Les femmes et leur capacité d'enseigner la Parole de Dieu


L'enseignement aux enfants


On reconnaît tous à la femme le ministère d'enseignement spirituel aux enfants, que ce soit les leurs ou ceux des autres à l'école du dimanche, par exemple.

Proverbes: 1.8 Écoute, mon fils, l'instruction de ton père, et ne rejette pas l'enseignement de ta mère ;

La mère et la grand-mère de Timothée l'avait élevé dans la foi. La mère du roi Lemuel enseignait son fils aussi.

2 Timothée: 1.5 gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d'abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j'en suis persuadé, habite aussi en toi.

Proverbes: 31.1 Paroles du roi Lemuel. Sentences par lesquelles sa mère l'instruisit. Paroles du roi Lemouel, maximes que sa mère lui a enseignées : 2 Que te dirai-je, mon fils ? Que te conseillerai-je, ô mon fils bien-aimé ? Que te dirai-je, fils appelé de mes vœux ?

L'enseignement reçu dans leur enfance n'a rien perdu de sa valeur une fois devenus adultes, loin de là ! La Bible exhorte les adultes à se rappeler ce que leur mère leur avait enseigné, c'est donc que cet enseignement était valable pour un homme adulte.

J'irais jusqu'à dire que la responsabilité d'enseigner des enfants est encore plus grande que celle d'enseigner des adultes car les enfants sont plus influençables n'ayant pas la maturité nécessaire de distinguer la saine doctrine. Une fois qu'ils sont bien enseignés dans une voie, ils vont persévérer dans cette voie.

Proverbes: 22.6 Instruis l'enfant selon la voie qu'il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s'en détournera pas.

L'enseignement aux hommes


Comment peut-on alors avancer qu'une femme ait le droit d'enseigner un enfant influençable mais pas un homme mature capable de discerner ce qui est bon et rejeter le reste ? Oui, examinons toutes choses, tout ce qui est dit dans les prophéties dites par les hommes ET les femmes.

1Thessaloniciens 5:9 N'éteignez pas l'Esprit. 20 Ne méprisez pas les prophéties. 21 Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon ; 22 abstenez-vous de toute espèce de mal.

Actes 2:17 Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair; vos fils et vos filles prophétiseront...

1Corinthiens 11:5 Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise...

Pour peu qu'on sache lire le français, depuis la Pentecôte, Dieu parle autant par les femmes que par les hommes qui ont reçu la même part du Saint-Esprit. Alors l'esprit religieux qui veut faire taire les femmes dans l'église ne vient pas de Dieu.

Enseigner avec autorité


Ceux qui interdisent aux femmes d'enseigner la Parole de Dieu aux adultes masculins ont quelques passages clés qu'ils citent pour appuyer leur opinion. Par exemple, dans les églises établies par l'apôtre Paul, certains en ont conclu que Paul ne permettait pas à la femme d'enseigner des hommes lors des réunions d'église.

1 Timothée: 2.12 Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni de prendre de l'autorité sur l'homme ; mais elle doit demeurer dans le silence.

Paul n'est pas en train d'écrire qu'il ne veut pas que la femme enseigne et même pire encore qu'elle ne dise pas un mot dans l'église en gardant le silence car ce même Paul permettait aux femmes de l'église de Corinthe de prier et prophétiser durant les réunions d'église si elles se couvraient la tête d'un voile en le faisant.

1Corinthiens 11:5 Mais si une femme prie ou prophétise la tête non couverte, elle outrage son chef à elle, car elle se place ainsi sur le même plan qu’une « femme tondue ».

Pour résoudre cette contradiction apparente « n'enseigne pas, tais-toi mais tu peux prier et prophétiser », regardons un peu ce que signifie « enseigner avec autorité ». Prenons Jésus comme exemple. Plusieurs docteurs de la loi enseignaient au temps de Jésus mais Jésus se distinguait d'eux parce qu'il enseignait avec autorité, ce qui surprenait grandement la foule.

Matthieu 7:28 Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine ; 29 car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes.

