Pourquoi la guérison tarde-t-elle souvent
quand on la demande à Dieu
Dans ma méditation sur la parole du royaume, je partageais que la résistance dans le monde spirituel explique pourquoi on doit souvent persévérer dans les paroles d'autorité avant de voir la pleine guérison se manifester. À ce sujet, un frère m'a écrit la remarque suivante qui mérite d'être considérée :
il y avait de la résistance dans le monde spirituel aussi du temps de Jésus et des apôtres, et la réponse était pourtant immédiate ou presque...................
Je ne prétends pas avoir la réponse totale et parfaite à cette question mais j'aimerais soulever quelques points pour faire avancer la réflexion.

Premier point

Ça fait des décennies que je vois des hommes et des femmes de Dieu venir nous raconter comment Dieu a fait des guérisons miraculeuses en leur présence quand ils annoncent la Bonne Nouvelle aux inconvertis de manière individuelle ou devant des foules. Ces hommes et ces femmes de foi viennent ensuite dans nos églises et nos frères et soeurs qui sont aussi des hommes et des femmes de Dieu, désirent ardemment être guéris, ils les écoutent avec foi et s'attendent à être guéris mais repartent trop souvent avec leur problème de santé.

Comment cela se fait-il ? Et si cet état de fait ne différait en rien de ce que vivaient les apôtres eux-mêmes qui avaient aussi vu le Saint-Esprit accomplir de grandes guérisons ? Les dons de guérison énumérés dans 1Co.13 étaient évidemment effectifs à l'époque des apôtres mais ils ne l'étaient pas tout le temps selon le bon vouloir de ceux qui les pratiquaient. Il y avait des paramètres dans lesquels ces dons se manifestaient. C'est ce que nous allons voir ensemble en étudiant les Écritures de la Nouvelle Alliance.

Les paramètres encadrant la manifestation des dons de guérison.

Quand on examine les Actes des apôtres et leurs épîtres, on réalise que la réponse était immédiate dans l'évangélisation (Énée Ac.9:33,34, Dorcas Ac.9:39, Publius Ac.28:8-10, etc. À diverses reprises (Ro.15:15-21, 1Co.2:3-5, Hé.2:4), nous lisons dans les épîtres que Dieu manifeste les dons de guérison pour montrer que la Bonne Nouvelle en est vraiment une; les gens sont délivrés et guéris physiquement comme preuve qu'ils sont sauvés aussi spirituellement.

Hébreux 2:4 Dieu a appuyé leur témoignage par des signes, des prodiges et divers miracles, ainsi que par les dons du Saint-Esprit distribués conformément à sa volonté.

1Corinthiens 2:3 J’ai été faible, craintif et tout tremblant chez vous. 4 Ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse humaine, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance, 5 afin que votre foi soit fondée non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

Romains 15 :15 Cependant, frères et soeurs, c’est avec une certaine audace que je vous ai écrit par endroits, comme pour réveiller vos souvenirs, et cela à cause de la grâce que Dieu m’a faite 16 d’être serviteur de Jésus-Christ pour les non-Juifs. Je m’acquitte ainsi du service sacré de la prédication de l’Evangile de Dieu afin que les non-Juifs soient une offrande agréable, devenue sainte par l’action de l’Esprit saint. 17 Je peux donc me montrer fier en Jésus-Christ de l’oeuvre de Dieu. 18 En effet, je n’oserais rien mentionner si Christ ne l’avait pas accompli par moi pour amener les non-Juifs à l’obéissance par la parole et par les actes, 19 par la puissance des signes et des prodiges et par la puissance de l’Esprit de Dieu. Ainsi, depuis Jérusalem et en rayonnant jusqu’en Illyrie, j’ai abondamment propagé l’Evangile de Christ. 20 Je me suis fait un point d’honneur d’annoncer l’Evangile là où Christ n’avait pas été annoncé, afin de ne pas construire sur les fondations posées par un autre, mais comme il est écrit: 21 Ceux à qui il n’avait pas été annoncé verront, et ceux qui n’en avaient pas entendu parler comprendront.

Il y a aussi plusieurs récits dans les Actes des apôtres qui le confirment.

Actes 5:14 Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s’augmentait de plus en plus; 15 en sorte qu’on apportait les malades dans les rues et qu’on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu’un d’eux. 16 La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs; et tous étaient guéris.

Actes 19:8 Paul se rendit régulièrement à la synagogue et, pendant trois mois, il y prit la parole avec assurance. Il parlait du Royaume de Dieu et s’efforçait de convaincre ses auditeurs... 10 Cela dura deux ans, de sorte que tous ceux qui vivaient dans la province d’Asie, les Juifs et les non-Juifs, purent entendre la parole du Seigneur. 11 Dieu accomplissait des miracles extraordinaires par l’intermédiaire de Paul. 12 C’est ainsi qu’on apportait aux malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps: ils étaient alors délivrés de leurs maladies et les esprits mauvais sortaient d’eux.

