L’élection ne mène pas au fatalisme

“Si le décret de l’élection est immuable et s’il rend par conséquent le salut entièrement certain, quel besoin les élus ont-ils de l’Évangile?”

C’est la façon dont R.B. Kuiper a formulé la question qui a souvent été posée au sujet du rapport entre l’élection et l’évangélisation. Plus carrément, on pourrait demander: “Croire en l’élection ne rend-il pas l’évangélisation inutile?”
L’élection ne mène pas au fatalisme et n’est pas « mécanique » Dans un système fataliste, notre humanité serait détruite puisque nos choix n’auraient aucune incidence sur les événements.

• L’élection ne mène pas au fatalisme puisque nous avons déjà démontré, par la concurrence, que Dieu agit en même temps que nous sur les événements.

• Dieu se sert de nous pour accomplir sa volonté et nos actions ont un réel impact sur le cours des événements.

• Dieu se sert aussi de nous dans son dessein d’élection puisque nous avons la responsabilité de prêcher pour que les élus puissent obtenir le salut. (2 Tim 2.10)

• Nous sommes donc concurrents avec Dieu dans son oeuvre. On est loin du fatalisme.

Dans un système « mécanique », on imagine un univers impersonnel dans lequel les événements arrivent, provoqué, par une « force » impersonnelle qui détermine le rythme et l’ordre des choses depuis toujours.

• Dans ce monde, les êtres humains sont plus comme des robots, sans réel impact sur les événements, qui sont plutôt prédéterminés par des lois cosmiques.

• Au contraire, la Bible nous présente un Dieu personnel en relation avec des créatures personnelles.

… nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté. Ép.1:5



Extrait traduit et adapté librement du chapitre 32 du livre « Systematic Theology, An Introduction to Biblical Doctrine », Wayne Grudem, Ed. Zondervan, Grand Rapids, Michigan, 1994. Les textes bibliques cités sont tirés de la version SER (Segond Édition Révisée) à moins d’une note contraire.

Commentaire personnel

Ce serait une bien maigre consolation de participer au salut des élus si vraiment c'était déterminé d'avance par Dieu qui serait sauvé et qui serait perdu. Cela nous garde du fatalisme mais laisse quand même un malaise. Je pense plutôt que comme Dieu a tant aimé le monde (pas seulement les élus), il a offert à tous la possibilité d'accéder à la vie éternelle par la foi en Jésus et qu'il est franchement déçu quand les gens choisissent de le rejeter.






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mardi 11 décembre 2018