iv>
 
   
 
Guérison d'un kyste juste avant l'opération

Témoignage d'une guérison physique sans signe apparent

Il y a plusieurs années de cela, j'étais dans un milieu chrétien où les prières pour les gens ayant besoin d'une opération montaient devant le trône de grâce dans des termes qui ressemblaient à « Oh Seigneur, guide les mains du médecin qui va opérer afin que ton enfant récupère rapidement. »

À cette époque, avec un frère pentecôtiste dans le Seigneur que je connaissais bien, j'étais allé visiter à l'hôpital une sœur sur laquelle on avait décelé un kyste de la grosseur d'une orange sur un ovaire. On avait préparé son opération pour le lendemain matin.

Après un temps de communion fraternelle où nous lui avons manifesté notre soutien et notre sympathie, avant de la quitter, le frère m'avait étonné en demandant au Seigneur Jésus de la guérir. On voyait que c'était une prière naturelle pour lui, une prière à laquelle il s'attendait qu'elle serait exaucée. Ce frère à lunettes, humble d'apparence, petit de taille et de corpulence, avait un défaut de langage et il prononçait « Jéjus » au lieu de « Jésus ». Je n'aurais pas pensé faire une prière de ce genre pour une guérison miraculeuse au nom de Jésus, mais j'ai dit « amen » quand même à sa prière, malgré mon scepticisme. Sans surprise de ma part, rien de particulier ne semblait s'être produit, rien que nous pouvions remarquer par nos sens humains et nous sommes repartis.

Le lendemain matin, le docteur est revenu voir la soeur dans le Seigneur pour faire un dernier examen avant de l'amener à la salle d'opération. La tumeur avait complètement disparu et le docteur n'a eu d'autre choix que d'annuler l'opération et renvoyer la dame chez elle. En autant que je sache pour l'avoir côtoyé pendant des années, le kyste n'est jamais réapparu. Ceci m'enseigne 2 leçons.

1° Leçon

Ce n'est pas dans l'éloquence d'une personne que réside la puissance mais dans le nom de Jésus. Les premiers chrétiens pouvaient être impressionnés par des grands orateurs comme Apollos mais Dieu aime bien se glorifier en utilisant les lèvres tremblantes comme celles de mon frère qui m'ont fait penser à ce que l'apôtre Paul disait de lui-même aux chrétiens de l'église de Corinthe :

1Co.2 :3 J’ai été faible, craintif et tout tremblant chez vous. 4 Ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse humaine, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance, 5 afin que votre foi soit fondée non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

2° Leçon

Si notre vie est axée sur nos cinq sens, la vie ne fait pas de sens car la vérité dépasse la réalité de ce que nos sens sont en mesure de saisir !

Ce n'est pas parce que nos sens ne perçoivent aucun changement que le Seigneur n'a pas déjà entrepris d'exaucer la prière pour la guérison. Parfois le travail interne de guérison n'est pas visible, ni audible et il ne laisse pas d'odeur ! Soyons donc prudents avant de poser des conclusions concernant l'exaucement d'une prière de guérison. D'autant plus que le Seigneur nous appelle à marcher par la foi et non par la vue.

C'est ce qui s'est passé avec les 10 lépreux qui avaient demandé à Jésus d'être guéris. Jésus les a renvoyés avant que la manifestation de la guérison se produire. Les 10 lépreux ont cru à la parole de Jésus même s'ils voyaient encore la lèpre sur leur corps et ils sont partis se montrer aux sacrificateurs, comme l'exige la loi de Moïse dans Lévitique 13, convaincus que ce serait pour confirmer leur guérison. Et comme de fait, nous lisons dans Luc :

Luc 17:12 Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Se tenant à distance, 13 ils élevèrent la voix, et dirent: Jésus, maître, aie pitié de nous! 14 Dès qu’il les eut vus, il leur dit: Allez vous montrer aux sacrificateurs. Et, pendant qu’ils y allaient, il arriva qu’ils furent guéris. 15 L’un d’eux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix.

Maintenant je sais que Jésus guérit encore aujourd'hui Maintenant je sais que Jésus guérit encore aujourd'hui, parfois instantanément, parfois graduellement, parfois à retardement, comme Il avait eu compassion du missionnaire Epaphrodite (Ph.2:25-27), et l'avait guéri d'une maladie mortelle suite aux prières de Paul. Plusieurs peuvent témoigner aussi comment ils ont combattu le bon combat de la foi pour expérimenter leur guérison et comment ainsi, le Grand Médecin céleste a confondu les médecins de ce monde en guérissant là où on avait affirmé qu'il n'y avait plus d'espoir.

Philippiens 2:25 J’ai cependant estimé nécessaire de vous renvoyer mon frère Epaphrodite, mon collaborateur et mon compagnon de combat, que vous aviez envoyé afin de pourvoir à mes besoins. 26 Il désirait vous revoir tous et se tourmentait parce que vous aviez appris sa maladie. 27 Il a été malade en effet, tout près de la mort, mais Dieu a eu pitié de lui, et non seulement de lui mais aussi de moi, afin que je n’aie pas tristesse sur tristesse.



Gloire à Dieu ! Soyez bénis et guéris !



N.B. La photo a été choisie à titre d'illustration seulement, la personne alitée n'est pas celle évoquée dans ce partage.






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes jeudi 14 décembre 2017