L'appel au combat


Les gens depuis toujours se démènent, parfois avec un zèle remarquable, pour toutes sortes de causes.

En Italie, au 13ème siècle ap. J.C. au temps où les grandes villes formaient des royaumes autonomes, un soldat de la ville de Bologne déserta pour se joindre à la ville de Modène en emportant avec lui un vieux seau qu'on utilisait pour donner à boire aux chevaux de l'armée. La ville de Bologne renonça à ses droits sur le soldat déserteur mais insista pour que le seau lui soit retourné. La fière ville de Modène refusa et il s'en suivit une guerre sanguinaire qui dura 22 ans ...

Aujourd'hui la ville de Modène expose fièrement le seau dans une tour ouverte aux visiteurs... moi, il me semble que j'en aurais honte!

"Ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte" Ph.3:19

La bêtise humaine, la folie humaine ; se battre pour des choses aussi futile qu'une vieille chaudière cabossée! Qu'est-ce que l'orgueil, la fierté, la vanité, ne peuvent pas pousser un homme à faire?

C'est grave n'est-ce pas? le pire c'est que ce n'est pas seulement les païens qui se chicanent pour des banalités...

Ti.3:9 Mais évite les discussions folles, les généalogies, les querelles, les disputes relatives à la loi; car elles sont inutiles et vaines. Éloigne de toi, après un premier et un second avertissement, celui qui provoque des divisions, sachant qu'un homme de cette espèce est perverti, et qu'il pèche, en se condamnant lui-même.

Je me rappelle quand on avait essayé de trouver un nom pour le bâtiment de l'église que je fréquentais à une certaine époque, chacun avait son idée, cela aurait pu tourner à la dispute, peut-être même que certains ont été froissés, ralentis dans leur service pour Dieu. Il était grand temps de mettre cette futilité de côté, ce sujet à litiges pour se regrouper, pour revenir aux choses essentielles, à notre vocation première.

Notre vocation première ce n'est pas de combattre les autres frères pour faire passer nos idées mais de combattre le bon combat de la foi.

PROPOSITION

Paul dans 1Ti 6:12 encourage Timothée à combattre le bon combat de la foi.

L'exhortation vaut pour chacun de nous.

Même s'il peut y avoir plusieurs causes méritantes, nos efforts doivent être concentrés sur le bon combat de la foi, parce que nous, les chrétiens, nous sommes les seuls à pouvoir l'assumer, il y aura toujours quelqu'un dans le monde pour protéger les phoques, promouvoir l'activité physique, pour courir après des seaux ( s e a u x ou s o t s, à votre goût! )

PHRASE INTERROGATIVE

Maintenant, comment un chrétien peut-il combattre le bon combat?

PHRASE DE TRANSITION

La Parole de Dieu utilise 2 images très révélatrices pour nous aider à saisir toute la dimension du combat chrétien, ces 2 images sont l'activité sportive et l'activité guerrière.

Dans un premier temps, nous allons faire l'étude étymologique du mot "combat" que nous retrouvons dans 1Ti.6:12.

DÉVELOPPEMENT

1Ti 6:12 Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé

Première constatation: Le verbe "combats" dans l'original, est au mode impératif présent.

En grec, l'impératif présent est utilisé pour encourager quelqu'un à poursuivre une action commencée. Paul encourage donc Timothée à continuer à combattre le bon combat.

Le temps présent contrairement au temps aoriste désigne aussi une action constante, nous avons à combattre tout le long de notre vie, même si la victoire finale a été acquise par Jésus à la croix Col.2:15

En grec le nom traduit par "combat" est: agon, avec lequel on a formé en français: agonie, agoniser, antagoniste, etc.

Pour comprendre ce que le terme "agon" pouvait évoquer dans l'esprit d'un grec, je vais vous parler brièvement de son étymologie.

Agon vient de verbe "agô" qui veut dit: "aller", le sens primitif de "agon" était donc un lieu où on allait ensemble, un lieu de rassemblement, surtout quand il s'agissait d'un endroit où il y avait des compétitions sportives.

Par la suite le terme a désigné les compétitions elles-mêmes et aussi par extension, l'effort déployé dans ces compétitions. Agon est venu à signifier aussi tout genre de combat contre un ennemi. Ces 2 derniers sens se retrouvent dans le N.T.

On lui a aussi prêter un sens métaphorique décrivant le stress émotionnel intense causé par un combat intérieur. Par exemple, Jésus dans le jardin de Gethsémanie

Lu.22:44 "Étant en agonie il pria plus instamment"

Le terme agonie ne se réfère pas dans ce texte à l'état précédent la mort, tel qu'on définit le mot "agonie" en français, Jésus a livré un grand combat intérieur pour soumettre sa volonté à celle du père Lu.22:42, au point que sa sueur s'était transformée en sang, il a appris, bien qu'il fut fils l'obéissance par la souffrance Hé.5:8.

APPLICATION

Nous aussi, nous vivons parfois des situations où nous devons choisir entre notre volonté et celle de Dieu, faut pas se le cacher, des fois c'est très difficile, prenons exemple sur Jésus et faisons le bon choix même si le prix est élevé.

