La compassion de Jésus
Comment pensez-vous que Jésus se sent quand il vous voit passer à travers une douloureuse épreuve ?

Est-il neutre, sans émotion particulière, nous passant le message que c'est la conséquence inévitable du péché et qu'on doit s'y faire et endurer ?

Est-il distant, occupé à des choses plus importantes que nos petits problèmes ?

Est-il sévère, nous remettant sous le nez nos erreurs qui sont souvent à la source de notre propre malheur ?

Peut-être que c'est comme ça que nous avons été traités parfois dans le passé et que nous avons tendance faire de la projection et prêter à Jésus ces mêmes sentiments.

Regardons plutôt comment Jésus a réagit en face de la douleur de ceux qu'il aime.

Jésus était loin d'être « cool » comme on dit, il était très connecté avec ses émotions. Devant la tristesse incommensurable de Marie, il ne s'est pas contenté à lui tapoter l'épaule d'un air supérieur en lui disant des banalités.

Jn.11:33 Quand Jésus la vit pleurer, ainsi que les Juifs venus avec elle, il fut profondément bouleversé en son for intérieur et ne put dominer son émotion. v.35 Jésus se mit à pleurer - Parole vivante de Kuen

Étude du texte

embrimaomai : bouleversement intérieur puissant, comme quand les disciples se sont choqués contre ce qu'il considérait comme un gaspillage épouvantable le parfum répandu sur Jésus par la femme, Mc.14:5.

tarassô : émotion troublante profonde, comme quand Jésus appréhendait sa propre mort dans Jn.12:27.

Devant la mort et les conséquences du péché dans le monde, Jésus est profondément choqué, il avait créé un monde parfait, il avait créé l'homme pour l'aimer et être aimé par lui éternellement et voilà que Jésus voyait cet amour brisé par la mort, son ami Lazare était mort, Marie et Marthe étaient séparées de leur frère bien-aimé.

La mort c'est la pire des tragédies, Dieu n'a pas créé la vie pour qu'elle meure !

Application du texte

Maintenant, comment pensez-vous que Jésus se sent quand il nous voit passer à travers une douloureuse épreuve ? Est-ce que Jésus réagit différemment à cette heure qu'il est au ciel ? Bien sûr que non ! Il est le même, hier, aujourd'hui et éternellement nous dit la Parole de Dieu (Hé.13:8).

Si pendant son séjour terrestre, il était bouleversé et poussé à l'action quand ses bien-aimés souffraient, il n'a pas changé après sa résurrection, il continue à être très embarqué émotionnellement avec ses bien-aimés que nous sommes tous, nous qui avons placé notre foi en lui.

Ce n'est pas parce qu'il ne ressuscite pas les morts à chaque fois que Jésus est distant et désintéressé du deuil quand il touche ses bien-aimés. Après tout, Lazare est quand même mort par après autant que je sache ! S'il est parti avant ses soeurs, il les aura fait pleuré deux fois !

Mais ce qui est sûr à tout coup c'est que Jésus partage notre douleur et nous offre sa compassion et sa consolation par son Esprit et à travers notre entourage, non seulement dans les deuils mais dans toutes les sortes d'épreuves sur notre route.

Donc, dans l'épreuve c'est vital d'exercer notre foi et de faire taire les mensonges de l'ennemi qui insinue que Dieu est loin et qu'il ne s'inquiète pas vraiment de nous, sinon il n'aurait pas permi ces épreuves.

Au contraire, la vérité telle qu'exprimée dans la Bible c'est que Dieu est près de ceux qui ont le coeur brisé et il sauve ceux dont l'esprit est dans l'abattement. (Ps.34:19)

Quand nous traversons une dure épreuve, nous avons une opportunité extraordinaire, comme Marthe et Marie, de goûter combien le Seigneur est bon, de communier intimement avec Jésus en partageant notre souffrance avec lui, il l'a prise sur lui à la croix.

Cela ne s'arrête pas là, Jésus désire ensuite nous ouvrir son coeur et nous partager sa douleur, sa souffrance, à la croix nous ne sommes pas invités en spectateur mais bien à y monter et à y être crucifié avec Christ, c'est le mystère que Paul explique dans ses épîtres. C'est à la croix qu'on peut avoir accès le plus à l'intimité du coeur de Dieu et prendre conscience de la souffrance considérable expérimentée par Dieu à cause du péché et comprendre à quel point Dieu est touché quand nous souffrons à cause des conséquences du péché.

