peau. Elle ne pouvait marcher droit et dû éventuellement rester clouée au lit. Les docteurs avaient établi plusieurs diagnostiques; maladie du sang, virus, sclérose en plaques et autres.

Ma grand-mère l'a invitée à une réunion charismatique de guérison dans une église catholique où les prêtres étaient remplis du Saint-Esprit. Ce soir là, sa santé était pire que jamais mais ma mère était déterminée à sa rendre à cette rencontre, ce qu'elle a fait en s'y traînant de peine et de misère. Elle savait dans son cœur que Dieu était son seul espoir ; s'il n'intervenait pas, sa vie était finie. Alors qu'elle est entrée dans l'église, elle s'est écroulée au sol. Le visage en larmes, elle a relevé la tête et regardé la croix, priant : « Jésus, ce soir je viens à toi et à toi seul ». Elle s'est efforcée d'aller vers l'avant où se tenait le prêtre mais avant de se rendre jusqu'à lui pour qu'il lui impose les mains, la puissance du Saint-Esprit est venue sur elle avec une telle force qu'elle a été projetée vers l'arrière de l'autel sur une distance de 3 mètres. Alors qu'elle était couchée au sol, elle a senti comme un fort courant électrique lui traverser le corps. Elle pensait mourir et monter au ciel. Les prêtres l'ont aidée à se relever. Elle pouvait encore sentir la puissance de Dieu couler en elle. Quand elle s'est tenue debout, elle a remarqué quelque chose. Toute la douleur et toute la maladie avaient quitté son corps! Non seulement cela mais elle avait donné son cœur à Jésus.

Je me rappelle encore quand ma mère est revenue à la maison, toute souriante. Je ne l'avais pas vu sourire depuis deux ans. Je lui ai demandé ce qui s'est passé. Elle a répondu : « Jésus m'a guérie ». Ma mère m'a expliqué ce que Jésus avait accompli sur la croix en ma faveur. Alors qu'elle me parlait de Jésus, une conviction soudaine de péché est venue sur moi et j'ai senti que j'avais besoin d'être pardonné. Nous avons prié ensemble et demandé que Jésus me pardonne. Je me suis senti propre. Quelque chose avait changé en moi. Toute ma famille est venue aussi au Seigneur, commençant une relation glorieuse avec Dieu. Nous nous sommes impliqués dans une église du Plein Évangile avec un enseignement biblique solide et une musique vivante d'adoration.

Guéri d'un champignon à l'ongle !

Il y a huit ans, j’ai attrapé une mycose fongique sur l’ongle de mon gros orteil. Ce champignon a grandi de plus en plus, et a complètement détruit mon ongle de pied. Il était marron foncé, très laid, et poussait n’importe comment. J’avais honte, et j’étais un peu désespéré, car je n’avais encore jamais entendu parler d’un traitement efficace contre les mycoses des ongles.

Même de puissants médicaments contre les mycoses fongiques n’y ont rien changé. Alors, j’ai mis cela de côté, et j’ai presque arrêté de prier pour cela.

J’ai néanmoins lu le merveilleux livre "Healing The Sick" de T. L. Osborn, et cela m’a donné une lueur d’espoir : la guérison était encore possible.

En 2001, alors que je travaillais dans un hôpital, j’ai parlé à un malade qui, entre autres diagnostics, avait eu dans le passé un champignon sur l’ongle de son gros orteil. J’ai examiné son orteil, et j’ai vu qu’il allait absolument bien. Totalement surpris, je lui ai demandé comment il était arrivé à ce résultat ; il m’a dit qu’il avait pris un médicament appelé Lamisil, fabriqué par la société Novartis. Je me suis mis à prier au sujet de ce médicament et, lors d’un exposé donné par Phillip Day, je lui ai demandé ce qu’il savait des champignons sur les ongles de pied, et ce qu’il ferait dans ce cas. Il m’a répondu qu’il y avait un produit de la société Novartis.

J’avais donc une réponse éventuelle à ma question, alors j’en ai acheté.

