Le secret du bonheur
Y a-t-il aux yeux de l'homme un but plus légitime que la quête du bonheur?

C'est une aspiration innée commune à tous les êtres humains, quelques soient leurs races ou l'époque durant laquelle ils ont vécu.

Le cri du roi David il y a déjà 3000 ans est toujours actuel: "Qui nous fera voir le bonheur!"

Ainsi l'homme consacre ses énergies, son temps, sa vie entière à la quête du bonheur.

Comment définir le bonheur?

Sur le plan étymologique, le mot bonheur vient du latin populaire bene agurium = bon augure, ce qui a donné le mot bonheur.

Le terme grec correspondant est eutuchia, des mots eu (bon) et tuchia (atteindre le but de manière fortuite) et ce terme veut dire, succès, prospérité, résussite, il n'est pas employé dans le nouveau testament, car le bonheur n'est pas dû au hasard comme on le verra plus tard dans notre étude, on retrouve par contre le nom propre Eutychus; dont le nom fut à propos, puisqu'il s'est relevé d'une chute mortelle! Ac.20:9

Comme définition du bonheur, je dirais que la perception générale du bonheur est la satisfaction, la pleine réalisation de ses aspirations personnelles, c'est la réussite, le succès dans les relations personnelles comme dans les affaires qui produit en celui qui l'a atteint un sentiment d'accomplissement, de plénitude, de bien-être quasi extatique où on a l'impression de flotter sur un nuage tellement tout fonctionne comme sur des roulettes.

Voilà en gros le concept du bonheur qui est suggéré dans la société, un peu utopique, n'est-ce pas?

Mais le bonheur, est-ce vraiment ça?

Regardons une couple d'exemples d'hommes qui ont semblé rencontrer les prérequis du monde pour accéder au bonheur.

Le roi David

Sur le plan politique, il a atteint le poste le plus élevé.

Sur le plan du pouvoir, il a conquis tous les pays qu'il a désiré, il avait en toutes choses le dernier mot, sa parole faisait loi.

Sur le plan émotionnel, toutes les femmes qu'il a désirées, il les a eu.

Sur le plan des affaires, il a mené à bien beaucoup de projets et il s'est amassé des grandes richesses, plus qu'il ne pouvait dépenser ou même compter.

Sur le plan social, il a relevé le niveau de vie de son peuple.

Sur le plan de la popularité, il avait le plus grand respect de son peuple, qu'il pouvait entraîner à sa suite.

Vraiment, on pourrait se demander ce qui pouvait bien lui manquer pour qu'il s'écrie "Qui nous fera voir le bonheur"

Était-ce un éternel insatisfait qui ne savait pas jouir des bonnes choses que la vie lui offrait?

Plus près de nous, il y a Mick Jagger du groupe rock les Rolling Stones qui chantait ce refrain: "I can't get no satisfaction" = Je suis incapable de trouver la satisfaction. Pas moyen d'être vraiment heureux, de goûter pleinement au bonheur.

Pourtant c'en est au autre qui a tout eu ce qu'il a désiré

Sur le plan du pouvoir, sa richesse lui permet de réaliser toutes ses fantaisies.

Sur le plan émotionnel, toutes les femmes qu'il a désirées, il ne s'en ait jamais privé, sa femme s'en est plaint souvent, elle a fini par demander le divorce.

Sur le plan des affaires, il s'est rendu riche à craquer.

Sur le plan social, il a influencé des milliers de personnes avec sa musique, en les faisant passer par toutes sortes d'émotions et en imprégnant leurs pensées de son idéologie libertine.

Sur le plan de la popularité, il a connu le succès pendant plus de trois décennies, il a des milliers d'admirateurs qui seraient prêts à bien des bassesses pour retenir son attention.

Malgré tout cela, il ne peut toujours pas trouver la satisfaction.

Comme disait Jésus, il y a une couple de milliers d'années; "Celui qui boit de cette eau aura encore soif".

Mais comment se fait-il que cette "eau" ne peut pas procurer la satisfaction et faire goûter au bonheur?

C'est parce qu'elle est temporelle et que par sa nature temporaire (effet de durée limitée) et rationnée (quantité limitée) elle ne peux étancher la soif dans le coeur de l'homme. Nous avons besoin de quelque chose de durable à l'épreuve du temps et des circonstances de la vie, quelque chose en quantité illimitée toujours disponible au besoin, quelque chose qui donne un sens à la vie, que la mort ne peut venir bêtement nous ravir.

