Le repos de sabbat obligatoire le samedi?

"Souviens-toi du jour du sabbat, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le sabbat de l'Eternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage... Car en 6 jours l'Eternel a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s'y trouve, et il s'est reposé le septième jour: c'est pourquoi l'Eternel a béni le jour du sabbat et l'a sanctifié." - Exode 20:8-11 

L'ordonnance du sabbat est insérée dans les 10 commandements, on en fait beaucoup état chez ceux qui l'observent - les adventistes par exemple - pour avancer que c'est un péché de ne pas l'observer. De nos jours encore, certains - quelques juifs messianiques - vont plus loin encore en affirmant que le chrétien devrait observer toute la loi de Moïse. Ceci n'est pas sans rappeler le premier concile à Jérusalem rapporté dans Ac.15 concernant le rapport du chrétien d'origine païenne et la loi mosaïque. L'apôtre Paul ne mâche pas ses mots en les traitant de

"faux frères qui s’étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus–Christ, avec l’intention de nous asservir. 5 Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l’Evangile fût maintenue parmi vous." Ga.2:5.

Dans ce contexte cependant, il s'agissait en particulier de la circoncision et non du sabbat, mais il est évident que ces gens ne s'arrêtaient pas seulement à la circoncision mais qu'ils voulaient amener les chrétiens d'origine païenne à observer toute la Torah, sabbat inclus.

Revenons au sabbat plus précisément. Les sabbatistes prennent pour appui la parole de Jésus lui-même, ce qui n'est pas n'importe quoi!

Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes. Je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. En vérité je vous le dis, jusqu'à ce que le ciel et la terre passent, pas un seul iota, pas un seul trait de lettre de la loi ne passera, jusqu'à ce que tout soit arrivé. - Matthieu 5:17-18

La loi à laquelle Jésus se réfère n'est pas «la loi des 10 commandements» mais toute la loi de Moïse; les 10 commandements en sont le résumé écrit sur deux tables. Ailleurs Jésus les résume encore plus en les réduisant à 2 commandements que je paraphrase ainsi: «Aime Dieu au max et ton prochain autant que toi.»

Rappelons-nous que Matthieu était un juif qui avait écrit son évangile en araméen pour les juifs, il est normal qu'il cite ces paroles de Jésus pour démontrer aux Juifs sa légitimité. Pendant son ministère terrestre, Jésus a effectivement accompli pleinement la loi de Moïse. Il est d'ailleurs le seul à l'avoir fait dans toute l'histoire de l'humanité (Actes 15:10), il est le seul à avoir vraiment aimé son prochain comme lui-même (Galates 5:14). Il est le le seul juste, donc il a pu dire sur la croix "Tout est accompli". "Tout" inclut la loi de Moïse, la loi de Moïse a été accompli, c'est pourquoi l'apôtre Paul a déclaré suivant la révélation que Dieu lui avait donné :

Christ est la fin de la loi, en vue de la justice pour tout croyant. 5 En effet, Moïse écrit à propos de la justice qui vient de la loi "L'homme qui la mettra en pratique vivra par elle". Ro.10:4-5

Galates 5:14 Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Les premiers chrétiens se sont mis d'accord - non sans avoir eu à en débattre dans le premier concile rapporté dans Actes 15 où l'apôtre Paul était l'un des débatteurs - que les chrétiens d'origine païenne n'avaient pas à observer la loi de Moïse pour être agréable à Dieu :

Ac.15:4  Arrivés à Jérusalem, ils furent reçus par l'Eglise, les apôtres et les anciens, et ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux.
5  Alors quelques-uns du parti des pharisiens, qui avaient cru, se levèrent, en disant qu'il fallait circoncire les païens et exiger l'observation de la loi de Moïse.
6  Les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette affaire.
7  Une grande discussion s'étant engagée, Pierre se leva, et leur dit: Hommes frères, vous savez que dès longtemps Dieu a fait un choix parmi vous, afin que, par ma bouche, les païens entendissent la parole de l'Evangile et qu'ils crussent.
8  Et Dieu, qui connaît les coeurs, leur a rendu témoignage, en leur donnant le Saint-Esprit comme à nous;
9  il n'a fait aucune différence entre nous et eux, ayant purifié leurs coeurs par la foi.
10  Maintenant donc, pourquoi tentez-vous Dieu, en mettant sur le cou des disciples un joug que ni nos pères ni nous n'avons pu porter?
11  Mais c'est par la grâce du Seigneur Jésus que nous croyons être sauvés, de la même manière qu'eux.