Par contre, quand il s'agissait de chrétiens (et pas les moindres, comme on le verra) qui étaient aux prises avec la maladie, la guérison traînait, si guérison il finissait par y avoir. C'est encore ce qu'on peut constater de nos jours.

On connaît bien Paul et Timothée, mais réalisez-vous que ces grands hommes de Dieu étaient constamment malades ? Avez-vous déjà entendu parler des maladies de Trophime ou d'Epaphrodite ? Dieu appuyait le témoignage de Paul par des guérisons mais parfois Paul devait laisser derrière lui ses propres collaborateurs malades (Trophime 2Ti.4:21) ou encore ça prenait beaucoup de temps et de prière pour que la guérison survienne (Epaphrodite Ph.2:27). La réponse a été loin d'être immédiate dans leur cas respectif. il n'a pas suffi que soit donné un commandement avec autorité au nom de Jésus (comme dans le cas du boiteux à la porte du temple, Ac.3:6-7) pour que la guérison soit ipso facto (comme conséquence infaillible et immédiate). Ce ne sont assurément pas les seuls chrétiens de l'église primitive qui ont dû combattre le bon combat de la foi pour retrouver le chemin de la guérison. Timothée avait des problèmes de digestion récurrents que la prière ne suffisait pas pour en venir à bout (1Ti.5:23) et Paul avait des problèmes assez graves avec ses yeux pour que les chrétiens de Galatie auraient souhaité pouvoir s'arracher les yeux et les lui donner pour le soulager (Ga.4:13-15, 6:11).

Qui oserait avancer que Paul et Timothée manquaient de foi pour être guéris ? Il semble donc que ce n'est pas nécessairement le manque de foi qui est en cause. Nous voulons et croyons que Dieu peut nous guérir à cause des meurtrissures que Jésus a subies pour nous (1Pi.2:24). Dieu aussi aime nous guérir mais si ce n'est pas souvent le cas pour les chrétiens, même pour Paul et son entourage, c'est que Dieu a aussi ses raisons. Plus encore de son désir de nous voir guéris, Dieu désire par dessus tout que nous devenions comme Jésus. La maladie ne glorifie pas Dieu, elle n'est pas voulue par Dieu, ce n'est pas Dieu qui a rendu malades Paul, Timothée et ses autres collaborateurs. On pourrait objecter alors que si Dieu ne veut pas que ses enfants soient malades, pourquoi ne sont-ils pas guéris instantanément dès que la prière est prononcée ? Pourquoi ses enfants doivent-ils combattre la maladie ? Pourquoi tombent-ils même malades, en premier lieu ? Ne voit-on pas là une conséquence de la Chute pour tous ? Nous passons tous par le même chemin, comme le disait Josué avant de mourir (Jos.23:14), un chemin qui fait dépérir notre corps corruptible (1Co.15:53) semé infirme, malade (1Co.15:43), asthenia en grec, comme dans Luc 15:5 les gens venaient en foule pour l’entendre et pour être guéris de leurs maladies (asthenia). Il n'est donc pas étonnant que ce corps méprisable, faible, mortel, qui dépérit de jour en jour soit attaqué par la maladie. Après avoir tout lu les clés que je vous révèle ici, allez voir ma méditation sur la maladie d'Élisée.

Josue 23:14 Je m'en vais maintenant par le chemin commun à toute la terre.

2Co.4:16 C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.

1Co.15:42 Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible; 43 il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force; 44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel. 45 C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. 46 Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier, c’est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite. 47 Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel. 48 Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes. 49 Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste. 50 Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité. 51 Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, 52 en un instant, en un clin d’oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. 53 Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité. 54 Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire. 55 O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon? 56 L’aiguillon de la mort, c’est le péché; et la puissance du péché, c’est la loi. 57 Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ!

Notre victoire c'est vraiment à la résurrection que nous allons pouvoir la savourer pleinement (1Co.15:53-57) même si Dieu peut nous faire grâce de vivre des guérisons ici-bas et des prolongations de jours. Dieu a ses raisons de laisser Satan éprouver ses enfants par la maladie. Dans le cas de Job, c'était parce que celui-ci lui avait ouvert une porte par ses inquiétudes (Job 3:25), dans le cas des Corinthiens, c'était parce qu'ils prenaient le repas du Seigneur indignement (1Co.11:29-31). Mais dans le cas des apôtres et de leurs collaborateurs, quelle était la ou les raisons sinon que leur corps extérieur corruptible était sujet à la maladie à cause de l'héritage du premier Adam ? On ne peut que spéculer à ce sujet et on risque fort de se tromper, mais on peut avancer sans risque de se tromper que ce n'était pas à cause d'un péché manifeste comme les Corinthiens. Est-ce pour les aider à rester humbles et à ne pas pouvoir dépendre de leurs propres forces, ou y avait-il d'autres raisons ? Dieu le sait. Nous ne sommes pas meilleurs que les apôtres et leurs collaborateurs, notre précieuse foi est aussi éprouvée pour être épurée. Le chrétien faible et malade, comme Paul ou Timothée, ne peut jeter un regard condescendant sur ceux qui luttent aussi contre la maladie mais peut être rempli de compassion et prier avec ardeur pour la guérison, comme Paul l'avait fait pour Epaphrodite (Ph.2:25-30)

