LA FLEXION
 


 

Les NOMS, les ADJECTIFS, les PRONOMS et les VERBES sont susceptibles de subir certains changements de forme.

La flexion est l'ensemble des changements de terminaison que peut subir un mot.

La flexion des noms, pronoms et adjectifs s'appelle aussi la déclinaison et celle des verbes la conjugaison. La flexion est importante en français, surtout pour les verbes. Mais elle est beaucoup plus importante encore en grec.

La maîtrise de la flexion constitue en effet dès le départ la tâche la plus importante dans l'apprentissage du grec. 

L'étude des formes des mots est la morphologie.

Il y a trois parties dans un mot:

Ex. accueillir: paralambanw

1. racine             :           lab
2. radical            :  paralamban
3. terminaison    :                      w

1. LA RACINE

C'est l'élément irréductible d'un mot obtenu après avoir éliminé tous les éléments de formation (suffixes, préfixes) et d'altération de la prononciation. La racine exprime le sens fondamental commun à plusieurs mots. En grec tous les mots sont construits sur un stock d'environ 400 racines primitives. Comme pour l'hébreu et plusieurs autres langues, ce sont surtout les voyelles qui changent alors que les consonnes sont les éléments constants.

2. LE  RADICAL (ou thème)

C'est la partie fixe du mot qui reste toujours la même.

3. LA TERMINAISON (ou désinence)

C'est la partie variable du mot. Elle n'est pas choisie au hasard. Les différentes terminaisons nous renseignent sur la classe de mot que nous avons affaire. Nous allons procéder maintenant à leur classification.
 

LES SUFFIXES

1. ADJECTIFS

1. Possession 

-iov; ex. yeiov : qui appartient à Dieu, divin

2. Habileté

a) -ikov; ex. sarkikov : agit selon la chair, charnel
b) -imov; ex. crhsimov : capable d'être utilisé, utile

3. Matériel

a) -inov; ex. sarkinov : fait de chair, charnel
b) -eov; ex. argureov : fait en argent

4. Possession complète d'une qualité

-rov; ex. ponhrov    : plein de méchanceté, méchant

5. Corrélatif au nom

-ev, -hv; ex. qeudhv   : mensonger (qeudov : mensonge)

6. Provenant de radicaux verbaux (Attribue l'action d'un verbe à une personne.)

-mwn, mon; ex. elehmon : celui qui fait miséricorde, miséricordieux
 

2. ADVERBES

1.  -yen locatif; à partir de là

Ex. oyen: d'où, makroyen: de loin, exwyen: de l'extérieur

2.  -kiv multiplicatif

Ex. pollakiv: souvent, ebdomhkontakiv epta: soixante dix fois sept fois

3.  -isti répond à la question: Quel langage?

Ex. ellhnisti: grec, rwmaisti: latin, ebraisti: hébreu Jn.19:20

4.  -wv la majorité des adverbes se terminent ainsi.

Ex. olwv: entièrement, pantwv: de toute manière, kalwv: bien
 

3. NOMS

1. Agent

a) -thv ; ex. profhthv : prophète (celui qui parle pour un autre)
b) -thr; ex. fwsthr   : luminaire (ce qui porte la lumière)
c) -twr; ex. rhtwr    : orateur  (celui qui apporte la parole)
d) -euv; ex. grammateuv: scribe (celui qui apporte la parole par écrit)

2. Action

a) -siv; ex. dikaiwsiv : un acte de justifier, justification
b) -mov; ex. klauymov : un acte de pleurer, des pleurs

3. Instrumental

-tron; ex. lutron : un instrument pour délier, rançon

4. Résultat

a) -ma; ex. pragma  : une chose accomplie, oeuvre
b) -eia; ex. basileia : une chose réglementée, royaume
c) -ov; ex. eidov     : une chose vue, forme

5. Qualité

a) -othv; ex. agiothv   : sainteté
b) -ia; ex. sofia      : sagesse
c) -sunh; ex. swfrosunh : bon sens (swV: bon, fren: sens)
d) -ov; ex. bayov      : profondeur

6. Diminutif

a) -iskov; ex. neaniskov : adolescent (neaniav: jeune homme)
b) -iskh; ex. paidiskh  : jeune fille
c) -ion; ex. paidion    : jeune garçon (paiv: garçon)

7. Lieu

a) -thrion; ex. dikasthrion : un endroit où se rend la justice
b) -eion; ex. mnhmeion     : un endroit de souvenir, tombeau

8. Abondance, caractéristique principale

a) -wlov; ex. amartwlov : un être voué au péché, pécheur
b) -wlon; ex. eidwlon    : qui a l'apparence, non la substance, idole
c) -lov; ex. doulov     : un être lié, esclave (dew: lier)
 

4. VERBES

Ceci ne concerne pas les verbes construits sur des radicaux primitifs mais plutôt les verbes construits sur des radicaux de noms, d'adjectifs, de verbes ou même de prépositions. On les appelle généralement des verbes dénominatifs.

