Section XIV 857-924 - Fragments polémiques
Pascal, Blaise, 857 Clarté, obscurité

Il y aurait trop d'obscurité, si la vérité n'avait pas des marques visibles. C'en est une admirable d'être toujours dans une Église et assemblée [d'hommes] visible. Il y aurait trop de clarté s'il n'y avait qu'un sentiment dans cette Église; celui qui a toujours été le vrai; car le vrai y a toujours été, et aucun faux n'y a toujours été.

Pascal, Blaise, 858

L'histoire de l'Église doit être proprement appelée l'histoire de la vérité.

Pascal, Blaise, 859

Il y a plaisir d'être dans un vaisseau battu de l'orage, lorsqu'on est assuré qu'il ne périra point. Les persécutions qui travaillent l'Église sont de cette nature.

Pascal, Blaise, 860

Après tant de marques de piété, ils [les jansénistes] ont encore la persécution, qui est la meilleure des marques de la piété.

Pascal, Blaise, 861

Bel état de l'Église quand elle n'est plus soutenue que de Dieu.

Pascal, Blaise, 862

L'Église a toujours été combattue par des erreurs contraires, mais peut-être jamais en même temps, comme à présent. Et si elle en souffre plus, à cause de la multiplicité d'erreurs, elle en reçoit cet avantage qu'elles se détruisent.

Elle se plaint des deux, mais bien plus des calvinistes, à cause du schisme.

Il est certain que plusieurs des deux contraires sont trompés, il faut les désabuser.

La foi embrasse plusieurs vérités qui semblent se contredire. Temps de rie, de pleurer, etc.

La source en est l'union des deux natures en Jésus-Christ; et aussi les deux mondes (La création d'un nouveau ciel et nouvelle terre; nouvelle vie, nouvelle mort; toutes choses doublées, et les mêmes noms demeurant); et enfin les deux hommes qui sont dans les justes (car ils sont les deux mondes, et un membre et image de Jésus-Christ. Et ainsi tous les noms leur conviennent, de justes, pécheurs; mort, vivant; élu, réprouvé, etc.).

Il y a donc un grand nombre de vérités, et de foi et de morale, qui semblent répugnantes, et qui subsistent toutes dans un ordre admirable. La source de toutes les hérésies est l'exclusion de quelques-unes de ces vérités; et la source de toutes les objections que nous font les hérétiques est l'ignorance de quelques-unes de nos vérités.

Et d'ordinaire il arrive que, ne pouvant concevoir le rapport des deux vérités opposées, et croyant que l'aveu de l'une enferme l'exclusion de l'autre, ils s'attachent à l'une, ils excluent l'autre, et pensent que nous, au contraire. Or l'exclusion est la cause de leur hérésie; et l'ignorance que nous tenons l'autre, cause leurs objections.

Premier exemple: Jésus-Christ est Dieu et homme.

Les ariens, ne pouvant allier ces choses qu'ils croient incompatibles, disent qu'il est homme: en cela ils sont catholiques. Mais ils nient qu'il soit Dieu: en cela ils sont hérétiques. Ils prétendent que nous nions son humanité: en cela ils sont ignorants.

Deuxième exemple: sur le sujet du Saint Sacrement:

Nous croyons que la substance du pain étant changée, et transsubstantiée en celle du corps de Notre-Seigneur, Jésus-Christ y est présent réellement. Voilà une des vérités. Une autre est que ce Sacrement est aussi une figure de la croix et de la gloire, et une commémoration des deux. Voilà la foi catholique, qui comprend ces deux vérités qui semblent opposées.

L'hérésie d'aujourd'hui, ne concevant pas que ce Sacrement contienne tout ensemble et la présence de Jésus-Christ et sa figure, et qu'il soit sacrifice et commémoration de sacrifice, croit qu'on ne peut admettre l'une de ces vérités sans exclure l'autre pour cette raison.

Ils s'attachent à ce point seul, que ce Sacrement est figuratif; et en cela ils ne sont pas hérétiques. Ils pensent que nous excluons cette vérité; de là vient qu'ils nous font tant d'objections sur les passages des Pères qui le disent. Enfin ils nient la présence; et en cela ils sont hérétiques.

Troisième exemple: les indulgences

C'est pourquoi le plus court moyen pour empêcher les hérésies est d'instruire de toutes les vérités; et le plus sûr moyen de les réfuter est de les déclarer toutes. Car que diront les hérétiques?

