iv>
 
   
 

LES CAS



LES CAS (ptwsiv)

Définition

Le cas d'un mot indique sa fonction, c'est-à-dire sa relation avec les autres mots de la phrase.

IMPORTANT: Contrairement au français, en grec, ce n'est pas l'ordre des mots qui détermine son cas, c'est sa déclinaison. Le sujet précède le verbe à moins de vouloir mettre l'emphase sur un mot précis en le plaçant au début ou à la fin de la phrase.

Ex. o logov hn prov ton yeon kai yeov hn o logov Jn.1:1
la parole était auprès de Dieu et Dieu était la parole

normale : sujet-verbe-attribut ou complément : o logov hn prov ton yeon
emphatique : attribut ou complément-verbe-sujet : yeov hn o logov

On retrouve aussi des solécismes en ce qui concerne l'utilisation des cas, surtout dans l'Apocalypse.

Ex. ecousa pothrion... gemon bdelugmatwn kai ta akayarta thv porneiav authv
ayant une coupe...remplie d'abominations et des impuretés de sa prostitution Ap.17:4

ta akayarta aurait du être au génitif (twn akayartwn) comme bdelugmatwn avec qui il est lié par la conjonction kai.

Certaines langues comme le russe ont gardé les 8 cas de l'indo-européen, le grec biblique les a ramené à 5 formes:

1. NOMINATIF
2. VOCATIF
3. ACCUSATIF
4. A) GÉNITIF B) ABLATIF
5. A) DATIF-ATTRIBUTIF B) LOCATIF C) INSTRUMENTAL

Le grec moderne les a encore réduits à 3, le nominatif, l'accusatif (qui a pris sur lui le datif) et le génitif-ablatif. En français ces 8 cas ont tous la même forme.

1.NOMINATIF: (onomatikh)

a) sujet du verbe

Ex. Meta tauta aphlyen o Ihsouv peran thv yalasshv thv Galilaiav Jn.6:1
Après cela, Jésus s'en alla de l'autre côté de la mer de Galilée

Indique celui qui fait l'action.

b) attribut du sujet

Ex. yeov hn o logov Jn.1:1
la Parole était Dieu

Indique une qualité du sujet.

c) apposition du sujet

Ex. Paulov doulov Cristou Ihsou Ro.1:1
Paul, esclave du Christ Jésus

Indique une information complémentaire du sujet.

d) le sujet est le verbe

Ex. en panti ylibomenoi 2Co.4:8
en tout nous sommes affligés

e) Absolu

Ex. O nikwn poihsw auton stulon Ap.3:12
Le vainqueur, je ferai de lui un pilier

Le nominatif: O nikwn est détaché (absolu) de la phrase il ne s'accorde pas avec l'accusatif: auton. Ceci est produit par la pensée de l'écrivain prenant une direction différente du début de la phrase. On appelle cela un anacolouthe (sans liaison).

Le nominatif tout comme le vocatif ne peuvent être accompagnés par des prépositions.

2.VOCATIF (klhtikh)

Ex. legei autw: kurie, oute antlhma eceiv Jn.4:11
Elle lui dit: Monsieur, vous n'avez pas de puisette.

De plus en plus le vocatif perd sa déclinaison particulière et s'écrit comme le nominatif, si bien que dans le grec moderne cette déclinaison n'existe plus. Déjà dans le N.T., le nominatif remplace une soixantaine de fois le vocatif.

Ex. caire, basileu twn Ioudaiwn Mt.27:29 (forme vocative)
Salut, roi des juifs!

Ex. caire, o basileuv twn Ioudaiwn Jn.19:3 (forme nominative)
Salut, O roi des juifs!

Ex. dia touto ecrisen se, o yeov, o yeov sou Hé.1:9 (forme vocative de yeov : yee)
C'est pourquoi, O Dieu, ton Dieu t'a oint

Si l'auteur avait employé la forme vocative, il n'y aurait pas eu d'ambigüité possible (l'auteur désigne-t-il le Seigneur Jésus ou Dieu le Père?) sur la personne concernée par le premier yeov dans ce verset.

3. L'ACCUSATIF (aitiatikh)

a) C'est le cas normal après les verbes transitifs, en français on l'appelle le complément d'objet direct.

