La réconciliation de toutes choses avec Dieu


Les textes bibliques de prédilection des universalistes

Étudions maintenant les versets bibliques souvent cités en faveur de l'universalisme. L'universalisme est historiquement connu sous le nom de "apokatastasis", terme tiré de Actes 3:21, traduit par "rétablissement" dans la Bible de Louis Segond. Le terme "apokatastasis", francisé "apocatastase", est traduit dans Actes 3:21 par le renouvellement (version Français courant), la remise en ordre (version Parole de Vie), la restauration (version Tob) finale de toutes choses en leur état d'origine. Voici le contexte tiré de la Bible Segond.

Actes 3:19 Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, 20 et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ, 21 que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement (apokatastasis) de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes.

C'est le seul endroit où le nom "apokatastasis" est employé dans le Nouveau Testament - sa forme verbale est un peu plus employée dans la Bible. Les docteurs grecs Clément et Origène ont compris ce nom "apokatastasis" comme étant le rétablissement final de tout ce que Dieu avait créé au départ avant que le péché se manifeste et affecte toute la création. Mais était-ce bien ce que Pierre avait à l'esprit ? Regardons cela de plus près. L'historien Joseph emploie la forme verbale "apokathistèmi" pour parler du retour des juifs de la captivité et Philo pour parler de la restitution des héritages dans l'année du jubilé. Un concept semblable se retrouve dans le mot grec "palingenesia" (renouveau, nouvelle naissance) dans Mt.19:28 et Tite 3:5.

Matthieu 19:28 Jésus leur répondit : Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l’homme, au renouvellement (palingenesia) de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m’avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d’Israël.

L'érudit Robertson rapporte qu'il était commun chez les écrivains qui ont suivi, par exemple dans les papyrus et les inscriptions concernant les réparations des temples et les écrits juifs apocalyptiques, un peu comme le nouveau ciel et la nouvelle terre d'Apocalypse 21:1. Avait-il à la pensée ce qu'avait entrevu Ésaïe à propos des nouveaux cieux et de la nouvelle terre (Es.65:17) ou plus précisément avec le royaume du millénium où Jésus régnera à Jérusalem ? Présentement, Jésus est au ciel en train d'attendre ce rétablissement de toutes choses qui lui permettront de revenir régner à Jérusalem (Ac.3:20-21). Fait intéressant à noter, ce rétablissement, l'apôtre Pierre affirme qu'il a été annoncé par les prophètes. Les Écritures mentionnent souvent que les juifs attendaient le rétablissement du royaume d'Israël (Amos 9:11).

Amos 9:11 En ce temps-là, je relèverai de sa chute la maison de David, j’en réparerai les brèches, j’en redresserai les ruines, et je la rebâtirai comme elle était autrefois.

Les juifs s'imaginaient que Jésus allait être le roi qui allait rétablir la maison de David. Jean-Baptiste et Jésus prêchaient que le royaume est proche (Mt.4:17), Jésus avait révélé que Jean-Baptiste avait initié ce rétablissement:

Matthieu 17:10 Les disciples lui firent cette question : Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’Elie doit venir premièrement ? 11 Il répondit : Il est vrai qu’Elie doit venir, et rétablir (apokathistemi) toutes choses. 12 Mais je vous dis qu’Elie est déjà venu, qu’ils ne l’ont pas reconnu, et qu’ils l’ont traité comme ils ont voulu. de même le Fils de l’homme souffrira de leur part. 13 Les disciples comprirent alors qu’il leur parlait de Jean-Baptiste.

Jésus avait fait son entrée royale sur un âne (Za.9:9). Après la mort de Jésus, les disciples d'Emmaus exprimaient leur déception que le royaume d'Israël ne fut pas rétabli (Luc 24:21). Juste avant de monter au ciel, les apôtres ont demandé à nouveau si c'était à la réception du baptême du Saint-Esprit que Jésus allait revenir comme roi pour rétablir le royaume d'Israël (Ac.1:6).

Actes 1:6 Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras (apokathistèmi) le royaume d’Israël ? 7 Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. 8 Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.