2Ti 4:20 Eraste est resté à Corinthe, et j’ai laissé Trophime malade à Milet.

Ph.2:25 J’ai estimé nécessaire de vous envoyer mon frère Epaphrodite, mon compagnon d’œuvre et de combat, par qui vous m’avez fait parvenir de quoi pourvoir à mes besoins. 26 Car il désirait vous voir tous, et il était fort en peine de ce que vous aviez appris sa maladie. 27 Il a été malade, en effet, et tout près de la mort ; mais Dieu a eu pitié de lui, et non seulement de lui, mais aussi de moi, afin que je n’eusse pas tristesse sur tristesse. 28 Je l’ai donc envoyé avec d’autant plus d’empressement, afin que vous vous réjouissiez de le revoir, et que je sois moi-même moins triste. 29 Recevez-le donc dans le Seigneur avec une joie entière, et honorez de tels hommes. 30 Car c’est pour l’oeuvre de Christ qu’il a été près de la mort, ayant exposé sa vie afin de suppléer à votre absence dans le service que vous me rendiez.

1Ti.5:23 Cesse de boire uniquement de l’eau, mais prends un peu de vin pour faciliter ta digestion, puisque tu es souvent malade.

Ga.4:13 Vous vous rappelez pourquoi je vous ai annoncé la Bonne Nouvelle la première fois: c’est parce que j’étais malade. 14 La vue de mon corps malade était éprouvante pour vous, et pourtant vous ne m’avez pas méprisé ou repoussé. Au contraire, vous m’avez accueilli comme un ange de Dieu, ou même comme Jésus-Christ. 15 Vous étiez si heureux! Que vous est-il donc arrivé? Je peux vous rendre ce témoignage: s’il avait été possible, vous vous seriez arraché les yeux pour me les donner!

De nos jours, rien n'a changé depuis, ceux qui prient pour la guérison voient beaucoup plus de païens guéris quand ils vont à leur rencontre en dehors de l'église que de chrétiens guéris lorsqu'ils font des réunions dans les églises.

Pourquoi ? Certainement pas parce que Dieu aime plus les païens que ses enfants. Robby Dawkins qui a un grand succès dans la prière de guérison dit que c'est parce que l'opposition spirituelle est plus grande autour des chrétiens. Il donne l'exemple d'une armée qui cantonne ses positions dans le pays qu'elle veut conquérir et avance que l'opposition spirituelle des démons pour entraver et ralentir la guérison est plus forte autour des chrétiens et que c'est pour cela que le chrétien doit mener souvent le bon combat de la foi d'une manière intense avec persévérance pour recouvrer la santé.

C'est ce qu'on a pu constater chez des gens qu'on connaît bien, comme la femme de notre pasteur qui a combattu la maladie incurable de Krohn pendant des années avec des paroles de foi avant d'en être finalement et totalement guérie, ce qui était impossible selon les médecins.

Malheureusement, parce que beaucoup de chrétiens ne réalisent pas qu'ils devront souvent s'engager dans le combat de la foi pour obtenir la guérison, décident plutôt de ne pas parler avec autorité ou cessent de le faire après un échec apparent et qui sait, qui aurait pu devenir une victoire s'ils avaient persévéré. Ils développent ensuite, pour expliquer leur manque de résultat, une théologie qui ne correspond pas à ce que Jésus enseigne et que nous sommes appelés à imiter.

Deuxième point

Avez-vous pensé que cela pourrait avoir trait à la manière et l'état d'esprit dans lequel les prières pour la guérison sont faites ?

Imaginez-vous juste un peu Jésus prier pour la belle-mère de Pierre comme des chrétiens le font de nos jours... ça serait drôle si ce n'était pas si pathétique ... ça ressemblerait à ceci :

Père céleste, si c'est ta volonté de guérir la fièvre de notre soeur, guéris-la, sinon donne-lui la grâce de la supporter pour que cette maladie aide sa sanctification en lui formant le caractère. Dirige-la vers le bon médecin et inspire le médecin de lui donner les bons médicaments pour la soigner, en mon nom, je te le demande, pour ta gloire, Amen...

