Le sens du mot "aiôn" dans la Bible


Le problème majeur qui se pose avec la position universaliste c'est bien entendu tous ces endroits où l'on parle dans nos Bibles françaises d'éternité. Il faut maintenant s'attarder aux termes "aiôn" et "aiônos". Tertullien fut le premier à les traduire en latin par "aeternus", terme repris ensuite par Jérôme dans sa traduction de la Vulgate qui a tant influencé notre culture ce qui fait qu'on retrouve souvent les termes "éternité" et "éternel" en français pour traduire les termes grecs "aiôn" et "aiônos" de même que "olam" en hébreu.

Une simple recherche avec les codes Strong associés aux mots grecs de la Bible montre que le mot grec "aiôn" est traduit de plusieurs manières selon le contexte. Dans la Bible Segond, on le traduit par "siècle, monde, à jamais, toujours, éternellement, éternité, tous âges, tout temps". Ce n'est pas un cas unique, plusieurs mots demandent d'être étudiés dans leur contexte avant de les traduire.

Le choix de traduction dépendra aussi des convictions théologiques des traducteurs et sont par conséquent remis en question par ceux qui divergent d'opinion. Par exemple, ceux qui croient que l'enfer est éternel traduiront Matthieur 25:46 "apeleusontai outoi eis kolasis aiônon" par "ceux-ci iront dans le tourment éternel" tandis que ceux qui croient que l'enfer est un lieu temporaire de purification traduiront ce même passage par "ceux-ci iront dans le tourment éonien" qu'ils comprennent comme durant un temps indéfini sans être nécessairement éternel.

Les deux sens sont possibles car il y a plusieurs occasions où le mot "aiôn" désigne une période de temps.

Le terme "aiôn" apparaît 128 fois dans le Nouveau Testament, il correspond au terme hébreu "olam" comme le confirme la version grecque LXX de l'Ancien Testament. Comme "olam" (Ge.6:3-4), "aiôn" définit une période de temps indéterminée mais généralement longue, voire éternelle.

Genèse 6:3 Alors l’Eternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours (olam) dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. Genèse 6:4 Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants : ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité (olam).

Le verset 3 est mal traduit, l'esprit ne restait pas à toujours dans l'homme, leur vie se terminait avant mille ans. De même, les héros de l'antiquité ne vécurent pas dans l'éternité !

Michée 5:2 Et toi, Bethléhem Ephrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël, et dont l’origine remonte aux temps anciens, aux jours de l’éternité.

Ce passage montre bien que "olam" ne signifie pas "éternité" puisqu'il est question d'origine et qu'il est mis en parallèle avec "temps anciens" (qedem). Voici juste quelques exemples où on parle des temps anciens. Dans le verset suivant ce sont les collines et les sentiers qui sont "olam", en parallèle avec les montagnes qui sont éternelles "'ad".

Habakuk 3:6 Il s’arrête, et de l’oeil il mesure la terre; Il regarde, et il fait trembler les nations; Les montagnes éternelles ('ad) se brisent, Les collines antiques (olam) s’abaissent; Les sentiers d’autrefois (olam) s’ouvrent devant lui.

Psaumes 77:5 Je pense aux jours anciens (qedem), aux années d’autrefois.

Psaumes 77:11 Je rappellerai les œuvres de l’Eternel, car je me souviens de tes merveilles d’autrefois (qedem);

Psaumes 78:2 J’ouvre la bouche par des sentences, je publie la sagesse des temps anciens (qedem).

Psaumes 119:152 Dès longtemps (qedem) je sais par tes préceptes que tu les as établis pour toujours.

Psaumes 139:5 Tu m’entoures par derrière et par devant (qedem), et tu mets ta main sur moi.

Si "qedem" (les temps anciens) désigne une période de temps limité, il en est de même aussi avec «olam» qui est employé en parallèle pour souligner la même réalité.

Il ne faut pas appliquer le concept latin d'éternité au concept sémite d'olam qui parle d'un temps long mais indéfini sinon on se retrouve avec des incohérences comme dans Jérémie 25.

