iv>
 
   
 
L'évêque - pasteur
Le terme français «évêque» est la traduction du grec «episcopos» qui signifie «surveillant», comme un pasteur qui veille sur son troupeau, métaphore de l'église de Dieu.

Le Seigneur Jésus-Christ est le premier
et le plus grand des évêques


Jésus est le bon berger, le souverain pasteur («pasteur» Jn.10:11 et «berger» 1Pi.2:25 sont la traduction du même mot grec «poimèn») qui assure la vie éternelle à ses brebis.

Jn.10:11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.

Jésus est aussi l'évêque de nos âmes, «episcopos» en grec, traduit par «gardien» dans 1Pi.2:25. Il nous surveille pour ne pas que personne ne vienne nous ravir de sa main, Jn.10:28.

1Pi.2:25 Car vous étiez comme des brebis errantes. Mais maintenant vous êtes retournés vers le pasteur et le gardien de vos âmes.

Jn.10:28 Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.
29 Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père.

Le terme «évêque» ne signifie pas seulement surveiller, mais aussi dans sa forme verbale, visiter pour prendre soin, ça fait partie de la description de charge, cf. 1Ti.3:5, comme le bon Samaritain l'a fait où c'est le même verbe qui est employé en grec (epimeleomai) que dans 1Ti.3:5. Jésus connaît chacune de ses brebis par leur nom, il en prend soin, panse leurs blessures et veille à leur rétablissement. Dans Lu.7:16, après que Jésus eut ressuscité un mort, le peuple s'exclame en disant que Dieu est venu à leur rencontre et a pris soin d'eux, cela est compris dans le sens du verbe «visiter», cf. Hé.2:6. Donc, 1Pi.2:12 parle de la conversion des païens qui ont la même réaction que les Juifs en glorifiant Dieu à leur tour quand ils en viennent à réaliser que Dieu vient à leur rencontre pour les bénir par la foi en Jésus.

Luc 7:16 Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu, disant: Un grand prophète a paru parmi nous, et Dieu a visité (episkeptomai) son peuple.

1 Pierre 2:12 Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes oeuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera (episkopè).

Hébreux 2:6 Or quelqu'un a rendu quelque part ce témoignage: Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui, ou le fils de l'homme, pour que tu prennes soin (episkeptomai) de lui?

Sans en avoir le titre,
chaque chrétien est appelé à jouer le rôle de l'évêque


Les pasteurs ont la charge de veiller sur nous, mais cela ne nous dispense pas de le faire entre nous. Jésus nous récompensera pour cela, nous sommes les membres de son corps alors en se visitant et en prenant soin les uns des autres, c'est comme si c'était on veillait sur Jésus lui-même.

Matthieu 25:36 j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité (episkeptomai); j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi.

Hébreux 12:15 Veillez (episkopeô) à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu'aucune racine d'amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n'en soient infectés;

Jacques 1:27 La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter (episkeptomai) les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde.

À l'époque néo-testamentaire, les termes «évêque», «ancien (ou presbytre qui allait donner prêtre en français)» et pasteur étaient tous des interchangeables pour indiquer la même fonction dans l'église. En plus de 1Pi.2:25 qu'on vient de lire, il y a 1Pi.5:2.

1 Pierre 5:2 Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement;

«Paissez» forme verbale du nom «pasteur», «sous votre garde», littéralement «en les surveillant», forme verbale du nom «évêque». On peut ajouter encore Ac.20:17 et 28, aussi Ti.1:5 et 7. Tous ces passages montrent que ces termes étaients alors des synonymes.

Ac.20:17 Cependant, de Milet, Paul envoya chercher à Éphèse les anciens de l'Église.

28 Prenez donc garde à vous-mêmes et à tout le troupeau au sein duquel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour faire paître l'Église du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang.

Dans 1Ti.3:1 et dans Ti.1:5 Paul parle du même sujet : établir des responsables sur l'église. Dans 1Ti.3:1, il emploie le terme «évêque» tandis que Ti.1:5 il utilise le terme «ancien» au départ puis revient avec le temre «évêque» au verset 7.

1Ti.3:1 Cette parole est certaine: Si quelqu'un aspire à la charge d'évêque (episcopè), il désire une oeuvre excellente. 2 Il faut donc que l'évêque (episcopos) soit irréprochable, mari d'une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l'enseignement. 3 Il faut qu'il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. 4 Il faut qu'il dirige bien sa propre maison, et qu'il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; 5 car si quelqu'un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l'Eglise de Dieu?

Ti.1:5 Je t'ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville, 6 s'il s'y trouve quelque homme irréprochable, mari d'une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient ni accusés de débauche ni indisciplinés. 7 Il faut en effet que l'évêque soit irréprochable, comme intendant de Dieu, qu'il ne soit ni arrogant, ni coléreux, ni adonné au vin, ni violent, ni âpre au gain;

Dans Ac.15:36, Paul démontre en action le rôle de l'évêque quand il manifeste qu'il a à coeur d'aller visiter et prendre soin des nouveaux chrétiens dans les villes où il avait passé.

Actes 15:36 Quelques jours s'écoulèrent, après lesquels Paul dit à Barnabas: Retournons visiter (episkeptomai) les frères dans toutes les villes où nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir en quel état ils sont.