Aucune conviction dans ce type de prière, et la Bible est bien claire que celui qui doute ne sera pas exaucé. En plus, il y a en plus une contradiction puisqu'on laisse la porte ouverte que la maladie soit voulue de Dieu pour la sanctification de la personne. Mais si la maladie est voulue de Dieu, nous allons alors contre sa volonté en priant pour la guérison et en allant voir le médecin pour prendre de la médication. Devant une telle incohérence, cela devrait nous sauter aux yeux que Dieu ne désire jamais que ses enfants soient malades ou infirmes. Quand que quelqu'un demandait à Jésus s'il voulait le guérir, Jésus répondit avec compassion, «oui je le veux» (Marc 1:41), il ne lui disait pas : « cette maladie ou cette infirmité est pour te garder humble et pour t'aider dans ta sanctification, alors supporte-la patiemment. » Comment les gens auraient pu rendre gloire à Dieu si Jésus avait réagi ainsi aux supplications des gens qui venaient le voir pour être secourus dans leurs difficultés ? Si Dieu ne peut pas guérir alors c'est qu'il est impotent, c'est loin d'être glorieux, s'il ne veut pas guérir alors c'est qu'il manque d'amour, c'est encore moins glorieux. Pas étonnant que plusieurs en viennent à douter de l'existence même de Dieu. Il y a donc évidemment des raisons pour lesquelles la guérison tarde, mais il faut trouver d'autres raisons, les bonnes raisons !

Ja.1:5 Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. 6 Mais qu’il la demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. 7 Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur: 8 c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies.

Comparez maintenant avec la façon que Jésus a traité la fièvre de la belle-mère de Pierre.

Lu 4:39 S’étant penché sur elle, il menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. A l’instant elle se leva, et les servit.

Aucune hésitation, aucun conditionnel «si c'est ta volonté...» Jésus connaissait la volonté de Dieu, il savait que le Dieu d'amour voulait guérir. Il savait que Dieu voulait manifester son royaume sur terre, c'est pourquoi Jésus enseignait à prier : «Que ton royaume vienne sur la terre comme il est dans le ciel». Dans le royaume des cieux, dans la présence de Dieu, il n'y a pas d'infirmes ni de malades. Par les guérisons, Jésus manifestait que Dieu exauçait ses prières et que le royaume des cieux descendait effectivement et efficacement sur la terre.

Mt 12:28 Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous.

Contrairement à ce que nous voyons régulièrement, nous n'avons aucun exemple biblique où un apôtre aurait parlé avec autorité pour la guérison de quelqu'un sans que cette personne ne soit guérie (mais peut-être est-ce souvent arrivé quand même, on leur demandera un jour !). Les Actes nous montrent seulement des exemples de paroles d'autorité prononcées pour la guérison. Par exemple, quand Pierre parle au boiteux, il se lève.

Actes 3:1 Pierre et Jean montaient ensemble au temple, à l’heure de la prière: c’était la neuvième heure. 2 Il y avait un homme boiteux de naissance, qu’on portait et qu’on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu’il demandât l’aumône à ceux qui entraient dans le temple. 3 Cet homme, voyant Pierre et Jean qui allaient y entrer, leur demanda l’aumône. 4 Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit: Regarde-nous. 5 Et il les regardait attentivement, s’attendant à recevoir d’eux quelque chose. 6 Alors Pierre lui dit: Je n’ai ni argent, ni or; mais ce que j’ai, je te le donne: au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche. 7 Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes; 8 d’un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu. 9 Tout le monde le vit marchant et louant Dieu. 10 Ils reconnaissaient que c’était celui qui était assis à la Belle porte du temple pour demander l’aumône, et ils furent remplis d’étonnement et de surprise au sujet de ce qui lui était arrivé. 11 Comme il ne quittait pas Pierre et Jean, tout le peuple étonné accourut vers eux, au portique dit de Salomon. 12 Pierre, voyant cela, dit au peuple: Hommes Israélites, pourquoi vous étonnez-vous de cela? Pourquoi avez-vous les regards fixés sur nous, comme si c’était par notre propre puissance ou par notre piété que nous eussions fait marcher cet homme? 13 Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, que vous avez livré et renié devant Pilate, qui était d’avis qu’on le relâchât. 14 Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accordât la grâce d’un meurtrier. 15 Vous avez fait mourir le Prince de la vie, que Dieu a ressuscité des morts; nous en sommes témoins. 16 C’est par la foi en son nom que son nom a raffermi celui que vous voyez et connaissez; c’est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison, en présence de vous tous.

Troisième point

Malgré toute la puissance du Saint-Esprit qui reposait sur Jésus, l'attente spirituelle des gens autour de lui influençait la manifestation de sa puissance. Alors qu'il se trouvait dans la ville où il avait grandi, il n'a pas pu autant guérir les gens comme à l'habitude.

