- Comment surmonter les épreuves -

  Liste des articles   |   Nouveautés de la semaine   |   Recherche   |   Contactez Pasteur Yvan Rheault   
________________



L'application des lois spirituelles dans la vie de Job


La loi spirituelle de l'attraction consiste à appeler par nos paroles ce qui n'existe pas encore. Tout comme la parole de foi permet l'apparition de ce qui n'existait pas, le doute et la crainte aussi, quand ils sont formulés, sont des forces spirituelles mettant en mouvement dans l'invisible ce qui se produira ensuite dans le visible.

La loi spirituelle de l'attraction est prouvée de bien des façons dans les Écritures. Dès les premiers versets de la Bible nous lisons que Dieu a tout appelé à l'existence en parlant avec conviction pour amener à l'existence ce qui n'était pas.

Hébreux 11:3 Par la foi, nous comprenons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, de sorte que ce qui est visible a été fait à partir de ce qui est invisible.

Hébreux 1:3 il soutient tout par sa parole puissante.

Voici un autre exemple parmi tant d'autres, on lit dans Proverbes 18:21 que la vie et la mort sont au pouvoir de la langue, en hébreu, il est écrit que la vie et la mort sont dans la main de la langue, la main étant le symbole du pouvoir. Cela signifie que ce qu'on dit va déterminer si on va vivre ou mourir, si on va avoir du succès ou des échecs, si on va être sauvé ou si on va être perdu, car c'est en confessant de notre bouche la parole de foi que Jésus est le Seigneur qu'on parvient au salut, dit Paul.

Romains 10:8-10 Que dit-elle donc? La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur. Or, c’est la parole de la foi, que nous prêchons. Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du coeur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut.

Certains ont pensé que cette loi spirituelle s'est appliquée à Job parce qu'il craignait que ses fils aient péché en se comportant régulièrement comme des joyeux lurons qui aimaient faire la fête où le vin et la nourriture abondaient. Job se serait ainsi placé inconsciemment dans la main du diable en prononçant des paroles de peur. Pourtant quel parent spirituel ne serait pas concerné de voir ses enfants se soûler et se goinfrer ?!

Éphésiens 5:18 Ne vous enivrez pas de vin, c'est de la débauche, soyez au contraire remplis du Saint-Esprit.

Job avait certainement éduqué ses enfants à bien se comporter, mais ce qu'il leur voyait faire suscitait en lui le besoin d'offrir des sacrifices au cas où ses enfants auraient parler en mal de Dieu sous l'effet de l'alcool, car l'ivresse fait perdre les inhibitions.

Job 1:4-5 Les fils de Job se rendaient visite les uns aux autres et organisaient, chacun à tour de rôle, un festin. Ils invitaient leurs trois soeurs à manger et boire avec eux. Quand les jours de festin étaient passés, Job faisait venir ses fils pour les purifier: il se levait de bon matin et offrait un holocauste pour chacun d’eux. En effet, il se disait: «Peut-être mes fils ont-ils péché, peut-être ont-ils offensé Dieu dans leur coeur.» Voilà ce que faisait toujours Job.

Job venait-il de dire une parole de vie ou une parole de mort ? Est-il en train de saisir la vie ou la mort avec sa langue en s’exprimant ainsi ? Job ne participait aux fêtes données par ses enfants, mais même s'il avait été présent, il ne pouvait voir ce qu'ils pensaient dans leur coeur, alors il s'assurait de les couvrir chacun d'eux en bon père qui avait aussi le rôle de sacrificateur au temps des patriarches où Job a vécu. Cela avait commencé avec Abel le juste qui avait offert le premier sacrifice à Dieu et Dieu l'avait agréé. Isaac n'avait pas trouvé bizarre que son père Abraham aille offrir avec lui un sacrifice à Dieu, ce qui l'avait rendu perplexe c'était l'absence d'animal à sacrifier. Les enfants de Job devaient aussi trouver naturel que leur père offre des sacrifices de purification pour eux, ils y assistaient chaque fois. Si les enfants de Job sont décédés, ce n'est pas parce que Dieu n'avait pas agréé les sacrifices de Job offerts pour eux en leur présence. La raison, on l'a déjà vu plus haut. C'était la coutume de Job d'offrir des sacrifices pour ses enfants et Dieu les avait toujours protégés pendant toutes ces années. Dieu ne change pas, aucune variation d'humeur en lui, (Malachie 3:6, Jacques 1:17), il ne s'était pas mis tout à coup à ne plus aimer les sacrifices de purification offerts par Job pour ses enfants.

