L'honneur


Si je devais donner une définition de l'honneur telle que vécue dans la plupart des milieux évangéliques et bien je dirais que c'est la lobotomie des sens et de la raison. Si on me dit "honore" et qu'on ne me dise pas ce que c'est qu'honorer alors je ne suis pas très avancée. L'honneur mérite peut-être d'être reconsidéré et repensé de manière à donner plus de place à la réalité!!!!!
Il me semble évident que la Parole me dit que c'est moi qui sera heureux et qui vivra longtemps sur la terre si j'honore...pourquoi insiste-t-elle autant? Et bien peut-être justement parce que le Seigneur savait que ce serait la chose la plus dure à faire, que de ces relations fondamentales (parents - enfants) naîtraient mes plus profondes blessures, celles qui influenceraient tous mes comportements et ma vie. Il le dit pour moi, pour ME libérer des douleurs et de la souffrance que m'auront imposée des parents abusifs. Il ne le dit pas pour EUX car les promesses me sont adressées. Alors ce qu'il me dit en fait c'est que l'injustice de mes parents a le pouvoir de me garder prisonnier mais que par l'honneur je peux m'en départir et être complètement libre de ce pouvoir, voire même trouver dans l'honneur le bonheur (pour moi).

Mais alors comment ça marche l'honneur en fait? Bon et bien c'est simple c'est une grosse pillule amère à avaler qu'on nous enfonce dans le fond de la gorge quand on vient au Seigneur, après quoi nous vivons dans un pseudo bonheur !!!!!!!!!!!!!!!! Non sérieusement ça ne me fait pas rire du tout même si je dois admettre que c'est une réalité à laquelle je suis constamment confrontée. L'honneur n'est pas une abnégation des fautes et des péchés de nos parents elle en est la confrontation devant Dieu et voire même, au nécessaire pour le besoin de la cause, avec nos parents. L'honneur vise le bien ultime de l'autre dans une relation de transparence et de vérité (ce n'est pas une vengeance) mais c'est la force de l'amour dans son état le plus pur. Rien dans l'honneur n'est laissé de côté, rien n'est caché, rien n'est à l'abandon, c'est le combat le plus hardi pour rétablir au maximum de ce qui est possible la dignité des êtres en cause.

L'honneur fait face à un roi abusif en se défilant, en prenant une distance, en déclarant haut et fort sa folie, en prenant des dispositions pour s'en défendre, l'honneur retient notre main de le pourfendre quand l'occasion nous est prêtée mais l'honneur ne permet pas la domination de l'injustice, elle la confronte. David et Saul sont de bons exemples d'attitudes et de principes. Quand Saul faisait voler ses javelots David était assez intelligent pour ne pas rester dans son champ de tir sous prétexte de déshonorer le roi par la désobéissance, son instinct de survie lui dictait le chemin de la sortie. Cette relation d'honneur exigeait de faire face à la réalité dangereuse de Saul. Trop de chrétiens n'ont pas confronté les javelots de leurs parents et au nom du pardon demeurent dans le champ de tir le coeur meurtri de souffrance et tout ça sous prétexte de l'honneur.

L'honneur nous amène vers Dieu qui un jour fera justice, l'honneur nous rappelle que notre vengeance ne peut que nous garder prisonnier mais que la justice de Dieu n'est pas sans compter tous ces coups reçus, l'honneur nous donne le plein droit de plaider notre cause auprès de (DIEU) avec légitimité. L'honneur nous permettrait-il de dire que des taureaux de Basan nous ont un jour environnés, que des chiens nous ont un jour dévoré.... l'honneur ferait-il taire la souffrance quand des scélérats ont tourné autour de nous pendant des années (parents indignes). L'Esprit de Dieu ne s'en est pas prévalu, quand Jésus a dit:" Père pardonne leur ils ne savent pas ce qu'ils font", ce n'était pas de petites excuses qu'ils faisait mais bien plutôt des révélations de leurs coeurs méchants. "Ils ne savent pas", en d'autres mots ce sont des insensés, plein de méchanceté et ils ne s'en rendent pas compte, il n'était pas question là d'innocents car l'innocent n'a pas besoin de pardon. Jésus savait que leur péché allait retomber sur leur tête et sur celle de leurs enfants mais pour l'honneur de Dieu, pour son propre coeur et pour les inciter à voir l'amour du Père il leur rend un pardon immérité. Tous ces gens étaient bien ceux qui se partageaient ses vêtements, ces taureaux de basans, ces chiens, ces scélérats et cela il ne l'a pas dénié au nom de l'honneur....mais c'est à son PÈRE QU'IL L'A CONFIÉ, IL NE S'EN EST PRIS À PERSONNE D'AUTRE, car il savait qu'il n'y avait qu'en Dieu qu'il pouvait trouver le plein pardon et ce, avec la pleine vérité de la situation.

Et ce Jésus peut-il comprendre la profondeur de mes souffrances et des injustices subies? C'est bien lui qui a dit: que ce qu'on aura fait au plus petit ce sera à lui qu'on l'aura fait. Non seulement il le comprend mais il l'a subi sur le bois. La provision de la croix est complète encore faut-il s'en prévaloir. La Parole ne fait pas allusion uniquement au clou du péché dans Ésaie 53, 5 ": Mais il était transpercé à cause de nos fautes, écrasé à cause de nos crimes"; elle fait aussi appel à la justice de Dieu pour nos douleurs et nos souffrances au verset 4:, "Certes ce sont nos souffrances qu'il a porté, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé. Il y a bien eu deux clous; un dans chaque main et la provision est complète. L'honneur tel que véhiculé dans le monde évangélique (généralement) ne permet pas au (bon) chrétien de traiter la cause de leurs douleurs et de leurs souffrances avec véracité et légitimité envers leur Dieu, ce qui produit des pseudo-guérisons.

Il convient de dire que de véritables guérisons viennent du fait de la communion des souffrances de Christ ET DE LA CONSOLATION DU SAINT ESPRIT, pour accéder à un véritable pardon l'enfant de Dieu ne peut dépendre d'autre chose que de la confiance en l'amour et la justice de Dieu. Toutefois il est clair que cet amour et ce pardon s'appliquent à tous. En tant que victimes d'injustices nous pourrions réclamer réparation en prenant au cou nos agresseurs jusqu'à ce qu'ils nous aient rendu jusqu'au dernier centime mais nos mains accrochées à leur cou seraient mobilisées et incapables de construire nos vies et servir le Seigneur. Le Seigneur nous fait une fleur quand il nous confronte à l'honneur car c'est notre propre libération qu'il opère ainsi et de la sorte il nous aide à parvenir à bénir ceux qui un jour nous ont maudits. Sachant que nous aussi nous méritons d'être pris au cou par d'autres et peut-être bien nos propres enfants, recherchons l'honneur dans la vérité de nos coeurs en LUI partageant tout, nos fautes, nos transgressions, nos douleurs et nos souffrances et cela afin d'obtenir de sa part de véritables guérisons.

En toute affection fraternelle,

- Chantal Morissette










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner

Nous sommes lundi 24 avril 2017