Fort de cette appui apostolique les dénominations chrétiennes n'ont majoritairement pas gardé l'observance du sabbat et elles n'avaient pas non à juger certains des chrétiens juifs qui continuaient à l'observer, l'apôtre Paul relate la grande latitude laissée aux croyants dans ce domaine: 

Ro.14:5 Tel fait une distinction entre les jours; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction. 6 Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur. Celui qui mange, c'est pour le Seigneur qu'il mange, car il rend grâces à Dieu; celui qui ne mange pas, c'est pour le Seigneur qu'il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu.

Ro.14:5 est limpide, ce n'est pas plus un péché de manger une viande sacrifiée que de travailler un samedi. Ce passage est incompréhensible pour celui qui tient absolument à distinguer entre les jours et qui en fait un péché pour ceux qui les estiment tous au même niveau. Paul inclut les "proto-adventistes" (j'invente un mot là...) dans ce passage qui n'avaient pas encore compris que "Christ est la fin de la loi" Ro.10:4. Un mot maintenant concernant Jacques 2:10...

Ja.2:10 "Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement devient coupable de tous"

Le "toute la loi" ne peut pas s'appliquer pour nous chrétiens d'origine païenne à la loi de Moise au complet avec la loi cérémonielle, sinon il nous faudrait tous devenir juifs et mettre les épîtres de Paul à la poubelle. Il est possible cependant que ce soit ce qui était dans la pensée de Jacques puisqu'il s'adressait aux juifs dispersés dans les contrées autres qu'Israel.

Ja.1:1 Jacques, serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus–Christ, aux douze tribus qui sont dans la dispersion, salut !

Rappelons-nous que Jacques était très attaché à la loi de Moïse, comme le démontre cet épisode rapporté par Paul dans sa lettre aux Galates :

Ga.2:11 Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible. 12 En effet, avant l’arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens ; et, quand elles furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. 13 Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie. 14 Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Evangile, je dis à Céphas, en présence de tous : Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces–tu les païens à judaïser ? 15 Nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d’entre les païens. 16 Néanmoins, sachant que ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus–Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus–Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi.

Je ne pense donc pas que le "toute la loi" soit un synonyme des 10 commandements dans la pensée de Jacques, il faisait référence possiblement à toute la loi de Moïse rapportée dans la Torah. Nulle part le NT utilie l'expression "toute la loi" comme synonyme des 10 commandements. Il est possible aussi que Jacques ait eu particulièrement à la pensée la loi morale, le contexte du chapitre 2 pointe dans cette direction ; ne pas méprisez son frère parce qu'il est pauvre - résumée dans la loi royale "Tu aimeras ton prochain comme toi-même".

Ja.2:1 Mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus–Christ soit exempte de toute acception de personnes. 2 Supposez, en effet, qu’il entre dans votre assemblée un homme avec un anneau d’or et un habit magnifique, et qu’il y entre aussi un pauvre misérablement vêtu ; 3 si, tournant vos regards vers celui qui porte l’habit magnifique, vous lui dites : Toi, assieds–toi ici à cette place d’honneur ! et si vous dites au pauvre : Toi, tiens–toi là debout ! ou bien : Assieds–toi au–dessous de mon marchepied ! 4 ne faites–vous pas en vous–mêmes une distinction, et ne jugez–vous pas sous l’inspiration de pensées mauvaises ? 5 Ecoutez, mes frères bien–aimés : Dieu n’a–t–il pas choisi les pauvres aux yeux du monde, pour qu’ils soient riches en la foi, et héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment ? 6 Et vous, vous avilissez le pauvre ! Ne sont–ce pas les riches qui vous oppriment, et qui vous traînent devant les tribunaux ? 7 Ne sont–ce pas eux qui outragent le beau nom que vous portez ? 8 Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Ecriture : Tu aimeras ton prochain comme toi–même, vous faites bien. 9 Mais si vous faites acception de personnes, vous commettez un péché, vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs. 10 Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous. 11 En effet, celui qui a dit : Tu ne commettras point d’adultère, a dit aussi : Tu ne tueras point. Or, si tu ne commets point d’adultère, mais que tu commettes un meurtre, tu deviens transgresseur de la loi. 12 Parlez et agissez comme devant être jugés par une loi de liberté, 13 car le jugement est sans miséricorde pour qui n’a pas fait miséricorde. La miséricorde triomphe du jugement.