Ceux qui évoquent la loi spirituelle de l'attraction vont plutôt dire que c'est la crainte qui motivait Job d'offrir des sacrifices pour ses enfants ; la crainte que ses enfants offensent Dieu et que Dieu les punisse. Si la loi de l'attraction spirituelle avait été en fonction dans cette situation, seuls les enfants de Job auraient dû être punis, pas tous les biens et les serviteurs de Job qui n'étaient pas du tout concernés par les supposées craintes malsaines de Job. Job était béni au maximum pendant des décennies, il n'angoissait pas pour rien, ils offraient des sacrifices pour ses enfants puis allait vaquer à ses autres occupations, il avait beaucoup à voir avec ses serviteurs et ses troupeaux. Si le comportement de Job aurait ouvert une porte au diable, ce dernier l'aurait attaqué bien avant puisqu'il se comportait ainsi depuis longtemps, car c'est mentionné que c'était son habitude de le faire. Job ne venait pas juste de commencer d'agir ainsi et Satan ne s'est pas dit : « ah voilà enfin ma chance ! Job se met à avoir des craintes et il s'est livré ainsi dans ma main, je vais pouvoir enfin aller revendiquer devant Dieu mon droit de le frapper ! » C’est bien loin de l'argumentaire présenté par Satan pour que Dieu le laisse aller frapper Job.

Job 1:9 Satan répondit à l’Eternel: «Est-ce de FAÇON DÉSINTÉRESSÉE que Job craint Dieu?

Satan n'a pas dit à Dieu quelque chose du genre : « tu dois me laisser aller le frapper parce que j'ai décelé en lui de la crainte. À cause de la loi spirituelle que tu as établie, je suis en droit de faire venir sur lui le mal qu'il craignait que tu fasses venir sur ses enfants s'il n'offrait pas de sacrifices pour eux ! » Non, Dieu aurait pu lui répondre que c’était tout à fait normal pour un père attentionné d’agir une manière responsable en offrant des sacrifices de purification au cas où ses enfants auraient commis des péchés. Le diable rusé avait bien mieux que cela dans son arsenal putréfiant, il a décidé plutôt de frapper en plein au centre du coeur de Dieu en disant en substance : « tu es obligé d'acheter la crainte de Dieu en bénissant les hommes, si tu cesses de les protéger et de les bénir, c'est sûr qu'ils vont de maudire en face ! »

Job 1:10-11 Ne l’as-tu pas entouré de ta protection, lui, sa famille et tout ce qui lui appartient? Tu as béni le travail de ses mains et ses troupeaux couvrent le pays. Mais porte donc la main contre lui, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudira en face.»

Je crois aux lois spirituelles d'attraction, ne vous y trompez pas, ON RÉCOLTE CE QU'ON SÈME. Mais ni Satan ni Dieu n'ont évoqué la loi spirituelle de l'attraction dans le cas de Job. Cela n'avait rien à voir dans l'argumentaire présenté par Satan qui n'a pas laissé d'autre choix à Dieu de laisser le diable aller malmener Job pour montrer à toute la cour céleste que l'homme qu'il avait créé était capable de le craindre même dans les pires épreuves. Job a relevé le défi, Dieu qui sait toutes choses d'avance, le savait alors il était confiant que Job fermerait la bouche sale du diable. C'est pour cela qu'il a délibérément soulevé le nom de Job devant Satan, sachant pertinemment que ce dernier ne pouvait faire autrement que de le remarquer. Alléluia ! L'être humain est meilleur que ce que le diable pense de lui en faisant de la projection, en s'imaginant que l'homme est aussi pire que lui. Bravo Job, je suis fier de toi ! Tu as bien mérité que Dieu te récompense en te donnant le double de tous les biens que tu avais perdu, en plus d'avoir 10 autres enfants dont les filles si belles méritaient maintenant d'être nommées par leur nom.