Qu'est-ce que cela signifiait au juste d'enseigner avec autorité ? Était-ce parler sévèrement avec une voix forte, était-ce chasser des démons ? On pourrait trouver des passages qui iraient dans cette direction (Marc 1:27), donc cela n'est pas exclu, mais le passage de Mt.7:28-29 cité auparavant se trouve à la fin du Sermon sur la montagne. Allons alors regarder ce que Jésus enseignait dans ce sermon pour comprendre ce que Matthieu voulait nous dire dans ce contexte en employant l'expression « enseigner avec autorité ».

Matthieu 5:21 Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point ; celui qui tuera mérite d’être puni par les juges. 22 Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d’être puni par les juges ; que celui qui dira à son frère: Raca ! mérite d’être puni par le sanhédrin ; et que celui qui lui dira: Insensé ! mérite d’être puni par le feu de la géhenne. 23 Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, 24 laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande. 25 Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que tu ne sois mis en prison. 26 Je te le dis en vérité, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé le dernier quadrant. 27 Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras point d’adultère. 28 Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. 29 Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. 30 Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne. 31 Il a été dit : Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce. 32 Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité, l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère.

Jésus prenait autorité quand Il enseignait ; Il avait l'autorité de prendre des paroles de l'Écriture et de les interpréter d'une nouvelle manière : « Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens ... mais moi, je vous dis ». Jésus apportait donc des nouvelles doctrines suite à des révélations que Lui donnait le Saint-Esprit. Cette autorité, Il l'avait reçu de son Père, car l'autorité vient toujours d'un supérieur ; le Père donne l'autorité au Fils, le Fils donne l'autorité à l'homme et l'homme donne l'autorité à la femme (1Co.11). C'est ainsi que Jésus pouvait enseigner avec l'autorité venant de Dieu et Il pouvait donc guérir et chasser même les démons.

Marc 1:21 Ils se rendirent à Capernaüm. Et, le jour du sabbat, Jésus entra d’abord dans la synagogue, et il enseigna. 22 Ils étaient frappés de sa doctrine ; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes. 23 Il se trouva dans leur synagogue un homme qui avait un esprit impur, et qui s’écria: 24 Qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu. 25 Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. 26 Et l’esprit impur sortit de cet homme, en l’agitant avec violence, et en poussant un grand cri. 27 Tous furent saisis de stupéfaction, de sorte qu’ils se demandaient les uns aux autres : Qu’est-ce que ceci ? Une nouvelle doctrine ! Il commande avec autorité même aux esprits impurs, et ils lui obéissent ! 28 Et sa renommée se répandit aussitôt dans tous les lieux environnants de la Galilée.

On comprend donc que l'homme peut enseigner avec autorité quand il respecte la hiérarchie instituée par Dieu en se soumettant à Jésus, son autorité supérieure. Il peut alors aussi guérir au nom de Jésus et chasser des démons au nom de Jésus. La femme peut le faire aussi quand elle respecte l'autorité instituée par Dieu. Quand elle est soumise à l'autorité de l'église - et de son mari si elle est mariée - , elle peut alors aussi enseigner avec autorité au nom de Jésus, guérir au nom de Jésus et chasser des démons au nom de Jésus.

Paul donne deux raisons pourquoi ce sont à des hommes que Jésus a choisi de révéler les nouvelles doctrines qui allaient bâtir son église ; d'abord c'est une question de primauté; Adam a été formé en premier et ensuite le diable avait reconnu chez la femme quelqu'un de plus facile à séduire.

1 Timothée: 2.12 Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni de prendre de l'autorité sur l'homme ; mais elle doit demeurer dans le silence.13 Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite ; 14 et ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme qui, séduite, s’est rendue coupable de transgression.

Nous pouvons comprendre maintenant que Paul écrivait qu'il ne voulait pas que la femme prenne autorité sur l'homme en enseignant des nouvelles doctrines. Ce n'est pas aux femmes que le Saint-Esprit a donné l'autorité d'annoncer les nouvelles doctrines qui allaient former le Nouveau Testament. Jésus avait donné cette autorité à ses apôtres.

2Co 10:8 Et quand même je me glorifierais un peu trop de l’autorité que le Seigneur nous a donnée pour votre édification et non pour votre destruction, je ne saurais en avoir honte,

2Co 13:10 C’est pourquoi j’écris ces choses étant absent, afin que, présent, je n’aie pas à user de rigueur, selon l’autorité que le Seigneur m’a donnée pour l’édification et non pour la destruction.