Cependant, je n’ai jamais pris ce médicament, parce que j’ai été trop paresseux, et aussi parce que je me suis souvenu du livre de T. L. Osborn “Healing the Sick (Guérir les Malades)” , ainsi que de celui de E. W. Kenyon, "Jesus the Healer (Jésus celui qui guérit)".

J’ai donc fait avec foi ce qui était recommandé dans ces livres. J’ai touché du doigt mon orteil infecté, et j’ai dit : “Merci Seigneur Jésus ; par tes meurtrissures, je suis guéri”. C’est une citation de l’Ecriture ESAIE 53:5 et 1. PIERRE 2:24. Alors j’ai remercié Dieu presque chaque jour ; j’ai confessé ma guérison par Ses meurtrissures. En 2002, je me suis aperçu que le champignon s’en allait. Un bel ongle sain était en train de remplacer cette vieille matière marron et infectée. Je l’ai montré à beaucoup de personnes, et celles-ci se sont rendu compte qu’un miracle était en train de se produire. Maintenant, l’ongle de mon gros orteil est sain depuis la racine jusqu’aux quatre cinquièmes, et il s’améliore de plus en plus. La simple foi en Jésus-Christ a fait ce que rien d’autre ne pouvait réaliser. Dieu donne plusieurs solutions. En fait, il a créé des remèdes naturels qui peuvent aider ; il ne faut pas les mépriser.

Mais la meilleure solution, qui est aussi la plus simple, c’est de faire confiance à la Bible et d’agir selon la Parole de Dieu. Continuez de croire en Ses promesses avec une foi enfantine et de la reconnaissance, dans le Nom de Jésus.

- Jason Schreiber, Docteur en Médecine



Une amie très intime avait une tumeur sur l'utérus grosse comme une orange. La veille de son opération, un ami est venu prier très simplement en demandant au Seigneur de la guérir. Le lendemain matin, avant de passer à la table d'opération le médecin a fait une dernière vérification. La tumeur était disparue et l'opération a été annulée. J'en suis témoin.

Cette même amie avait une trou dans sa rétine qui l'empêchait d'avoir une vision adéquate. Après la prière elle est retournée voir l'ophtalmologiste qui lui a annoncé que le trou était disparu et qu'elle pouvait maintenant avoir des lunettes lui permettant d'avoir une vision adéquate. Pourquoi Dieu ne l'a-t-elle pas guérie complètement? Lui seul a la réponse et je soupçonne qu'elle a à voir avec la manière qu'il veut se glorifier dans la vie de cette amie.

Le pasteur Richard Sipley qui avait eu aussi une guérison partielle pour l'un de ses malaises s'est demandé pourquoi il n'avait pas été guéri complètement. Il a conclu que ce que Dieu voulait lui enseigner que ce qu'il pouvait faire en lui était plus important que ce qu'il pouvait faire pour lui.

«La vie de Christ est tellement extraordinaire qu'elle peut triompher de la maladie soit en l'enrayant soit en la vainquant sans l'enrayer.» P.13 Comprendre la guérison divine



J'ajouterai une expérience vécue au début des années 50 (il y a cinquante ou presque !) par mon frère aîné, alors pasteur stagiaire en Normandie:

Le pasteur des anciens et lui-même sont au chevet d'une sœur malade à qui l'onction d'huile vient d'être faite, chacun prie encore .... Seigneur, guéris notre sœur etc... Un pasteur lui parle en langue curieusement c'est de l'anglais qu'il n'a jamais appris ne connaît pas et ne comprends pas!... Seul mon frère André peut comprendre; Il a prié pour la Corée, pour d'autres pays, d'autres situations, puis il pria pour la malade en vue de sa guérison par la foi puis continua à prier pour louer le Seigneur et toujours en anglais qu'il ne connaissait pas ! André alors est intervenu pour expliquer ce qu'il venait de dire, et bien sûr la personne en question fut miraculeusement guéri.

