Les deux oeuvres distinctes du Saint-Esprit dans la vie chrétienne
Scrutant les Écritures, nous avons trouvé qu'il y a actuellement deux façons distinctes que le St-Esprit oeuvre dans la vie d'un croyant.

La première oeuvre, on dit de Lui qu'il vient à l'intérieur de la personne. Cette oeuvre intérieure est la formation du caractère qui nous recrée à l'image de Jésus. Quand la Bible parle de quelqu'un comme étant «rempli d'Esprit saint et de sagesse» elle parle de cette dimension. (Incidemment, cette façon biblique de parler diffère de ce que plusieurs charismatiques ont étiqueté une personne «rempli de l'Esprit». Ils veulent dire habituellement quelqu'un qui pratique les dons charismatiques, alors que la Bible veut dire quelqu'un qui manifeste le fruit de l'Esprit.)

La deuxième oeuvre, on dit du St-Esprit qui est tombé sur une personne. Cette expression réfère invariablement à quelque don qu'une personne reçoit en vue d'un ministère de puissance; cela n'a pas d'effet sur notre caractère. Archer Torrey écrit:

«La Bible distingue constamment entre l'oeuvre externe et interne du St-Esprit. Le St-Esprit sur nous, ou avec nous, ou nous poussant, ou nous conduisant, c'est comme les armes et les véhicules dont une unité militaire a besoin pour son travail, mais ceci nous dit en rien des attitudes intérieures de ceux qui les utilisent.

Quand la Bible parle du St-Esprit en termes qui rendent clair que le St-Esprit est en quelqu'un, alors elle parle aussi de caractère, de porter du fruit, de vie, de sagesse pour connaître la volonté de Dieu et de la volonté pour l'accomplir. Ces deux différents rôles du St-Esprit sont pas mal clairs, sans équivoque, et distincts dans la Bible...»

Le ciel de cuivre a rendu difficile de parvenir à un équilibre entre les deux opérations du St-Esprit parce qu'il n'accepte pas «le St-Esprit sur», seulement «le St-Esprit en». Le renouveau charismatique a porté l'Église à s'en aller dans l'extrême opposé, créant une polarisation avec le christianisme traditionnel, ceci étant aggravé par certaines doctrines qui se sont glissées dans le mouvement du renouveau dans les années 1970.

Quand le mouvement est entré dans les églises protestantes et catholiques, plusieurs gens se sont tournés vers les «experts» sur le St-Esprit qui avait déjà des catégories pour les dons et la puissance de St-Esprit - les Pentecôtistes. Plusieurs charismatiques ont accepté les paradigmes des Assemblées de Dieu ou du Pentecostal Holiness pour les aider à interpréter leurs expériences.

Le don des langues, par exemple. L'enseignent des Assemblées de Dieu identifient les langues comme étant «l'évidence initiale de la vie du St-Esprit dans le croyant». Les pasteurs de cette dénomination doivent adhérer à cette doctrine pour avoir leur licence de prédicateur.

Le Pentecostal Holiness officiel approche les langues un peu différemment. Le manuel du Pentecostal Holiness Church (1981) présente cet enseignement:

«9. Nous croyons que Jésus-Christ a répandu son sang pour la purification complète du croyant justifié de tout péché l'habitant et de sa pollution, à la suite de la régénération 1Jn.1:7-9 10. Nous croyons que la sanctification complète est une seconde oeuvre de grâce, instantannée, définie, obtenue par la foi pour le croyant pleinement justifié Jn.15:2, Ac.26:18. 11. Nous croyons que le baptême pentecôtiste du St-Esprit et de feu est obtenu par un acte défini de foi approprié par le croyant pleinement purifié, et que l'évidence initiale de la réception de cette expérience est de parler avec d'autres langues comme le St-Esprit donne de le faire Lu.11:13, Ac.1:5, 2:4, 8:17, 10:44-46, 19:6.»

Ces deux enseignements ajoutent un bagage au don des langues qui n'est pas enseigné explicitement dans l'Écriture. (Les références bibliques listées plus haut peuvent être interprétées de plusieurs manières).

Dans le premier enseignement, le don des langues est pris pour indiquer que le chrétien a reçu le St- Esprit. Dans le second, il est pris pour indiquer que le chrétien a atteint la perfection morale. Des enseignements de cette sorte créent deux classes de chrétiens - les chrétiens «ordinaires» et les chrétiens «remplis de l'Esprit» ou parfaits».

Ces doctrines au sujet d'une «deuxième bénédiction» ont été une pierre d'achoppement partout où le mouvement du renouveau a affecté les églises de la grande ligne, semant la division, l'orgueil et le jugement entre les chrétiens.