Jé.25:5 quand ils disaient: Abandonnez donc chacun votre mauvaise voie et vos mauvaises actions, et vous resterez dans le pays que Dieu vous a donné à vous et à vos ancêtres, d’éternité en éternité;

Vous avez bien lu en français « habiter en Israël d'éternité en éternité »

Jé.25:9 j’enverrai chercher tous les peuples du septentrion, dit l’Eternel, et j’enverrai auprès de Nebucadnetsar, roi de Babylone, mon serviteur; je le ferai venir contre ce pays et contre ses habitants, et contre toutes ces nations à l’entour, afin de les dévouer par interdit, et d’en faire un objet de désolation et de moquerie, des ruines éternelles.

Ici on lit que les ruines de Jérusalem seront éternelles.

Jé.25:11 Tout ce pays deviendra une ruine, un désert, et ces nations seront asservies au roi de Babylone pendant soixante-dix ans.

Enfin on lit que ces ruines éternelles dureront 70 ans, tu parles d'une éternité !!!

Manifestement, le mot hébreu «olam» traduit par «éternité» en français n'a pas le même sens qu'on lui donne en français sinon on devrait faire de Dieu un menteur. Alors, que penser de l'usage du mot «éternité» ailleurs dans les Écritures ?

Revenons maintenant à "aiôn". Quand les auteurs emploie l'expresion "aux siècles des siècles", cela signifie littéralement que cela sera valable pour plusieurs longues périodes successives. C'est une indication que cela durerait un bon bout de temps, par exemple le faux prophète et la bête y seront déjà depuis mille ans quand Satan ira les rejoindre (Ap.19:20 et 20:10), la plupart des chrétiens en déduisent cette expression comme une indication que cela durera éternellement. Par exemple, Dieu est le roi de tous les siècles (1Ti.1:17), de toutes les périodes qui se succèdent depuis le début de la création et quand Jésus aura soumis tous ses ennemis sous ses pieds, tout genou fléchira devant lui et tous le reconnaîtront comme Seigneur (1Co.15:-27-28, Ph.2:9-11), cela ne changera jamais, le plan de Dieu aura atteint sa finalité alors.

Apocalypse 19:20 Et la bête fut prise, et avec elle le faux prophète, qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient pris la marque de la bête et adoré son image. Ils furent tous les deux jetés vivants dans l’étang ardent de feu et de soufre.

Apocalypse 20:7 Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. 8 Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre ; leur nombre est comme le sable de la mer. 9 Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel, et les dévora. 10 Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.

1Timothée 1:17 Au roi des siècles (aiôn), immortel, invisible, seul Dieu, soient honneur et gloire, aux siècles (aiôn) des siècles (aiôn) ! Amen !

Matthieu 6:13 ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles (aiôn), le règne, la puissance et la gloire. Amen !

Apocalypse 11:15 Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient : Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; et il régnera aux siècles (aiôn) des siècles.

Philippiens 2:9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, 10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, 11 et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

On s'entend tous pour dire que la gloire, l'honneur et le règne appartiennent au Père et au Fils éternellement, cela est vrai pour ce siècle, pour toutes les autres époques qui suivront. Regardons maintenant des passages où "aiôn" est au singulier (il était au pluriel dans les citations précédentes, ce qui signifiait évidemment qu'il s'agissait de plusieurs époques), "aiôn" décrit alors une seule période de temps indéterminée avec une fin.

Matthieu 24:3 Il s’assit sur la montagne des oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question : Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde (aiôn) ?

Si Segond avait été conséquent avec sa traduction de traduire "aiôn", il aurait écrit "la fin de l'éternité" ou encore "la fin du siècle" ou mieux encore "la fin de cette époque". C'est une mauvaise décision de la Bible Segond de traduire "aiôn" par "monde" dans ce passage ainsi que dans Mt.13:39,40,49, 28:20. Louis Segond aurait dû réserver le mot français "monde" pour traduire le mot grec "kosmos" qui a déjà plus d'un sens (l'humanité en général - Jn.3:16 ou le système corrompu - 1Jn.2:15). Dans Mt.24:3, il est plutôt question de la fin de ce siècle, non pas un siècle couvrant une période fixe de 100 ans comme on le comprend maintenant dans notre pensée moderne, mais ce siècle dans le sens d'une époque, d'un âge d'une durée indéterminée mais assurément temporaire. Le retour de Jésus marquera la fin non pas du monde mais de l'époque où nous vivons, que la Bible appelle ailleurs le temps des nations (Ezéchiel 30:3, Luc 21:24).

Ephésiens 1:20 Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, 21 au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle (aiôn) présent, mais encore dans le siècle à venir.

