Compréhension orthodoxe du salut
L'expression "assurance du salut" n'est pas très orthodoxe, elle donne l'impression que Dieu est prisonnier, fut-ce par une promesse.

Les orthodoxes ont, en tout cas, la certitude que le repentir est une voie de salut, voie ouverte à tous par la grâce de Dieu. Ils savent aussi que Jésus-Christ est venu sauver le monde.

L'expression traditionnelle lors des obsèques (ou de la mémoire d'un défunt, car on pense souvent à eux) est "Untel s'est endormi dans l'espérance de la résurrection". Je crois que les orthodoxes sont certains que si Untel s'est vraiment endormi dans l'espérance de la résurrection il ne connaîtra pas la mort. Si Untel s'est endormi avec d'autres dispositions du coeur, on ne sait pas.

Si je m'endors... cela semble dépendre de l'orientation de mon coeur.

Je dois reconnaître qu'il y a parfois une petite inquiétude personnelle, non pas à l'égard du péché (le Christ est justement venu pour les pécheurs) mais à l'égard de la foi : Ma foi est-elle la Foi dont parlent les Écritures ? Ou plus simplement ma foi est-elle pur amour de Dieu ? Question à laquelle il nous est impossible de répondre.

Un Père disait qu'il y avait trois formes de foi, la foi de l'esclave, qui croit seulement pour éviter le châtiment, la foi du mercenaire, qui croit seulement dans l'espoir d'une récompense, la foi de l'épouse, qui croit en vivant l'amour.

Je crois qu'on pourrait ajouter qu'il y a aussi la foi du philosophe qui croit en un système, la foi du joueur qui fait le pari de Pascal, la foi de l'esthète qui croit pour le plaisir de croire, la foi du grégaire qui croit ce que croit les autres, etc...

Quelle foi ?

En fait il y a tant d'impuissance en nous-mêmes, tant de zones d'ombre, le satan a tant de talent pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes qu'il m'arrive de douter de moi, mais jamais de douter du Christ. C'est comme l'amour conjugal, parfois on se demande si c'est vraiment de l'amour, si c'est encore de l'amour, si c'est toujours de l'amour... on ne doute pas de l'autre mais de soi.

Il m'arrive parfois de songer "mais si ça se trouve tu as tout faux !", mais c'est un sentiment fugace, c'est une banale attaque du démon que j'ai appris a gérer, je me tourne vers Dieu et je Lui avoue cette forme d'impuissance "Seigneur, je doute de moi. Viens au secours de mon manque de foi".

Comment ne pas être sauvé si on se tourne vers Dieu comme un petit enfant ?  

Alors, quelle foi est La Foi des Écritures ? C'est, je crois, celle que Dieu construit en moi (en dépit de toutes mes faiblesses) si je suis toujours tourné vers Lui. L'objectif raisonnable est cette foi, l'objectif raisonnable est d'être conformé par Dieu.

L'objectif est d'être l'épouse. L'objectif est d'être une icône du Christ.

L'objectif n'est jamais le Salut.  

Et le satan lance perfidement à Dieu "est-ce de manière désintéressée que l'homme craint Dieu ?" Mon objectif, ambitieux, est de confondre le satan en lui démontrant que c'est de manière désintéressée que l'homme craint Dieu. (et ce faisant, comme je l'ai imaginé en souriant, amener un satan tout déconfit au repentir... je suis pour la victoire absolument totale de Dieu)

Avant de me coucher, je prie. Je m'endors tourné vers Dieu, j'ai confiance.  

à bientôt,  

très amicalement,    

votre frère Pierre Poncet
chrétien orthodoxe






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes samedi 19 août 2017