Jésus reconnaît les femmes qui enseignent sous l'autorité établie par Dieu


Cependant la femme qui demeurait sous l'autorité de l'homme en enseignant la doctrine apostolique pouvait continuer à le faire. Dans le livre de l'Apocalypse, Jésus reprend l'église non pas parce que l'évêque de l'église laissait une femme enseigner mais bien parce qu'elle enseignait des fausses doctrines. Jésus lui donne du temps pour qu'elle change son enseignement et son comportement, non pas pour qu'elle cesse d'enseigner ! On voit que notre Seigneur estimait aussi beaucoup la capacité des femmes à propager l'évangile à des hommes ; dans Jean 4 la samaritaine avait prêché à tout son village et tous s'étaient mis à croire en Jésus. A la résurrection, c'est Marie-Madeleine qui est allée l'annoncer aux apôtres.

Ap.2:20 Pourtant, j’ai un reproche à te faire : tu laisses cette femme, cette Jézabel qui se dit prophétesse, égarer mes serviteurs en leur enseignant à participer au culte des idoles, en se livrant à la débauche et en mangeant les viandes des sacrifices. 21 Je lui ai laissé du temps pour qu’elle change, mais elle ne veut pas renoncer à son immoralité. 22 Voici : je la jette, elle et ses compagnons de débauche, sur un lit de grande détresse, à moins qu’ils ne changent en renonçant à agir selon son enseignement.

Ce passage est aussi intéressant parce que Jésus dit clairement qu'une prophétesse c'est quelqu'un qui enseigne dans l'église. L'enseignement concerne l'exposition de la doctrine. Jésus n'a pas de problème avec une femme qui enseigne la SAINE doctrine, la saine doctrine révélée à ses apôtres une fois pour toutes (Jude 3), Jésus a un problème avec une femme qui enseigne des FAUSSES doctrines ! Jésus dit à cette femme : « Cesse d'enseigner des FAUSSES doctrines !» non pas « Cesse d'enseigner car tu es une femme ! »

Donc Paul ne peut pas dire le contraire de Jésus, d'ailleurs en permettant à la femme de prophétiser dans l'église de Corinthe, Paul lui permet par le fait même d'enseigner (1Co.11:5) ! Dans 1Co.14:3, on lit comment Paul décrit la prophétie ; c'est exactement l'impact de celui qui apporte un bon enseignement aux hommes ; il expose la saine doctrine apostolique qui édifie, encourage et réconforte !

1Co.14:3 Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les encourage, les réconforte.

Prophétiser dans l'imaginaire des gens c'est seulement annoncer l'avenir. Dans l'église primitive, il est vrai que le prophète annonce parfois l'avenir (cf. Agabus Ac.11:28) mais le prophète fait bien plus que cela et surtout ce n'est pas ce qui distingue son ministère, la tâche principale du prophète, comme 1Co.14:3 le démontre, - c'est enseigner aux croyants comment vivre leur foi tout en les encourageant. Les prophètes étaient ceux qui apportaient l'instruction, ils enseignaient dans l'Église la doctrine et le bon comportement. C'est exactement cela que Jude et Silas avaient fait quand ils étaient allés à Antioche. Ils correspondaient donc bien à ceux qu'on identifient de nos jours plutôt comme des prédicateurs, des prêcheurs ou encore des orateurs.

Actes 15:32 Comme Jude et Silas étaient eux-mêmes prophètes, ils parlèrent longuement aux frères pour les encourager et les affermir dans la foi.

Paul devait avoir évidemment de la suite dans les idées. Si à Éphèse, il dit aux femmes de ne pas enseigner et même de se taire alors qu'il permet aux femmes à Corinthe de prophétiser à condition qu'elles portent un voile, c'est qu'il doit y avoir une explication plausible. Nous avons réalisé ensemble en étudiant les Écritures que la femme peut enseigner du moment qu'elle demeure dans la soumission à la hiérarchie instituée par Dieu, sans prendre autorité sur l'homme.

Femmes, taisez-vous... dans certaines circonstances bien précises !