La fonction épiscopale a évolué rapidement au cours des premiers siècles de l'église. Cette évolution semble coïncider avec la mort des derniers apôtres où les évêques les ont en quelque sorte remplacés. C'est pourquoi on parle de succession apostolique dans l'Église Catholique Romaine. Déjà, Ignace vers 110 ap. J.C. distinguait les deux fonctions d'évêque et d'ancien ou presbytre. À l'époque d'Ignace, chaque église a son évêque qui est assisté par un collège de presbytres et de diacres. Vers 150 ap. J.C. le consensus était largement que les évêques étaient les successeurs des apôtres et qu'ils étaient les gardiens de la tradition qui leur avait été transmise, comme Paul l'avait fait avec Timothée, cf.2Ti.2:2.

2Ti.2:2 Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l'enseigner aussi à d'autres.

Il faut se rappeler qu'à l'époque, les manuscrits étaient précieux et rares, d'où l'importance accrue de trouver des hommes fidèles qui n'altèrent pas le message. La majorité sinon la totalité des membres de l'église ne pouvaient vérifier par eux-mêmes l'authenticité puisqu'ils n'avaient pas de Bible entre les mains, comme c'est notre cas. Sans compter le fait que le Canon du Nouveau Testament a pris une couple de siècles avant de se fixer d'une manière unanime parmi les églises reconnues fidèles sur le plan doctrinal.

Alors que l'église a étendu son influence sur tout l'empire romain, elle a aussi adopté ses divisions géographiques, les évêques sont devenus des pasteurs en chef de régions comprenant plusieurs églises, ressemblant en cela aussi aux apôtres. On donnait à ces évêques dans ces larges diocèses ou dans les grandes villes des titres tels que pape, patriarche, métropolite et archevêque. Pour assister les évêques dans les diocèses, il émergea des évêques auxiliaires. On peut y voir ici les assistants de l'apôtre Paul, comme Barnabas, Silas, Timothée, Marc et bien d'autres.

À la Réforme, la plupart des protestants ont laissé tomber les développements qu'avait connu la fonction d'évêque au fil des siècles pour retourner à l'équivalence néotestamentaire entre ancien et évêque. Cependant, ils n'ont pas jugé bon de trouver un équivalant pour le rôle que jouaient les apôtres qui supervisaient plusieurs églises, les gardant ainsi dans l'unité de pensée et de doctrine. Cette omission a contribué malheureusement à multiplier les dénominations. Les catholiques n'accordent pas le titre biblique correspondant à la fonction, les protestants ont supprimé le titre et la fonction ! Les catholiques n'accordent pas le bon titre biblique à la bonne fonction = ils donnent le titre d'évêque à celui qui joue un rôle d'apôtre. Les protestants ont fait mieux et pire.

- Les protestants ont fait mieux en redonnant au titre «évêque» son équivalence biblique d'«ancien» quoique le terme «évêque» soit très peu employé probablement parce qu'il sonne trop catholique, on lui préfère le terme «pasteur» qui lui ressemble et qui est biblique lui aussi. Mon idée est tout de même qu'on perd toujours un peu de richesse spirituelle quand un terme biblique donne en désuétude. Ce n'est pas mieux quand on sème de la confusion en changeant le sens de certains termes bibliques, alors ce qu'on lit dans les Écritures ne correspond plus à la réalité ecclésiastique.

- Les protestants ont fait pire en supprimant les titres (apôtres et évêques) en plus de la fonction apostolique pour ne garder que celui d'ancien ! Il n'y a plus personne pour reprendre le rôle de Jésus avec les douze, le rôle de Pierre avec les anciens parmi les églises juives, le rôle de Paul avec les anciens des églises qu'il a fondées. Le rôle primordial d'apôtre est disparu, Ep.4:12, dans plusieurs dénominations. On retrouve cependant la fonction apostolique sans s'en rendre compte la plupart du temps dans le rôle des nos missionnaires qui fondent des églises et les supervisent. D'ailleurs le mot «mission» vient du latin «missio» qui est la traduction du grec «apostolos» !

Dans les églises catholiques et orthodoxes, la fonction d'évêque est vue comme étant la succession apostolique, comme un signe d'unité de l'église dans le temps et l'espace. Lui seul peut ordonner d'autres évêques, des anciens et des diacres. Il est le pasteur en chef du diocèse, le premier célébrant et administrateur, en tant que tel, il peut déléguer ces tâches à d'autres. Depuis l'an 1000, on leur ordonne de rester célibataires. Ils portent une croix pectorale, un anneau épiscopal et une crosse de berger, des symboles qui rappellent son rôle.

Donc, si on fait un résumé de la charge biblique d'un évêque, c'est vraiment quelqu'un à l'image de Jésus ; un pasteur qui prend soin à temps plein de chacune de ses brebis qu'il connaît personnellement. De même, comme le bon samaritain, chaque chrétien est chargé de prendre soin de son prochain, quand il en a l'occasion, spécialement des autres chrétiens, selon ses moyens et ses capacités sans pour autant en porter le titre ni le faire à plein temps.

Galates 6:10 Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi.






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mardi 21 novembre 2017