Si on dit que la loi spirituelle d'attraction avait ouvert la porte au diable, Job aurait été la dernière personne parmi les fils d'Orient a être frappée par Satan, parce que c'était lui le plus spirituel d'eux tous ! Cela aurait été un bien faible argument dans le jeu de Satan, et il n'est pas venu à la pensée de Satan de l'employer, il avait pensé à quelque chose de bien mieux.

Job 1:8 L’Eternel dit à Satan: «As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre. C’est un homme intègre et droit. Il craint Dieu et se détourne du mal.»

On serait en droit de se demander alors : « Si tous les humains sont dans la main de Satan pourquoi Satan n’a pas aussi frappé les amis de Job ? » Ce que la Parole de Dieu nous révèle, c'est que même si le monde entier est sous l'emprise du mal (1Jean 5:19) et que Satan est le dieu de ce monde (2Corinthiens 4:4), Satan ne peut pas attaquer les hommes intègres et droits comme Job sans la permission de Dieu. Ce n'était pas à l'avantage de Satan de frapper les amis de Job, alors cela ne faisait pas partie de ses demandes à Dieu. Satan avait besoin des amis de Job en bonne santé pour torturer émotionnellement Job, rajoutant ainsi à ses tortures dans son corps. Pendant des décennies, Satan fait remarquer à Dieu que ce dernier avait protégé et béni Job, ainsi que toute sa famille. Même si Satan trépignait de désir d'aller les frapper, il ne pouvait rien faire tant que Dieu n'enlevait pas de sur lui sa main protectrice.

Satan ne pouvait évoquer la loi spirituelle de l'attraction pour frapper Job, tous les humains ont éprouvé des craintes un moment donné, Satan aurait fait mourir tous les apôtres si leurs craintes lui auraient donné accès à leur vie.

Ce que je crains c'est ce qui m'arrive déclare Job dans Job 3:25. Voilà en quoi consiste la loi spirituelle de l'attraction ; la chose que tu crains va te tomber dessus. Tu crains d'être malade, tu seras maladie, tu crains de faire faillite, tu feras faillite, tu crains de mourir noyé, tu vas mourir noyé. Regardons dans les Écritures comme cela se passait quand les gens étaient dans la crainte.

Isaac avait peur de se faire tuer par les habitants parce que Rebecca était belle. Est-ce que ce qu'il craint lui est arrivé ? L'a-t-on fait mourir pour prendre sa femme comme David avait fait mourir Urie pour avoir Batsheba pour lui ? Non ! Au contraire, ce qui s'est produit par la suite, c'est que celui qui oserait toucher à sa femme ou à lui sera mis à mort ! Et en plus Isaac devint de plus en plus riche, au centuple de ce qu'il avait semé, en plein temps de sécheresse en plus (Genèse 26:1) !

Genèse 26:7-13 Lorsque les habitants de l’endroit posaient des questions sur sa femme, il disait: «C’est ma soeur.» Il avait peur, en effet, qu’ils ne le tuent s’il disait «ma femme», parce que Rebecca était belle. Comme son séjour se prolongeait, Abimélec, le roi des Philistins, regardant un jour par la fenêtre, vit Isaac plaisanter avec sa femme Rebecca. Abimélec fit appeler Isaac et dit: «C’est certain, c’est ta femme. Comment as-tu pu dire: ‘C’est ma soeur’?» Isaac lui répondit: «J’ai dit cela pour ne pas mourir à cause d’elle.» Abimélec dit: «Qu’est-ce que tu nous as fait? Pour un peu, quelqu’un du peuple aurait couché avec ta femme et tu nous aurais rendus coupables.» Alors Abimélec fit ce décret pour tout le peuple: «Celui qui touchera à cet homme ou à sa femme sera mis à mort.» Isaac fit des semailles dans le pays et il récolta le centuple cette année-là, car l’Eternel le bénit. Cet homme devint riche. Il s’enrichit de plus en plus, jusqu’à devenir très riche.