Matthieu 12:32 Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle (aiôn) ni dans le siècle à venir.

Matthieu 13:22 Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle (aiôn) et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse.

Voici deux autres passages qui montrent sans contredit que l'adjectif "aiônon" ne peut pas être toujours traduit par "éternel".

Luc 16:8 Le maître loua l'économe infidèle de ce qu'il avait agi prudemment. Car les enfants de ce siècle (aiôn) sont plus prudents à l'égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière. 9 Et moi, je vous dis : Faites-vous des amis avec les richesses injustes, pour qu'ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels (aiônion), quand elles viendront à vous manquer.

Le tabernacle est une tente et c'est par définition un lieu temporaire contrairement à un édifice, comme quand Jean parle de la fête des Tabernacles (Jn.7:2) où les juifs habitaient pendant une semaine seulement sous des tentes. Sur la terre, le mot "éternel" ne va donc pas du tout avec le mot "tente" (c'est une autre histoire dans le ciel, cependant, comme on peut lire dans Ap.7:15,12:12, 13:6 et 21:3 où la tente est permanente). Quand on parle de l'incarnation de Jésus qui est venu séjourné temporairement sur la terre, on utilise le verbe "skenoô" du mot "tente" "skenos" ou "skene". Jean a écrit que Jésus est venu tabernacler sur la terre (Jn.1:14).

La Traduction Parole de Vie tente de résoudre cette incohérence en plaçant ces tentes dans le ciel (comme la forme verbale est employée dans l'Apocalypse 7:15,12:12, 13:6 et 21:3), Elle a choisi de traduire que c'est Dieu lui-même qui va nous recevoir dans sa maison pour toujours, c'est une vérité, en effet, mais ce n'est pas ce que Jésus enseigne dans ce passage parce que le verbe "recevoir" est à la troisième personne du pluriel et Dieu est toujours au singulier quand on utilise le verbe grec pour le désigner.

Jean 1:14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité (skenoô) parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

Apocalypse 7:15 C’est pour cela qu’ils sont devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui est assis sur le trône dressera sa tente (skenoô) sur eux ;

Apocalypse 12:12 C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez (skenoô) dans les cieux. Malheur à la terre et à la mer ! car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps.

Apocalypse 13:6 Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent (skenoô) dans le ciel.

Apocalypse 21:3 Et j’entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera (skenoô) avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.

Luc 16:9 Jésus ajoute : « Et moi, je vous dis : Faites-vous des amis avec l'argent trompeur ! Ainsi, quand l'argent n'existera plus, Dieu vous recevra dans sa maison (skene) pour toujours. (Parole de Vie)

La vie dans notre corps de chair est temporaire, c'est pourquoi Paul prend l'image de la tente. Paul la met en contraste avec le domicile céleste où on aura notre corps glorifié (2Co.5:1-10).

2Corinthiens 5:1 Nous savons, en effet, que, si cette tente où nous habitons sur la terre est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle (aiônion) qui n’a pas été faite de main d’homme. 2 Aussi nous gémissons dans cette tente, désirant revêtir notre domicile céleste,

Alors quand Jésus parle de tabernacles - mot qui, rappelons-le, signifie tente - il ne parle pas de tentes éternelles car cela fait référence encore à ce qui se passe sur la terre où les ressources peuvent venir à nous manquer. En effet, comment les ressources pourraient venir à nous manquer au ciel ??? Quand nous aurons notre corps glorifié, notre domicile éternel et céleste, les ressources ne nous manqueront plus jamais, nous aurons notre propre domicile (Jn.14:3, 2Co.5:2), nous n'aurons pas besoin d'être reçus dans les demeures éternelles des autres. De même Jésus ne dit pas que les "amis" en question sont tous des chrétiens alors il se peut bien que ces amis ne soient même pas au ciel quand nous y serons. Les tabernacles dont parle Jésus ne sont pas donc éternels. La Bible Segond a mal traduit le mot "aiônon" en choisissant le mot "éternelles" alors que dans 2Co.5:2, il est bien traduit par "éternel", c'est vraiment le contexte qui doit dicter le choix de la traduction.

Pour en revenir à Luc 16:8, l'auditeur grec entend "les enfants de ce siècle" (aiôn) et entend ensuite des "tentes séculaires" (aiônion), il fait assurément le rapprochement entre le nom et l'adjectif du même mot.