Certainement "L'amour de Dieu consiste à garder ses commandements" (1Jn.5:3) comme un adventiste me l'a rappelé dans un courriel. Mais encore là, on ne peut en conclure qu'il s'agit des 10 commandements ou encore de la loi de Moîse au complet car Jean a passé son épître à nous dire que ces commandements auxquels ils font référence ce sont de croire en Jésus et d'aimer son frère comme Jésus l'a aimé. Pas une seule fois, la loi cérémonielle ni le sabbat ne sont mentionnés. 1Jn.3:23 décrit ce que Jean a en tête quand il parle d'observer ses commandements :

1Jn.3:23 Or, que nous commande-t-il ? De placer notre confiance en son Fils Jésus-Christ et de nous aimer les uns les autres, comme il nous l’a lui-même prescrit. 24 Celui qui obéit à ses commandements demeure en Dieu et Dieu demeure en lui.

Continuons à aimer Dieu et les frères, nous accomplirons ainsi la loi royale Ja.2:8, TOUTE la loi Ga.5:14. Si accomplir toute la loi est suffisant pour Dieu, ça doit nous suffire aussi.

Ga.5:7 Vous couriez bien : qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité ? 8 Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle. 9 Un peu de levain fait lever toute la pâte. 10 J’ai cette confiance en vous, dans le Seigneur, que vous ne penserez pas autrement. Mais celui qui vous trouble, quel qu’il soit, en portera la peine. 11 Pour moi, frères, si je prêche encore la circoncision, pourquoi suis–je encore persécuté ? Le scandale de la croix a donc disparu ! 12 Puissent–ils être retranchés, ceux qui mettent le trouble parmi vous ! 13 Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair ; mais rendez–vous, par l'amour, serviteurs les uns des autres. 14 Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle–ci : Tu aimeras ton prochain comme toi–même.

Les sabbattistes font appel aussi à Ésaïe 56 pour nous exhorter à respecter le sabbat:

ÉSaïe 56: 1Voici ce que dit l’Éternel : “Faites ce qui est juste et respectez le droit, car je vais bientôt vous sauver, je vais faire justice.
2 Bienheureux sera l’homme qui agira ainsi, heureux sera celui qui s'y appliquera : qui respectera le sabbat, et ne le profanera pas, et qui s'efforcera de ne faire aucun mal !”

Concernant le repos du sabbat de l'ancienne alliance, il y a aussi cet autre aspect à considérer, c'était un archétype préfigurant le repos par la foi en Jésus-Christ de la nouvelle alliance, Hé.4:3 et Mt.11:28, de sorte que le chrétien n'a plus à observer le sabbat et les autres fêtes rituelles juives pour se reposer, Col.2:16. Autrement dit, en plaçant notre foi en Jésus, nous accomplissons Ésaïe 56, nous respectons le sabbat de Dieu en entrant en communion avec Jésus-Christ. 

Mt.11:28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. 29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. 30 Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

L'auteur de l'épître aux Hébreux enseigne que le chrétien entre dans le sabbat à sa conversion, il n'a plus à consacrer un jour en particulier à Dieu, plutôt chaque jour de sa vie est passé dans le repos de Dieu:

Hé.4:1 Craignons donc, tandis que la promesse d'entrer dans son repos subsiste encore, qu'aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. 2 Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu'à eux; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu'elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l'entendirent. 3 Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu'il dit: Je jurai dans ma colère: Ils n'entreront pas dans mon repos! Il dit cela, quoique ses oeuvres eussent été achevées depuis la création du monde. 4 Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour: Et Dieu se reposa de toutes ses oeuvres le septième jour. 5 Et ici encore: Ils n'entreront pas dans mon repos! 6 Or, puisqu'il est encore réservé à quelques-uns d'y entrer, et que ceux à qui d'abord la promesse a été faite n'y sont pas entrés à cause de leur désobéissance, 7 C’EST POURQUOI DIEU FIXE DE NOUVEAU UN JOUR – AUJOURD'HUI – en disant bien longtemps après par David cette parole déjà citée : Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre cœur. 8 Si Josué leur avait effectivement donné le repos, Dieu ne parlerait pas après cela D'UN AUTRE JOUR. 9 Il reste donc un repos de sabbat pour le peuple de Dieu. 10 Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s'est reposé des siennes. 11 Efforçons-nous donc d'entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance.

