La théorie du big-bang
LA THÉORIE DU BIG-BANG QUESTIONNÉE

Je ne suis pas scientifique, mais curieux de nature. Alors il m'arrive de regarder ce que disent les scientifiques sur une théorie reprise comme une vérité par ceux qui refusent de croire en Dieu (encore moins de le croire). Je parle du Big-Bang. Je voudrais vous faire part de ce que j'en ai retenu. Le Big-bang est une théorie parmi plusieurs autres. Il y a d'ailleurs plusieurs théories dans celle du Big-bang.
Si j'ai bien compris ce que disent et écrivent les scientifiques, dans le milieu des laboratoires de recherche et au niveau des grands chercheurs dignes de ce nom, il existe trois classements (je résume) :

1- L'hypothèse de travail. Elle n'est pas prouvée. Elle est construite à partir des théories en cours de recherche et de découvertes tangibles. Une théorie peut très bien être éloignée de l'hypothèse à la quelle elle donne naissance (vie extra-terrestre, univers parallèles, univers en bulle...).

2- La théorie. Elle a dépassée le stade de l'hypothèse car des expériences, des observations ou des calculs, semblent permettre sa définition (Big-bang, évolution, systèmes planétaires extra-solaire...) A ce titre, il faut savoir que Pluton a d'abord été "découverte" par calcul, avant d'être observée par l'optique.

Pourtant la marge entre l'hypothèse et la théorie nécessite pour être comprise de connaître la science qui l'étudie à un niveau intellectuel extrême.

Ceci dit, même entre eux, les scientifiques n'hésitent pas à appeler certaines théories des "délires théoriques".

3- La découverte (et non la vérité) qui s'observe et se démontre sans connaissance spécifique particulière (et pourtant elle tourne autour du soleil, à moins que ce ne soit l'inverse :-))) ), même si elle contredit des recherches en cours (la pénicilline).

Pour en revenir au Big-Bang, cette théorie s'appuie sur la constance de Hubble (déduite de l'observation de la variation de l'éclat des céphéides dans l'amas du Fourneau) et sur un taux constant de Deutérium dans l'univers.

1er. problème majeur : Cela donne des écarts dans le calcul de l'âge de l'univers tels que l'âge de certaines étoiles observées seraient plus âgées que l'univers qui les contient.

2ème problème majeur, on observe dans des amas d'étoiles des taux de deutérium avec des écarts en plus ou en moins de un à dix et qui contredisent ce que la théorie exige.

3ème problème majeur : L'univers observé (et on en a observé qu'une infime partie) donne une masse calculée cinq fois supérieure à celle qu'exige la théorie du Big-Bang. On corrige cela en faisant appel à la théorie de l'univers statique d'Instinct (l'univers serait arrivé en fin de course ?)

4ème problème majeur : La nuit est noire (même hors de l'atmosphère). le ciel devrait être tapissé de toutes les étoiles qui le composent et offrir un fond lumineux comme en plein jour.
Actuellement les chercheurs de différentes écoles d'hypothèses ne savent plus à quel modèle de calcul se vouer. Chaque fois qu'ils croient avoir fait une découverte qui vient étayer leur hypothèse, un calcul ou une découverte viennent la contredire; A tel point que deux équipes très sérieuses dont les travaux et les calculs ne peuvent pas être mis en doute, ont trouvés des résultats très clairement divergents. Ce qui est le cas de l'observation énoncée dans le 2ème problème. Ce qui revient à dire que sur une même photo, le grand père serait plus jeune que son fils et le petit fils plus vieux que le grand père (vous arrivez à suivre ?). Eux aussi ont du mal.

Par contre un fait observable reçoit une explication par la théorie du Big-Bang :

Un rayonnement de fond de ciel est observé uniformément de tous les côtés que l'on observe le ciel (la mesure en est de trois Kelvin 3K). La théorie du Big-bang dit que cent mille ans après son instant initial, une lumière de type rayonnement de corps noir a jaillie dans tout l'univers.

J'ai pas déjà lu ça quelque part ???

En espérant ne pas vous avoir ennuyé avec mon petit résumé, je vous salue fraternellement en Christ, la Parole créatrice.

Pierre-Antoine Eldin


LA THÉORIE DU BIG-BANG DÉMOLIE !

