iv>
 
   
 
La providence de Dieu dans les temps difficiles
Ma femme est allée visiter sa meilleure amie à Trois-Rivières (1hr et demie de route de chez nous) pour la soutenir dans une épreuve. Le fils de celle-ci a une maladie incurable et il n'a que 17 ans. Alors qu'elles étaient toutes les deux au restaurant et que l'amie de ma femme pleurait sans arrêt, ma femme a demandé à la serveuse ce qu'elle pourrait dire à une femme dans cette situation. La serveuse, qui avait 21 ans, a répondu: «Je garderai espoir, Dieu peut guérir les maladies» et elle l'a encouragée avec d'autres paroles de ce genre. La serveuse a pris ensuite l'amie de ma femme dans ses bras et elle l'a consolée. Ma femme ne connaissait pas cette serveuse qui était chrétienne aussi et qui est membre d'une église évangélique, quand on sait qu'au Québec il y a environ 1% de chrétiens évangéliques, on voit que c'est le Saint-Esprit qui avait inspiré ma femme de lui adresser la parole. La serveuse a dit ensuite qu'elle s'en allait à une réunion de prière après son travail et qu'elle allait prié pour le fils. Ensuite elle irait le visiter à l'hôpital avec d'autres jeunes.


Voilà un bel exemple de l'amour de Dieu et en voici un autre :

Samedi le 27 décembre je me demandais si ça valait le coup d'aller à mon salon de coiffure puisque le 25 et 26 de même que le 28 et 29 le salon était fermé.

J'ai finalement décidé d'y aller. Alors que je m'occupais d'un client, un autre est entré et on s'est salué. Je ne l'avais jamais vu avant. Pendant que je coupais les cheveux de l'autre, cet homme se met à me conter qu'il est un turc citoyen canadien habitant à Toronto, maintenant à la retraite. Il venait de faire un voyage en Turquie où il avait rencontré un vieux couple dans un restaurant. Quand ils ont su qu'il restait au Canada, ils l'ont supplié avec larmes d'aller chercher des nouvelles de leur fils qui était emprisonné à Cowansville (la ville où se trouve mon salon de coiffure). Ça faisait 10 ans qu'il n'avait pas entendu parler de lui, il avait écopé de 25 ans de prison pour avoir tué quelqu'un, sa blonde et son fils étaient retournés en Turquie, elle l'attendait toujours pour pouvoir se marier avec lui.

Le turc leur a expliqué que Toronto était à 8 heures de route de Cowansville, mais il leur a promis qu'il ferait son possible. Durant la semaine de Noël, il est venu faire un tour à Montréal. Il s'est dit alors qu'il pourrait aussi aller à Cowansville qui n'est qu'à une heure de route de Montréal. Pendant 3 jours il a essayé d'aller visiter le détenu à la prison, mais comme il n'était pas un membre de la famille, on ne lui permettait pas. Il a contacté un avocat qui lui a fait des promesses qu'il allait s'arranger avec ça, il lui a soutiré de l'argent, mais ça n'a rien donné.

A la prison, on a dit au turc qu'il pourrait voir le détenu s'il était accompagné d'un prêtre. Alors le turc a fait le tour des églises pour essayer de rencontrer un prêtre, mais il n'a pas été capable d'en voir un seul. Il s'est mis à demander de l'aide aux gens qu'il rencontrait. Quelqu'un lui a dit: «Va voir le barbier, il va t'aider». C'est ainsi qu'il a abouti à mon salon de coiffure, ça l'air que j'ai une réputation en ville ...;-)

Alors qu'il me contait son histoire, je me demandais bien comment je pourrais l'aider, je ne suis pas prêtre, je ne pouvais lui ouvrir les portes de la prison. Alors je me suis souvenu que le pasteur de l'église évangélique baptiste de Cowansville m'avait appelé une demie-heure auparavant pour prendre un rendez-vous. J'ai dit alors au turce de patienter, qu'un «prêtre» allait venir au salon bientôt. Il était tout content et il l'a attendu. Quand le pasteur est arrivé, le turc lui a conté à nouveau son histoire. Le pasteur a appelé à la prison et a parlé au gardien qui s'occupe des visites. Après s'être nommé, le gardien lui a dit: «je sais qui tu es, tu restes sur la rue Normand à Cowansville». Le pasteur, tout surpris, lui demande comment se faisait-il qu'il savait cela. «Je suis ton voisin, un peu plus bas sur la même rue»! Plus encore, ce gardien est chrétien évangélique lui aussi ! A Cowansville, il y en a seulement quelques dizaines pour plus de 12000 personnes... !!! Alors le gardien a dit au pasteur d'envoyer le turc à la prison, qu'il pourrait prendre des nouvelles du détenu et en parler ensuite à ses parents. Le turc était jubilant et le pasteur a parlé lui parler de Jésus.

Il n'y a pas d'hasard, il y a un Dieu qui existe et montre qu'il se préoccupe de ses créatures.





Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes samedi 25 novembre 2017