C'est le temps d'examiner maintenant 1Co.14 qui jette un peu d'éclairage sur des raisons qui auraient pu motiver Paul d'ordonner aux femmes d'Éphèse de se taire. Ensuite, nous retournerons étudier le contexte de 1Ti.2.

1Co.14:29 Quant aux prophètes, que deux ou trois parlent, et que les autres évaluent leur message. 30 Et si un autre membre de l’assistance a une révélation, que le premier se taise. 31 En effet, vous pouvez tous prophétiser l'un après l'autre, afin que tous soient instruits et que tous soient encouragés. 32 L’esprit des prophètes est soumis aux prophètes, 33 car Dieu n'est pas un Dieu de désordre, mais de paix. Comme dans toutes les Eglises des saints, que vos femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler, mais elles doivent se soumettre, comme le dit aussi la loi. 35 Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, qu'elles interrogent leur mari à la maison, car il est inconvenant pour une femme de parler dans l'Eglise. 36 Serait-ce de chez vous que la parole de Dieu est sortie ? Ou est-ce à vous seuls qu'elle est parvenue ? 37 Si quelqu'un croit être prophète ou dirigé par l’Esprit, qu'il reconnaisse dans ce que je vous écris un commandement du Seigneur. 38 Et si quelqu'un l'ignore, qu'il l'ignore ! 39 Ainsi donc, frères et sœurs, aspirez au don de prophétie et n'empêchez pas de parler en langues (Segond 21)

Il y avait un manque d'ordre flagrant dans l'église de Corinthe. Beaucoup d'hommes et de femmes prophétisaient et plus encore parlaient en langues en même temps, ce qui provoquait un brouhaha indescriptible au point où les visiteurs se demandaient s'ils n'étaient pas entrés dans un asile de fous (1Co.14:23)! Et comme si cela n'était pas suffisant, à l'époque, les femmes étaient assises d'un côté et les hommes de l'autres, alors quand les femmes avaient des questions à poser à leurs maris plus instruits concernant les révélations et les prophéties qui étaient apportées, elles dérangeaient le bon déroulement du culte. Tout ce du bruit dans le bâtiment empêchait les gens de bien comprendre celui ou celle qui prophétisait (ajouter à cela qu'il n'y avait pas de micro pour enterrer la foule bruyante). Cela nuisait donc évidemment grandement au bon fonctionnement des réunions d'église. Alors Paul décide de mettre de l'ordre ; un seul prophète (ou prophétesse) parle à la fois et pas plus de deux ou trois. Que les autres se taisent pour qu'on puisse écouter attentivement et juger de la pertinence des prophéties.

Je répète que ceux qui avaient le droit de prendre la parole et prophétiser pouvaient être autant des femmes que des hommes puisque Paul avait déjà dit dans cette même lettre aux Corinthiens que les femmes pouvaient prier et prophétiser. Alors quand il dit aux femmes de se taire un peu plus loin dans cette lettre (14:33), il ne faut pas comprendre cela qu'elles peuvent prier et prophétiser dans l'église seulement en employant seulement avec le langage des sourds muets !

Paul décrit bien le problème qui se posait à Corinthe au verset 35 ; - je vais encore me répéter pour que cela rentre bien dans vos esprits ! - les femmes coupaient souvent la parole aux prophètes en demandant des explications alors Paul leur dit de se taire et d'attendre d'être à la maison pour interroger leurs maris qui dans la société de l'époque étaient souvent plus instruits. C'est donc dans ce contexte que les femmes avec des questionnements devaient se taire, autrement elles pouvaient prophétiser et enseigner autant que les hommes quand leur tour venait.