Pour moi qui suis entré dans le repos de Dieu à ma conversion, je n'ai plus besoin d'attendre au samedi pour me reposer. Le sabbat n'est que la figure des choses à venir qui ont eu leur accomplissement en Christ.

Col.2:16 Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: 17 c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.

Le sabbat pour le chrétien n'est plus seulement le samedi, c'est aujourd'hui !

... et ce jour c'est aujourd'hui aussi longtemps qu'on pourra dire aujourd'hui, nous entrons dans le repos de Dieu car tout ce que nous faisons c'est Lui qui l'accomplit à travers nous.

Es.26:12 Eternel, tu nous assures la paix puisque tout ce que nous faisons, c'est toi qui l'accomplis pour nous.

Les Pères de l'Église vont dans la même direction:

"Si donc ceux qui vivaient dans l'ancien ordre de choses sont venus à la nouvelle espérance, n'observant plus le sabbat, mais le jour du Seigneur, jour où notre vie s'est levée par lui et par sa mort, --quelques-uns le nient; mais c'est par ce mystère que nous avons reçu la foi, et c'est pour cela que nous tenons ferme, afin d'être trouvés de véritables disciples de Jésus-Christ, notre seul maître".

- Ignace d'Antioche aux Magnésiens vers 100 ap JC, qui avait connu l'apôtre Jean.

X.1 [Justin à Tryphon et ses amis] Mes amis, que nous reprochez-vous? Est-ce de ne pas vivre selon la loi, de ne pas nous soumettre à la circoncision, ainsi que le faisaient vos pères; de ne point observer comme vous le jour du sabbat ? (...) [Réponse de Tryphon :] En effet, vous n'observez ni les fêtes, ni le sabbat, ni la circoncision; vous placez votre espérance dans un crucifié

- Justin Martyr, Dialogue avec le juif Tryphon vers 150 ap JC

IV. Quant à leur crainte scrupuleuse concernant la nourriture, leur superstition au sujet du sabbat, l'orgueil qu'ils tirent de la circoncision, la fausse humilité de leur jeûne et des néoménies, choses ridicules et indignes de mention, je suppose que tu n'as pas besoin que je t'en intruise. 2. En effet, parmi les créatures que Dieu a faites pour l'usage des hommes, accueillir les unes comme réussies, rejeter les autres comme inutiles et superflues, comment cela peut-il être permis ? 3. Accuser Dieu de défendre d'accomplir une bonne action, n'est-ce pas impie ? 4. Tirer vanité d'une mutilation charnelle comme d'un signe d'élection, comme si cela les faisait tout particulièrement aimer de Dieu, n'est-ce pas ridicule ? 5. Quant à surveiller le cours des astres et de la lune pour régler l'observance des mois et des jours, quant à distribuer selon leurs propres désirs les plans divins et les vicissitudes des temps en jours de fêtes et jours de pénitence, est-ce faire preuve de piété ? N'est-ce pas bien plutôt de la sottise ? 6.s. je suppose t'en avoir assez appris là-dessus.

- Épître à Diognète vers 160 ap JC

La loi n'exigera plus la dîme de celui qui a consacré tous ses biens à Dieu, et qui a quitté son père, sa mère et tous les siens pour suivre le Verbe de Dieu; elle n'a pas à commander de chômer un jour fixe à celui qui observe chaque jour le sabbat, c'est-à-dire qui vit dans le temple de Dieu, temple qui est le corps de l'homme, s'employant au service du culte de Dieu et pratiquant à toute heure la justice. "Car j'aime la piété et non les sacrifices, et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes". Os.6:6

-Irénée de Lyon vers 180 ap JC

Irénée de Lyon qui avait été formé par Polycarpe - celui qui avait connu l'apôtre Jean - enseigne donc quelques dizaines d'années après l'apôtre Jean que les chrétiens n'ont plus à observer le sabbat. Cela signifie que dès le début de l'Église, les chrétiens n'observaient pas le sabbat. Cela va avec l'absence totale de commandement à propos de l'observation du sabbat dans le NT, s'il avait fallu en garder l'observance, Dieu avait sûrement inspiré les apôtres à l'écrire. Au contraire, Paul écrit que l'observation des sabbats - le pluriel inclut tous les sabbats qu'ils soient hebdomaires ou non (respectons la syntaxe, svp) - n'a plus sa raison d'être depuis la venue de Jésus.

Bon repos par la foi en Jésus-Christ !

- Le webmestre





Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mardi 19 septembre 2017