Jésus encourage ses disciples à se faire des amis pour qu'ils soient secourus par eux en leur offrant l'hospitalité quand ils seront dans le besoin, il n'est pas plus question d'éternité dans ce passage que dans le passage suivant où Segond a traduit l'adjectif "aiônion" par "siècles". Le mystère de l'évangile a été caché pendant des siècles, mais il ne l'a pas été éternellement, il l'a juste été caché très longtemps puisque Paul l'a révélé dans ses épîtres.

Romains 16:25 A celui qui peut vous affermir selon mon Evangile et la prédication de Jésus-Christ, conformément à la révélation du mystère caché pendant des siècles (chronois aiôniois)

La version de la Bible de Jérusalem a bien traduit l'expression grecque « ap' aiônos » que d'autres traductions ont plus traduit par « de toute éternité » Dieu a fait connaître ses prophéties depuis des siècles concernant l'éventuelle conversion des païens, cela fait très longtemps que les juifs en entendent parler dans leurs synagogues.

Actes 15:15 Ce qui concorde avec les paroles des Prophètes, puisqu’il est écrit: 16 Après cela je reviendrai et je relèverai la tente de David qui était tombée, je relèverai ses ruines et je la redresserai, 17 afin que le reste des hommes cherchent le Seigneur, ainsi que toutes les nations qui ont été consacrées à mon Nom, dit le Seigneur qui fait 18 connaître ces choses depuis des siècles. 19 C’est pourquoi je juge, moi, qu’il ne faut pas tracasser ceux des païens qui se convertissent à Dieu. 20 Qu’on leur mande seulement de s’abstenir de ce qui a été souillé par les idoles, des unions illégitimes, des chairs étouffées et du sang. 21 Car depuis les temps anciens Moïse a dans chaque ville ses prédicateurs, qui le lisent dans les synagogues tous les jours de sabbat.

Aiôn peut désigner le passé comme le futur ; dans l'expression "apo tôn aiônôn" de Col.1:26, Segond traduit par "de tout temps", donc dans toutes les époques qui ont précédé tandis que dans Ep.3:21 Segond traduit "eis tou aiônou tôn aiônôn" : "aux siècles des siècles" alors que le premier siècle est au singulier dans le grec et serait mieux traduit par "dans cette époque et dans les époques qui suivront".

Col.1:26 le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints,

Ephésiens 21 à lui soit la gloire dans l’Eglise et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen !

2Timothée 1:8 Mais souffre avec moi pour l’Evangile, par la puissance de Dieu 9 qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels

Comment des temps pourraient-ils être éternels ? On voit bien que la traduction fait défaut de manière flagrante, ou bien c'est temporel ou bien c'est éternel. Si c'est éternel, cela ne peut être au pluriel puisque c'est éternel, les éternités ne peuvent se succéder, il ne peut y en avoir plus qu'une ! «Pro chroniôn aiônôn» (avant les temps éternels - Segond) serait mieux traduit "avant les périodes de temps anciens", le mot éternel n'a pas affaire avec le temps, ils sont incompatibles. D'ailleurs les langues originales de la Bible sont mieux traduites quand on évite les mots français "éternel" et "éternité" qui viennent du latin "aeternus". Voici un autre exemple avec la même expression «pro chroniôn aiônôn».

Tite 1:1 Paul, serviteur de Dieu, et apôtre de Jésus-Christ pour la foi des élus de Dieu et la connaissance de la vérité qui est selon la piété, 2 lesquelles reposent sur l’espérance de la vie éternelle (aiônon), promise dès les plus anciens temps «pro chroniôn aiônôn» par le Dieu qui ne ment point,

Vous voyez la différence de sens en français qui est absente dans le grec ? Jamais nous ne pourrions deviner que le même mot est employé deux fois par Paul. Le premier emploi de l'adjectif "aiônon" est traduit par "éternelle" tandis que le deuxième emploi dans la même phrase est traduit par "anciens" alors que Paul avait évidemment le même concept en tête pour les deux mots. Le premier "aiônon" parlait de la longue vie qui va suivre la période présente écourtée par le péché alors que le deuxième "aiônon" parlait des longues périodes de temps qui ont précédé la révélation du mystère de la croix.

