La sanctification progressive
versus la régression dans le péché


Il y a une différence entre une cohabitation entre la vieille nature et la nouvelle, avec une progression de la nouvelle, c'est l'articulation de chapitres 4 et 5 d'Ephésiens :

Ephésiens 4: 17 Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées.
(...)
20  Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ,
21  si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits
22  (4-21) à vous dépouiller, (4-22) eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,
23  à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence,
24  et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité
(...)
30  N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.


 
Et une cohabitation qui résulte d'une pratique habituelle et récurrente du péché tel que le proscrit Paul :

Romains 6:
11  Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ.
12  Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises.
13  Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.
14  Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce.
 


Dans le premier cas, il y a progression dans la sainteté, dans le second, il y a régression, comme le constate la Parole :

Proverbes 26:11 "Comme un chien qui retourne à ce qu’il a vomi, Ainsi est un insensé qui revient à sa folie."
2 Pierre 2:22  "Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai: Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier."


 
Le péché contre le Saint-Esprit, n'est pas une lutte vers la maturité dans la sainteté, mais un choix délibéré pour le péché malgré l'action puissante et merveilleuse de l'Esprit de Dieu dans le coeur du croyant.
C'est la différence entre le rapprochement et l'éloignement :

Hébreux 2:
1 C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles.
2  Car, si la parole annoncée par des anges a eu son effet, et si toute transgression et toute désobéissance a reçu une juste rétribution,
3  comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut, qui, annoncé d’abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’ont entendu,
4  Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté.
 


De prendre garde lorsqu'on est debout n'est pas mauvais en soi, il suffit d'avancer et la marche devient aisée au fur et à mesure.
 
Ne pas se charger d'un "fardeau de sainteté" plus que nous pouvons le porter à l'étape de maturité où nous en sommes arrivé est aussi un signe de sage prudence :

Matthieu 11:28à30 "Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger."


 
Et la vie d'Eglise est aussi un puissant "garde-fou" à notre vieille nature :

1 Jean 5:1à4 "Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l’a engendré aime aussi celui qui est né de lui. Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi."

C'est dans une communion fraternelle, réelle et tangible, sous l'exercice des ministères que Dieu accorde à son Eglise, que notre âme trouvera la nourriture nécessaire pour sa croissance et l'amour bienveillant pour notre sécurité.
 
Salutations fraternelles en Christ notre divin berger qui dresse, devant nous, une table en face de nos adversaires.

- Pierre-Antoine ELDIN - ancien parachutiste










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Nous sommes lundi 01 mai 2017