- Jean Weber



A 6mois, je me mourais d'une broncho-pneumonie. Le médecin avait quitté la ferme en déclarant que je ne passerais pas la nuit. Mon père et ma mère se mirent à prier avec ferveur pour que Dieu me guérisse. Mon père me tenait dans ses bras pour m'aider à respirer. Vers minuit il regarda ma mère et dit: «C'est fini!». J'avais cessé de respirer.

Ma mère me prit dans ses bras et, de tout son coeur, elle supplia Dieu ne me secourir. Soudain, elle me tint la tête en bas et me flanqua un grand coup dans le dos. À ce moment-là, un gros morceau de mucus durci tomba de ma bouche et rebondit sur le plancher, et je recommençai à respirer. Par la suite, je m'endormis et tandis qu'ils continuaient à prier, la fièvre disparut. quand le médecin vint nous rendre visite le jour suivant, il fut étonné et en attribua le mérite à Dieu.

- Le pasteur Richard Sipley - que j'ai déjà rencontré - donnant son témoignage dans son livre «Comprendre la guérison divine» P.7



Delores Winder, une femme que je connais, a eu une expérience similaire à celle de l'homme né aveugle.

Pendant 19 ans et demi son épine dorsale et ses hanches se sont détériorés. Les docteurs ne lui donnaient aucun espoir de guérison, mais sa douleur était si grande qu'ils ont dû accomplir une procédure chirurgicale appelée une cordotomie cutanée. Cette procédure, accomplie seulement sur des patients en phase terminale, brûle les centres nerveux du cerveau.

Après cette opération, Delores n'avait plus aucune sensation sur le côté droit de son corps de la taille en descendant. Sur le côté gauche elle n'avait aucune sensation à partir du sein en descendant. Parce qu'elle n'avait aucune sensation, elle se coupait ou se brûlait elle-même sans le savoir. Elle pouvait marcher seulement avec de l'aide. Son corps était placé dans un moule corporel, son cou dans un appareil orthopédique.

En 1975, à la demande de son fils, Delores est allé à une rencontre de Kathryn Kuhlman, durant laquelle elle a commencé à expérimenter une sensation de brûlure dans ses jambes - une impossibilité médicale. A la fin de la rencontre elle avait une pleine sensation (sans douleur) à travers tout son corps. Sa guérison fut vérifiée par le Dr. Richard O'Wellen du Johns Hopskins Medical School, qui était présent. Elle a enlevé son moule corporel et est sorti de l'auditorium en marchant, pleinement restaurée. Aujourd'hui, quand nous voyons cette femme energique, pleine d'entrain, se mouvoir agilement de personne à personne pour prier (Delores a un ministère de prière magnifique), nous sommes remplis d'étonnement et d'actions de grâce envers la puissance de Dieu.

Cependant cette guérison lui a causée des difficultés. Pendant des années Delores et sa famille avaient été membres d'une église aimante et qui prenait soin des gens. Mais quand Dieu a répondu aux prières pour la guérison d'une manière différente de ce qui était attendu par tous, elle fut ostracisée par les gens même qui avaient prié pour elle. Son église a délibérément ignoré sa guérison; il n'y a eu aucune annonce à partir de la chaire ni aucune action de grâce publique. P.37 Quoiqu'ils aient souffert avec elle à travers son supplice, ils étaient profondément embarrassés et effrayés par la guérison, car elle défiait leur vision du monde.

Même Delores avait de la difficulté à accepté sa guérison. Cela ne concordait pas non plus avec sa vision du monde. Elle a vite souhaité que Dieu l'eût guérie d'une façon plus ordinaire, moins miraculeuse.

«Je puis dire ces choses au sujet de mon église, dit-elle, parce que ce sont des faits, et parce que la personne la plus menacée était moi-même. Ma vision du monde n'avait aucune place pour ce genre d'intervention miraculeuse de la part de Dieu. Si l'Église a eu de la misère à composer avec le miracle, j'en ai eu encore plus. Je croyais seulement en Jésus le Sauveur. Je n'avais pas de place dans mon monde pour Jésus le Guérisseur. Le miracle avait balayé tout ce que je croyais au sujet de Jésus et de la façon par laquelle il travaillait. J'étais fâchée contre Dieu et je voulais m'en aller ailleurs à un endroit où personne ne me connaissait, et recommencer ma vie.