Dans ce passage c'est la forme verbale "apokathistemi" du nom "apokatatastasis" qui est employé comme dans Mt.17:11. Il est donc plus que probable que Pierre parle, dans Actes 3, de la même réalité ici dans son discours aux juifs qui attendaient eux aussi le rétablissement du royaume d'Israël. Sa vision était bien limitée encore. Pierre ne réalisait même pas encore que les païens étaient appelés à faire partie de ce royaume, alors encore moins que ce soit une rétablissement universel comme l'ont compris plus tard Clément, Origène et les autres en se basant en même temps sur d'autres passages bibliques qu'ignoraient Pierre. Pierre a dû avoir 3 fois la même vision pour enfin se décider à aller parler de Jésus à un païen (Actes 10) et ensuite, l'église de Jérusalem le lui a reproché ! (Actes 11). Ce n'est que par l'apôtre Paul que l'on a pris connaissance la doctrine du mystère de Christ qui a renversé le mur d'inimitié entre les juifs et les chrétiens (Ep.2:16) et que la croix a mis en branle le processus de réconciliation non seulement entre les juifs et les chrétiens mais aussi tous les habitants des cieux, Col.1:15-21.

Nous avons établi maintenant que Pierre n'avait pas du tout à la pensée le réconciliation universelle dans son discours aux juifs après la Pentecôte. Les universalistes ont cependant d'autres atouts dans leur jeu, ils vont chercher un appui chez l'apôtre Paul qui explique parfois des choses difficiles à comprendre, reconnaissait même l'apôtre Pierre :

2Pierre 3:15 Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. 16 C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Ecritures, pour leur propre ruine.

Un de ces passages difficiles à comprendre que les gens ont souvent mal interprété se trouve dans l'introduction de l'épître aux Éphésiens.

Ephésiens 1:7 En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, 8 que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence, 9 nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même, 10 pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir (anakephalaiomai) toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre.

Ce verbe "anakephalaiomai" est employé seulement à un autre endroit dans le Nouveau Testament :

Romains 13:9 En effet, les commandements : Tu ne commettras point d’adultère, tu ne tueras point, tu ne déroberas point, tu ne convoiteras point, et ceux qu’il peut encore y avoir, se résument (anakephalaiomai) dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Comme tous les commandements sont résumés et rattachés à celui d'aimer son prochain comme soi-même, ainsi toute la création présentement soumise à la vanité du péché (Ro.8:23) sera réunie et soumise à la seigneurie de Jésus-Christ (Ph.2:11), les démons vaincus (Col.2:15) tremblent déjà en pensant à ce jour où Dieu leur rendra le juste jugement et Dieu leur fera ce qu'ils ont fait aux hommes, ils seront tourmentés alors éternellement dans l'étang de feu.

Colossiens 2:15 il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

Matthieu 8:28 Lorsqu’il fut à l’autre bord, dans le pays des Gadaréniens, deux démoniaques, sortant des sépulcres, vinrent au-devant de lui. Ils étaient si furieux que personne n’osait passer par là. 29 Et voici, ils s’écrièrent : Qu’y a-t-il entre nous et toi, Fils de Dieu ? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps ?

Jacques 2:19 Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent.

Romains 16:20 Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds.

1Corinthiens 15:24 Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. 25 Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. 26 Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort. 27 Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu’il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. 28 Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous.

Apocalypse 20:10 Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.

Le plan de Dieu sera finalement accompli, ses ennemis seront sous ses pieds, non repentants mais rendus sans force alors la paix sera instaurée malgré eux et ils seront jetés dehors dans l'étang de feu. Ce verset est à mettre en parallèle avec ce que Paul a enseigné aux Colossiens.

Voici maintenant le passage principal avancé par les universalites pour déclarer que puisque la croix de Jésus a réconcilié toute la création, alors l'étang de feu sera éventuellement vide d'occupants car tous ceux qui s'y sont retrouvés se seront finalement repentis après une période de temps indéterminée et admis au ciel par la suite. C'est ainsi que l'on conçoit la réconciliation évoquée par Paul dans Col.1;19-20.

Colossiens 1:19 Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui ; 20 il a voulu par lui réconcilier (apokatallassô) tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. 21 Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés (apokatallassô) 22 par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche

Paul utilise le verbe grec "apokatallassô". C'est le verbe "allassô" (changer) avec deux préfixes kata + allassô (réconcilier) et apo + kata + allassô (réconciliation totale). Il y a donc un changement qui se produit et qui amène une réconciliation totale de toute la création. Le point essentiel est bien entendu de définir en quoi consiste cette réconciliation totale initiée par Dieu avec toute sa création. La Parole de Dieu nous révèle que cette réconciliation de toute la création sera accomplie quand tout genou pliera volontairement ou non devant le Seigneur Jésus-Christ (Ph.2:11, Ro.14:11, 1Co.15:24-28). J'avais préparé une réponse mais après avoir lu le texte de Joe Towns qui avait pris des notes lors d'un enseignement sur l'eschatologie par Rob Smith, de Missionary Bible College à Sydeney en Australie, en 2010. j'ai décidé de vous le traduire tellement j'ai trouvé qu'il avait bien expliqué le sens intenté par Paul quand il parlait de réconciliation totale.