Plusieurs leaders chrétiens de nos jours n'ont pas simplement toléré l'idée du «big bang», mais l'ont embrassé de tout coeur. À les entendre, les croyants devraient l'accueillir comme un outil majeur dans la défense de la foi. «Au moins, nous pouvons utiliser la science pour prouver qu'il y a un créateur dans l'univers».

Cependant, le prix de succomber à l'appât de l'approbation séculière, du moins en physique et en astronomie, a été énorme. Nous avons averti les chrétiens depuis longtemps que d'adopter le big bang c'est comme introduire le cheval de bois à l'intérieur des murs de la cité de Troie. Voici pourquoi :

  1. Le big bang oblige l'acceptation d'une séquence d'événements totalement incompatibles avec la Bible, par exemple la Terre vient après le soleil au lieu du contraire dans la Bible.
  2. Les milliards d'années demandées par le big bang dans l'évolution astronomique est non seulement fondé sur des hypothèses naturalistes, elles sont aussi contraires aux paroles de Jésus lui-même, qui a dit que les gens avaient été créés au commencement, non pas à la fin d'une interminablement long processus de «création», lire Marc 10:6.
  3. L'évolution lente des étoiles, ensuite du système solaire et des planètes ( incluant la Terre ) dans la pensée big bang signifie que les «chrétiens big bang» sont invariablement entraînés à accepter l'évolution géologique (des millions d'années pour que les couches de roches avec les fossiles sont superposées ). Ainsi, ils finissent par nier le déluge universel et accepter que la mort, le sang répandu et la maladie ( comme on le voit dans les fossiles ) aient été présents avant Adam. Ceci enlève tout effet sur le monde réel de la Chute et la Malédiction sur la création. Ceci enlève aussi LA réponse biblique que les chrétiens ont toujours eue face au problème de la souffrance et du mal ( Dieu a créé un monde parfait, ruiné par le péché ).
  4. Épouser la théologie de quelqu'un à la science du jour signifie que l'un des deux risque de se retrouver veuf le lendemain.

En fait, il y a des signes puissants qui montrent que c'est exactement cela qui est en train de se produire et que ceux qui ont acheté le big bang à cause de ses supposées preuves irréfutables s'en sont fait passer une «petite vite». Une lettre ouverte signée par 33 leaders du monde scientifique à la communauté scientifique a été publiée sur l'internet et dans le New Scientist, elle a eu l'effet d'une bombe. La lettre dit: «La théorie du big bang démolie par 33 des meilleurs scientifiques. Nos idées au sujet de l'histoire de l'univers sont dominées par la théorie du big bang. Mais sa domination repose plus sur des décisions de financement que sur la méthode scientifique, selon Eric Lerner, le mathématicien Michael Ibison de Earthtech.org et des douzaines d'autres scientifiques de par le monde.»

La lettre ouverte inclut des affirmations telles que:

  1. Aujourd'hui, le big bang dépend d'un nombre grandissant d'entités hypothétiques, des choses qui n'ont jamais été observées - l'inflation, la matière noire et l'énergie noire en sont les exemples les plus probants. Sans eux, il y aurait une contradiction fatale entre les observations faites par les astronomes et les prédictions de la théorie du big bang.
  2. Mais la théorie du big bang ne peut survivre sans ces facteurs échappatoires. ( Ce qui suit dans ce point est plutôt difficile à comprendre pour qui n'est pas astronome. N.D.L.T. ) Sans le champ d'inflation hypothétique, le big bang ne prédit pas la douce radiation isotropique cosmique en arrière-plan qui est observée, parce qu'il n'y aurait aucune manière pour des parties de l'univers qui sont maintenant plus de quelques degrés éloignés dans le ciel de parvenir à la même température et ainsi émettre le même montant de radiation micro-onde. (...) L'inflation requiert une densité 20 fois plus large que ce qui est impliqué par la nucléosynthèse du big bang, l'explication de la théorie de l'origine des éléments composant la lumière - ceci concerne le problème d'horizon ; les défenseurs du big bang ont un problème de «lumière-voyage-temps».
  3. Ce recours continuel à des nouveaux objects hypothétiques ne seraient acceptés dans aucun autre domaine de la physique comme moyen de faire le pont entre le fossé de la théorie et de l'observation. Cela ferait, au minimum, soulever de sérieuses questions au sujet de la validité de la théorie sous-jacente [italiques ajoutés au texte d'origine].
  4. Qui plus est, la théorie du big bang ne peut se vanter d'une prédiction quantitative qui a été validée subséquemment par l'observation. Les succès proclamés par les supporteurs de la théorie consistent à sa capacité d'agencer en rétrospective les observations avec une assortiment toujours grandissant de paramètres ajustables, à la manière de la vieille cosmoligue de Ptolémée qui était centrée sur la Terre et qui nécessitait couche par-dessus couche d'épicycles.

