iv>
 
   
 
Le respect dans le mariage
Est-ce que le respect de la femme pour son mari est conditionnel ?

Si le mari ne se conduit pas de manière respectable, est-ce que sa femme est tenue de le respecter quand même ? Examinons 1Pierre 3:1-7. Tout d'abord, je veux porter à votre attention qu'ici je traite seulement de l'attitude de la femme, le mari a bien entendu aussi ses choses à régler (verset 7), cela est traité sur d'autres pages de ce site. Regardons ensemble ce que la Parole de Dieu dit au sujet du respect de la femme envers son mari. :

1Pi.3:1 Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que, si quelques–uns n’obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, 2 en voyant votre manière de vivre chaste et réservée. (réservée, phobos en grec. La version Semeur traduit par "respectueuse") 3 Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt, 4 mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu. 5 Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leurs maris, 6 comme Sara, qui obéissait à Abraham et l’appelait son seigneur. C’est d’elle que vous êtes devenues les filles, en faisant ce qui est bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte. 7 Maris, montrez à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec vos femmes, comme avec un sexe plus faible ; honorez–les, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie. Qu’il en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières.

Voici sept points qui démontrent que le respect n'est pas conditionnel :
  1. L'apôtre Pierre dit aux femmes chrétiennes de respecter leur mari inconverti - qui est probablement souvent loin d'être "respectable" quand on voit comment Paul décrit l'homme charnel dans ses épîtres ! Cela a même un impact spirituel. La femme qui méprise son mari est une occasion de chute pour lui en lui donnant un prétexte pour refuser de croire à la Bonne Nouvelle. Cela ne lui donne aucune envie de devenir chrétien. C'est pourquoi Jésus demande que nous répondions au mal par le bien. Alors si ton mari inconverti manque d'amour envers toi, ne t'abaisse pas à son niveau en lui manquant du respect, car alors il n'y aura plus aucune différence entre vous deux, entre la lumière et les ténèbres.
  2. Et si ton mari est chrétien, raison de plus de le respecter parce que Jésus vit en lui, et en le respectant c'est Jésus que tu respectes. Mais si tu méprises ton mari, sache que c'est Jésus que tu méprises. Ce n'est pas moi mais c'est le Seigneur Jésus-Christ lui-même qui le dit dans Matthieu 25:40

    Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c‘est à moi que vous les avez faites.

  3. Ensuite Pierre donne l'exemple des femmes de l'Ancien Testament, plus particulièrement Sara. Par deux fois, Abraham, par peur des hommes, l'a exposée à être adultère parce qu'il lui avait demandé de se faire passer pour sa soeur. Elle aurait pu le traiter de mauviette et de peureux mais Sara, loin de le mépriser avec dédain, a néanmoins continué à lui manifester du respect et à l'appeler "mon seigneur" (voir Genèse 18:12) comme le faisait ceux de condition inférieure s'adressant à ceux de condition supérieure à l'époque. Je ne recommande pas aux femmes d'appeler aujourd'hui leur mari "mon seigneur" ni même par sa contraction de "monsieur", cela serait déplacé dans les sociétés que je connais, mais le respect doit se voir dans le ton de sa voix et de sa manière de s'adresser à lui pour que la voie du Seigneur soit honorée par ceux qui en sont témoins.
  4. Si le respect était conditionnel alors l'amour le serait aussi parce que celui qui a commandé dans Ephésiens 5:33 aux maris d'aimer leur femme a aussi commandé aux femmes de respecter leur mari.

    Ep.5:33 Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui–même, et que la femme respecte son mari.

  5. L'apôtre Paul présente le respect dans Ro.13:7 non pas comme quelque chose de conditionnel mais comme un dû envers ceux qui y ont droit :

    Romains 13:7 Rendez à tous ce qui leur est dû: l’impôt à qui vous devez l’impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte (respect = phobos en grec, comme dans 1Pi.3:2), l’honneur à qui vous devez l’honneur.

  6. Jésus nous dit qu'on reconnaît un arbre à ses fruits. Quels sont les fruits dans la relation de couple quand une femme méprise son mari ? Quand bien même qu'on ne tiendrait pas compte de la Bible, on devrait avoir assez de discernement pour réaliser combien les fruits du manque de respect sont amers ! Cela crée une distance relationnelle de plus en plus grande au point où il n'y a plus du tout de sentiment affectif chez le mari pour sa femme. La femme qui n'est plus aimée tendrement perd aussi son affection pour son mari. On se retrouve alors dans une maison où les deux ont à peine à se tolérer. On se retrouve alors dans une situation où la tension est palpable et où cela peut exploser à tout moment. On se retrouve dans un Afghanistan conjugal où le mari peut à tout moment poser le pied sur une mine et faire exploser sa femme en une litanie de paroles méprisantes. Pas besoin d'être chrétien ni même religieux pour vouloir éviter cela à tout prix !
  7. Il ne faut pas négliger non plus la dimension spirituelle, réalisons que cela ne se passe pas seulement sur le plan humain. La langue méprisante est enflammée par le feu de la géhenne (Ja.3:6), la femme en colère contre son mari donne accès au diable, c'est alors le malin qui inspire des paroles méprisantes, cela ne vient pas de Dieu (Ep.4:26-32).