Marc 5:5 Il ne put faire là aucun miracle, si ce n'est qu'il guérit quelques malades en posant les mains sur eux. 6 Et il s'étonnait de leur incrédulité. Jésus parcourait les villages des environs en enseignant. 7 Alors il appela les douze et commença à les envoyer deux à deux, et il leur donna autorité sur les esprits impurs.

L'incrédulité des gens est un frein puissant à la manifestation de la guérison même quand celui qui prie a toute l'autorité possible et disponible. À l'opposé, ceux qui avaient la foi d'être guéris recevaient leur miracle. La femme avec une perte de sang était convaincue qu'il lui suffisait de toucher le vêtement de Jésus pour être guérie. Plusieurs dans la foule touchaient aux vêtements de Jésus sans rien que se passe mais la foi de cette femme a fait la différence et elle a eu son miracle. Comme Jésus disait : «qu'il te soit fait selon ta foi».

Matthieu: 8.13 Puis Jésus dit au centenier : Va, qu'il te soit fait selon ta foi. Et à l'heure même le serviteur fut guéri.

Quatrième point

Parce que Jésus a pris sur Lui toutes nos maladies en même temps que tous nos péchés (Es.53:4-5), l'absence apparente d'exaucement à la prière pour la guérison ne signifie jamais que ce n'est pas la volonté de Dieu, il ne faut pas confondre cela avec le délai dans l'exaucement.

Il arrive que la réponse de Dieu est donnée mais que l'ange envoyé pour la transmettre (Es.6:6-7) rencontre de l'opposition des démons et doit engager le combat avec eux (Da.10:12-14). Les anges sont alors fortifiés par ta foi tandis que les démons à la source de ta maladie sont fortifiés par tes doutes. La réception de ce que Dieu avait prévu pour toi dépend donc de ta persévérance dans la foi après avoir été convaincu que c'était selon la volonté de Dieu. Et c'est VRAIMENT la volonté de Dieu que tu sois guéri (Marc 1:41), ce que Jésus voulait il y a 2000 ans, il le veut encore aujourd'hui, car il ne changera jamais (Hé.13:8) et son Père non plus (Ja.1:17).

Marc 1:41 Jésus, ému de compassion, étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur.

Hé.10:35 N’abandonnez donc pas votre assurance, qui est porteuse d’une grande récompense. 36 Oui, vous avez besoin de persévérance pour accomplir la volonté de Dieu (qui, dans sa grande compassion, veut vous guérir Marc 1:41) et obtenir ainsi ce qui vous est promis.

1Jn 5:14 Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté (comme la guérison), il nous écoute.

Ésaïe 6:6 Cependant, l’un des séraphins a volé vers moi, tenant une braise qu’il avait prise sur l’autel à l’aide de pincettes. 7 Il a touché ma bouche avec elle et a dit: «Puisque ceci a touché tes lèvres, ta faute est enlevée et ton péché est expié.»

Daniel 10:12 Il m’a dit: «Daniel, n’aie pas peur, car dès le premier jour où tu as eu à coeur de comprendre et de t’humilier devant ton Dieu, tes paroles ont été entendues, et c’est à cause d’elles que je suis venu. 13 Le chef du royaume de Perse m’a résisté 21 jours, mais Michel, l’un des principaux chefs, est venu à mon aide et je suis resté là, près des rois de Perse. 14 Je viens maintenant pour te faire comprendre ce qui doit arriver à ton peuple dans l’avenir, car la vision concerne encore cette époque-là.»

La Parole de Dieu nous donne une assurance (1Jn.5:14), le même mot grec est employé pour l'assurance au jour du jugement (1Jn.4:17) parce qu'il n'y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ (Ro.8:1). Donc, nous pouvons être aussi sûr que Dieu écoute nos prières que nous sommes sûrs de ne pas être condamnés au jugement dernier parce que noua avons cru que Jésus a pris notre condamnation sur la croix.

Hé.10:35 N’abandonnez donc pas votre assurance, qui est porteuse d’une grande récompense.

Cinquième point

J'ai déjà parlé de Paul et du don de guérison qui se manifestait dans sa vie de manière miraculeuse dans l'évangélisation mais qui devenait discret quand il s'agissait de lui-même ou de ses collaborateurs. En ce qui concerne Jésus, on lit que c'est aussi par la puissance du Saint-Esprit qu'Il accomplissait les guérisons et chassait les démons (Mt.12:28). On lit aussi qu'il avait la pleine mesure du Saint-Esprit (Jn.3:34) ce qui semble impliquer que Dieu donne seulement une mesure de son Esprit aux autres. Nous avons vu aussi cependant que même avec la pleine mesure du Saint-Esprit, Jésus n'arrivait pas à guérir tous les gens qu'Il rencontrait (Marc 5:5-6).