De même, le problème à Éphèse n'était pas que les femmes prophétisaient et enseignaient car il serait impensable que Paul encourage une chose dans une église (Corinthe) et interdise cette même chose dans une autre église (Éphèse). Le problème à Éphèse c'est que les femmes qui enseignaient manquaient de respect pour la hiérarchie divine (cf. 1Co.11:1-10) en prenant autorité sur les hommes. Au lieu de manifester leur soumission à l'ordre établi par Dieu en portant le voile comme c'était le signe à l'époque (1Co.11:10), les femmes enseignantes à Éphèse s'habillaient et se coiffaient de manière extravagante (1Ti.2:9), elles enseignaient mais n'agissaient pas (1Ti.2:10), elles se rebellaient avec agressivité contre l'enseignement des hommes (1Ti.2:11-12). Roger Nicole, dans Evangelical Dictionary of Theology, fait remarquer que «la majorité des enseignants étaient des femmes et ont souvent été bénies dans cette fonction. Au temps de Paul, assez souvent les enseignants étaient des esclaves, alors l'acte d'enseigner n'impliquait pas de prendre une autorité indue.» Voilà donc le problème à Éphèse, les femmes prenaient une autorité indue sur l'homme en enseignant alors qu'elles auraient pu très bien enseigner sans prendre autorité sur l'homme et éviter cette remontrance.

1Ti.2:9 Je veux que les femmes agissent de même, en s’habillant décemment, avec discrétion et simplicité. Qu’elles ne se parent pas d’une coiffure recherchée, d’or, de perles ou de toilettes somptueuses, 10 mais plutôt d’œuvres bonnes, comme il convient à des femmes qui déclarent vivre pour Dieu. 11 Que la femme reçoive l’instruction dans un esprit de paix et de parfaite soumission. 12 Je ne permets pas à une femme d’enseigner en prenant autorité sur l’homme. Qu’elle garde plutôt une attitude paisible.

Au temps de Paul, les agnostiques prêchaient que la connaissance venait en fait de la femme, ceux-ci avançaient que c'était Adam qui avait été séduit dans le jardin d’Eden (1Timothée 2:13), Paul devait donc rectifier ce faux enseignement en vogue. Il y avait aussi un groupe qui vouait un culte à Diane, une déesse grecque. Certaines de ces femmes enseignaient des fausses doctrines la journée et étaient des prostituées la nuit.

Il faut toujours interpréter un passage de la Parole à la lumière de toute la Parole. Paul n’aurait pas pu affirmer comme une généralité que la femme n'avait pas le droit d'enseigner ou même de parler dans l'église alors que lui-même côtoyait et approuvait des femmes dans le ministère qui priaient, prophétisaient et enseignaient.

Paul ne voulait donc pas empêcher les femmes d'enseigner dans l'église, encore moins de parler, sinon il se contredirait lui-même comme je vous l'ai démontré. Paul voulait que les femmes respectent l'autorité instituée par Dieu ; Dieu comme chef de Christ, Christ comme chef de l'homme et l'homme comme chef de la femme (1Co.11:3-5).

1Co.11:3 Je veux cependant que vous sachiez ceci : Christ est le chef de tout homme, l'homme est le chef de la femme, et Dieu est le chef de Christ. 4 Tout homme qui prie ou qui prophétise la tête couverte déshonore son chef. 5 Toute femme, en revanche, qui prie ou qui prophétise la tête non couverte déshonore son chef à elle. En effet, c'est exactement comme si elle était rasée.

Paul voulait aussi que les femmes manifestent par leur vie le fruit de l'Esprit : la foi, l'amour, la sanctification et la modestie (1Ti.2:15).

Combien de femmes sont parties seules en mission et ont été puissamment utilisées par le Seigneur pour partir des églises ? Toutes ont eu à prendre autorité sur les hommes qu'elles ont amenées à l'évangile puisque ceux-ci n'avaient évidemment pas la maturité d'enseigner, la Parole de Dieu met en garde de ne pas mettre de nouveaux convertis dans des postes d'autorités de peur qu'il ne tombe dans l'orgueil comme cela a été le cas du diable, 1Ti.3:6. N'est-ce pas hypocrite et incohérent d'accepter que des femmes enseignent des précieux enfants influençables ?, que des femmes soient missionnaires et de refuser qu'elles soient enseignantes dans des églises déjà établies, remplis d'hommes matures capables de discerner alors que le responsabilité de l'enseignement est bien plus grande dans une église où il y a seulement des nouveaux chrétiens influençables comme des jeunes enfants ?