    Jacques 3:6 La langue aussi est un feu ; c’est le monde de l’iniquité. La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle–même enflammée par la géhenne. 7 Toutes les espèces de bêtes et d’oiseaux, de reptiles et d’animaux marins, sont domptés et ont été domptés par la nature humaine ; 8 mais la langue, aucun homme ne peut la dompter ; c’est un mal qu’on ne peut réprimer ; elle est pleine d’un venin mortel. 9 Par elle nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l’image de Dieu. 10 De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi. 11 La source fait–elle jaillir par la même ouverture l’eau douce et l’eau amère ?

    Ep.4:26 Si vous vous mettez en colère, ne péchez point ; que le soleil ne se couche pas sur votre colère, 27 et ne donnez pas accès au diable. (...) 29 Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent. 30 N’attristez pas le Saint–Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. 31 Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. 32 Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ.

Résumons, quand la femme refuse à son mari le respect qui lui est dû, elle est alors rendue à des années lumière du modèle de la femme présentée dans la Parole de Dieu. On en est rendu donc aussi à des années lumière du plan de Dieu pour la vie de couple. Ce n'est plus le ciel sur la terre mais l'enfer !

C'est maintenant le temps pour le couple de décider ce qu'ils vont faire si cela correspond à leur situation. Le plus tôt sera le mieux car plus on laisse perdurer cette situation malsaine, plus c'est difficile de rétablir la relation conjugale à un niveau plaisant pour les deux. Pour ce faire,
  1. La femme doit prendre conscience qu'elle pêche envers son mari en lui causant du tort par son mépris. J'espère que j'ai été assez convaincant à ce sujet ci-dessus.
  2. Le mari, de son côté, doit refuser de continuer à se laisser détruire par ces traits enflammées, il doit lever le bouclier de la foi bien haut (Ep.6:16). Il doit mentionner à sa femme tout le tort que son mépris lui a causé pour qu'ils soient tous les deux en mesure de bien évaluer la dette de ce péché grave.
  3. Alors, la femme saura pourquoi elle lui demande pardon et le mari pourra lui pardonner de tout son coeur (Ep.4:32), ayant évalué tout le tort qu'il a subi.
Cette dernière étape est cruciale, car si on minimise l'impact de ce péché ou pire, si on passe par-dessus, la relation n'a aucune chance à long terme de redevenir satisfaisante et agréable. La femme doit prendre la pleine responsabilité de son péché et ne pas chercher à le justifier en disant que son mari méritait de se faire mépriser par ses mauvaises actions ou son manque d'implication ou quoi encore. Par contre quand la femme assume pleinement que son mépris est un péché, quand les choses sont clairement dites dans la repentance et le pardon, cela pose une base solide pour recommencer une nouvelle relation ensemble. Cela peut prendre du temps pour recréer des émotions agréables, surtout si le mépris s'est étalé sur de nombreuses années, les blessures peuvent être longues à guérir, mais au moins, rendu là, il y a de l'espoir.

Alors, oui, il est possible de réchapper un couple où la femme méprise son mari, mais c'est un grand défi à relever, un défi où l'aide spirituelle d'un conseiller chrétien est souhaitable et où l'aide spirituelle de Dieu lui-même est essentielle pour produire en nous le bon vouloir et le faire de réaliser la vie de couple d'une manière qui va Le glorifier au lieu de Lui faire honte.

Nous avons vu les fruits de l'arbre du mépris, considérons maintenant pour terminer et s'encourager dans cette voie, les fruits de l'arbre du respect en lisant une citation d'Anselm Grün :

Pour Saint-Benoît, le respect des hommes consiste à croire en la bonté de leur être ultime, à voir en eux l'étincelle divine, le Christ lui-même.

Je n'emprisonne pas l'autre dans ses fautes et ses faiblesses; je porte sur lui un regard plus profond. (...)

Le respect implique la considération.

Je ne respecte pas un être en raison de ce qu'il sait faire, mais parce que c'est un homme.

Quand les humains se sentent respectés, ils se redressent car ils redécouvrent leur dignité divine.

Ta présence mérite le respect.

Sinon ton absence suscitera le regret.






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes samedi 25 novembre 2017