Regardons encore ailleurs alors, Jacob avait peur de ne pas pouvoir partir avec ses femmes, Genèse 31:31, mais ce n'est pas ce qui est arrivé. Jacob avait peur qu'il arrive un malheur à Benjamin, Genèse 42:7, mais ce n'est pas encore ce qui s'est produit. David a eu très peur que le roi de Gath lui fasse un mauvais parti, mais il ne lui a pourtant rien fait, selon 1Samuel 21:13. On pourrait continuer ainsi pendant longtemps, passons maintenant aux exemples fournis par les évangiles.

Dans Jean 14:1, après avoir annoncé le verset précédent à Pierre qu'il allait le trahir, Jésus a dû exhorter ses disciples de cesser d'avoir des craintes mais de plutôt croire en Dieu et de croire en lui. C'est arrivé à plusieurs reprises que Jésus a dû leur dire de ne pas avoir de craintes, comme quand ils l'avaient vu marcher sur l'eau (Jean 6:20) ou parce qu'ils pensaient mourir noyer lors de la tempête (Marc 4:40), sont-ils effectivement morts noyés ? Non. Après la mort de Jésus quand les disciples s'étaient enfermés dans la chambre haute (Jean 20:19), est-ce que le diable a pu tous les frapper parce qu'ils avaient peur que les autorités juives viennent aussi se saisir d'eux pour les faire mourir également ? Si la loi de l'attraction spirituelle avait été appliquée, Jésus se serait retrouvé avec plus personne pour aller annoncer la Bonne Nouvelle de sa résurrection !

La loi spirituelle de l'attraction négative existe, mais ce que je constate à travers tous ces exemples, c'est qu'il y a une loi spirituelle encore plus puissante que cette loi, une loi que j'appellerais la loi de la grâce. C'est assez paradoxal comme appellation parce que la grâce est opposée souvent à la loi, mais ce que je veux faire ressortir c'est que Dieu traite souvent les gens bien mieux qu'ils ne le méritent. Isaac aurait mérité selon la loi spirituelle de l'attraction négative qu'on le fasse mourir pour qu'on lui prenne sa femme, mais dans sa grâce Dieu avait d'autres plans pour Isaac et Rebecca, c'était par eux que la promesse d'Abraham s'accomplirait d'engendrer une nation nombreuse.

La loi spirituelle de la grâce nous rend disponible le salut par la foi, le salut éternel mais aussi le salut temporel, la délivrance de nos ennemis et de nos dettes, la protection contre la maladie, en éveillant notre esprit aux moyens que Dieu a déployés pour nous permettre de sortir glorieusement de nos épreuves en vainqueur.

1Corinthiens 10:13 Aucune épreuve ne vous est survenue qui n’ait été humaine; or Dieu est digne de confiance - il ne permettra pas que vous soyez mis à l’épreuve au-delà de vos forces; avec l’épreuve il ménagera aussi une issue, pour que vous puissiez la supporter. (Nouvelle BIble Segond)

Si dans le cas de Job, la loi spirituelle de l'attraction était en fonction, c'était celle qui était positive, celle de la bénédiction dans laquelle Job a vécu plusieurs décennies avant d'être éprouvé et encore 140 ans après avoir été rétabli. L'épreuve est arrivée au moment dans sa vie où Dieu a dit à Satan que la vie de Job était en son pouvoir, c'est pourquoi on lit que la déclaration faite par Dieu commence par le mot hébreu « hinné » traduit par voici. Dès que Dieu lui a dit cela, Satan s'est en allé frapper Job, il lui était impossible de le faire tant que Job était dans la main de Dieu. Le mot « voici » annonçait le transfert de main.

Nous qui croyons en Jésus, nous sommes dans sa main et ni le diable, ni ses démons ne pourront réussir à convaincre Jésus ou Dieu de nous faire transférer de main. Personne ne peut nous ravir de la main de Dieu qui est plus grand que tous les démons de l'enfer. Jésus l'a promis dans Jean 10:28-29. Tant que nous croyons en Jésus, nous y sommes en sécurité, c'est l'obéissance de la foi qui nous y maintient. Nous sommes sauvés par le moyen de notre foi, c'est un don de Dieu, merci Seigneur, toute la gloire revient à Dieu, cf. Éphésiens 2:8-9.