La réconciliation de toutes choses avec Dieu: l'universalisme et la théologie de Colossiens

Un examen du livre «The Evangelical Universalist» par Gregory MacDonald


Si Dieu a réconcilié toutes choses dans le Christ (Col.1:20), il s'ensuit qu'il a réconcilié tout le monde, tant les croyants que les non-croyants. Et si Dieu va finalement unir toutes choses en Christ (Ep.1 :10), il s'ensuit qu'il va unir tous les gens aussi, tant les croyants que ceux qui n'ont jamais cru en Christ dans cette vie.

La question de la réconciliation universelle

Les universalistes ont regardé des textes comme Colossiens 1:20 et Éphésiens 1:10 (cf. 2Corinthiens 5:19) en se demandant si la Bible elle-même ne nous amènerait pas à conclure que chaque individu, sans exception, à la fin, sera pardonné par Dieu et recevra la vie éternelle, y compris ceux qui, même s'ils ne sont pas sauvés rendus au jugement dernier, seront finalement tous sauvés par la suite. Après avoir subi la seconde mort et le jugement et passé un temps dans les feux de l'enfer, ils entreront dans la nouvelle création. Dans Evangelical Universalist Gregory MacDonald (Robin Parry) décrit l'importance de la théologie de Colossiens pour l'universalisme:
"... L'enseignement de Paul en Colossiens sur le Christ, le cosmos, et l'église ... montre comment les structures principales de ma proposition pour une tournure universaliste à la théologie biblique se tiennent ensemble.» (P. 41)
La première étape effectuée par MacDonald lors de l'utilisation de Colossiens 1:20 qui sert de base à l'universalisme est d'associer le salut à la «réconciliation» universelle qui y est décrite. Dans une section intitulée «rédemption», il affirme:
«... La croix est également clairement définie comme un moyen de salut dans Col.2:15 où Christ dépouille les autorités hostiles de leur pouvoir, ouvrant ainsi le chemin pour le salut ... La chose suivante à noter à propos du salut c'est qu'il s'étend à la largeur de la création ... »(p. 13).
MacDonald croit que la réconciliation universelle décrite est une quête de la paix pour rétablir l'harmonie de la création originale. Mais il oublie de considérer que la création originale décrite comme bonne dans la Genèse 2 contenait une séparation nette entre la lumière et les ténèbres, et entre ce qui était bien et le mal. Satan existe dans l'ordre de la création de Dieu, prêt à tenter Eve pour qu'elle désobéisse à la Parole de Dieu, à une époque où la création pouvait encore être décrite comme «très bonne». Que signifierait une restauration à l'harmonie de la création originale sinon un retour à la division claire entre la lumière et les ténèbres, et entre ce qui est très bon et ce qui est mal et externe à la création bénie de Dieu? MacDonald veut que nous faire croire que la réconciliation universelle est synonyme de salut universel, en se basant premièrement sur l'utilisation du mot grec rendu ici par «réconciliation». Il est utilisé seulement en deux autres endroits: à part Col.1:20, il est également utilisé dans Colossiens 1:22 où Dieu réconcilie les croyants avec Dieu par la mort de Christ, pour apporter une fin à l'accusation contre eux; et dans Ephésiens 2:16 où Dieu réconcilie ensemble les croyants Juifs et Gentils, les deux par la mort de Christ, pour mettre fin à l'hostilité entre eux.

La première utilisation du mot grec dans Colossiens 1:20 est suivie par Colossiens 1:22 où il se réfère à la suppression de l'accusation découlant du péché . La troisième utilisation dans Ephésiens 2:16 se réfère à l'élimination de l'hostilité découlant de la loi . Après avoir abordé la façon dont le Christ a traité avec le péché et la loi, il n'est pas surprenant que Paul va aussi parler de la façon dont Dieu s'est pris pour traiter du pouvoir de Satan sur les gens. Pour obtenir une réconciliation des éléments pervers dans la création, si nous nous référons à une restauration de l'harmonie qui existait au début dans Genèse 2, il faudrait que les mauvais éléments soient dépouillés de leur pouvoir sur les hommes et donc soient exclus de la domination sur la bonne création de Dieu. Et c'est exactement ce que nous avons décrit dans Colossiens 2:15:

«il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix..»