L'homme prend conscience de l'aberration du bonheur éphémère et rationné, il se révolte contre cette absurdité dans sa vie et ne peut être satisfait même quand il goûte à ces rares moments où tout baigne dans l'huile, car il sait que cela ne peut pas durer.

Il y a une voix en lui qui lui souffle la pensée de l'éternité. Cette voix, plusieurs parviennent à l'étouffer dans le tourbillon de l'activisme et tant que l'homme ne sera pas pleinement convaincu que l'"eau" de ce monde ne coule pas de la source du bonheur, il mettra toute son ardeur pour se la procurer.

Si c'est votre cas, je vous dis, prenez en considération la vie de ceux qui ont réussi et voyez leur désabusement et leur cynisme:

"J'ai fait tout ce que j'ai voulu et j'ai haï la vie" Parole de Salomon, le roi le plus puissant, le plus riche, le plus populaire et le plus sage qui ait existé.

Oui, la quête du bonheur est bien légitime, mais il est temps de réviser nos moyens pour l'atteindre. Il faut se déprogrammer, se renouveler l'intelligence, pour employer l'expression biblique.

Ro.12:2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence afin que vous discernez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

Voyez-vous, le roi David a répondu lui-même à sa question "Qui nous fera voir le bonheur". Tournez dans le psaume 4:7-8 pour découvrir la manière bonne, agréable et parfaite pour goûter au bonheur: "Fais lever sur nous la lumière de ta face, Seigneur" = Fais nous entrer en communion intime avec toi. Fais nous goûter la joie de ta présence.

Augustin faisait écho à cette vérité en disant: Seigneur, tu nous a ait pour toi et nos coeurs ne trouvent de repos qu'en toi". De même Blaise Pascal disait: Il y a dans le coeur de l'homme un vide à la forme de Dieu que lui seul peut remplir.

C'est parce que l'homme a été créé image de Dieu pour être son face à face, pour être en communion avec lui, et depuis sa rébellion qui a entraîné sa chute et la rupture de cette communion qu'il avait avec Dieu, l'homme a entrepris sa vaine quête du bonheur en se rendant esclave de la créature au lieu de se mettre au service du Créateur, Ro.1:18-31. Il a commis un double péché, il a délaissé la source d'eau vive pour se creuse des citernes crevassées qui ne retiennent même pas l'eau stagnante, Jé.2:13. Comment pourrait-il être heureux dans de telles circonstances?

Dans son immense bonté, Dieu pousse l'homme à la repentance (Ro.2:4), par son Saint-Esprit il s'applique à faire réaliser à l'homme sa vanité de sa quête du bonheur en dehors de lui et nous offre la possibilité de remonter à la source d'eau vive qui sort de la croix de Jésus, (Ps.42:1).

En se réconciliant avec Dieu, l'homme retrouve sa condition première et peut à nouveau faire de l'Éternel ses délices, Ps.37:4 où ses désirs, ses aspirations profondes peuvent être rencontrées avec satisfaction, alors la joie parfaite dont parle Jésus prend un sens.

La vie sans Dieu est une injustice, nous n'avons tout simplement pas été fait pour cela et nous ne pourrons jamais nous satisfaire de rien de moins que Dieu; pour moi, vivre c'est Christ, comme le disait l'apôtre Paul.

Jésus dit: Celui qui vient à moi n'aura plus jamais soif, mais des fleuves d'eau vive couleront de son sein.

Nous cessons alors d'être une sangsue qui crie: "donne, donne" (Pr.30:15), un gouffre sans fin insatiable, plutôt nous devenons des canaux de la bénédiction de Dieu qui se déversent en fleuves d'eau vive par l'effusion du Saint-Esprit et remplissent nos coeurs de l'amour de Dieu. Notre coupe se met à déborder, elle devient trop petite pour contenir le Saint-Esprit! Ps.23:5

Nous pouvons alors réaliser la véracité de cette parole de Jésus : Il y a plus de plaisir à donner qu'à recevoir, Ac.20:36 et vivre la vie de Dieu qui, dans son amour intarrissable, se donne sans compter pour notre bonheur.

Profitons de cette occasion qui nous est offerte présentement pour réparer la plus grande injustice de tous les temps, venons à Jésus de tout de notre coeur, de toute notre âme, de toute notre pensée et de toute notre force, venons goûter combien il est bon (1Pi.2:3), venons goûter à sa joie parfaite, à son bonheur. On ne peut pas rester vide, mais on peut choisir de quoi on va se remplir (Ep.5:18)... Nous avons devant nous la vie et la mort, choisissons la vie! (De.30:19)

-Le webmestre

15 juillet 1992










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Depuis le 6 décembre 2009, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes mercredi 18 janvier 2017