Depuis Augustin, la pensée prévalente est de comprendre la vie "aiônon" comme étant la vie éternelle, sans fin. Nous avons déjà pleinement démontré que le sens premier du mot "aiônon" ne concerne pas la durée du temps comme nous sommes habitués de considérer le temps dans notre pensée occidentale. Voici comment nous devons comprendre l'usage de ce terme dans l'expression "zoè aiônon". La vie éonienne signifie venir en relation avec la personne qui EST la vie, Jésus. Nous jouissons dès maintenant de cette vie abondante, nous n'avons pas besoin d'attendre le siècle à venir ou encore l'"éternité" ! La vie éonienne c'est déjà à présent.

1Jean 5:13 Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous AVEZ la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu.

Vous avez déjà la vie éonienne, la vie abondante de ce siècle en Jésus et le reste des Écritures nous révèlent que nous continuerons à l'avoir aussi dans les périodes qui vont suivre celle-ci et que cela durera éternellement. La vie éonienne pointe plus vers la qualité de vie que la durée de vie même si on sait par des recoupements qu'elle n'aura pas de fin car il n'y a plus aucune condamnation pour ceux qui croient en Jésus (Ro.8:1). En croyant et nous soumettant à Jésus, nous pouvons déjà goûter aux bénédictions de cette vie abondante car la vie éonienne c'est de connaître Dieu et Jésus (Jean 17:3). La vie éonienne a plus rapport avec la connaissance divine que la durée - tout d'abord avec la qualité plutôt que la quantité ! Nous goûtons à la vie éonienne quand nous aimons Dieu et notre prochain (1Jn.3:14-15). C'est l'amour de Dieu qui donne à la vie éonienne sa qualité (Jn.3:16).

Jean 17:3 Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.

1Jean 3:14 Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. 15 Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui.

Si donc la vie éonienne est présente, le châtiment éonien concerne aussi tout d'abord le rejet loin de la présence divine. Quand Jésus reviendra, il châtiera les impies dans une flamme de feu, cela se produit à la fin de ce siècle, lors de son retour après les sept ans de la grande tribulation.

2Thessaloniciens 1:6 Car il est de la justice de Dieu de rendre l’affliction à ceux qui vous affligent, 7 et de vous donner, à vous qui êtes affligés, du repos avec nous, lorsque le Seigneur Jésus apparaîtra du ciel avec les anges de sa puissance, 8 au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de notre Seigneur Jésus. 9 Ils auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force,

Relisons le dernier verset avec le terme "aiônon" traduit selon la vision universaliste.

2Thessaloniciens 1:9 Ils auront pour châtiment une ruine durant cette période (le millénium), loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force,

Matthieu 25:46 Et ceux-ci iront au châtiment (kolasis) éternel, mais les justes à la vie éternelle. - Segond

Relisons aussi ce verset avec les termes "aiônon" traduit selon la vision universaliste.

Matthieu 25:46 Et ceux-ci iront au châtiment (kolasis) durant cette période (le millénium), mais les justes à la vie durant cette période (le millénium).

Le châtiment subi par le feu quand Jésus vient mettre un terme à la grande tribulation fait périr physiquement les rebelles qui s'opposeront à son retour. Ceux-ci devront attendre la deuxième résurrection après le millénium pour être punis selon leurs oeuvres.

Regardons maintenant Ap.19:2, un passage pertinent qui nous aide à saisir la portée de l'expression "aux siècles des siècles".

Apocalypse 19:2 parce que ses jugements sont véritables et justes ; car il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre par son impudicité, et il a vengé le sang de ses serviteurs en le redemandant de sa main. 3 Et ils dirent une seconde fois : Alléluia !  … et sa fumée monte aux siècles des siècles (eis tous aiônas tôn aiônôn).

Personne ne pense que la fumée émanant de la destruction de la ville de Babylone durera éternellement. L'expression aux siècles de siècles doit être comprise comme étant que la fumée sera visible le reste de cette époque et le millénium qui suivra jusqu'à ce que ce monde soit détruit au complet par le feu, comme Pierre le rapporte dans 2Pi.3.

2Pierre 3:5 Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, 6 et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau, 7 tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d’à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies.