Jn 3:34 car celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu ne lui donne pas l’Esprit avec mesure.

Contrairement aux apôtres et à nous, à cause de l'intimité avec le Saint-Esprit qu'Il avait développé au maximum, Jésus voyait toujours exactement quel était le problème et comment le traiter grâce au don du discernement des esprits. Pensons à sa rencontre avec l'enfant sourd muet quand il est descendu de la montagne.

Marc 9:14 Lorsqu'ils revinrent vers les disciples, ils virent autour d'eux une grande foule et des spécialistes de la loi qui discutaient avec eux. 15 Dès que les gens virent Jésus, ils furent surpris et accoururent pour le saluer. 16 Il leur demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? » 17 Un homme de la foule lui répondit : « Maître, je t'ai amené mon fils qui a un esprit muet. 18 Partout où l'esprit s’empare de lui, il le jette par terre ; l'enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J'ai prié tes disciples de chasser l'esprit et ils n'ont pas pu. » 19 « Génération incrédule, leur dit Jésus, jusqu'à quand serai-je avec vous ? Jusqu'à quand devrai-je vous supporter ? Amenez-le-moi. » On le lui amena. 20 Dès que l'enfant vit Jésus, l'esprit l'agita avec violence ; il tomba, et il se roulait par terre en écumant. 21 Jésus demanda au père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? » « Depuis son enfance, répondit-il, 22 et souvent l'esprit l'a jeté dans le feu et dans l'eau pour le faire mourir. Mais si tu peux faire quelque chose, viens à notre secours, aie compassion de nous. » 23 Jésus lui dit : « Si tu peux ! Tout est possible à celui qui croit. » 24 Aussitôt le père de l'enfant, [en larmes, ] s'écria : « Je crois, [Seigneur, ] viens au secours de mon incrédulité ! » 25 Voyant accourir la foule, Jésus menaça l'esprit impur en lui disant : « Esprit muet et sourd, je te l'ordonne, sors de cet enfant et n'y rentre plus. » 26 L'esprit sortit de l'enfant en poussant des cris et en le secouant très violemment. L'enfant devint comme mort, de sorte que beaucoup disaient qu'il était mort, 27 mais Jésus le prit par la main, le fit lever, et il se tint debout. 28 Quand Jésus entra dans la maison, ses disciples lui demandèrent en privé : « Pourquoi n'avons-nous pas pu chasser cet esprit ? » 29 Il leur dit : « Cette espèce-là ne peut sortir que par la prière et par le jeûne. »

Mt.17:19 Alors les disciples s’approchèrent de Jésus, et lui dirent en particulier : Pourquoi n’avons-nous pu chasser ce démon ? 20 C’est à cause de votre incrédulité, leur dit Jésus. Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : Transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait ; rien ne vous serait impossible. 21 Mais cette sorte de démon ne sort que par la prière et par le jeûne.

Voilà un bel exemple qui donne une explication possible de nos insuccès dans les prières. Les apôtres avaient reçu de Jésus toute l'autorité et la puissance pour guérir et chasser les démons, comme on a lu dans Marc 5:7 mais pourtant il arrivait des situations où cela ne fonctionnait pas comme anticipé. Au temps des apôtres de Jésus, comme on le remarque de nos jours, il arrivait aussi que la guérison ne soit pas instantanée.

Dans ce cas précis, le problème c'est le manque de préparation spirituelle dans la prière et le jeûne. Jésus dit que cela manifestait un manque de foi de la part des disciples. En quoi un manque de préparation spirituelle dans la prière et le jeûne manifeste-t-il un manque de foi ?

Pour bien comprendre pourquoi Jésus a associé le manque de foi à la préparation spirituelle dans la prière et le jeûne, il faut lire le début du chapitre où cet événement s'est produit.

Marc 9:2 Six jours plus tard, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena sur une haute montagne, à l’écart, eux seuls. Là, il fut transfiguré devant eux.

Jésus avait pris à part Pierre, Jean et Jacques et les avait amenés sur une haute montagne. Tous ses disciples savaient pertinemment que quand Jésus allait à l'écart sur une montagne, c'était pour rencontrer son Père dans la prière et le jeûne. Puisque la montagne était haute, cela leur a pris du temps pour y parvenir. La conversation avec Moïse et Élie a été longue aussi, au point où Pierre leur a proposé de leur monter des tentes pour dormir (Marc 9:5). C'est donc qu'ils avaient apporté leur matériel de camping, prévoyant que le long voyage ne se ferait pas dans la même journée.