1. Une action ou un état

a) -aw; ex. agapaw : J'aime        (agaph : amour)
b) -ew; ex. filew   : J'affectionne (filov : ami)
c) -euw; ex. douleuw : Je sers       (doulov : serviteur, esclave)

2. Une cause

a) -ow; ex. doulow    : Je rends esclave, j'asservis
b) -ainw; ex. pikrainw : Je rends amer, j'irrite         (pikrov: amer)
c) -unw; ex. plhtunw  : Je rends nombreux, je multiplie (plhtov: plein)
d) -iow; ex. dikaiow   : Je rends juste, je justifie   (dikaiov: juste)
e) -izw; ex. gnwrizw  : Je rends connu, je montre     (gnwrimov: connu)
f) -skw; ex. gamiskw  : Je rends mariable, je donne en mariage (gamov: mariage)

3. Fréquent, intensif

-azw; ex. upwpiazw : je bats (en général on donne plus qu'un coup!)

Chez certains verbes ce suffixe a perdu sa force.

Ex. stenazw, stenw : Je soupire. Ils sont synonymes.

4. Devenir

-izw; ex. ioudaizw : Je deviens juif

5. Instrumental

-izw; ex. rabdizw : Je frappe avec un bâton (rabdov: bâton)

6. Souvent -izw dénote une simple action

Ex. rantizw : J'asperge (grec classique; rantw)

7. Onomatopée

-uzw; ex. gogguzw : Je marmonne, je murmure 
 
 

LE GENRE

Le genre en grec est encore plus varié qu'en français.

On a trois possibilités: 1. MASCULIN  2. FÉMININ  3. NEUTRE

Les grammairiens les classent dans trois déclinaisons.

La relation entre le genre et le sexe est encore plus vague qu'en français. Presque tous les noms désignant des hommes ou des animaux mâles sont masculins et presque tous les noms désigant des femmes ou des animaux femelles sont féminins. La plupart des noms en -ov, -av, -wv, -hv sont masculins, en -ma, -on neutres, en -a, -h féminins.

Parfois nous rencontrons des solécismes (des fautes de syntaxes) surtout dans l'Apocalypse. A quelques reprises Jean emploie le masculin où nous serions en droit de rencontrer le féminin ou le neutre.

Ex. outoi eisin ai duo elaiai ... ai enwpion tou kuriou thv ghv estwtev. Ap.11:4
    ceux-ci sont les deux oliviers ... qui se tiennent devant le Seigneur de la terre.

outoi   : masculin pluriel au lieu de autai: féminin pluriel
ai elaiai : féminin pluriel 
ai      : féminin pluriel
estwtev : masculin pluriel au lieu de  estwta: féminin pluriel

Ex. h gar quch pleion estin thv trofhv Lu.12:23
       car la vie est plus que la nourriture

quch    : nom féminin singulier 
pleion : adjectif neutre singulier au lieu de pleiwn : féminin 

Cela peut sembler bien anodin, mais parfois il peut y avoir parfois des répercussions au niveau théologique.

Ex. otan de elyh ekeinov, to pneuma thv alhyeiav Jn.16:13
    et quand viendra celui-là, l'Esprit de vérité

ekeinov : pronom masculin singulier au lieu de ekeinon : neutre singulier
pneuma : nom neutre singulier

Normalement ekeinov (masc.) devrait s'accorder avec pneuma (neutre), si Jean l'a fait intentionnellement il a alors voulu souligner la personnalité du Saint-Esprit, par contre il se peut aussi qu'il n'est simplement pas pris la peine d'accorder les deux termes comme cela 
s'est produit dans les exemples précédents. Il faut donc en tenir compte avant de tirer des conclusions.
 

Certains neutres pluriels ont à l'occasion la terminaison masculine. 

Ex. touv desmouv mou Ph.1:13 : mes liens; accusatif masculin pluriel

Ex. pantwn ta desma Ac.16:26 : tous les liens; nominatif neutre pluriel
 

LE NOMBRE

Comme en français il y a le singulier et le pluriel. Le nombre duel était disparu depuis quelque temps quand le N.T. a été écrit. On ne le retrouve donc plus dans le N.T., le nombre pluriel est utilisé à sa place.