Job a été patient dans l'épreuve, comme le souligne l'apôtre Jacques (Jacques 5:11), il était un homme intègre, droit (Job 1:1) et juste (Ézéchiel 14:14), il n'avait jamais commis de violence et ses prières étaient toujours pures (Job 16:17) et elles étaient accompagnées des sacrifices requis pour le pardon des péchés (Job 1:5), selon le patron instauré par Abel, le juste (Matthieu 23:35).

Hébreux 11:4 C’est par la foi qu’Abel a offert à Dieu un sacrifice plus grand que celui de Caïn; c’est grâce à elle qu’il a été déclaré juste, car Dieu approuvait ses offrandes, et c’est par elle qu’il parle encore bien qu’étant mort.

Psaume 37:37 Observe celui qui est intègre, et regarde celui qui est droit; car il y a une postérité pour l’homme de paix.

Quand on regarde et observe Job, on s'aperçoit qu'il avait la crainte de Dieu (Job 1:1), « yare » en hébreu, mot différent de « pachad » employé pour parler de la crainte terrifiante qu'il exprimait dans Job 3:25.

Job 23:15 Voilà pourquoi sa présence m'épouvante; quand j'y pense, j'ai peur « pachad » de lui.

C'est clair que sa vision de Dieu avait besoin de changer, comme il le reconnaîtra lui-même plus tard en se repentant.

Job 42:3,5-6 Oui, j’ai parlé, sans les comprendre, de merveilles qui me dépassent et que je ne conçois pas. (...) Mon oreille avait entendu parler de toi; mais maintenant mon oeil t’a vu. C’est pourquoi je me condamne et je me repens sur la poussière et sur la cendre.

Le Dieu que Job craignait n'était pas un Dieu d'amour, c'était un Dieu qu'on devait toujours apaiser par des sacrifices et dont on n'était jamais certain de pouvoir plaire. On se change de main quand on se positionne dans la foi, comme l'apôtre Paul l'explique dans le passage suivant.

Colossiens 1:13 Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, 14 en qui nous sommes rachetés, pardonnés de nos péchés.

C'est seulement quand Job s'est repenti et s'est mis à croire qui était vraiment Dieu qu'il s'est retiré de la main de Satan, et placé sous la protection et la bénédiction de la main de Dieu. Il a pu expérimenter à nouveau ce qu'il avait dit.

Par une foi ferme, Job venait de résister au diable qui a dû le laisser sortir de sa main et fuir loin de lui (Jacques 4:7, 1Pierre 5:9). Tant que Job reprochait à Dieu les oeuvres du diable, il restait à la merci du diable qui avait reçu la permission de le malmener en respectant certaines limites imposées par Dieu. C'est seulement la grâce de Dieu qui avait empêché le diable de le faire mourir comme ses enfants. Suivant sa repentance, Job s'était positionné dorénavant dans la foi d'une manière plus éclairée et juste, Dieu a pu alors rétablir Job et le bénir matériellement au double de ce qu'il avait eu auparavant et il lui a redonné autant de fils et de filles dont on savait maintenant les noms et remarquait la beauté, ce qui n'était pas le cas avec ses trois premières filles.

Job 42:12-15 L’Eternel bénit la dernière partie de la vie de Job beaucoup plus que la première. Il posséda 14000 brebis, 6000 chameaux, 1000 paires de boeufs et 1000 ânesses. Il eut aussi 7 fils et 3 filles: il appela la première Jemima, la deuxième Ketsia et la troisième Kéren-Happuc. Dans tout le pays on ne trouvait pas d’aussi belles femmes que les filles de Job. Leur père leur accorda une part d’héritage parmi leurs frères.

Job a de nouveau expérimenté ce qu'il avait dit de sa vie auparavant dans Job 10:12 Tu m’as accordé ta grâce avec la vie, tu m’as conservé par tes soins et sous ta garde.