Qu'est-ce que cela aurait dû signifier pour les autres disciples qui étaient restés en arrière, en bas de la montagne ? S'ils avaient manifesté de la foi, ils auraient dû décider de jeûner et prier eux aussi, sachant que Jésus ne faisait jamais rien pour rien. Si Jésus avait décidé d'aller prier et jeûner sur une haute montagne avec ses trois plus proches disciples, c'est qu'Il devait avoir une excellente raison de le faire. Et comme le disciple n'est pas plus grand que son maître, si Jésus avait besoin de jeûner et prier à ce moment précis de sa vie, combien plus ses disciples auraient dû réaliser par la foi leur besoin de jeûner et prier pendant l'absence de leur maître et de ses plus proches disciples. On sait que la foi vient de l'écoute de la Parole de Christ (Ro.10:17) mais ils ont manqué de foi, ils ont mal compris la parole et les agissements de leur maître alors quand le grand défi est venu, ils n'avaient pas eu l'entraînement spirituel nécessaire dans le jeûne et la prière pour pouvoir le surmonter et manifester la gloire de Dieu dans leur vie. Comme un athlète qui a lésiné sur sa préparation physique, quand l'épreuve arrive, il est incapable de la terminer, c'est la même chose sur le plan spirituel, pour nous qui sommes des athlètes du Christ (2Ti.2:5, 1Co.9:24-27). Jésus leur avait enseigné à prier sans se décourager. (Luc 18:1)

Jésus leur dit une parabole pour montrer qu'ils devaient toujours prier, sans se décourager. 2 Il dit : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et qui n'avait d'égards pour personne. 3 Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait lui dire : ‘Rends-moi justice contre ma partie adverse.’ 4 Pendant longtemps il refusa. Mais ensuite il se dit : ‘Même si je ne crains pas Dieu et n'ai d'égards pour personne, 5 puisque cette veuve me fatigue, je vais lui rendre justice afin qu'elle ne vienne pas sans cesse me déranger.’ » 6 Le Seigneur ajouta : « Ecoutez ce que dit le juge injuste. 7 Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ceux qu’il a choisis et qui crient à lui jour et nuit ? Les fera-t-il attendre ? 8 Je vous le dis, il leur fera rapidement justice. Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

Par contre ses disciples n'avait pas pris l'habitude de jeûner parce que Jésus était toujours avec eux.

Luc 5:33 Ils lui dirent : « Pourquoi les disciples de Jean, tout comme ceux des pharisiens, jeûnent-ils fréquemment et font-ils des prières, tandis que les tiens mangent et boivent ? » 34 Jésus leur répondit : « Pouvez-vous faire jeûner les invités à la noce pendant que le marié est avec eux ? 35 Les jours viendront où le marié leur sera enlevé, alors ils jeûneront durant ces jours-là.

Quand Jésus est allé sur la haute montagne, c'était pour ses disciples une préfiguration de l'enlèvement car pour la première fois, ils seraient longtemps sans le voir. Les jours sont venus où leur maître a été enlevé de leur vie quotidienne mais ils n'ont pas jeûné et prié. Par conséquent, ils n'étaient pas assez forts spirituellement pour chasser le démon particulièrement coriace.

Le jeûne affaiblit le corps mais augmente la force spirituelle qui nourrit la foi et les disciples en auraient eu besoin pour continuer à menacer le démon jusqu'à ce qu'il doive s'avouer vaincu et sorte de l'enfant. Mais les disciples ont manqué de force spirituelle, ils se sont découragés, ils ont manqué de foi, ne s'étant pas suffisamment entraînés pour le défi que représentait ce type de démon particulièrement coriace.

La prière et le jeûne sont l'entraînement nécessaire pour que l'athlète de Christ remporte la victoire, tout comme l'entraînement physique est nécessaire à un athlète qui aspire à la victoire. Les disciples ne l'avaient pas réalisé, cela manquait à leur compréhension de la foi. Jésus leur dit que l'absence de résultat était due à leur manque de foi, c'était à eux de discerner par la foi qu'ils auraient dû aussi jeûner et prier comme Jésus et ses trois disciples l'avaient fait en partant sur la haute montagne. Le texte ne nous le dit pas mais la réaction de Jésus laisse à penser que Jésus aurait pu même leur dire expressément de jeûner et prier pendant son absence prolongée.

Tous les démons n'ont pas la même puissance ni la même résistance. Les disciples s'imaginaient qu'avec l'autorité que Jésus leur avait transféré. il leur suffisait de répéter les paroles que Jésus disait pour chasser les démons. Ils étaient donc très perplexes face à cette situation. Pour nous, elle nous fournit une raison possible expliquant l'absence de la guérison même si on dit les bonnes paroles, même si on croit avec raison que nous avons eu le même transfert d'autorité que les apôtres dans Luc 10:19 (version Nouvelle Bible Segond).

Luc 10:19 Je vous ai donné l’autorité pour marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous faire de mal.