N'est-ce pas ramener le mal à nouveau sous la domination de Dieu par l'intermédiaire de l'autorité du nouvel Adam (Christ), n'est-ce pas là le sens de la réconciliation? Mais au lieu de cela, MacDonald se sent à l'aise de déduire que la «réconciliation» utilisée dans Colossiens 1:20 doit être «relationnelle» :
"... Le verbe « réconcilier » présuppose une sorte de rupture dans une relation qui est ensuite réparée. La relation endommagée, dit Paul, entre Dieu et une création déchue est restaurée dans le Christ ". Mais nous ne voyons nulle part dans Colossiens des preuves pour conclure que la réconciliation doit impliquer le genre de relation heureuse que MacDonald implique ici. Certes, quand cela concerne des croyants dans Colossiens 1:22 et Éphésiens 2:16 nous voyons une «réparation» relationnelle attribuée à la «réconciliation».
Mais cela ne décrit pas le genre de réparation relationnelle intentée par MacDonald lorsque Paul dans Colossiens décrit l'effet de la mort et de la résurrection du Christ sur ​​les mauvaises «dominations et les autorités» dans les lieux célestes. Colossiens nous offre une description sur la façon que les mauvais éléments dans la création ont été affectés par la réconciliation: Tout d'abord, le Christ est désormais le "chef de toute domination et de l'autorité» (Col 2:10). Et d'autre part, «Il a dépouillé les dominations et les autorités ... en triomphant d'elles» (Col 2:15).

Mais ce qui est étonnant, c'est que MacDonald n'examine pas Colossiens 2:15 dans le contexte de son contexte de Colossiens 2:9-15. La description du Christ comme «chef de toute domination et de toute autorité» dans Colossiens 2:10 est importante, mais complètement ratée par MacDonald.

Dans le premier «hymne» de Colossiens 1:15-20, bien que le Christ y est décrit comme le créateur de toutes «les dominations et les autorités »(Col 1,16), à ce moment-là, il n'est pas encore leur chef. Mais dans Colossiens 2:9-15 Paul va plus loin en décrivant maintenant le Christ comme «chef de toute domination et de l'autorité» avant de déclarer qu'«il a dépouillé les dominations et les autorités et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.» ( Col 2:15). C'est parce que Christ a été nommé «chef de toute domination et de l'autorité" par sa résurrection d'entre les morts. Ceci est enseigné de façon plus détaillée dans Ephésiens 1:20-23, qui décrit le Christ:

Éphésiens 1 :20 Qu’il a effectuée en Christ, quand il l’a ressuscité des morts, et l’a fait asseoir à sa main droite dans les lieux célestes, 21 Bien au-dessus de toute principauté, et pouvoir, et puissance, et domination, et de tout nom qui est nommé, non seulement dans ce monde, mais aussi dans celui qui est à venir. 22 Et il a mis toutes choses sous ses pieds, et l’a donné pour être la tête sur toutes choses à l’église, 23 Qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. (KJV français)

Voilà comment Paul conçoit la réconciliation de "toutes choses" avec Dieu, marquée par la résurrection du Christ, parce qu'il dit ceci après sa résurrection : Dieu "a tout mis sous ses pieds et lui a donné d'être le chef sur toutes choses". Si toutes «les dominations et les autorités» - y compris les ennemis de Dieu - ne sont pas sous la direction de Christ l'homme avant sa résurrection, ils le deviennent à nouveau quand ils sont réconciliés avec Dieu en étant ramenés à nouveau sous la chefferie à la fois de Dieu et d'un homme (un «Adam»).

Telle est la promesse de Genèse 3:15:

«Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité; celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon ».

En fait, le Nouveau Testament enseigne partout la notion suivante; à savoir que par la résurrection du Christ, toutes choses ont été de nouveau placées sous les pieds à la fois de leur créateur et d'un homme comme chef désigné (en termes d'autorité). Au retour de Jésus, la soumission deviendra effective dans son état final (Ep.1:20-23, 1Co.15:20-28, Hé.10:12-13). Voilà en quoi consiste la réconciliation, elle n'implique pas nécessairement le salut. En fait, jusqu'à présent certains viennent volontairement se soumettre à Christ comme Seigneur. Les autres seront amenés involontairement à confesser sa seigneurie sous l'effet de sa puissance irrésistible.