Conclusion, apprenons à connaître notre bon Dieu, bannissons la crainte d'être punis de lui, sachant qu'il n'y a plus de condamnation pour ceux qui sont aimés en Jésus (Romains 8:1). Demeurons fermement dans la foi dans ce bon Dieu d'amour, même au milieu des pires épreuves et persécutions, ainsi personne ne pourra nous ravir de sa main protectrice.

2Timothée 3:10-12 Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, ma douceur, ma charité, ma constance, mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n’ai-je pas été exposé à Antioche, à Icone, à Lystre? Quelles persécutions n’ai-je pas supportées? Et le Seigneur m’a délivré de toutes. Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés.

Le livre de Job pose un problème majeur qui a rendu perplexe des générations d’étudiants de la Bible, car il présente une situation qui semble aller à l’encontre de la loi spirituelle des semences et des récoltes. Comment un si bon Dieu rempli d’amour et de justice a pu permettre à Satan de frapper aussi durement quelqu’un d’aussi intègre et droit que Job ?

Job lui-même a débattu cette question et en était arrivé à la conclusion que Dieu avait été injuste envers lui parce qu’il s’était toujours bien comporté. Dans son INTÉGRITÉ, Job ne savait plus quoi penser, aucune logique ne tenait et il était prêt à aller défendre sa cause devant Dieu, car il savait qu'il n'a rien fait de mal pour offenser Dieu et mériter une telle épreuve.

Job 23:3-5 Si seulement je savais où le trouver, si je pouvais arriver jusqu’à son lieu de résidence! Je défendrais ma cause devant lui, je remplirais ma bouche d’arguments, je connaîtrais ses réponses, je pourrais comprendre ce qu’il a à me dire.

Les lois spirituelles sont établies par Dieu pour aider l’homme à savoir à quoi s’attendre de Dieu, cela procure une sécurité. Dieu n’est pas caractériel et imprévisible, il est un Dieu d’ordre avec des principes. Dieu a établi des lois physiques et spirituelles pour régir le cosmos, un mot grec qui signifie arrangement et dont dérive aussi le mot cosmétique qui arrange le visage.

La théologie exprimée dans le livre de Job se résume très simplement et se retrouve partout dans la Bible, même dans les premières lois que Dieu avaient établies avant même la création de l'homme dans Genèse 1:11-12, c'est la loi de la semence et de la récolte qui se décline aussi en la loi de l'attraction spirituelle. Job la maîtrisait parfaitement cette loi, ainsi que tous ses amis. On peut l’énoncer ainsi : Dieu est un juste juge. Alors si tu te comportes bien, Dieu va te bénir mais si tu te comportes mal alors Dieu te punir.

La loi spirituelle de la semence et de la récolte prouve qu’on ne se moque pas de Dieu, Dieu ne change pas alors il ne changera pas cette loi pour nous (Malachie 3:6, Jacques 1:17) il ne fera pas d’exception (Deutéronome 10:17), nous allons récolter ce que nous aurons semé.

Galates 6:7-10 Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le récoltera aussi. Celui qui sème pour satisfaire sa nature propre récoltera d'elle la ruine, mais celui qui sème pour l'Esprit récoltera de l'Esprit la vie éternelle. Ne négligeons pas de faire le bien, car nous moissonnerons au moment convenable, si nous ne nous relâchons pas. Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous et en particulier envers nos proches dans la foi.

David décrit brièvement aussi cette théologie.

Psaumes 7:11-12 Mon bouclier est auprès de Dieu: il sauve ceux dont le cœur est droit. Dieu est un juste juge, un Dieu qui fait chaque jour sentir sa colère.

Job avait récolté les bénéfices positifs de la loi spirituelle des semences et des récoltes pendant plusieurs décennies jusqu’à ce qu’il soit éprouvé, ses dix enfants étant devenus des adultes à une époque où on fondait une famille autour de 40 ans. Job était intègre et droit, il se comportait très bien et il pratiquait ces lois spirituelles depuis sa jeunesse mieux que quiconque sur la terre (Job 1:8). Il pensait à de bonnes choses et prononçaient de bonnes paroles pour consoler, encourager et défendre les gens. Job était un juste juge très respecté quand il allait exercer à la porte de la ville.