Pascal, Blaise, 863

Tous errent d'autant plus dangereusement qu'ils suivent chacun une vérité, leur faute n'est pas de suivre une fausseté, mais de ne pas suivre une autre vérité.

Pascal, Blaise, 864

La vérité est si obscurcie en ce temps, et le mensonge si établi, qu'à moins que d'aimer la vérité, on ne saurait la connaître.

Pascal, Blaise, 865

S'il y a jamais un temps auquel on doive faire profession des deux contraires, c'est quand on reproche qu'on en omet un. Donc les Jésuites et les Jansénistes ont tort en les célant: mais les Jansénistes plus, car les Jésuites en ont mieux fait profession des deux.

Pascal, Blaise, 866

Deux sortes de gens égalent les choses, comme les fêtes aux jours ouvriers, les chrétiens aux prêtres, tous les péchés entre eux, etc. Et de là les uns concluent que ce qui est mal aux prêtres l'est aussi aux chrétiens; et les autres, que ce qui n'est pas mal aux chrétiens est permis aux prêtres.

Pascal, Blaise, 867

Si l'ancienne Église était dans l'erreur, l'Église est tombée. Quand elle y serait aujourd'hui, ce n'est pas de même; car elle a toujours la maxime supérieure de la tradition, de la créance de l'ancienne Église; et ainsi cette soumission et cette conformité à l'ancienne Église prévaut et corrige tout. Mais l'ancienne Église ne supposait pas l'Église future et ne la regardait pas, comme nous supposons et regardons l'ancienne.

Pascal, Blaise, 868

Ce qui nous gâte pour comparer ce qui s'est passé autrefois dans l'Église à ce qui s'y voit maintenant, est qu'ordinairement on regarde saint Athanase, sainte Thérèse, et les autres, comme couronnés de gloire et jugés avant nous comme des dieux. A présent que le temps a éclairci les choses, cela paraît ainsi. Mais au temps où on le persécutait, ce grand saint était un homme qui s'appelait Athanase; et sainte Thérèse, une folle. «Élie était un homme comme nous, et sujets aux même passions que nous» dit saint [Jacques], pour désabuser les Chrétiens de cette fausse idée qui nous fait rejeter l'exemple des saints, comme disproportionné à notre état. «C'étaient des saint, disons-nous, ce n'est pas comme nous». Que se passait-il alors? Saint Athanase était un homme appelé Athanase, accusé de plusieurs crimes, condamné en tel et tel concile, pour tel et tel crime; tous les évêques y consentent, et le pape enfin. Que dit-on à ceux qui y résistent? Qu'ils troublent la paix, qu'ils schisme, etc.

Brunschvicg: Allusion aux luttes que saint Athanase, patriarche d'Alexandrie soutient contre les Ariens; accusé de viol, de meurtre, de sacrilège, il fut condamné par le conciles de Tyr, d'Arles, de Milan, abandonné enfin par le pape Libère qui, après une longue résistance, ratifia sa condamnation. Il fut cependant définitivement vainqueur, Saint Athanase est mis ici pour Arnauld, comme sainte Thérèse, la réformatrice des Carmélites, est mise pour la mère Angélique.

Pascal, Blaise, 870

Dieu n'a pas voulu absoudre sans l'Église; comme elle a part à l'offense, il veut qu'elle ait part au pardon. Il l'associe à ce pouvoir comme les rois les parlements; mais si elle absout ou si elle lie sans Dieu, ce n'est plus l'Église: comme au parlement; car encore que le roi ait donné grâce à un homme, si faut-il qu'elle soit entérinée; mais si le parlement entérine sans le roi ou s'il refuse d'entériner sur l'ordre du roi, ce n'est plus le parlement du roi, mais un corps révolté.

Pascal, Blaise, 871 Église, pape, Unité, multitude.

En considérant l'Église comme unité, le Pape, qui en est le chef, est comme tout. En la considérant comme multitude, le Pape n'en est qu'une partie. Les Pères l'ont considérée, tantôt en une manière, tantôt en l'autre. Et ainsi ont parlé diversement du pape. (Saint Cyprien: Sacerdos Dei.) Mais en établissant une de ces deux vérités, ils n'ont pas exclu l'autre. La multitude qui ne se réduit pas à l'unité est confusion; l'unité qui ne dépend pas de la multitude est tyrannie.