Les dissidents disent qu'il y a d'autres explications de cosmologie qui ont réussi à faire quelques prédictions exactes. Ces autres modèles n'ont pas la réponse à toutes les objections, mais, disent-ils, «Cela n'est pas surprenant, parce que leur développement a été sévèrement ralenti par un manque complet de financement. En fait, de telles questions et alternatives ne peuvent pas même maintenant être librement discutées et examinées.»

Ceux qui poussent les Chrétiens à accepter le big bang comme un «fait scientifique» soulignent l'acceptation presque universelle par la communauté scientifique. Cependant, les 33 scientifiques dissidents décrivent une situation familière à celles de plusieurs scientifiques créationnistes: «Un échange ouvert d'idées est déficient dans la plupart des conférences principales ... le doute et la dissension ne sont pas tolérés, et les jeunes scientifiques apprennent à rester silencieux s'ils ont quelque chose de négatif à dire au sujet du modèle standard du big bang. Ceux qui doutent du big bang ont peur que d'en parler leur coûte leur financement.»

Evelleen Richards, évolutionniste et historienne de la science a remarqué que c'est même difficile pour des théories évolutionnistes rivales de se faire entendre quand elles défient le paradigme régnant. Ceci devrait nous donner une idée des difficultés auxquelles font face les créationnistes bibliques.

Mais ne lisons-nous pas dans les journaux quotidiens à propos de plusieurs «observations» qui semblent seulement supporter chaque fois le big bang ? En fait, ces scientifiques séculiers en vue disent:

Même les observations sont maintenant interprétées à travers ce filtre biaisé, jugées vraies ou fausses dépendant de leur support ou non du big bang. Par exemple, les données sur les changements rouges, l'abondance de lithium et d'hélium ne s'accordent pas avec le big bang, alors, comme c'est le cas avec d'autres sujets, ces données sont ignorées ou ridiculisées.

La science est un merveilleux outil humain, mais elle a besoin d'être comprise, non pas adorée. Elle est faillible, changeante et sévèrement limitée au sujet de ce qui peut être déterminé ou non. Comme Answers In Genesis l'a souligné souvent dans le passé, l'idée du big bang, au lieu d'un concept scientifique, est plus un dogme religieux - basé sur la «religion de l'humanisme». Les opposants du big bang font remarquer :

Un élément fondamental de la méthode scientifique - la mise à l'épreuve constante de la théorie par l'observation - est attaqué quand on supporte seulement les projets qui se tiennent à l'intérieur du cadre du big bang. Une telle restriction rend les discussions et les recherches non biaisées impossibles.

De plus, contrairement aux affirmations naïves de plusieurs qui devraient savoir mieux, ce n'est pas juste une question de «regarder dans un télescope et "voir" le big bang il y a des milliards d'années de cela». Comme toujours, les observations seront interprétées et «filtrées» à travers les lunettes d'une vision du monde. Ceux qui ont développé la théorie du big bang sont autant affectés par la vision du monde séculière que ceux qui crient maintenant que l'empereur ne porte pas de vêtement. Ils veulent un univers qui s'est créé tout seul ; leurs opposants veulent un univers éternel, qui n'a pas été créé. Depuis une perspective chrétienne, les deux défient le récit de leur Créateur à propos de ce qui s'est véritablement passé.

Avec le Darwinisme qui se propage, l'Ennemi des âmes cherche à séduire les croyants pour les faire adopter une façon plus subtile, mais cependant bien plus mortelle de se soustraire de l'autorité de la Bible. Avec l'envahissement progressif du big bang/créationnisme dans la communauté évangélique, on doit penser qu'il a trouvé une façon gagnante.

Pour continuer la réflexion sur ce sujet, lisez le livre Refuting Compromise par le scientifique John Sarfati.

- Carl Weiland, M.B. , B.S. Creation mars-mai 2005 P.23-25






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes dimanche 23 juillet 2017