iv>
 
   
 
Les expériences spirituelles
Les langues, c'est l'homme qui parle à Dieu, pas Dieu qui parle aux hommes. Vérifiez l'expérience avec la Parole de Dieu
En ce qui me concernait, c'était mon grand ami l'apôtre Paul lui-même qui me taillait des croupières par son implacable logique inspirée du Saint-Esprit. Toutefois, sur ce point je disposais encore de deux îlots de résistance : un grand blockhaus et un petit fortin. Mon blockhaus, c'était une ligne de l'écriture qui pouvait encore me faire espérer que l'absolu de Paul fût tant soit peu atténué part sa citation de l'Ancien Testament « Je parlerai à ce peuple... »3 Je me disais, si Dieu s'adresse aux incroyants par le moyen du parler en langue c'est que c'est peut-être quand même un message aux hommes. Mon espoir fut de courte durée car mon blockhaus était miné et il a sauté tout seul. Bien sûr que Dieu parlait aux Juifs par ce signe, mais si le signe leur parlait, les paroles de ce signe étaient pour Dieu et pour Lui seul.
Un jour un général d'armée m'a invité personnellement dans son bureau pour que je lui parle de la foi. Quand je suis arrivé, plusieurs personnes attendaient d'être reçues. Je suis entré le premier. Mon entretien était avec le général seul mais mon entrée immédiate était pour les autres un signe de l'honneur qui m'était fait. Il en est ainsi du parler en langues. Les langues païennes désormais privilégiées sont admises au protocole privé du Roi des rois. C'est à Dieu seul qu'ils parleront mais ce sera très « parlant » pour les autres.

Deuxième ligne de défense

Sur ce point encore j'ai tenté de résister dans mon fortin-minus. Je l'appelle minus parce qu'il se situait en dehors de la Bible. C'était le fortin des expériences dont finalement on s'entretenait plus que de la Parole de Dieu. Or rien n'est plus sujet à caution que l'expérience. C'est pourquoi je n'ai pas voulu m'y engager dans ce livre. C'est un terrain bien trop mouvant.

(1) Matt.10 : 6 (2) Matt.10 : 5 (3) 1 Cor.14 : 21

J'ai deux sortes de livres sur ma table de travail. Il y a ceux qui à grands renforts d'anecdotes rapportent des témoignages vécus, prouvés, qui tous militent en faveur d'un parler en langue qui s'adresserait bel et bien aux hommes. Il y a les autres avec leurs contre-témoignages qui démystifient la chose. Dans ce domaine de l'expérience ou de l'anti-expérience les forces en présence sont à peu près égales ; je m'en tiendrai au principe « sola scriptura ». J'ai été personnellement l'objet de prophéties dites au travers du parler en langue. D'autres que moi l'ont été et quelques-uns peuvent même affirmer que ce qu'on a dit d'eux était vrai et que les choses se sont passées comme elles ont été dites. Or, de telles expériences ne peuvent pas être niées. Mais enfin ! s'est écrié un cher ami, j'ai entendu une prophétie en langue qui me concernait et elle s'est accomplie dans ma vie ! Cet ami était-il sérieux ou voulait-il plaisanter? Eh bien soit, vous comme moi nous avons entendu cette forme de « vérité », il y a eu accomplissement donc, le ciel a parlé. En sommes-nous sûr ? Parce que le ciel a aussi parlé dans la Bible et ce qui y est dit contredit cette expérience. L'expérience affirme que dans le parler en langue c'est le ciel qui parle aux hommes tandis que la Bible dit que ce sont les hommes qui parlent au ciel.1 A qui vais-je donner raison ? A ce que Dieu dit ou à ce que dit mon expérience ? Job semble avoir connu ce dilemme quand il a dit : « J'ai fait plier ma volonté à ta Parole. »2

L'expérience ! Mais elle est partout dans la vie et elle ne prouve pas grand-chose.

Même l'occultisme !

Il arrive à l'horoscope de ne pas se tromper ! Des millions de gens sont prêts à en témoigner ; ça c'est l'expérience.

Les parois de la chapelle de Notre-Dame de la Garde à Marseille sont couvertes de plaquettes reconnaissantes attestant des exaucements miraculeux ; ça c'est l'expérience.