Il n'y a presque plus que la France où il soit permis de dire que le Concile est au-dessus du Pape.

Pascal, Blaise, 872

Le Pape est premier. Quel autre est connu de tous? Quel autre est reconnu de tous, ayant pouvoir d'insinuer tout le corps, par ce qu'il tient la maîtresse branche, qui s'insinue partout? Qu'il était aisé de faire dégénérer cela en tyrannie! C'est pourquoi Jésus-Christ leur a posé ce précepte: Vos autem non sic. = Il n'en sera pas de même parmi vous.

Pascal, Blaise, 873

Le Pape hait et craint les savants, qui ne lui sont pas soumis par voeu.

Pascal, Blaise, 874

Il ne faut pas juger de ce qu'est le Pape par quelques paroles des Pères, comme disaient les Grecs dans un concile, règles importantes, mais par les actions de l'Église et des Pères, et par les canons.

Duo aut tres. In unum = Deux ou trois. En un. L'unité et la multitude: Erreur à exclure l'une des deux, comme font les papistes qui excluent la multitude, ou les huguenots qui excluent l'unité.

Pascal, Blaise, 875

Le Pape serait-il déshonoré, pour tenir de Dieu et de la tradition ses lumières? et n'est-ce pas le déshonorer de le séparer de cette sainte union?

Pascal, Blaise, 877

Les rois disposent de leur empire; mais les Papes ne peuvent disposer du leur.

Pascal, Blaise, 880

On aime la sûreté. On aime que le Pape soit infaillible en la foi, et que les docteurs graves le soient dans leurs moeurs, afin d'Avoir son assurance.

Pascal, Blaise, 881

L'Église enseigne et Dieu inspire, l'un et l'autre infailliblement. L'opération de l'Église ne sert qu'à préparer à la grâce ou à la condamnation. Ce qu'elle fait suffit pour condamner, non pour inspirer.

Pascal, Blaise, 882

Toutes les fois que les Jésuites surprendront le Pape, on rendra toute la chrétienté parjure.

Le Pape est très aisé à être surpris à cause de ses affaires et de la créance qu'il a aux Jésuites; et les Jésuites en sont très capables de surprendre à cause de la calomnie.

Pascal, Blaise, 883

Les malheureux, qui nous ont obligés de parler du fond de la religion.

Pascal, Blaise, 884

Des pécheurs purifiés sans pénitence, des justes sanctifiés sans charité, tous les chrétiens sans la grâce de Jésus-Christ, Dieu sans pouvoir sur la volonté des hommes, une prédestination sans mystère, une rédemption sans certitude!

Pascal, Blaise, 885

Est fait prêtre qui veut l'être, comme sous Jéroboam. C'est une chose horrible qu'on nous propose la discipline de l'Église d'aujourd'hui pour tellement bonne, qu'on fait un crime de la vouloir changer.

Autrefois elle était bonne infailliblement, et on trouve qu'on a pu la changer sans péché; et maintenant, telle qu'elle est, on ne la pourra souhaiter la changée!

Il a bien été permis de changer la coutume de ne faire des prêtres qu'avec tant de circonspection, qu'il n'y en avait presque point qui en fussent dignes; et il ne sera pas permis de se plaindre de la coutume qui en fait tant d'indignes!

Pascal, Blaise, 886 Hérétiques

Ézéchiel. Tous les païens disaient du mal d'Israël, et le prophète aussi: et tant s'en faut que les Israélites eussent droit de lui dire: «Vous parlez comme les païens» qu'il fait sa plus grande force sur ce que les païens parlent comme lui.

Pascal, Blaise, 887

Les jansénistes ressemblent aux hérétiques par la réformation des moeurs; mais vous leur ressemblez en mal.

Pascal, Blaise, 888

Vous ignorez les prophéties si vous ne savez que tout cela doit arriver: princes, prophètes, Pape, et même les prêtres; et néanmoins l'Église doit subsister. Par la grâce de Dieu nous n'en sommes pas là. Malheur à ces prêtres! mais nous espérons que Dieu nous fera la miséricorde que nous n'en serons point.