Ex. eiden allouv duo adelfouv Mt.4:21
Il vit deux autres frères

Il répond à la question: QUOI? Le sujet voit quoi? Réponse: deux autres frères

b) cognitif: quand le verbe et son objet ont la même racine

Ex. ean tiv idh ton adelfon autou amartanonta amartian 1Jn.5:16
si quelqu'un voit son frère péchant un péché

A remarquer le pléonasme, forme fréquente en hébreu et que les écrivains du N.T. ont transcrit en grec. Ils s'en servaient pour renforcir le verbe, pour mettre l'emphase. Cette forme se rend mal en français où on traduit plutôt par: commetant un péché.

Parfois le verbe et son objet n'ont pas la même racine mais l'idée reste la même. On procède alors par analogie.

Ex. mh foboumenai mhdemian ptohsin 1Pi.3:6
ne craignant aucune frayeur

c) Plusieurs verbes prennent deux accusatifs.

Ex. ouketi umav legw doulouv Jn.15:5
Je ne vous appelle plus esclave

d) Adverbial; modifie le verbe au lieu d'être son objet.

1) Mesurer le temps, sa durée alors que le génitif exprime plutôt une portion de temps et que le datif exprime la date, c'est-à-dire à quel moment une action se fait.

Ex. tosauta eth douleuw soi Lu.15:29
Depuis tant d'années je te sers

2) Mesurer la distance.

Ex. kai proelywn mikron epesen Mt.26:39
et ayant avancé un peu il tomba

3) Mesurer le nombre.

Ex. anepesan oun oi andrev ton ariymon wv pentakiscilioi Jn.6:10
Alors les hommes s'installèrent au nombre d'environ 5000.

4) Le "sujet" d'un verbe à l'infinitif se met à l'accusatif.

Ex. dia to egguv einai Ierousalem auton Lu.19:11
parce qu'il était proche de Jérusalem

d) Le participe verbal accusatif absolu (très rare).

Absolu vient du latin absolutus: détaché. On l'appelle ainsi parce qu'il est détaché du restant de la phrase n'étant ni le sujet ni le complément du verbe principal. Cf. 1Co.16:6, Ac.19:36.

Ex. oligon arti ei deon luphyentev 1Pi.1:6
Cependant s'il le faut s'attristant pour un temps

Dans cet exemple, deon est la forme participale à l'accusatif du verbe dew.

Ex. ina o yeov... dwh umin pneuma sofiav...pefwtismenouv touv oftalmouv thv kardiav, eiv to eidenai umav tiv estin h elpiv thv klhsewv autou Ep.1:17-18
afin que Dieu... puisse vous donner un esprit de sagesse... ayant éclairé les yeux de
votre coeur, pour que vous puissiez connaître quelle est l'espérance de son appel

L'accusatif en somme, est une sorte de poubelle qu'on utilise quand il n'y a pas un autre cas d'approprié. Il prend ce qui a été laissé de côté par les autres cas.

4. A)GÉNITIF (genikh)

C'est le complément d'objet indirect. Il donne des informations supplémentaires concernant le nom.

a) Descriptif

Ex. to swma tou amartiav Ro.6:6
le corps du péché

Il répond à la question: DE QUOI? Le corps de quoi? Réponse: du péché

L'addition d'un pronom personnel ou démonstratif au génitif descriptif est un sémitisme. En hébreu le pronom se retrouve à la fin du syntagme.

Ex. otan kayish o uiov tou anyrwpou epi yronou doxhv autou Mt.19:28
quand le fils de l'homme s'assoiera sur son trône glorieux

Littéralement selon sa position: le trône de sa gloire (pronom personnel)

Ex. tiv me rusetai ek tou swmatov tou yanatou toutou Ro.7:24
qui me délivrera de ce corps mortel

Littéralement: du corps de cette mort (pronom démonstratif)

En fait le génitif descriptif est lui-même un sémitisme emprunté à la version grecque de l'A.T., la Septante, car dans l'hébreu l'adjectif n'existe quasiment pas et Louis Seognd a choisi la traduction littérale au lieu d'employer l'adjectif, ce qui nuit un peu à la clarté.

Parfois le sens de certains génitifs peut être ambigu à cause aussi de l'influence sémitique.

Ex. Outwv kata kratov tou kuriou o logov huxanen Ac.20:19
Ainsi par la puissance, la parole du Seigneur augmentait
ou: Ainsi par la puissance du Seigneur, la parole augmentait

Le N.T. se sert du génitif pour traduire des idiomes sémites.