Madame Soleil dit des choses extraordinairement vraies parfois.

Deux voyantes américaines ont prédit l'une l'assassinat de J.F. Kennedy et l'autre l'attentat contre le président Reagan et ce fut vrai. Les béquilles et prothèses suspendues dans la grotte de Lourdes accréditent-elles la doctrine mariale ? Parce que cela aussi c'est de l'expérience.

Le radiesthésiste qui vous indique le lieu d'un objet perdu à des centaines de kilomètres de là rien qu'en passant son pendule sur une carte Michelin c'est aussi de l'expérience.

L'expérience n'est-elle pas prouvée quand le même radiesthésiste vous dit, sans même vous ausculter, le nom de la maladie dont vous souffrez ? Des milliers de gens y croient et ont recours à ces pratiques parce que la réalité de l'expérience les empêche de voir le côté occulte et divinatoire de ces choses.

Sola scriptura

Mais, me suis-je récrié tout un temps, c'est dans le domaine des expériences bibliques et spirituelles que notre recherche de la vérité se situe ! Ta Parole est la Vérité3 fut la réponse qui me revenait toujours à l'esprit; et en dehors de la Parole le diable peut nous fournir des expériences à la pelle ; il peut alors très bien se déguiser en anges de lumière4 et nous dire des vérités. Car si c'est le Saint-Esprit qui parle là où il y a tant soit peu de vérité, dans quelle catégorie faut-il classer celle d'Actes 16 où dans la ville européenne de Philippes une jeune fille douée d'un extraordinaire don de prophétie, se met à suivre deux hommes qu'elle n'a jamais rencontrés et crie à qui veut l'entendre que ces hommes sont des serviteurs de Dieu et qu'ils annoncent la Parole du salut.5 Cela aussi c'est de l'expérience. Mais c'était un démon qui parlait et Paul lui a fait vider les lieux. Tant que cette jeune fille pouvait dire ces vérités, elle était dans l'erreur ; ce n'est que quand elle n'a plus pu rien dire qu'elle a été dans la vérité !

(1) 1 Cor.14 : 2 (3) Jean.17 : 17 (1) Actes.16 : 17

(2) Job.23 : 12 (4) 2 Cor.11 : 14

Pharaon aussi

De l'expérience ! Pharaon en avait tant qu'il en voulait. Ses magiciens changeaient l'eau en sang, faisaient proliférer les grenouilles et changeaient des bâtons en serpents.1 C'était vrai, c'était authentique ; vrais aussi l'expérience et le témoignage de ces femmes en Jérémie 44 : 16 et 17 « ... quand nous offrions de l'encens à la reine du ciel, nous avions du pain pour nous rassasier, nous étions heureux et nous n'éprouvions pas de malheur. Et depuis que nous avons cessé d'offrir de l'encens à la reine du ciel et de lui faire des libations nous avons manqué de tout et nous avons été consumés par l'épée et par la famine... » Qui dit mieux ! ?

Qu'est-ce qui détermine qu'une chose est vraie ou fausse ? le témoignage vécu ou la Parole de Dieu ? Quand Dieu dit que celui qui parlait en langue ne s'adressait pas aux hommes, que faut-il renier, cette Parole qui le dit ou le témoignage qui contredit cette Parole ? Entre les « expériences » et la Bible un choix s'est imposé à moi. Ce choix je l'ai fait. Je me suis rangé du côté de l'écriture et contre ces pseudo-témoignages. A mes lecteurs de faire leur choix.

- G.F. Rendal dans son "Je parle en langues plus que vous tous"


A ce texte pertinent je me permets la nuance suivante, ce n'est pas parce qu'une expérience n'a pas de précédent biblique qu'elle est à rejeter pour autant, le fruit qu'elle porte est aussi un critère à considérer à mon avis, si cela stimule à la consécration et la sanctification, c'est le fruit du SAINT-Esprit. Les écritures contiennent toute la doctrine nécessaire à notre foi Jude 3, mais je ne penserais pas qu'elles contiennent la somme de toutes les expériences spirituelles pouvant être le fruit de l'Esprit.






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes vendredi 15 décembre 2017