Saint Pierre, chap. 2: faux prophètes passés, images des futurs

Pascal, Blaise, 889

... De sorte que s'il est vrai, d'une part, que quelques religieux relâchés et quelques casuistes corrompus, qui ne sont pas membres de la hiérarchie, ont trempé dans ces corruptions, il est constant, de l'autre, que les véritables pasteurs de l'Église, qui sont les véritables dépositaires de la parole divine, l'ont conservée immuablement contre les efforts de ceux qui ont entrepris de la ruiner.

Et ainsi les fidèles n'ont aucun prétexte de suivre ces relâchements, qui ne leur sont offerts que par les mains étrangères de ces casuistes, au lieu de la saine doctrine qui leur est présentée par les mains paternelles de leurs propres pasteurs.

Et les impies et les hérétiques n'ont aucun sujet de donner ces abus pour marques du défaut de la providence de Dieu sur son Église, puisque, l'Église étant proprement dans le corps de la hiérarchie, tant s'en faut qu'on puisse conclure de l'état présent des choses que Dieu l'ait abandonnée à la corruption, qu'il n'a jamais mieux paru qu'aujourd'hui que dieu la défend visiblement de la corruption.

Car si quelques-uns de ces hommes qui, par une vocation extraordinaire, ont fait profession de sortir du monde et de prendre l'habit religieux pour vivre dans un état plus parfait que le commun des chrétiens, sont tombés dans des égarements qui font horreur au commun des chrétiens et sont devenus ce que les faux prophètes étaient entre les juifs, c'est un malheur particulier et personnel qu'il faut à la vérité déplorer, mais dont on ne peut rien conclure contre le soin que Dieu prend de son Église; puisque toutes ces choses sont si clairement prédites, et qu'il a été annoncé depuis si longtemps que ces tentations s'élèveraient de la part de ces sortes de personnes; et que quand on est bien instruit on voit plutôt en cela des marques de la conduite de Dieu que de son oubli à notre égard.

Pascal, Blaise, 890

Tertullien: nunquam Ecclesia reformabitur. = L'Église ne sera jamais réformée.

Pascal, Blaise, 891

Il faut faire connaître aux hérétiques qui se prévalent de la doctrine des jésuites que [ce n'est pas] celle de l'Église; et que nos divisions ne nous séparent pas d'autel.

Pascal, Blaise, 892

Si en différant nous condamnions, vous auriez raison. L'uniformité sans diversité inutile aux autres, la diversité sans uniformité ruineuse pour nous. - L'une nuisible au dehors, l'autre nuisible au dedans.

Pascal, Blaise, 893

En montrant la vérité on la fait croire; mais en montrant l'injustice des maîtres, on ne la corrige pas.

Pascal, Blaise, 894

Ceux qui aiment l'Église se plaignent de voir corrompre les moeurs; mais au moins les lois subsistent. Mais ceux qui corrompent les lois: le modèle est gâté.

Pascal, Blaise, 896

C'est en vain que l'Église a établi ces mots d'anathèmes, hérésies, etc. on s'en sert contre elle.

Pascal, Blaise, 897

Le serviteur ne sait que ce que le maître fait, car le maître lui dit seulement l'action et non la fin; et c'est pourquoi il s'y assujettit servilement et pèche souvent contre la fin. Mais Jésus-Christ nous a dit la fin. Et vous détruisez cette fin.

Pascal, Blaise, 898

Ils ne peuvent avoir la perpétuité, et ils cherchent l'universalité; et pour cela, ils font toute l'Église corrompue, afin qu'ils soient sains.

Pascal, Blaise, 900

Qui veut donner le sens de l'Écriture et ne le prend point de l'Écriture, est ennemi de l'Écriture.

Pascal, Blaise, 901

«Humilibus dat gratium»; an ideo non dedit humilitatem? = Aux humbles il donne la grâce Ja.4:6; est-ce qu'il ne leur a pas donné l'humilité? Les siens ne l'ont pas reçu; tous ceux qui ne l'ont pas reçu n'étaient-ils pas de siens?

Pascal, Blaise, 902

«Il faut bien, dit le Feuillant, que cela ne soit pas si certain, car la contestation marque l'incertitude (saint Athanase, saint Chrysostome; la morale, les infidèles).»

Les jésuites n'ont pas rendu la vérité incertaine, mais ils ont rendu leur impiété certaine.

La contradiction a toujours été laissée, pour aveugler les méchants; car tout ce qui choque la vérité ou la charité est mauvais: voilà le vrai principe.