Ex. o anyrwpov thv anomiav, o uiov thv apwleiav 2Th.2:3
l'homme de l'iniquité, le fils de la destruction

L'expression "l'homme de" désigne la caractéristique essentielle.

Ex. o uiov tou anyrwpou Mt.24:30 cf. Da.7:13
le fils de l'homme

L'expression "fils de" de désigne le caractère, la destinée.

Ex. patera peritomhv Ro.4:12
le père de la circoncision

L'expression "père de" désigne la source, l'initiateur.

b) Possessif

Ex. panta umwn estin 1Co.3:21
tout est à vous

"A vous" désigne l'appartenance.

c) Relation

Ex. Simwn Iwannou Jn.21:15
Simon (fils) de Jean

Simon est le fils de Jean.

d) Adverbial

1) Une portion de temps

Ex. ina mh genhtai h fugh umwn ceimwnov Mt.24:20
afin que votre fuite n'arrive pas en hiver

Contrairement à l'accusatif le concept de durée n'entre pas en ligne de compte.

2) Mesure

Ex. hgorasyhte gar timhv 1Co.6:20
car vous avez été rachetés à prix (élévé)

3) Endroit

Ex. akouete oti ou monon Efesou Ac.19:26
vous avez appris que non seulement d'Ephèse

4) Référence

Ex. doxan wv monogenouv Jn.1:14
une gloire comme celle d'un fils unique

N.B. monogenov; nom suivant la 3ème déclinaison, génitif singulier en -ouv. À ne pas confondre avec les noms en -ov de la 1ère déclinaison dont l'accusatif pluriel se termine aussi en -ouv. Pour le tableau complet des déclinaisons, allez dans la rubrique sur le nom.

e) En faveur de quelqu'un ou quelque chose.

Ex. anakrinomeya epi euergesia anyrwpou asyenouv Ac.4:9
nous sommes jugés sur une bonne oeuvre en faveur d'un homme malade

f) Avec des noms d'actions

Ex. h agaph tou yeou ekkecutai en taiv kardiaiv hmwn Ro.5:5
l'amour envers Dieu est répandu dans nos coeurs ( Subjectif )
ou l'amour qui vient de Dieu est répandu dans nos coeurs ( Objectif )

Ou bien encore les deux sens sont vrais; l'amour qui vient de Dieu est répandu dans nos coeurs et l'effusion de cet amour dans nos coeurs nous fait aimer Dieu.

g) Absolu

Ex. cronizontov de tou numfou enustaxan pasai Mt.25:5
Or l'époux tardant tous s'endormirent.

La propositon participiale subordonnée est mise au génitif quand son sujet (ici: l'époux) diffère de celui de la proposition principale (ici: tous).

Mais l'usage classique se perd graduellement. Parfois il est mal utilisé; le sujet étant le même pour les deux propositions. Il a disparu dans le grec moderne.

Ex. mh dunamenou de autou gnwnai to asfalev dia ton yorubon, ekeleusen agesyai auton eiv thn parembolhn. Ac.21:34
Or comme il n'était pas capable de connaître les faits à cause de la foule il ordonna de l'amener à la forteresse.

dunamenou autou aurait du être au nominatif : dunamenov autov car le sujet est le même dans la proposition participiale que dans la proposition principale.

h) Certains verbes prennent le génitif même avec le complément direct.(akouw, epiyumew, aptw etc.)

Ex. hkousen sumfwniav kai corwn Lu.15:25
il entendit de la musique et des danses

Mais graduellement cet usage tend à disparaître aussi et ces verbes commencent à prendre l'accusatif dans le N.T. abandonnant l'usage classique.

i) Parfois on retrouve le génitif où on serait en droit de rencontrer le datif.

Ex. Ex. kai epi th pistei tou onomatov autou Ac.3:16
et c'est par la foi en son nom

Litt.: sur (la base de) la foi de son nom. Le génitif est parfois employé au lieu du datif.