Ensuite Dieu instaurera les nouveaux cieux et la nouvelle terre. L'usage de cette expression dans Ap.19:3 démontre qu'elle ne désigne pas nécessairement l'éternité. Évidemment, nous qui croyons que les impies passeront l'éternité dans l'étang de feu ne manquerons pas de dire qu'on peut aussi comprendre cette expression dans le sens imagé que la ville de Babylone ne sera plus jamais rebâtie ni dans ce siècle, ni dans aucun des autres siècles qui se succéderont. Le choix de l'interprétation découlera de notre compréhension des versets expliquant le plan de Dieu dans son ensemble (Ep.1:3-10, Col.1:15-20), versets que nous avons examiné déjà en détail.

Marc 3:28 Je vous le dis en vérité, tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes, et les blasphèmes qu’ils auront proférés ; 29 mais quiconque blasphémera contre le Saint-Esprit n’obtiendra jamais (eis ton aiôna) de pardon : il est coupable d’un péché éternel (aiônou).

Segond a choisi d'employer le mot français "jamais" pour traduire l'expression grecque qu'on pourrait traduire littéralement par "jusqu'à la fin de cette période". Si on suit la pensée universaliste (ce qu'on ne devrait pas faire), on pourrait paraphraser cela ainsi : Je vous le dis en vérité, s'ils se repentent et reçoivent le Saint-Esprit, tous les péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés seront pardonnés aux fils des hommes, mais quiconque blasphémera contre le Saint-Esprit - en disant comme certains religieux du temps de Jésus que ce sont les esprits démoniaques qui se manifestent quand le Saint-Esprit agit - n’obtiendra pas le pardon durant cette époque du temps des nations : il est coupable d’un péché qui perdurera tout cet âge et même dans l'époque qui suivra où Jésus régnera pendant 1000 ans (le siècle à venir mentionné dans le passage parallèle de Matthieu 12:32). Il devra attendre la deuxième résurrection avant de se présenter devant le grand trône blanc de Dieu pour recevoir le jugement que mérite sa faute. Ce péché ne sera pas pardonné, le coupable devra acquitter lui-même sa dette en recevant le nombre de coups mérité dans l'étang de feu comme évoqué par Jésus dans Luc 12:42-48.

C'est important de ne pas faire dire à Jésus ce qu'il n'a pas dit. Dans Matthieu 12:31-32, il a dit que le péché contre le Saint-Esprit ne serait pas pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir, ce qui correspondait au royaume messianique millénaire dans la pensée juive. Nous ne pouvons en déduire que ce péché sera pardonné après la fin du siècle à venir, ce serait aller au-delà des Écritures d'autant plus qu'on ne pourrait évoquer aucun autre texte disant que les damnés ont la possibilité de se repentir après le jugement dernier.

Si je vous dis que je vais aller vous voir aujourd'hui et demain, vous ne pouvez en déduire d'aucune facon avec certitude que je n'irai pas voir voir après demain, n'est-ce pas ! C'est la même chose avec ce que Jésus a dit.

On peut baser notre foi sur ce qu'il a dit et non sur ce qu'il n'a pas dit !!! La foi vient de ce qu'on entend de la parole de Dieu, Ro.10:17 elle ne vient pas de ce qu'on n'a pas entendu mais déduit suite à nos raisonnements, c'est très dangereux de s'engager sur cette pente glissante Ja.1:22, la Parole de Dieu nous avertit sévèrement de ne pas aller au-delà de ce qui est écrit.

1 Corinthiens 4:6 C’est à cause de vous, frères, que j’ai fait de ces choses une application à ma personne et à celle d’Apollos, afin que vous appreniez en nos personnes à ne pas aller au delà de ce qui est écrit, et que nul de vous ne conçoive de l’orgueil en faveur de l’un contre l’autre.

Jude 3 Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.

Comme Jésus n'a rien mentionné concernant le pardon apres le siècle à venir, on ne peut le faire à sa place et en son nom en plus ! Et comme au verset précédent, il venait d'affirmer que ce péché ne sera pas pardonné, ce serait d'aller à contre-sens d'en déduire qu'il le sera après le siècle à venir.