Pascal, Blaise, 903

Toutes les religions et les sectes du monde ont eu la raison naturelle pour guide. Les seuls Chrétiens ont été astreints à prendre leurs règles hors d'eux-mêmes, et à s'informer de celles que Jésus-Christ a laissées aux anciens pour être retransmises aux fidèles. Cette contrainte lasse ces bons Pères. Ils veulent avoir comme les autres peuples la liberté de suivre leurs imaginations. C'est en vain que nous leur crions, comme les prophètes disaient autrefois aux juifs: «Allez au milieu de l'Église; informez-vous des lois que les anciens lui ont laissées, et suivez ces sentiers» Jé.6:16, Ils ont répondu comme les juifs: «Nous n'y marcherons pas: mais nous suivrons les pensées de notre coeur» et ils nous dit: «nous serons comme les autres peuples.» Jé.18:12.

Pascal, Blaise, 904

Ils font de l'exception la règle.

Les anciens ont donné l'absolution avant la pénitence?

Faites-le en esprit d'exception. Mais, de l'exception, vous faites une règle sans exception, en sorte que vous ne voulez plus même que la règle soit en exception.

Pascal, Blaise, 905 Sur les confessions et absolutions sans marques de regret

Dieu ne regarde que l'intérieur: l'Église ne juge que par l'extérieur. Dieu absout aussitôt qu'il voit la pénitence dans le coeur; l'Église, quand elle la voit dans les oeuvres. Dieu fera une Église pure au dedans, qui confonde par sa sainteté intérieure et toute spirituelle l'impiété intérieur des sages superbes et des pharisiens: et l'Église fera une assemblée d'hommes, dont les moeurs extérieures sont si pures, qu'elles confondent les moeurs des païens. S'il y en a d'hypocrites, mais si bien déguisés qu'elle n'en reconnaisse pas le venin, elle les souffre; car, encore qu'ils ne soient pas reçus de Dieu, qu'ils ne peuvent tromper, ils le sont des hommes, qu'ils trompent. Et ainsi elle n'est pas déshonorée par leur conduite, qui paraît sainte.

Mais vous voulez que l'Église ne juge, ni de l'intérieur, parce que cela n'appartient qu'à Dieu, ni de l'extérieur, parce que Dieu ne s'arrête qu'à l'intérieur; et ainsi, lui ôtant tout choix des hommes, vous retenez dans l'Église les plus débordés, et ceux qui la déshonorent si fort, que les synagogues des juifs et les sectes des philosophes les auraient exilés comme indignes, et les auraient abhorrés comme impies.

Pascal, Blaise, 906

Les conditions les plus aisées à vivre selon le monde sont les plus difficiles à vivre selon Dieu; et au contraire, rien n'est si difficile selon le monde que la vie religieuse; rien n'est plus facile que de la passer selon Dieu.

Rien n'est plus aisé que d'être dans une grande charge et dans de grands biens selon le monde; rien n'est plus difficile que d'y vivre selon Dieu, et sans y prendre de part et de goût.

Pascal, Blaise, 907

Les casuistes soumettent la décision à la raison corrompue et le choix des décisions à la volonté corrompue, afin que tout ce qu'il y a de corrompu dans la nature de l'homme ait part à sa conduite.

Pascal, Blaise, 909

Toute la société entière de leurs casuistes ne peut assurer la conscience dans l'erreur, et c'est pourquoi il est important de choisir de bons guides.

Ainsi, ils seront doublement coupables: et pour avoir suivi des voies qu'ils ne devraient pas suivre, et pour avoir ouï des docteurs qu'ils ne devaient pas ouïr.

Pascal, Blaise, 911

Faut-il tuer pour empêcher qu'il n'y ait des méchants? c'est d'en faire deux au lieu d'un: vince in bono malum - St-Augustin = Vainc le mal par le bien

Pascal, Blaise, 915

Ridicule de dire qu'une récompense éternelle est offerte à des moeurs escobartines.

Dictionnaire étymologique Larousse: escobar: 17ème siècle, Pascal, nom propre et au figuré., du nom du jésuite Escobar, pris à partie dans les Provinciales.

Pascal, Blaise, 916

Ils ont quelques principes vrais; mais ils en abusent. Or, l'abus des vérités doit être autant puni que l'introduction du mensonge.