Mais ce n'est pas tout encore ! Il y a de l'espoir ! Après la croix il y a la résurrection, le retour à la vie, à la paix et la joie, fruit du Saint-Esprit même quand les circonstances externes demeurent adverses.

Et c'est là qu'on est à même de goûter quelque chose de céleste, quelque chose que le monde ne peut connaître, le bonheur qu'apporte la présence de Dieu.

Récapitulons,

Voici ce qui est salutaire de se rappeler dans les épreuves :

1° Jésus permet que nous passions par la souffrance pour qu'on soit à même de réaliser l'horreur du péché et de ses conséquences.

2° Jésus n'est pas distant et détaché de notre souffrance, il la partage avec nous, il l'a prise sur lui à la croix.

3° Jésus veut nous faire entrer dans son intimité et nous faire communier à sa propre souffrance.

4° Enfin, Jésus nous communique ensuite sa vie, il répand sur nour son huile de joie, sa paix et son bonheur qui l'habitent en dépit de l'adversité présente. C'est un avant-goût de la félicité éternelle que nous partagerons en sa présence.

Ça c'est la vérité de Dieu, à nous d'y croire afin de pouvoir l'expérimenter dans l'épreuve, cela reste notre choix, nous pouvons prendre la voie facile, le chemin large et se replier sur soi ou se venger sur les autres et rester vide ou bien nous pouvons prendre la voie difficile, le chemin étroit qui passe par la croix.

Jésus nous invite à la croix, à passer par la douleur, la souffrance et la mort pour pouvoir repartir en nouveauté de vie et goûter sa paix et sa joie. Allons-y.

- Le Webmestre


Le roi passa le torrent de Cédron, (2 Samuel 15:23)


David franchit ce torrent ténébreux lorsqu'il fuyait, avec la compagnie endeuillée, son fils traître. L'homme selon le coeur de Dieu n'était pas exempt de malheur, non, sa vie en était remplie. Il était en même temps l'oint de l'Eternel, et l'affligé du Seigneur. Pourquoi alors nous attendrions-nous à y échapper? Aux portes du chagrin, de la douleur les plus nobles d'entre nous auraient attendu, la cendre sur leurs têtes, pourquoi alors nous nous plaindrions comme si c'était une chose étrange qui nous arrive?

Le Roi des rois lui-même n'était pas favorisé par un chemin plus gai, un chemin royal. Il passa à travers la sale rigole du Cédron, à travers laquelle la saleté de Jérusalem coulait. Dieu eut un fils sans péché, mais pas un enfant unique sans la verge. C'est une grande joie de croire que Jésus a été tenté en toute chose comme nous. Quel est notre Cédron ce matin? Est-ce un ami infidèle, une triste perte, un reproche calomnieux, un sombre présage? Le Roi est passé à travers toutes ces choses. Est-ce un corps de douleur, la pauvreté, la persécution, ou le mépris? A travers chacun de ces Cédrons le Roi nous a devancé. Dans toutes ces afflictions il a été affligé. L'idée de l'étrangeté de nos épreuves doit être bannie tout de suite et pour toujours, car celui qui est la tête des Saints, connaît par expérience le chagrin que nous considérons si particulier. Tous les citoyens de Sion doivent être affranchis de l'honorable convoi funèbre duquel le prince Emmanuel est le capitaine et la tête.

Malgré son abaissement, David retourna pourtant en triomphe dans sa cité, et le Seigneur de David ressuscita victorieux de la tombe; prenons courage alors, car nous aussi nous vaincrons. Nous puiserons encore de l'eau avec joie aux sources du Salut, quoique maintenant, pour un temps, nous devons passer par ces torrents malsains du péché et de la douleur. Courage soldats de la Croix, le Roi Lui-même a triomphé après avoir franchi le Cédron, ainsi en sera-t-il pour vous.

- Charles Spurgeon










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner

Nous sommes mardi 25 avril 2017