Matthieu 12:24 Les pharisiens, ayant entendu cela, dirent : Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul, prince des démons. 25 Comme Jésus connaissait leurs pensées, il leur dit : Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. 26 Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même ; comment donc son royaume subsistera-t-il ? 27 Et si moi, je chasse les démons par Béelzébul, vos fils, par qui les chassent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. 28 Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous. 29 Ou, comment quelqu’un peut-il entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort ? Alors seulement il pillera sa maison. 30 Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse. 31 C’est pourquoi je vous dis : Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné. 32 Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. 33 Ou dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais ; car on connaît l’arbre par le fruit. 34 Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l’êtes ? Car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. 35 L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l’homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor. 36 Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée. 37 Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné. 38 Alors quelques-uns des scribes et des pharisiens prirent la parole, et dirent : Maître, nous voudrions te voir faire un miracle. 39 Il leur répondit : Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui du prophète Jonas. 40 Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre. 41 Les hommes de Ninive se lèveront, au jour du jugement, avec cette génération et la condamneront, parce qu’ils se repentirent à la prédication de Jonas ; et voici, il y a ici plus que Jonas. 42 La reine du Midi se lèvera, au jour du jugement, avec cette génération et la condamnera, parce qu’elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon. 43 Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n’en trouve point. 44 Alors il dit : Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti ; et, quand il arrive, il la trouve vide, balayée et ornée. 45 Il s’en va, et il prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui ; ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première. Il en sera de même pour cette génération méchante.

D'ailleurs, remettons cette phrase dans son contexte et déterminons le sens intenté par Jésus.

Les pharisiens venaient de blasphémer contre le Saint-Esprit en disant qu'il était le démon. La conversion est l'oeuvre du Saint-Esprit et le pardon des péchés ne peut survenir qu'après la conversion (Ac.2:38) alors les pharisiens bloquaient toute possibilité de conversion en blasphémant contre le Saint-Esprit et que cela rendait leur condition encore pire (Mt.12:45). Leur cœur impénitent et endurci le demeurera pendant tout ce siècle de même que pendant celui qui suivra. Les deux seuls siècles où les gens ont la possibilité de se repentir, ensuite ce sera le jugement dernier où les rebelles seront condamnés pat leurs paroles blasphématoires (Mt.12:37). Finalement l'étang de feu recevra les rebelles aux siècles des siècles, sans indication que cela aura une fin. Si jamais il y a une fin aux siècles des siècles (une expression qui déjà laisse voir que cela durera au minimum très, très, trèèèès longtemps!), Dieu ne nous l'a pas révélé alors nous ne pouvons pas aller au-delà de ce qui a été écrit et le supposer.

On peut baser notre foi sur Jn.3:36 que la colère de Dieu demeure sur celui qui refuse de croire en Jésus. Le mot demeure signifie que la colère ne bougera pas d'un centimètre. On appelle une maison, une demeure parce qu'elle reste toujours a la même place.

Incrédulité et colère de Dieu vont de pair. C'est seulement quand on ne peut pas voir qu'on peut être incrédules. Quand les rebelles verront Dieu au jugement dernier, ils ne pourront plus se repentir de leur incrédulité en exerçant leur foi, ce sera trop tard puisqu'ils verront Dieu face à face.

Les "aiôn" peuvent durer longtemps mais le contexte montre qu'ils peuvent avoir définitivement une fin comme on lit ci-dessous :

1Co.10:11 Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles.

Hébreux 9:26 autrement, il aurait fallu qu’il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice.

Intéressant que les auteurs inspirés de Dieu nous disent que nous sommes rendus à la fin des siècles, ce n'est assurément pas à la fin des éternités !!! Ils considéraient le retour de Christ immiment, Paul s'attendait à être vivant lors du retour de Christ, cela transpire quand il écrit

1 Thessaloniciens 4:17 Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur.

Vers la fin de sa vie, Paul avait modifié son discours, il savait qu'il allait quitter cette terre par le martyr avant que Jésus revienne.

2 Timothée 4:6 Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche.

En résumé, le terme "aiôn" signifie "longue période d'une durée indéterminée", quand l'auteur ajoute le pluriel "au siècle des siècles», là ça fait encore plus longtemps, cette succession de siècles ou de longues périodes, c'est ce qui se rapproche le plus de notre concept d'éternité. Comme ce terme est plutôt vague, c'est hasardeux de se baser dessus pour appuyer notre théologie. Il faut mieux regarder ailleurs pour découdre avec succès la théorie de l'universalisme, ce que je me suis appliqué à faire sur les deux pages suivantes :

Cliquez ici pour une exégèse détaillée des passages parlant de la réconciliation de toute la création.

Cliquez ici pour les différentes compréhensions du sort réservé aux rebelles après le jugement dernier.

- Le Webmestre






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes vendredi 22 septembre 2017