Pascal, Blaise, 918 Manuscrit de l'abbé Périer

Que serait-ce que les jésuites sans la probabilité et que la probabilité sans les Jésuites. Ôtez la probabilité, on ne peut plus plaire au monde; mettez la probabilité, on ne peut plus lui déplaire. Autrefois il était difficile d'éviter les péchés et difficile de les expier; maintenant, il est facile de les éviter, par mille tours et facile de les expier.

Ils disent que l'Église dit ce qu'elle ne dit pas, et qu'elle ne dit pas ce qu'elle dit.

Pascal, Blaise, 919

Ce sont les effets des péchés des peuples et des Jésuites: les grands ont souhaité d'être flattés: les Jésuites ont souhaité être aimés des grands. Ils ont tous été dignes d'être abandonnés à l'esprit du mensonge, les uns pour tromper, les autres pour être trompés. Ils ont été avares, ambitieux, voluptueux Coacervabunt sibi magistros.

Dignes disciples de tels maîtres, digni sunt, ils ont cherché des flatteurs et en ont trouvé.

Pascal, Blaise, 920

Le silence est la plus grande persécution: jamais les saints ne se sont us. Il est vrai qu'il faut vocation, mais ce n'est pas des arrêts du Conseil qu'il faut apprendre si on est appelé, c'est de la nécessité de parler.

Brunschvicg: Arrêt du 25 juin 1657 supprimant la lettre de Pascal touchant l'Inquisition

Pascal, Blaise, 920

Or, après que Rome a parlé, et qu'on pense qu'il a condamné la vérité,

Brunschvicg: Bulle d'Alexandre VII condamnant Jansénius 31 mars 1657

Pascal, Blaise, 920

et qu'ils l'ont écrit; et que les livres qui ont dit le contraire sont censurés, il faut crier d'autant plus haut qu'on est censuré plus injustement, et qu'on veut étouffer la parole plus violemment, jusqu'à ce qu'il vienne un Pape qui écoute les deux parties, et qui consulte l'antiquité pour faire justice. Aussi les bons Papes trouveront encore l'Église en clameurs.

L'Inquisition et la Société [de Jésus; les jésuites], les deux fléaux de la vérité.

Si mes lettres sont condamnées à Rome, ce que j'y condamne est condamné dans le ciel: Ad tuum, Domine Jesu, tribunal appello. = A ton tribunal, Seigneur Jésus, j'en appelle.

J'ai craint que je n'eusse mal écrit, me voyant condamné, mais l'exemple de tant de pieux écrits me fait croire le contraire. Il n'est plus permis de bien écrire, tant l'Inquisition est corrompue ou ignorante!

«Il est meilleur d'obéir à Dieu qu'aux hommes.»

Je ne crains pas même vos censures pareilles, si elles ne sont fondées sur celles de la tradition. Censurez-vous tout? Quoi! même mon respect? Non. Donc dites quoi, ou vous ne ferez rien, si vous ne désignez le mal, et pourquoi il est mal. Et c'est ce qu'ils auront bien peine à faire.

Pascal, Blaise, 921

... Un bâtiment également beau par dehors, mais sur un mauvais fondement, les païens sages le bâtissaient; et le diable trompe les hommes par cette ressemblance apparente fondée sur le fondement le plus différent.

Jamais homme n'a eu si bonne cause que moi; et jamais d'autres n'ont donné si belle prise que vous...

Plus ils marquent de faiblesse en ma personne, plus ils autorisent ma cause.

Vous dites que je suis hérétique. Cela est-il permis? Et si vous ne craignez pas que les hommes ne rendent justice, ne craignez-vous point que Dieu me la rende?

Je suis seul contre trente mille? Point. Gardez, vous la cour, vous l'imposture; moi la vérité: c'est toute ma force; si je la perds, je suis perdu. Je ne manquerai pas d'accusateurs et de punisseurs. Mais j'ai la vérité, et nous verrons qui l'emportera.

Je ne mérite pas de défendre la religion, mais vous ne méritez pas de défendre l'erreur. Et j'espère que Dieu par sa miséricorde, n'ayant pas égard au mal qui est en moi, et ayant égard au bien qui est en vous, nous fasse à tous la grâce que la vérité ne succombe jamais entre mes mains et que le mensonge ne...

Pascal, Blaise, 923

Ce n'est point l'absolution seule qui remet les péchés au sacrement de Pénitence, mais la contrition, qui n'est point véritable si elle ne recherche le sacrement.






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes jeudi 27 juillet 2017