CONCLUSION ET RECOMMANDATION

À l'époque, les femmes avaient donc l'aval du Seigneur Jésus-Christ - et de Paul aussi ! - d'enseigner des hommes lors des réunions de l'église et comme de nos jours, plusieurs femmes pouvaient le faire selon les dons que le Saint-Esprit leur distribuait. Comme Priscille l'avait brillamment démontré avec Apollos, il y a beaucoup de femmes parmi nous qui ont reçu du Seigneur la capacité d'enseigner avec autorité tout en restant soumises à l'autorité instituée par Dieu et elles le font aussi avec grand succès. L'église, l'internet et les livres nous mettent en contact avec des femmes qui ont un grand potentiel d'enseignement ; Heidi Baker, Joyce Meyer, Audrey Mack et j'en passe des dizaines, des centaines, des milliers !

Le Saint-Esprit est évidemment d'accord avec cela puisqu'Il les inspire et nous édifie, exhorte et console par les enseignements qu'elles nous apportent !

Si certaines dénominations évangéliques résistent toujours aux femmes qui ressentent l'appel à l'enseignement des adultes croyants, les églises charismatiques ont depuis longtemps reconnu que le Saint-Esprit enseignent aussi bien par les femmes que par les hommes.

Ma chère sœur en Christ, alors que tu entends ces paroles, puisse l'esprit de Christ venir sur toi et te rendre désireuse de faire l’œuvre à laquelle le Seigneur t'a préparée. C'est grand temps que les femmes laissent briller leur lumière ; pour faire ressortir leurs talents cachés qui dépérissaient ; pour les employer à la gloire de Dieu, et accomplir avec leur force ce que leurs mains trouvent à faire, faisant confiance à Dieu pour la capacité, Celui qui a dit "Je ne t'abandonnerai jamais". Ne plaidons pas la faiblesse ; Dieu utilise les choses faibles du monde pour confondre les sages. Nous sommes les fils et les filles du Dieu Très-Haut. Ne devrions-nous pas honorer notre appel et faire tout ce que nous pouvons pour sauver ceux qui sont assis dans la vallée de l'ombre de la mort ? Est-ce que Dieu n'a pas envoyé Moïse, Aaron - Miriam pour être vos leaders ? Barak n'osait pas rencontrer ses ennemis sans que Deborah conduise la troupe. Le Seigneur a suscité des hommes, des femmes et des enfants de Son propre choix - Anne, Huldam Phoebe, Narcisse, Tryphène, Persis, Julian les Maries et les sœurs qui ont été dans l’œuvre avec Paul. Est-ce moins bien vu pour les femmes d’œuvrer dans le royaume de Christ et dans Sa vigne maintenant que cela l'était alors ?

- Maria Woodworth-Etter - une femme utilisée puissamment par Dieu.

La sœur Etter était devenue un phénomène nationale à l'âge de 40 ans. Diverses dénominations reconnaissaient son habileté à raviver les églises mortes, à amener les âmes au Seigneur et à encourager à approfondir la marche spirituelle avec Dieu. Des docteurs, des avocats, des ivrognes et des impudiques – des gens de toutes sortes – étaient glorieusement sauvés et remplis du Saint-Esprit dans ses rencontres. À cause de l'une de ses rencontres, en 1885, la police n'avait jamais vu un tel changement dans leur ville. La ville avait été nettoyée au point où ils n'avaient plus rien à faire!

J'encourage donc toutes les femmes qui aspirent à la prophétie pour enseigner, exhorter, édifier et consoler à s'appliquer à l'étude et la méditation des Écritures pour demeurer dans la saine doctrine révélée aux apôtres une fois pour toutes (Jude 3) et éviter d'être séduite comme les Eve et « Jézabel » de ce monde (Ap.2:20). Je les encourage à travailler aussi sur leur caractère (c'est évidemment bon aussi pour les hommes) pour ne pas laisser à l'ennemi aucune occasion de discréditer le message glorieux qu'elles transmettent. Au cours de leur service, elles découvriront graduellement les bonnes oeuvres que Dieu a préparées d'avance spécifiquement pour elles (Ep.2:10).

1Timothée 4:15 Prends ces choses à cœur, consacre-toi à elles, afin que tout le monde soit frappé de tes progrès.

Que Dieu vous inspire et vous garde dans Ses voies pour Sa plus grande gloire et pour votre bonheur personnel.

- Le webmestre









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner

Nous sommes vendredi 26 mai 2017