Pris entre l'église du ciel de cuivre et les pentecôtistes

Essayant de comprendre l'oeuvre du St-Esprit, je me suis tourné vers les théologiens évangéliques. John Stott dans son livre «Baptême et plénitude» nie la réception de la puissance du St-Esprit pour le service et le témoignage, enseignant que le baptême avec le St-Esprit se produit automatiquement à la conversion. Les écrits de R.A. Torrey m'aidèrent beaucoup plus, lui qui avait servi comme assistant au grand évangéliste Dwight L. Moody. J'ai lu Torrey voracement et je suis devenu ami avec son petit fils, Archer Torrey.

Je cite ici un interview récent avec Archer dans lequel il décrit la situation difficile de son grand-père au sujet du baptême du St-Esprit:

«Mon grand-père, R.A. Torrey, employait le terme "baptisé avec le St-Esprit" pour signifier le revêtement par la puissance. Il a signifié très clairement que ceci était une oeuvre séparée de la régénération et que son but n'était pas de communiquer la vie mais de donner la puissance pour le service et le témoignage. Les chrétiens doivent demander dans la prière le baptême du St-Esprit et le recevoir par la foi. Le baptême est une expérience définie, quoiqu'elle ne soit pas nécessairement une expérience émotionnelle.

Mon grand-père est allé partout le monde anglophone enseignant ceci avec des résultats remarquables. En 1903 et en 1905, il a fait le tour du monde en prêchant. Dans les sessions du soir le sujet était un appel de base au salut en Jésus-Christ. Dans les rencontres du jour il alternait entre l'enseignement sur la puissance de la prière et le baptême avec le St-Esprit.

A l'institut Moody Bible, où il était superintendant, il insistait qu'avant d'entrer dans le service chrétien, le prérequis essentiel de tout ouvrier était d'avoir eu une expérience définie d'être baptsié avec le St-Esprit. Cet enseignement fut bien reçu et a résulté dans plusieurs mouvements avec une grande puissance dans le ministère et le témoignage.

Mais ceci était avant le Topeka Bible College Pentecost et le réveil d'Azusa Street. Le Pentecostal Holiness a lié le baptême avec le St-Esprit à une seconde bénédiction qui était la sanctification complète, et limité l'évidence initiale d'avoir reçu ce baptême au parler en langues. Mon grand-père croyait que c'était une corruption de la compréhension biblique du baptême avec le St-Esprit. Il est venu en tension avec les pentecôtistes parce que, s'il acceptait les dons de puissance et d'affermissement, il n'acceptait pas la théologie de la seconde oeuvre de grâce, ni la doctrine que les langues était «l'évidence initiale».

Pour être complètement honnête, je pense que le rejet par mon grand-père des pentecôtistes, aussi bien que du reste de l'Église principale, n'était pas entièrement fondé bibliquement. Cela avait aussi beaucoup à voir avec les classes sociales. Dieu a choisi un homme noir qui conduire le réveil de Azusa Street. A cette époque plusieurs de ceux qui expérimentaient le baptême dans le St- Esprit et recevaient le don des langues étaient des gens de peu ou pas d'éducation. Ils n'avaient aucun statut ni aucune puissance mondaine. Ils étaient précisément le genre de personnes desquelles Jésus a tiré ses premiers disciples. Mais ils étaient les mêmes personnes mal comprises par mon grand-père éduqué à Yale et négligés par les dénominations principales de la haute classe.

A l'institut Moody Bible, en réaction contre les pentecôtistes, R.A. Torrey fut demandé de cesser d'enseigner sur le baptême avec le Saint-Esprit. Il a refusé de le faire, insistant que c'était biblique. Pour éviter de causer des controverses, il a quitté Moody, qu'il avait fondé.

Depuis que mon grand-père est mort, plusieurs éditeurs évangéliques ont demandé ma permission d'effacer de ses livres le terme «baptisé avec le St-Esprit». J'ai refusé parce que j'ai trouvé que quand ce terme est rejeté, il y a aussi souvent un rejet de l'oeuvre de puissance et de don du St-Esprit en même temps. Ce que la plupart des évangéliques ont fait - comme, par exemple, John Stott, - est de faire de la puissance une partie de la justification et de la sanctification. L'assomption est que chacun qui est né de nouveau a reçu la puissance. Alors il n'y a aucun besoin de prier pour l'avoir et de recevoir le baptême dans le St-Esprit comme une expérience définie de puissance pour équiper quelqu'un pour le service.

Nous devons réclamer de la doctrine pentecôtiste ce terme valide biblique pour l'oeuvre de puissance du St-Esprit.»