À propos de la réconciliation n'impliquant pas nécessairement le salut, nous aussi, de nos jours, utilisons ce terme pour une foule d'associations et de connotations, par exemple en comptabilité et en droit. Mais MacDonald dit:
"Cette réconciliation devrait être considérée en termes de salut parce qu'elle est soulignée dans le poème, on développe la notion de concilier toutes choses en termes de paix par le sang de sa croix.» (P. 46)
C'est inévitablement une fausse conclusion. La paix de Dieu n'est jamais survenue dans l'histoire biblique par une victoire impliquant le salut universel. Tout comme la paix apportée par l'ascension de David pour être roi dans le pays fut le résultant d'une défaite complète de ses ennemis s'opposant à son règne, de même la paix faite par le sang de la croix de Christ est l'effet de son ascension à la position suprême de la royauté sur les éléments pervers dans la création, dont la défaite totale a mis un terme à leur pouvoir qui avait permis à leur tyrannie de régner.

À travers le Nouveau Testament, nous voyons la paix établie suite à la victoire de Dieu sur le mal, non pas suite au salut des méchants. Romains 16:20 est un exemple saisissant:

«Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds. La grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec vous ". (Ro 16:20)

Il est le Dieu de paix qui écrasera Satan et ses disciples pour toujours, assurant ainsi la paix parfaite et permanente, et comme la conquête de jadis par les troupes de Josué, Dieu prévoit d'écraser Satan sous les pieds (de son Eglise).

L'universalisme de Colossiens

Colossiens 1:20 affirme certainement que par la croix, Dieu était pour «réconcilier avec lui-même toutes les choses, que ce soit sur ​​terre ou dans les cieux». Si quelqu'un pensait que la victoire du Christ limitée à seulement son peuple, l'apôtre Paul nous oblige à «réfléchir à nouveau». Le champ d'application de Colossiens 1:20 dépasse clairement le peuple de Christ; Paul parle au passé d'une réconciliation aux proportions absolument universelles qui a été effectuée par la croix de Christ: que ce soient les mers ou les étoiles, les anges ou les démons, toutes les créatures et la somme de tout le cosmos lui-même, tout cela a été «réconcilié» avec Dieu par Christ qui a fait la «paix» par le sang de sa croix. Et sa contrepartie, Ephésiens 1:10 correspond certainement à cette grande portée avec l'affirmation que le plan de Dieu est d'accomplir dans la plénitude des temps une unification de «toutes choses en lui» , y compris toute la création et l'ensemble de son contenu:. « toutes choses dans le ciel et toutes choses sur la terre »(Ep 1:10)

Alors, que faisons-nous de versets comme celui-ci contre la toile de fond de la doctrine biblique de l'enfer et la punition éternelle? Comment se peut-il si la Bible parle de «toutes choses» réconciliées avec Dieu, que, traditionnellement, l'église ait maintenu tout au long de l'histoire que «certaines choses» ne seront jamais - même à la fin - «réconciliées» avec Dieu? (Tels que les gens incrédules, le diable et ses anges) La doctrine de l'enfer éternel et de la punition éternelle semble être en conflit ici avec des textes qui enseignent qu'absolument tout a été réconcilié avec Dieu et sera finalement uni dans le Christ Peut-être le chose la plus importante de cette analyse est de constater que Colossiens 1:20 parle au passé. Il s'agit d'une caractéristique essentielle que MacDonald contourne habilement. Quoi que ce soit d'intenté par Paul quand il écrivit que «par [Christ, Dieu ] a réconcilié toutes choses avec lui-même, que ce soit sur ​​terre ou dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix» (Col 1:20), on doit comprendre que cela est déjà arrivé: bien que le mal existe encore, bien que Satan continue à haïr Dieu et son peuple, et bien que beaucoup de gens continuent à rejeter le Christ, il reste vrai que, depuis la résurrection du Christ d'entre les morts, Dieu a par lui réconcilié «toutes» les choses en faisant la «paix». L'évidence est présente dans Colossiens pour comprendre cela. Lorsque toutes les données sont considérées, comme brièvement décrites ci-dessus, la réconciliation par Dieu de toutes choses avec lui à travers Christ doit impliquer l'installation de l'homme Jésus-Christ comme la tête de toute la création. Ce fût l'intention originelle de Dieu pour le premier homme, Adam. Et dans ce sens, avec le Christ en tant que «chef de toute domination et de l'autorité» (Col 2:10), sa résurrection a réconcilié toutes choses à Dieu. Et ce qui est présent là dans Colossiens est développé plus en détail inévitablement dans la description d'Ephésiens 1:20-23 sur le Christ:

Eph 1:20 Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, 21 au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. 22 Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, 23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

Réconciliation universelle dans le Nouveau Testament

Ce que nous voyons de Paul dans Colossiens et Ephésiens est décrit aussi par l'apôtre dans 1Corinthiens 15:24-28:

1Co 15:24 Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à Dieu le Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. 25 Car il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. 26 Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort. 27 Car «Dieu a mis toutes choses sous ses pieds." Mais quand il dit, «toutes choses lui a été soumis," il est clair qu'il est exclu qui a mis toutes choses sous lui. 28 Lorsque toutes choses lui sont soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui a mis toutes choses sous lui, afin que Dieu soit tout en tous.

Que Dieu soit «tout en tous»; c'est la réconciliation. Mais comment est-ce réalisé dans 1 Corinthiens 15:24-28? Cela se produit par «soumission». C'est le langage de la guerre; guerre de la victoire; le langage du Livre de l'Apocalypse aussi: "il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds". Dans l'accomplissement de sa parole dans Genèse 3:15 au Serpent », celle-ci t'écrasera la tête." Que Dieu remplit désormais «tout en tous», c'est ce qu'Ephésiens 1:23 décrit. Mais comment cela fut-il accompli par Dieu? C'est aussi après la résurrection du Christ, quand "il a mis toutes choses sous ses pieds et lui a donné pour chef sur toutes choses ...» (Ep 1,22).

«Christ est tout et en tous» (Col 3:11 ) est aussi le message de Colossiens. Et encore une fois aussi, dans la théologie de Colossiens « Christ comme tout » se réalise dans le livre de Colossiens par l'ascension de Christ au poste de chef suprême de toutes choses, pour être le souverain des souverains, et l'autorité de toutes les autorités. Contrastez et comparez:

Col 1:19 Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui ; 20 il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.

Col.2 : 9 Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. 10 Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité.

En mettant toutes choses sous ses pieds, Dieu a ramené toute la création à lui-même comme souverain légitime. Qu'est-ce que la réconciliation avec Dieu signifie sinon "ramener à Dieu»? MacDonald parle de l'exigence «relationnelle» de la «réconciliation». Mais quel rapport toute la création entretenait-elle avec Dieu au commencement sinon un rapport de sujétion? Comme le dit

Hébreux 2:8 Tu as mis toutes choses sous ses pieds. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui ne lui fût soumis.

Si ce n'est pas la réconciliation universelle de Dieu avec toutes choses revenues à leur juste relation à lui, alors rien ne l'est.
Le prédicateur Jimmy Swaggart va dans le même sens en expliquant ainsi Col.1:20 dans son commentaire biblique sur Colossiens:
«Le Père veut que toute plénitude habite en Christ ; Il veut aussi réconcilier toutes choses avec Lui-même à travers Christ. Le sens fondamental de "réconcilier" est de "changer" de l'inimitié à l'amitié, il suggère que cela a pour effet d'amener l'homme à se soumettre et être en harmonie avec Dieu (Ro.5:10-11, 2Co.5:19-20, Ep.2:14-15).

Comme cela touche la réconciliation de toutes choses, on doit faire attention de ne pas interpréter cela d'une telle manière que cela contredira l'enseignement clair des autres passages bibliques. Reconnaissons-le, l'affirmation semble indiquer, en surface, qu'éventuellement toutes choses seront amenées dans une relation salvifique avec Dieu. Un tel universalisme, cependant, est contraire aux autres passages qui affirment qu'à part une confiance personnelle en Christ, il n'y a pas de salut. En fait, notre Seigneur parle des impénitents comme allant dans la "punition éternelle" (Mt.25:46).

