iv>
 
   
 
Les promesses conditionnelles de Dieu
Je viens de lire une promesse conditionnelle extraordinaire que le Seigneur s'adresse au prophète Jérémie et je trouve qu'elle s'applique bien à nous, chrétiens:

Jé.15:19 C'est pourquoi ainsi parle l'Eternel: Si tu te rattaches à moi, je te répondrai, et tu te tiendras devant moi; Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil, tu seras comme ma bouche. C'est à eux de revenir à toi, mais ce n'est pas à toi de retourner vers eux. 20 Je te rendrai pour ce peuple comme une forte muraille d'airain; Ils te feront la guerre, mais ils ne te vaincront pas; Car je serai avec toi pour te sauver et te délivrer, dit l'Eternel. 21 Je te délivrerai de la main des méchants, je te sauverai de la main des violents.

Avez-vous déjà remarqué combien de promesses sont conditionnelles dans la Parole de Dieu?

La promesse de la réponse à la prière

Jean 15:7 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.

La promesse de l'amour de Jésus

Jean 15:10 Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour.

La promesse de l'amitié de Jésus

Jean 15:14 Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande.

La promesse de la vie de Dieu

Romains 8:13 Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez,

La promesse du salut

Col.1:21 Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises oeuvres, il vous a maintenant réconciliés 22 par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche, 23 si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l'espérance de l'Evangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel, et dont moi Paul, j'ai été fait ministre. 1Co.15:1 Je vous rappelle, frères, l'Evangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré, 2 et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé; autrement, vous auriez cru en vain.

On peut croire en vain

a) si notre foi est basée seulement sur un credo dépourvu de l'action de l'Esprit qui sanctifie, Ro.8:13, Ja.2:14-26.

b) si notre foi est basée sur nos propres mérites plutôt que d'être basée sur le sacrifice parfait de Jésus-Christ qui a pris sur lui notre condamnation, Ep.2:8-9.

A cet effet, je tiens à souligner l'accord intervenu sur la doctrine de la justification dans lequel est reconnu conjointement la gratuité du salut de Dieu - après 30 ans de discussions! entre théologiens catholiques et luthériens:

Voici la Déclaration :

"par la foi dans le Christ Sauveur et non en raison d'un quelconque mérite de notre part, nous sommes acceptés de Dieu et recevons l'Esprit Saint".

"Pour la première fois depuis des siècles, nous marchons sur un terrain qui nous est commun." dit l'évêque Christian Krause, président de la Fédération Luthérienne Mondiale.

Au Vatican, le pape Jean Paul II a salué la signature de cet accord relatif aux moyens de parvenir au salut, qui marque selon lui, une étape cruciale sur le chemin de l'unité des chrétiens, rapporte Katharine Schmidt.

Cet accord sur la justification par la foi me rappelle une discussion que j'avais eu avec un vieil anglophone catholique à mon salon de coiffure. Je lui avais demandé sur quoi son salut était basé. Il m'avait répondu après avoir pris quelques instants de réflexion: "Pas à cause de ce que j'ai fait, sur la base des mérites de Jésus-Christ seulement". Il m'a dit que c'était là ce que l'Église catholique avait toujours enseigné. Cet article va donc aussi dans ce sens.

J'ai rencontré cependant, qu'au Québec francophone du moins, plusieurs catholiques qui pensent encore qu'il leur faut gagner leur ciel et qu'ils n'ont aucune assurance de leur salut puisqu'ils le basent sur leurs oeuvres et non sur l'oeuvre parfaite de Jésus. Cette annonce d'un accord sur la justification par la foi est donc la bienvenue et j'espère que les catholiques en prendront connaissance pour dissiper la confusion qui pourrait perdurer encore.

Qu'en est-il de chacun de nous, sur quoi notre foi est-elle basée? sur nos mérites? sur notre credo? ou sur la personne de Jésus?

Je termine avec la promesse du bonheur

Jean 13:17 Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez.






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes lundi 11 décembre 2017