L'adoration, au-delà de l'action de grâce
L'Éternel est grand et très digne de louange, et sa grandeur est insondable. -Psaume 145:3

Le dictionnaire déclare qu'admirer c'est «regarder avec une estime étonnée accompagné de plaisir et de ravissement." D'après cette définition, Dieu a peu d'admirateurs parmi les chrétiens aujoud'hui.

Plusieurs sont reconnaissants pour sa bonté d'avoir pourvu au salut. A l'Action de Grâces, les cloches d'église sonnent de gratitude parce que la récolte a été engrangée. Les rencontres de témoignage ont principalement dévouées à la récitations d'incidents où quelqu'un a eu des problèmes et s'en est sorti en réponse à la prière. Dénigrer cela serait un manque de charité et antibiblique, car il y a une place pour cela dans les psaumes. Il est juste et bon de rendre grâces à Dieu pour toutes ses miséricordes envers nous. Mais les admirateurs de Dieu, où sont-ils?

La simple vérité est que l'adoration est rudimentaire jusqu'à ce qu'elle prenne la qualité de l'admiration. Tant que l'adoration est infatué de lui-même et de son sort, il est un bébé. Nous commençons à grandir quand notre adoration passe de l'action de grâces à l'admiration.

Alors que nos coeurs s'élèvent à Dieu dans la noble estime de ce qu'il est ("JE SUIS QUI JE SUIS"), nous commençons à partager un peu du plaisir altruiste qui est la portion des bienheureux au ciel.

«Dieu tout-puissant, je veux devenir un de tes admirateurs. Aide-moi à aller au-delà de l'action de grâces ce matin même jusqu'à une admiration noble et altruiste. Amen.»










Vous êtes sur la page :


Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner

Depuis le 31 décembre 2009, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes vendredi 20 janvier 2017