La première année fut extrêmement difficile. J'ai dû m'ajuster à une nouvelle vision du christianisme et découvrir par la Bible que Jésus était plus que le Sauveur de nos âmes. Pendant des mois j'ai lutté avec les Écritures et j'ai commencé à reconstruire ma vision du monde en incluant la possibilité que Jésus faisait encore des miracles.»

Nos constructions de la réalité sont toujours, dans une certaine mesure, incomplètes et limitées. Comme Delores, nous sommes mis au défi de voir plus comme Dieu voit et d'expérimenter l'immensité du monde que Dieu a créé et dans lequel il se meut.

- Zeb Bradford



Les exemples de guérison qui suivent sont tirés du livre anglais «Catch the Fire» par Guy Chevreau et se sont produits lors des premiers temps de la «bénédiction de Toronto». Je les ai choisis à dessein pour démontrer qu'il est sorti du bon aussi de l'assemblée se réunissant à l'aéroport de Toronto.

Sarah Lilleman, Mars 1994

En octobre 1991, Sarah âgée de 13 ans a attrapé ce que les parents pensaient être une grippe. Cependant, aucun éternuement ni reniflement n'aurait pu faire que sa vue, déjà très pauvre depuis sa naissance, dégénère encore plus; la grippe ne fait pas non plus perdre la mémoire et n'apporte pas des désordres cognitifs non plus. Des tests furent passés au Peel Memorial et au Sick Children's Hospitals de Toronto, mais aucune cause médicale pour ses symptômes ne put être trouvée. Comme les mois passaient, Sarah perdait de plus en plus le contrôle de ses muscles en même temps que son habilité cognitive. En octobre 1993, elle était incapable de parler, de manger, d'avaler ou de voir. En janvier 1994 elle fut transférée à Bloorview, un hôpital pour les soins des patients chroniques, ayant besoin d'un petit monte-charge pour être mise au lit.

Le 27 février 1994, une amie de Sarah, Rachel Allalouf, est venue à la rencontre du soir au Airport Vineyard. Après le message de Randy Clark, on a prié sur elle, et pendant qu'elle reposait dans le Seigneur, elle a eu une vision d'être à une table dans le ciel; ses deux grand-pères étaient là, avec Jésus. Cette vision est "passée" ensuite à une vision de la croix, où Jésus a dit à Rachel d'aller à l'hôpital Bloorview le jour suivant et de prier pour Sarah. Rachel a raconté que Jésus lui avait dit comment prier.

Le jour suivant, Rachel est allée à l'hôpital comme convenu, avec son père, Simon. Sarah était dans une chaise roulante spéciale - une sorte de «civière sur roue». Elle a reconnu les voix, mais elle ne pouvait voir ou comprendre ce qui lui était dit. De la salive dégoûtait de sa bouche.

Rachel et Simon ont amené Sarah dans un endroit tranquille dans le pavillon, où Rachel a commencé à prier de la façon que Jésus lui avait dit de faire. Après qu'elle et son père eurent intercédé durant deux heures et demi, Sarah a commencé à pleurer, et ensuite à trembler. Sa vision a commencé à revenir, et ses jambes ont commencé à bouger. Tranquillement elle a commencé à s'asseoir et le bavement incontrôlable s'est arrêté. La joie du Seigneur a commencé à la remplir, et Sarah fut capable de dire, "Je prends des forces!"

Avant de venir à l'hôpital, Rachel était si convaincue que Jésus allait guérir Sarah qu'elle avait apporté à son amie un sac de chips aux concombres marinés pour qu'elle le mange. Les jours suivants, Sarah s'est mise à marcher et à manger par elle-même, les chips aussi! Sa vision a continué à s'améliorer.

La nouvelle de la récupération de Sarah a vite fait le tour de l'Hôpital. Quelques jours plus tard, un femme au bureau d'admission est venue vers Simon et Rachel et leur a dit: "La puissance de Jésus est réelle, n'est-ce pas?" Elle était une croyante, et, comme Simon le rapporte, elle était emballée que le Seigneur était venu et avait visité l'hôpital avec sa puissance de guérison. Elle leur a alors demandé de prier pour son mari incroyant qui était alcoolique, ce qu'ils ont fait.