Job 29:11-25 L'oreille qui m'entendait me disait heureux, l'œil qui me voyait me rendait un témoignage favorable. C'est que je délivrais le malheureux qui appelait à l'aide et l'orphelin que personne ne secourait. Le mourant me bénissait, je remplissais de joie le cœur de la veuve. Je me revêtais de la justice, elle était pour moi un habit. Mon manteau et mon turban, c'était mon respect du droit. J'étais les yeux de l'aveugle et les pieds du boiteux. J'étais un père pour les pauvres, j'examinais la cause d'un inconnu. Je brisais les mâchoires de l'homme injuste et j'arrachais la proie de ses dents. Je me disais alors: ‘Je mourrai dans mon foyer. J'aurai des jours aussi abondants que le sable. L'eau pourra pénétrer dans mes racines, la rosée passera la nuit sur mes branches, ma gloire sera sans cesse nouvelle et mon arc reprendra des forces dans ma main.' On m'écoutait, plein d'attente, on gardait le silence pour entendre mes conseils. Après mes discours, personne ne répliquait, et mes propos étaient aussi bienfaisants que la rosée pour eux. Ils comptaient sur moi comme sur la pluie, ils buvaient mes paroles comme les dernières pluies. Je leur souriais et ils n'osaient pas y croire. Rien ne pouvait altérer le rayonnement de mon visage. Je choisissais le chemin à suivre pour eux et je m'asseyais à leur tête. Je restais là comme un roi au milieu de sa troupe, comme un consolateur auprès des personnes endeuillées. (Segond21)

Job pouvait donc avoir de l'assurance dans son cœur de vivre le bonheur le plus total et c’est ce qui s’est produit pendant très longtemps comme il le dit lui-même parce qu’il croyait que Dieu était un juste juge comme lui qui récompensait ceux qui se comportaient bien et cela en avait toujours été ainsi depuis des générations.

Job 30:26 De fait, j'attendais le bonheur, mais c'est le malheur qui est arrivé; j'espérais la lumière, mais c'est l'obscurité qui est venue. (Segond21)

«J 'attendais » en hébreu c'est le verbe « qavah » qu'on retrouve dans la bouche de Job dans deux autres passages.

Job 6:19 Les caravanes de Théma fixent le regard, les voyageurs de Séba sont pleins d’espoir (qavah);

Job 7:2 Comme l’esclave soupire après l’ombre, comme l’ouvrier attend (qavah) son salaire

Les voyageurs sont pleins d'espoir sinon ils ne voyageraient pas, ils resteraient chez eux s'ils ne s'attendaient pas à y trouver leur compte. De même, l'ouvrier est tout à fait en droit de s'attendre à recevoir un salaire pour son travail. Cette attente du bonheur chez Job était basée sur l'espérance du fait qu'il s'était bien comporté et que Dieu avait habitué l'homme à être récompensé quand il en était ainsi.

Psaumes 130:5 J’espère (qavah) en l’Eternel, mon âme espère (qavah), et j’attends sa promesse.

Parlons encore un peu de la théologie universelle selon laquelle Dieu bénit le juste et punit le méchant, théologie que les amis de Job ont vertement défendu en dépit du fait que Job était le meilleur humain sur toute la terre à ce moment (Job 1:8). Vue la grandeur des épreuves s’abattant sur Job, leur théologie les empêchait d’évaluer même la possibilité que Job ne se soit pas très mal comporté malgré les apparences contraires.

Cette théologie éprouvée depuis Adam et Ève est expliquée de manière plus détaillée dans la loi de Moïse dans Deutéronome 28 et aussi par Dieu au prophète Ezéchiel dans le chapitre 18 de son livre. Nous ne sommes plus sous la malédiction de la loi énoncée dans Deutéronome 28 parce que Jésus nous en a rachetés, selon Galates 3:13, il nous reste seulement la partie de la bénédiction énoncée dans Deutéronome 28:1-13. Cependant, il faut noter que cette loi spirituelle de la semence et de la récolte était en vigueur bien avant la promulgation de la loi de Moise. Cette loi spirituelle est celle aussi qui sera appliquée par Dieu selon le Seigneur Jésus et l’apôtre Paul quand ils parlent du jugement dernier, alors elle aura été constamment en vigueur du début à la fin.

