Le pardon judiciaire et le pardon parental
La chose la plus essentielle, bénie et aussi la plus coûteuse que Dieu ait jamais faite fut d'offrir aux hommes le pardon des péchés. C'est la plus essentielle parce que cela nous préserve de l'enfer et nous donne la joie dans cette vie. C'est la plus bénie parce que cela nous introduit dans une relation éternelle avec Dieu. Et c'est la plus coûteuse parce que le Fils de Dieu a donné sa vie pour que nous puissions vivre.
John MacArthur Jr


Le directeur d'un immense asile psychiatrique en Angleterre a déclaré qu'il pourrait renvoyer chez eux la moitié de ses patients le lendemain s'ils pouvaient être assurés d'être pardonnés. La délivrance de la culpabilité par un réel pardon est le plus grand besoin spirituel de l'homme. Sans le pardon, l'homme ne peut pas entrer en relation avec Dieu pour goûter à la paix et l'espérance. Un Dieu saint ne peut entrer en relation avec des hommes pécheurs à moins qu'il y ait pardon des péchés.

Ro.3:10-12, 23. Quoi donc! sommes-nous plus excellents? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l'empire du péché, 10 selon qu'il est écrit: Il n'y a point de juste, Pas même un seul; 11 Nul n'est intelligent, Nul ne cherche Dieu. Ro.3:23 Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; 24 et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ.

Même si nous avons été pardonnés de la punition ultime du péché grâce au salut en Christ, nous avons besoin d'expérimenter régulièrement le pardon de Dieu pour les péchés que nous continuons à commettre. L'importance de cette distinction deviendra plus claire en regardant les deux sortes de pardon que nous pourrions appeler judiciaire et parental.

Le pardon judiciaire

Les croyants reçoivent le pardon judiciaire de Dieu au moment où ils font confiance à Christ comme celui qui les sauve du péché. Un tel pardon est compréhensif dans la réalité de la justification, par laquelle Dieu nous déclare juste en son Fils. Il en résulte que nous ne sommes plus sous le jugement, condamnés à mourir et à finir en enfer. Ro.8:1 Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. Le juge éternel nous a déclarés pardonnés, justifiés et justes. Personne, humain ou satanique, ne peut nous condamner ou déposer contre nous une charge permanente, Ro.8:33-34.

L'étendue de ce pardon est vraiment dure à saisir. Dieu a dit: «Je ne me souviendrai plus de leurs péchés» Jé.31:34. David a écrit; « Autant l'orient est éloigné de l'occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions.» Ps.103:12. Et Ésaïe nous en donne la raison: «l'Eternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.» Es.53:6.

Dieu ne pouvait pas passer par-dessus notre péché à moins qu'il place la punition sur quelqu'un d'autre, et c'est pourquoi Christ est mort. Du moment que vous placez votre foi en Christ, votre péché est posé sur lui et sa justice est posée sur vous, et Dieu vous déclare juste judiciairement :

Ro.3:23 Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; 24 et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. 25 C'est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, 26 de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus.

2Co.5:21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.



Par cet acte de pardon judiciaire, tous nos péchés - passé, présent et futur - sont complètement pardonnés.

Le pardon parental

Malheureusement, nous tombons encore dans le péché parce que nous n'avons pas encore été rendus parfaits. Dans Ph.3, Paul révèle cette distinction quand il écrit que par la foi en Christ il a reçu la justice de Dieu sans la loi; cependant, il ajoute qu'il n'a pas encore atteint le parfait standard de la sainteté pratique (Ph.3:7-14). Ainsi, nous avons constamment besoin de pardon - le genre qui est gracieusement offert par notre Père céleste. L'Apôtre Jean nous avertit: 1Jn.1:8 Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous. 9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous.

Donc le péché, même s'il a été pardonné judiciairement, est encore une réalité dans notre vie chrétienne. Une fréquence décroissante du péché, en même temps qu'une sensibilité accrue au péché, devrait caractériser la marche chrétienne de chacun. Et alors que nos péchés aujourd'hui et dans le futur ne changent pas notre position devant Dieu, ils affectent en fait notre intimité et notre joie dans notre relation avec lui.

Par exemple, si l'un de nos enfants pèche en nous désobéissant, cela ne changera pas votre relation - vous serez toujours père ou mère, prêt à pardonner instantanément. Mais tant que l'enfant ne viendra pas vous confesser sa désobéissance, l'intimité qui prévalait avant le péché ne sera pas restaurée.

Durant la dernière Cène, Jésus a commencé à laver les pieds de ses disciples pour donner un exemple d'humilité devant caractériser ses serviteurs. En premier, Pierre a refusé, mais quand Jésus a dit : «Si je ne te lave pas, tu n'auras aucune part avec moi». Pierre est allé alors à l'autre extrême et a demandé un bain complet. Jésus a répliqué: «celui qui est lavé n'a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs,» Jn.15:10

Le lavement des pieds par Jésus est plus qu'un acte d'humilité ; c'était aussi une image du pardon que Dieu donne chaque fois qu'il purifie ceux qui sont déjà sauvés. La poussière sur les pieds symbolise la contamination journalière en surface par le péché que nous commettons dans la vie de tous les jours. Le péché ne nous rend pas entièrement sale, il ne peut pas le faire parce que nous avons été purifiés d'une manière permanente. La purification judiciaire qui a eu lieu à notre régénération n'a pas besoin d'être répétée, mais la purification pratique est nécessaire chaque jour parce que sommes en deçà du standard de sainteté établi par Dieu.

En tant que juge, Dieu est empressé de pardonner les pécheurs, et en tant que Père, il est encore plus pressé de continuer à pardonner ses enfants. Aussi vaste et envahissant que soit le péché de l'homme, la magnitude du pardon de Dieu est bien plus grande. Où le péché abonde, la grâce surabonde.

- John MacArthur









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Depuis le 16 décembre 2009, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes lundi 27 mars 2017