Contrairement au grec usuel et au latin, le grec du N.T. suit parfois l'hébreu et l'araméen en utilisant le distributif singulier; quelque chose appartenant à un groupe de personnes est mis au singulier. 

Ex. baptizontev autouv eiv to onoma tou patrov kai tou uiov Mt.28:19
    les baptisant aux noms du Père et du Fils 

Littéralement: au nom du Père et du Fils (singulier)

Pourtant le nom du Père n'est pas le même que celui du Fils.

Ex. otan elyh en th doxh autou kai tou patrov kai twn agiwn aggelwn  Lu.9:26
    quand il viendra dans sa gloire et dans celle du père et des saints anges

Litt: dans la gloire de lui et du Père et des saints anges

La gloire du Père n'est pas la même que celle des anges mais selon l'influence sémitique doxh reste au singulier.

Ex. o de karpov tou pneumatov estin agaph cara eirhnh   Ga.5:22
Le fruit de l'Esprit est amour, joie, paix

L'amour est un différent fruit de la joie et de la paix, pourtant le fruit est au singulier. Il faut donc comprendre que le nom au singulier est distributif pour éviter la répétition ; l'amour est un fruit de l'Esprit, la joie est un fruit de l'Esprit, la paix est un fruit de l'Esprit.

Ex. to swma  umwn naov tou en umin agiou pneumatov estin 1Co.6:19
    votre corps est le temple du Saint-Esprit en vous (singulier) 

Littéralement: le corps de vous. On retrouve l'usage normal quelques versets auparavant dans le même chapître:

Ex. ta swmata umwn melh Cristou estin 1Co.6:15
    vos corps sont membres de Christ (pluriel)

Littéralement: les corps de vous. Car chaque croyant a un corps qui lui est propre.

Ceci nous amène à parler d'une autre caractéristiques du grec présente dans ce dernier verset. Selon l'usage classique les sujets neutres pluriel sont suivis par des verbes au singulier.

ta swmata "les corps" est au neutre pluriel et son verbe estin "est" est au singulier. Cependant l'usage classique n'est pas toujours suivi dans le N.T.

Ex. katamayete ta krina tou agrou pwv auxanousin   Mt.6:28
    considérez les lys du champ comment ils grandissent
             (neutre pluriel)           (verbe au pluriel) 

Lorsqu'il y a plusieurs sujets le verbe peut être au singulier. Les grammairiens appellent cela la construction de Pindare, en Europe on dit plutôt un accord ad sensum. Il s'agit d'une des formes d'anacolouthe que nous retrouvons dans le N.T.

Ex. Kai exhlyen o Ihsouv kai oi mayhtai autou Mc.8:27
    Et sortirent Jésus et ses disciples

Littéralement: sortit; exhlyen troisième personne du singulier. 

Ex. Abraam apeyanen kai oi profhtai Jn.8:52
     Abraham et les prophètes sont morts

Littéralement: Abraham est mort, les prophètes aussi. Cf. Ac.16:31, Mt.12:3

Lorsque le sujet est un collectif singulier, le verbe peut être aussi bien au singulier qu'au pluriel.
 
 

Dans la même phrase des verbes au singulier et au pluriel peuvent être employés avec le même nom collectif. 

Ex. apeyanen to triton twn ktismatwn twn en th yalassh Ap.8:9
    le tiers des créatures qui étaient dans la mer périt
    (collectif)                         (apeyanen; verbe au singulier)

    kai to triton twn ploiwn diefyarhsan Ap.8:9
    et le tiers des bateaux fut détruit
      (collectif)   (diefyarhsan; verbe au pluriel, litt.: furent détruits)

Marc a fait de même aussi...

Ex. ekayhto peri auton oclov kai legousin autw Mc.3:32
     La foule s'assit autour de lui et lui dit

Littéralement: La foule s'assit (ekayhto singulier) autour de lui et lui dirent ( legousin pluriel)

Luc de même, cela semble donc un usage normal, cf. aussi Ac.21:36 et Paul dans 1Co.16:15.

Ex. hn o laov prosdokwn ton Zakarian,  kai eyaumazan Lu.1:21
     La foule était là, attendant Zacharie, et elle fut estomaquée

Littéralement: La foule était là (hn singulier), attendant (prosdokwn singulier) Zacharie, et furent estomaquées (eyaumazan pluriel)

Ainsi donc, la prudence est de mise avant de sauter à des conclusions rapides ayant des incidences théologiques quand celles-ci sont basées sur l'usage de la flexion en grec.
 
 

 










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Depuis le 6 janvier 2010, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes samedi 25 mars 2017