Jean 5:25-29 En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà là, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. En effet, tout comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. Et il lui a donné aussi le pouvoir de juger, parce qu’il est le Fils de l’homme. Ne vous en étonnez pas, car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix et en sortiront: ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement.

Romains 2:5-10 Par ton endurcissement et ton refus de te repentir, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour où Dieu révélera sa colère et son juste jugement. Il traitera chacun conformément à ses actes: à ceux qui, par leur persévérance à faire le bien, recherchent l'honneur, la gloire et l'incorruptibilité, il donnera la vie éternelle; mais il réserve son indignation et sa colère à ceux qui, par esprit de révolte, rejettent la vérité et obéissent à l'injustice. La détresse et l'angoisse atteindront tout être humain qui fait le mal, le Juif d'abord, mais aussi le non-Juif. La gloire, l'honneur et la paix seront pour tout homme qui fait le bien, le Juif d'abord, mais aussi le non-Juif, car devant Dieu il n'y a pas de favoritisme.(Segond21)

Dans le cas particulier de Job lors de ses épreuves, Job réalisait que la théologie prévalente et éprouvée depuis des siècles ne tenait plus la route ; à l’évidence, le bon Dieu juste le punissait alors qu’il s’était comporté d’une manière exemplaire comme Dieu lui-même le reconnaissait devant ses anges que ce n’était pas normal d’enfreindre ainsi sa loi spirituelle !

Job 2:3 L'Eternel dit à Satan: «As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n'y a personne comme lui sur la terre. C'est un homme intègre et droit. Il craint Dieu et se détourne du mal. Il persévère dans son intégrité et c'est sans raison que tu m'incites à le perdre.» (Segond21)

De quelle perdition, Dieu parle-t-il ici ? Job était encore en excellente santé à ce moment-là alors ce n’était pas la perte de la vie physique. La perdition évoquée par Dieu était le perte de foi en un Dieu juste et bon qui respecte ses lois spirituelles établies depuis toujours. Job ne reconnaissait plus son Dieu. Mais Job a quand même tenu bon, Job en conclut alors que comme c’est Dieu qui lui avait tout donné et il en avait conclu que Dieu avait aussi le droit de tout lui ôter ce qu’il lui avait donné et que Dieu méritait encore d’être béni pour tout ce qu’il avait fait de bien dans sa vie jusqu’à maintenant. En cela, il est observé que Job n’avait rien dit de déplacé.

Job 1:20-22 Alors Job se leva, déchira son manteau, et se rasa la tête; puis, se jetant par terre, il se prosterna, et dit: Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L'Éternel a donné, et l'Éternel a ôté; que le nom de l'Éternel soit béni! En tout cela, Job ne pécha point et n'attribua rien d'injuste à Dieu.



Compteur installé le 21 mai 2020

Nombre de visites - 82





Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









email Croixsens Net sur

Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner

 
   
 



Nous sommes samedi 04 juillet 2020



NOUVEAUTÉS de la semaine
  1. La contrainte de l'évangile ; le lavement des pieds

  2. Comment détruire les oeuvres du diable !

  3. Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger

  4. Concubinage ; comment se mettre en règle avec Dieu ?

  5. Le diable est-il désarmé présentement ?

  6. Distinction entre un père spirituel et un mentor

  7. Folie de Dieu ou folie des hommes ?

  8. Comment gérer sa colère

  9. Le rôle de Satan dans le plan de Dieu

Partage apporté un dimanche matin à l'Église de la Victoire

VIDÉO du mois - message apporté lors de la nuit de prière

Faire un don
Devenez partenaire
de Croixsens.net
Cliquez ci-dessous
pour faire un don
avec PAYPAL

ou cliquez ici
pour faire un chèque.