4. B)ABLATIF

Il s'agit d'un cas différent du génitif mais vu qu'ils ont la même forme ils sont traités ensemble.

a) Séparation

Ex. tou apecesyai twn alisghmatwn twn eidwlwn Ac.15:29
de s'abstenir des souillures des idoles

Concept de séparation, couper le contact, s'éloigner.

b) Source

Ex. ina h uperbolh thv dunamewv h tou yeou kai mh ex hmwn 2Co.4:7
afin que l'excellence de la puissance soit de Dieu et pas de nous.

c) Agence

Ex. en oiv este kai umeiv klhtoi Ihsou Cristou Ro.1:6
parmi lesquels vous aussi vous êtes appelés par Jésus-Christ

Par l'intervention de quelqu'un ou quelque chose; voix passive.

d) Comparaison

Ex. iscuroterov mou estin Mt.3:11
il est plus fort que moi

e) Partitif

Ex. to triton twn dendrwn katekan Ap.8:7
le tiers des arbres brûla

5. A) DATIF-ATTRIBUTIF

Le datif commençait à disparaître dans le N.T. remplacé graduellement par l'accusatif, on ne le retrouve plus que dans des expressions figées dans le grec moderne. Ceci est causé par son caractère trop vague parce qu'il exprime des idées très différentes les unes des autres; (attributif, locatif et instrumental).

a) Objet indirect

Ex. kai elalhsen autoiv polla en parabolaiv Mt.13:3
et il leur parla de plusieurs choses en paraboles.

Littéralement: il parla à eux

b) Avantage

Ex. ina oi zontev mhketi eautoiv zwsin 2Co.5:15
afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes

c) Désavantage

Ex. h de Hrwdiav eneicen autw Mc.6:19
or Hérodias avait une dent contre lui

d) Possession (d'habitude le génitif est le cas employé)

Ex. eishlyen kata to eiwtov autw Lu.4:16
il entra selon sa coutume

e) Référence

Ex. panta moi exestin 1Co.6:12
tout m'est permis

En ce qui me concerne, en ce qui se réfère à moi.

f) Certains verbes prennent le datif même avec un complément direct. (douleuw, diakonew, latreuw, proskunew, omologew etc.)

Ex. autov egw tw men noi douleuw nomw yeou Ro.7:25
moi-même d'une part par la pensée je sers la loi de Dieu

B)LOCATIF

a) Endroit

Ex. touton o yeov archgon kai swthra uqwsen th dexia autou Ac.5:31
Dieu a élevé celui-ci comme prince et sauveur à sa droite

Segond a traduit cela comme un INSTRUMENTAL de Manière: par sa droite. Les deux interprétations ont du sens avec le contexte. Le traducteur se trouve parfois devant des choix de ce genre à faire. Ceci explique en partie les divergences entre les différentes traductions de la Bible.

b) Temps, le moment où l'action se passe.

Ex. th de mia sabbatwn Lu.24:1
or, au premier jour de la semaine

c) Sphère

Ex. mh paidia ginesye taiv fresin 1Co.14:20
ne soyez des enfants dans le domaine des jugements à porter

d) Absolu, même fonction que le génitif absolu mais beaucoup moins fréquent. Mt.8:28, 9:27-28, 14:6, 21:23, Mc.16:14, Lu.17:7.

Ex. exelyonti de autw epi thn ghn uphnthsen anhr tiv Lu.8:27
et comme il débarquait sur la terre, quelqu'un vint à sa rencontre

Comparer avec le passage parallèle dans un autre évangile où c'est le génitif absolu qui est employé.

Ex. kai elyontov autou eiv to peran eiv thn cwran Mt.8:28
et comme il arrivait de l'autre côté dans la contrée

C)INSTRUMENTAL

a) Moyen (impersonnel)

Ex. aneilen de Iakwbon ton adelfon Iwannou macairh Ac.12:2
Et il fit mourir Jacques le frère de Jean par l'épée

b) Agence (personnel)

Ex. ouden axion yanatou estin pepragmenon autw Lu.23:15
Il n'y eut rien de pratiquer par lui qui mérite la mort

c) Cause

Ex. hlehyhte th toutwn apeiyeia Ro.11:30
vous avez obtenu miséricorde à cause de ces désobéissances

d) Mesure

Ex. tosoutw kreittwn genomenov twn aggelwn Hé.1:4
étant devenu d'autant supérieur aux anges

e) Association

Ex. ina kai hmeiv umin sumbasileuswmen 1Co.4:8
afin que nous aussi, nous régnions ensemble avec vous








Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes jeudi 23 novembre 2017