Le 22 avril 1994, Sarah est retourné à la maison, quittant Bloorview - personne ne s'attendait à ce qu'elle sorte un jour de cet hôpital.

Mardi, le 26 avril 1994, Sarah était allé à une rencontre à Airport. Son amie Rachel était avec elle, et elle a reçu une autre parole du Seigneur disant que si Sarah allait en avant et témoigner, il guérirait ses yeux.. La mère de Sarah avait remarqué combien c'était dur pour Sarah de faire cela, étant donné qu'elle éprouvait une peur terrible devant les gens - mais Sarah l'a fait quand même parce qu'elle faisait confiance au Seigneur.

Quelqu'un de l'équipe de prière s'est approché, a béni Rachel, et a ensuite dit à Sarah, «Ce soir, tu vas recevoir deux guérisons de la part du Seigneur - Il va guérir tes yeux et il va guérir tes émotions»

Sarah a reçu depuis d'autres effusions de l'Esprit et elle peut maintenant prier en langues. Sa famille proche a changé radicalement, elle est plus intime que jamais, et elle marche bien plus étroitement avec Dieu. La femme incroyante de Simon est venue aux rencontres de Airport et elle a donné sa vie au Seigneur, tôt au mois de mai. Simon a raconté à un vieil ami le travail du Seigneur dans la vie de Sarah, et il est venu aux rencontres, et il a donné son coeur à Jésus. La mère de Sarah a aussi apporté une amie, et elle a aussi donné sa vie au Seigneur.

Simon, un juif messianique, a conclu son compte-rendu: «Nous voulons seulement rendre à Jésus toute la louange et toute la gloire. Nous l'aimons de tout notre coeur et rien, absolument rien, ne passe avant lui. Il est l'Alpha et l'Oméga. Louons Yeshua!»




Hasita (Magazine "SEND" de Gospel for Asia)

Après l'accouchement, Hasita a soudainement perdu la sensation dans tout son corps, mais elle pouvait encore savoir que son corps tremblait incontrôlablement. Sa famille l'amena voir des sorciers et des docteurs, mais personne ne pouvait lui apporter la guérison dont elle a grand besoin et désirait ardemment.

Hasita a souffert ainsi pendant onze ans, elle est devenue très découragée avec le temps.

Alors sa famille l'amena à Paran, un missionnaire natif, afin qu'il prie pour elle. Paran était heureux de prier pour Hasita et le Seigneur l'a complètement guérie. Quand sa famille a vu ce miracle, elle a choisi de suivre Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur.


Le boeuf de Naaven (Magazine "SEND" de Gospel for Asia)

Un pauvre fermier du nom de Naaven se fiait sur son boeuf pour se nourrir. Quand son boeuf fut mordu par une vipère vers minuit, il fut très inquiet. Il a appelé le sorcier pour qu'il fasse les rituels sur le boeuf, mais cela a empiré, le boeuf refusait de manger et grognait tellement il était en douleur.

Alors, un des voisins de Naaven l'a poussé à appeler un chrétien. Ils ont fait signe à Layak, un missionnaire. Il était près d'une heure du matin, mais Layak et un ami se sont précipités chez le fermier. Layak a demandé au sorcier de rester là et d'observer l'oeuvre du Seigneur.

Layak et son ami ont prié et demandé à Dieu de guérir le boeuf. Après la prière, Layak et Naaven ont donné du foin à manger au boeuf, et celui-ci a commencé à manger sans problème.

Le sorcier et ses compagnons ont vu l'oeuvre incroyable du Seigneur, ils ont baissé la tête et ont quitté la maison de Naaven. À travers ce miracle extraordinaire, Naaven et sa famille ont décidé de suivre le Seigneur, et plusieurs dans le village sont maintenant ouverts et désirent entendre parler de l'amour de Dieu pour eux.







Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes samedi 25 novembre 2017