Nous devrions, par conséquent, comprendre cette affirmation donnée par Paul d'être en référence avec les choses dont il parle - c'est-à-dire toutes choses seront éventuellement soumises décisivement à la volonté de Dieu et servira Ses plans. En fait, Paul dit ces choses même dans 1Corinthiens 15:24-28,» P.142

«Tout d'abord, cela veut dire que tout l'univers, tant matériel que spirituel, sera ultimement restauré en harmonie avec Dieu. Paul en parle dans 1Corinthiens 15. Cependant, comme nous l'avons déjà mentionné, nous devons faire attention ici de nous rappeler que quand Paul écrit "toutes choses", il n'incluait pas les perdus dans l'éternité. Toute portion de l'Écriture doit être considérée à la lumière de ce que le reste des Écritures enseignent. Paul veut dire que toute rébellion sera ultimement écrasée "afin que Dieu soit tout en tous" (1Co.15:24-28). Ce temps s'en vient aussi sûrement que vous êtes en train de lire ces paroles.
P.147»
Dieu a un plan et personne ne peut lui faire changer d'idée (Es.14:24) et personne ne pourra empêcher son plan de s'accomplir (Ps.115:3). Nous sommes des spécialistes pour embrouiller le plan de Dieu (Job 38:-13, 42:1-3) en interprétant mal ce que disent les Écritures (2Pi.3:15-16) !

Job 38:1 L’Eternel répondit à Job du milieu de la tempête et dit: 2 Qui est celui qui obscurcit mes desseins par des discours sans intelligence ? 3 Ceins tes reins comme un vaillant homme ; Je t’interrogerai, et tu m’instruiras.

Job 42:1 Job répondit à l’Eternel et dit: 2 Je reconnais que tu peux tout, et que rien ne s’oppose à tes pensées. 3 Quel est celui qui a la folie d’obscurcir mes desseins ? — Oui, j’ai parlé, sans les comprendre, de merveilles qui me dépassent et que je ne conçois pas.

2Pierre 3:15 Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. 16 C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Ecritures, pour leur propre ruine.

Job 9:10 Il fait des choses grandes et insondables, des merveilles sans nombre. 11 Voici, il passe près de moi, et je ne le vois pas, il s’en va, et je ne l’aperçois pas. 12 S’il enlève, qui s’y opposera ? Qui lui dira : Que fais-tu ?

Ésaïe 14:24 L’Eternel des armées l’a juré, en disant : oui, ce que j’ai décidé arrivera, ce que j’ai résolu s’accomplira.

Ésaïe 46:9 Je suis Dieu, et nul n’est semblable à moi. 10 J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, et longtemps d’avance ce qui n’est pas encore accompli ; Je dis : mes arrêts subsisteront, et j’exécuterai toute ma volonté.

Psaume 115:3 Notre Dieu est au ciel, il fait tout ce qu’il veut.

Alors notre Dieu est au ciel et il fait tout ce qu'il veut, Ps.115:3. Mais que veut-il ? Veut-il que la majorité de sa création passe l'éternité à souffrir horriblement ou veut-il que tous soient réconciliés, sauvés et réunis sous la seigneurie de Jésus-Christ ? - Lire 1Ti.2:4, 2Pi.3:9 - Établissons donc clairement sa volonté car Dieu va exécuter sa volonté, ce qu'il a décidé s'accomplira, qui pourrait s'opposer et lui dire : "que fais-tu là" (Job 9:12) ?

Oui, Dieu fait des choses grandes et insondables pour l'esprit humain, mais nous avons maintenant l'Esprit de Christ en nous qui sonde les profondeurs de Dieu (1Co.2:10). La volonté de Dieu est bonne, agréable et parfaite et Dieu veut que sa volonté se réalise alors puisque Dieu veut que tout le monde soit sauvé, alors tout le monde sera sauvé, non ? Non ! Pourquoi ? Parce Dieu nous a faits à son image avec cette même capacité déterminer ce que nous voulons. C'est ce qu'on appelle la liberté de choix. Tout le long des Écritures, Dieu appelle l'homme à se soumettre volontairement à sa volonté pour se conformer à son plan, certains acceptent et sont sauvés en accord avec la volonté de Dieu (1Ti.2:4) mais la majorité décide de continuer à faire selon leur propre volonté émanant de leur coeur tortueux et méchant par-dessus (Jé.17:9) tout au point d'annuler le plan de Dieu pour leur vie (Luc 7:30).

Alors oui, Dieu fait tout ce qu'il veut, il veut qu'on l'aime librement, l'amour n'est possible que dans la liberté, on ne peut pas contraindre quelqu'un à aimer. Dieu a donc laissé à l'homme le choix de l'aimer et lui obéir, le choix d'entrer ou non en relation avec lui. Il peut obliger l'homme à se soumettre mais il ne peut pas l'obliger à l'aimer. Au jugement dernier, tout genou pliera devant Jésus mais il n'est pas écrit que tout être l'aimera. Ceux qui l'auront aimé pendant leur vie terrestre en lui faisant confiance pour leur salut et en lui obéissant seront admis en sa présence tandis que ceux qui l'auront méprisé en refusant ses preuves d'amour seront jetés en dehors de sa présence.