Je crois que R.A. Torrey a suscité une voie entre le ciel de cuivre et la doctrine étroite des premiers pentecôtistes. Enlevez l'enseignement distinctif des langues des dénominations pentecôtistes et vous restez avec le besoin de l'Église pour la puissance de Dieu dans le ministère. C'est ce que Archer Torrey enseigne et ce que Doug et moi enseignons aux conférences Dunamis Project.

Pour passer à travers le ciel de cuivre et atteindre la sphère spirituelle, nous devons attendre nos Jérusalem personnelles jusqu'à ce que nous soyons revêtus de la puissance d'en haut» Lu.24:49. Mais ceci ne veut pas dire que l'Église occidentale doit accepter tout le bagage théologique du pentecôtisme naissant.

Puissamment équipé pour le service

Mon expérience avec la puissance (empowerment) du St-Esprit n'a pas pris prise avant que je surmonte mon ressentiment que j'avais eu dans le temps avec les jeunes charismatiques de mes années au collège. Ceci s'est produit en Corée à Jesus Abbey sous le ministère de Archer Torrey.

Un jour après souper, j'ai demandé à Archer de prier pour moi pour ce «baptême». Je voulais qu'on prie pour moi avant le service d'adoration parce que j'avais peur que la musique crée une manipulation émotionnelle, je voulais expérimenter Dieu, pas juste une crise émotionnelle. Et - je ne voulais pas les langues!

Archer et les autres membres de la communauté se sont regroupés autour de moi et m'ont imposé les mains. Archer a fait une prière simple qui m'a désappointé: «Seigneur, nous te remercions que tu as utilisé Brad dans le passé. Maintenant nous te prions de la baptiser avec ton St-Esprit, afin qu'il puisse t'être encore plus utile dans le futur. Et en passant, Seigneur, je te prie de lui donner le don des langues.»

«Pourquoi avait-il à tout mélanger en lançant cela dans la prière» ai-je fumé intérieurement.

Le moment suivant je fus bouleversé par un sentiment puissant de la présence de Dieu. Jésus était juste à côté de moi, il me semblait, versant des sceaux d'amour sur moi. C'était si merveilleux que je me suis surpris en train de rire de joie. Entre les rires fous, je parlais dans un langage qui faisait irruption. C'était glorieux!

J'ai passé le reste de la nuit dans la chapelle à prier. Et le matin suivant, à travers une dispute avec Laura, le Seigneur m'a laissé savoir que ma sanctification complète était loin d'être terminée!

J'ai observé 5 autres résultats de mon baptême avec le St-Esprit, à part du don des langues.

1° Je suis devenu affamé de l'étude biblique. 2° J'ai eu une rencontre terrifiante peu après avec des mauvais esprits. 3° J'ai commencé, dans des petites manières, à sentir la direction du St-Esprit. 4° L'Esprit a commencé à manifester Sa puissance à travers moi dans les dons spirituels. 5° J'étais capable de témoigner librement de Jésus-Christ.

Comment le St-Esprit m'a-t-il équipé pour témoigner de Jésus? Après ma visite à Jesus Abbey, Laura et moi sommes retournés à Seoul en train. Le St-Esprit a attiré mon attention sur un soldat assis à quelques sièges de nous dans le train. Il semblait abattu.

«Va lui parler de Jésus» ainsi me vint le coup de coude. Mais j'ai donné une excuse au Seigneur: «Mon coréen n'est pas bon. Je serais embarrassé.» Alors j'ai dit: «Seigneur, si tu veux que je lui témoigne, donne-moi un signe.»

Au même moment l'homme s'est levé de son siège, a marché directement vers moi et m'a demandé en anglais: «Pourquoi êtes-vous si heureux?» Avec une telle ouverture pour l'Évangile, j'ai pu témoigner de Jésus comme le St-Esprit me donnait les paroles!

Le St-Esprit, à l'encontre des démons, ne prend pas charge de nos personnalités, n'utilise pas une voix séparée ni ne détruit notre intégrité en tant que personne.

A cause de l'élément de la coopération humaine dans les dons spirituels, nous devons apprendre comment recevoir (ou discerner) et comment exprimer les dons. Nous ne pouvons contrôler le St- Esprit, mais nous pouvons et devons apprendre à contrôler nos réponses à lui. De cette manière le fruit de l'Esprit interagit avec les dons de l'Esprit. Nous exprimons les dons d'une manière aimante, gentille et patiente. L'«Esprit sur nous» coule à travers un vase de terre qui est lui-même transformé par l'«Esprit en nous».

Cela prend beaucoup d'apprentissage pour rendre ministère dans la puissance de Dieu, et il y a une seule manière d'apprendre - par l'expérience et la maturation à travers une vie abandonnée à Dieu.

- Zeb Bradford Long, Douglas McMurry. «Collapsing of the brass heaven»










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Depuis le 26 décembre 2009, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes mercredi 29 mars 2017