Parfois devant de grands défis, notre autorité en Christ reçue à la nouvelle naissance ne suffit pas. C'est la raison de toutes ces exhortations bibliques à faire toutes sortes d'efforts et de sacrifices pour développer nos muscles spirituels. Il y a des situations sur notre route où on a besoin d'entendre la voix de l'Esprit qui nous avertit de nous préparer particulièrement dans le jeûne et la prière avant que des grands défis se présentent à nous afin que nous ayons la force spirituelle de les surmonter. Si, maintenant que notre Maître a été enlevé, on a déjà pris l'habitude de prier et jeûner régulièrement, on évitera le genre de confusion expérimenté par les disciples qui étaient parfois incapables d'exercer leur autorité en Christ.

Sixième point

J'ai presque hésité à en parler car certains sont vites à blâmer l'absence de guérison par un péché non confessé dans la vie du malade. Nous avons bien plusieurs autres raisons mais il reste que cela puisse arriver que le péché soit une entrave à la guérison. Ce n'est cependant pas toujours le cas, c'est tellement facile, trop facile de blâmer le malade pour le manque de guérison. On a déjà vu que le péché d'incrédulité diminuait la capacité de Jésus d'accomplir des miracles. Il arrive aussi que les maladies s'installent parce qu'on a ouvert la porte au diable par le péché, dans ces cas, la confession et la décision d'abandonner le péché devient un prérequis à la guérison. Par exemple, Job vivait dans la crainte constante. Il a ouvert la porte aux calamités dans sa vie jusqu'à ce qu'il se repente et sois rétabli.

Jacques 5:14 Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Eglise et que les anciens prient pour lui en lui appliquant de l’huile au nom du Seigneur. 15 La prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera. S’il a commis des péchés, le pardon lui sera accordé. 16 Avouez-vous donc vos fautes les uns aux autres et priez les uns pour les autres afin d’être guéris. La prière du juste agit avec une grande force.

Job 3:25 Ce dont j’ai peur, c’est ce qui m’arrive; ce que je redoute, c’est ce qui m’atteint.

Job 42: 5 Mon oreille avait entendu parler de toi, mais maintenant mon oeil t’a vu. 6 C’est pourquoi je me condamne et je reconnais mes torts sur la poussière et sur la cendre. ... 10 L’Eternel rétablit la situation de Job quand celui-ci eut prié pour ses amis; il lui accorda le double de tout ce qu’il avait possédé.

N'hésitez pas à relire et méditer ces six points car c'est inévitable que vous expérimenterez des délais dans l'exaucement et vous avez besoin de comprendre pour ne pas tomber dans la perplexité et la paralysie spirituelle comme cela avait été le cas avec les neuf apôtres à qui on avait amené un enfant possédé d'un puissant esprit sourd-muet.

Septième point

Si dans le cas des inconvertis, les guérisons peuvent survenir rapidement, miraculeusement pour les amener à croire, en ce qui concerne les chrétiens, c'est souvent plus long et ardu parce que nous sommes enjoints à exercer nos "muscles" spirituels, à aspirer aux dons spirituels, à chercher avec zèle le don de guérison pour qu'il se manifeste. Oui l'Esprit donne le don de guérison comme Il veut (1Co.12:11), et Il veut le donner à celui qui le recherche avez zèle, comme la femme que la foule dense ne pouvait empêcher de toucher le bord du vêtement de Jésus.

Ro 12:11 Ayez du zèle, et non de la paresse. Soyez fervents d’esprit. Servez le Seigneur.

1Co 12:31 Aspirez aux dons les meilleurs.

Les termes grecs traduits en français par "zèle", "fervents" et "aspirez" viennent tous de la même famille de mot qui a donné le mot "zèle" en français. Que celui qui fait de la paresse, attendant que sa guérison se produise "si Dieu le veut", ne s'attende pas à recevoir rien du Seigneur. Dieu n'exauce pas les fatalistes, Il répond plutôt à ceux qui Le cherchent de tout leur coeur (Jé.29:13). La guérison tarde ?, persévère dans la recherche de ta guérison, renseigne toi sur les plantes que Dieu a créées pour soigner ton corps malade (Ez.47:12, 1Ti.5:23, 2R.20:7, 1S.30:12), prends soin de ton corps, comme tu prends soin de ton âme et de ton esprit (3Jn.2).

Pr.4:20 Mon fils, sois attentif à mes paroles, prête l’oreille à mes discours. 21 Qu’ils ne s’éloignent pas de tes yeux; garde-les dans le fond de ton coeur; 22 Car c’est la vie pour ceux qui les trouvent, c’est la santé pour tout leur corps. 23 Garde ton coeur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie.

- Le webmestre

Voir aussi : Lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris





Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mercredi 23 août 2017