Pour ceux qui trouvent cela trop dur, méditez ce qui suit.

Qui d'entre nous accepterait de cohabiter avec quelqu'un qui rendrait notre maison chaotique parce qu'il ne ferait aucun cas de ce qui nous tient à coeur ? Ce serait très pénible autant pour le colocataire que pour nous ! Et pourtant les universalistes espèrent que Dieu acceptera en sa présence tout le monde. Ils espèrent que finalement les méchants changeront leur coeur après le jugement dernier alors qu'ils auront démontré toute leur vie sur terre que leur coeur mauvais et incrédule ne voulait rien savoir de faire la volonté de Dieu et n'éprouvait aucun amour pour lui. Pas très réaliste et surtout pas écrit dans la Parole de Dieu.

Conclusion

Résumons le plan de Dieu pour l'être humain

La Mauvaise Nouvelle :

Romains 11:32 a) Car Dieu a renfermé tous les hommes dans la désobéissance...

Nous sommes tous coupables puisque nous avons tous enfreint la loi de Dieu de bien des manières (Ro.3:10, Ja.2:10), si nous disons le contraire, nous ne faisons que rajouter une faute de plus ; le mensonge ! (1Jn.1:8)

La Bonne Nouvelle :

Romains 11:32 b) ... pour faire miséricorde à tous.

Dieu a choisi gracieusement de nous offrir à TOUS un moyen d'être pardonnés plutôt que condamnés. C'est à nous maintenant de prendre la décision de délaisser notre manière de vivre égocentrique (repentance Ac.3:19) et obéir au Seigneur Jésus-Christ (conversion Ac.2:38) en croyant que Jésus a subi à notre place la condamnation que nous méritions (substitution Ro.5:8, 8:1).

Dieu ne pense vraiment pas comme l'homme naturel (Es.55:8). Sans une révélation divine (Ep.1:17-18, 1Co.2:16), l'homme est naturellement incapable de concevoir comment Dieu peut être glorifié en faisant périr la grande majorité de ses créatures faites à son image (Ex.15:1, Mt.7:13-14) qui vont ensuite passer l'éternité dans les souffrances (Ap.14:9-11, 20:15).

Devant une perspective si sombre, l'homme naturel est au mieux confus ou au pire scandalisé (Ro.9:19).

Considérant le plan de Dieu de faire grâce aux humbles et résister aux orgueilleux (Ja.4:6), Jésus a même tressailli de joie par le Saint-Esprit et s'est mis à louer Dieu (Luc 10:21) comme le fera un jour toute la création (Ap.5:13) quand elle fléchira les genoux devant le Seigneur Jésus-Christ (Ph.2:11, Ro.14:11). Toute opposition sera anéantie (1Co.15:24-28) et tout sera ramené comme avant la Chute, ce sera à nouveau le paradis sur terre pour les élus (Ap.22).

Oui, Dieu est amour (1Jn.4:18)

Et en voici la preuve :

Ce n'est pas parce qu'il va sauver tout le monde malgré eux car il ne tient pas le coupable pour innocent (Ex.34:7), mais parce qu'il a donné ce qu'il avait de plus précieux à ceux qui le méritaient le moins :

Romains 5: 6 Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. 7 A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. 8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.

Voici quelques autres versets cités dans la conclusion.

Ésaïe 55:8 Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l’Eternel. 9 Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées.

Mt.7:13 Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. 14 Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.

Luc 10 :21 En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint-Esprit, et il dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.

Ep.1:16 je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières, 17 afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, 18 et qu’il illumine les yeux de votre cœur,

1Co.2:16 Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ.

Apocalypse 5:13 Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s’y trouve, je les entendis qui disaient : A celui qui est assis sur le trône, et à l’agneau, soient la louange, l’honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles !

Ro.9 :19 Tu me diras : Pourquoi blâme-t-il encore ? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté ? 20 O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu ?

Ap.14 :9 Et un autre, un troisième ange les suivit, en disant d’une voix forte: Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, 10 il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’agneau. 11 Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles ; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom.

Ap.20 : 15 Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu.










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes vendredi 20 janvier 2017