1ère comparaison:

Le bon combat de la foi est comparé à une participation dans une compétition athlétique.

2Ti.2:5 l'athlète n'est pas couronné, s'il n'a pas combattu "suivant les règles", litt.: "légalement".

Les mots "athlète et combattu" traduisent ici, le verbe grec "athleô", un terme dont le sens est semblable à "agôn" et qui signifie: lutter, combattre, faire un effort, être un athlète, le même terme qui nous a donné le mot "athlète" en français.

Au v.7 Paul invite ensuite Timothée à considérer ce qu'il est en train de lui communiquer, à en faire l'application dans sa propre vie.

Dans Hé.10:32-36 nous avons une description du genre de combat que les hébreux convertis avaient eu à livrer

Hé.10:32-36 Souvenez-vous de ces premiers jours, où, après avoir été éclairés, vous avez soutenu un grand combat (même mot que dans 2Ti.2:5) au milieu des souffrances, d'une part, exposés comme en spectacle (comme dans les arènes sportives) aux opprobres et aux tribulations, et de l'autre, vous associant à ceux dont la position était la même.

Les hébreux convertis n'étaient pas des spectateurs, ils se sont impliqués. Dans la suite du passage leur implication est décrite:

En effet, vous avez eu de la compassion pour les prisonniers, et vous avez accepté avec joie l'enlèvement de vos biens, sachant que vous avez des biens meilleurs et qui durent toujours. N'abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car vous avez besoin de persévérance, afin qu'après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis.

APPLICATION

Pour être couronné, il faut premièrement participer à la compétition, quand avez-vu un spectateur méritait une médaille aux jeux olympiques? Il aura beau applaudir les exploits des athlètes, assister à toutes les compétitions, il ne montera jamais sur le podium.

Il en est de même aussi dans la vie chrétienne, la récompense est pour ceux qui ont combattu le bon combat, le Seigneur ne désire pas que ses enfants se contentent du rôle de spectateurs enthousiastes qui réchauffent les bancs d'église à tous les dimanches et qui applaudissent au spectacle du pasteur ou de tout autre frère qui s'implique. Jésus nous veut sur le terrain à courir avec persévérance dans la course (l'agôn en grec) où il nous a inscrits Hé.12:1

Pour les hébreux convertis au temps du Nouveau Testament cela a signifié l'enlèvement de leurs biens et l'emprisonnement, ils l'ont accepté avec joie!

Qu'est-ce que ça nous coûte aujourd'hui de combattre le bon combat?

Il n'est pas question de combattre chacun à notre façon, selon ce qui nous semble bon, comme dans le sport, le chrétien doit combattre en suivant des règles. Aux jeux olympiques, la première arrivée dans l'épreuve de marche avait été disqualifiée parce qu'elle s'était mise à courir pour distancer les autres juste avant de rentrer dans le stade.

Paul nous dit dans 1Co.9:27

Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même disqualifié, après avoir prêché aux autres.

Pour nous, notre livre de règlements c'est la Bible, en vous disant cela je ne vous encourage pas à devenir légaliste, ce que je vous dis c'est que vous trouverez dans la Bible tout ce qu'il faut pour plaire à Dieu en vous comportant bien socialement, moralement et spirituellement. Par exemple dans Hé.12:1 il est écrit:

"Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si facilement et courons avec persévérance l'épreuve (agôn en grec) qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus.

Pour bien courir cela prend premièrement de l'entraînement, pour le chrétien cela signifie de se former dans la Parole de Dieu. Aucun athlète ne serait assez prétentieux pour se présenter à une course sans être entraîné, ne nous pensons pas spirituels au point de négliger de s'instruire dans les voies de Dieu. Dans Col.1:28-29 Paul nous dit que la formation des disciples fait partie du combat chrétien.

Col. 1:28-29 C'est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ. C'est à quoi je travaille en combattant avec sa force,qui agit puissamment en moi.

Pour bien courir aussi, il faut être léger, laissons tout fardeau au pied de Jésus Mt.11:28-29, c'est un des avantages de la prière, rejetons aussi toute forme de péché, il est en lutte contre nous 1Pi. 2:11

Enfin, cela prend de la persévérance, la course se terminera seulement à la fin de notre séjour sur la terre, comme on a lu dans Hé.10 nous en avons besoin, enfin la dernière partie de Hé.12:1 nous parle d'avoir les yeux fixés sur Jésus; avez-vous remarqué que ceux qui courent le 100 mètres ont tous le regard fixé sur la ligne d'arrivée, ils n'ont qu'un but en tête et ils y mettent toutes leurs énergies, notre ligne d'arrivée c'est Jésus, pendant que nous sommes sur la terre nous ne l'avons pas encore saisi Ph.3:8

Ph.3:8 Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l'excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel "j'ai renoncé à tout", et je les regarde comme de la boue, afin de "gagner Christ", et d'être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s'obtient par la "foi" en Christ...

Ce n'est pas que j'aie déjà "remporté le prix", ou que j'aie déjà atteint la perfection; mais je "cours", pour tâcher de le "saisir", puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l'avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus- Christ...

Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j'en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu'aux choses de la terre.

Paul nous dit qu'un seul remporte le prix et que nous avons à combattre comme si nous voulons le gagner 1Co.9:23-24 Il continue en disant:

9:25-27 Tous ceux qui "combattent" s'imposent toute espèce d'abstinences, et ils le font pour obtenir une couronne corruptible; mais nous, faisons-le pour une couronne incorruptible. Moi donc, je cours, non pas comme à l'aventure; je frappe, non pas comme battant l'air.

Mais, tristement, certains dans l'église de Philippes ne combattaient pas le bon combat, ils n'avaient pas renoncé à eux-mêmes, ils combattaient pour leur ventre, c.à.d. pour la satisfaction de leurs désirs charnels.

APPLICATION

Paul, dans ces versets s'attarde à l'effort individuel de chaque croyant, mais gardons bien en pensée que nous ne sommes pas en compétition les uns avec les autres, on ne peut remporter le prix en écrasant nos frères.

Qu'en est-il de nous, formons-nous une bonne équipe? Poussons-nous tous dans la même direction? "Marchons-nous tous d'un même pas?" Ph.3:15, la vie chrétienne ce n'est pas une compétition individuelle comme on lira tantôt dans Ph.1:27.

2Deuxième comparaison: se battre, participer à un conflit, affronter des adversaires, des antagonistes (anti + agon),

2Ti 2:3-4 Souffre avec moi comme un bon soldat de Jésus-Christ.

Ici ce n'est plus un jeu. La vie chrétienne est comparée à une guerre, à une confrontation directe avec l'ennemi.

ILLUSTRATION

Première des choses, il faut identifier l'ennemi, quand la première guerre mondiale a éclaté, le ministère de la guerre à Londres a envoyé un message codé à un des postes britanniques éloignés en Afrique. Le message se lisait ainsi: "La guerre est déclarée, arrêtez tous les ennemis étrangers dans votre district".

Le ministère de la guerre a reçu une réponse rapide disant: "Nous avons arrêté 10 allemands, 6 belges et 4 français, s.v.p. indiquez-nous immédiatement avec qui nous sommes en guerre!"

Notre adversaire c'est le diable 1Pi.5:8, il est parti en guerre contre nous Ap.12:7 et il va nous attaquer sur 2 différents niveaux

1. Extérieurement par l'opposition des inconvertis ou même des convertis charnels 3Jn. 9

2. Intérieurement par la séduction des convoitises charnelles 1Pi.2:11

Ep.6:11-12 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.

Dans le texte original "pallô", lutter fait référence au combat de lutte où le vainqueur était celui qui arrivait à maîtriser son adversaire au sol en lui mettant la main autour du cou. Pour nous, la victoire sera encore plus décisive, car le Seigneur écrasera bientôt Satan sous nos pieds (Ro.16:20). Mais on en est pas encore là.

Hé.12:3-4 Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l'âme découragée. Vous n'avez pas encore résisté jusqu'au sang, en luttant contre le péché.

«Luttant» est en grec "antagonizomai" combattre avec acharnement contre. La lutte contre le péché est un combat sans merci, nous devons dominer le péché Ge.4:7 sinon c'est lui qui nous dominera, chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui 2Pi.2:19.

Nos armes défensives qui assurent notre protection sont, selon Ep. 6:13-17 la vérité, la justice, le zèle, la foi, le salut et nos armes offensives sont la toute puissante parole de Dieu qui peut mettre Satan en déroute et la prière Ep.6:18-19 cp. aussi avec Hé.4:12, 2Co.10:4.

Ro.15:30 Je vous exhorte, frères, par notre Seigneur Jésus-Christ et par l'amour de l'Esprit, à combattre avec moi, en adressant à Dieu des prières en ma faveur, afin que je sois délivré des incrédules

Nous ne pouvons pas tous combattre comme évangéliste, ou comme enseignant par exemple, mais nous pouvons tous combattre par la prière, et nous sommes exhortés à le faire. Dans la prière, nous expérimentons vraiment le sens du combat par la foi, ce n'est pas le combat par la vue, car on ne peut percevoir toutes les répercussions de nos prières en faveur de nos frères, car nos prières ont vraiment un impact dans la vie des autres, Paul a dit "priez pour moi pour que je sois délivré des incrédules.

Épaphras en bon disciple de Paul, combattait aussi par la prière:

Col.4:12 Épaphras, qui est des vôtres, vous salue: serviteur de Jésus-Christ, il ne cesse de combattre pour vous dans ses prières, afin que, parfaits et pleinement persuadés, vous persistiez dans une entière soumission à la volonté de Dieu.

Comme nous avons vu, Jésus, au jardin, a surmonté un combat intérieur terrible dans la prière. Et c'est par la Parole de Dieu qu'il a repoussé Satan lors de la tentation au désert.

La prière et la Parole vont de pair c'est par elles que les plus grandes victoires sont orchestrées.

Le combat de la foi ne débute pas à la conversion, la conversion elle-même est un combat.

Jésus disait aux foules de combattre "efforcez-vous" pour entrer par la porte étroite du salut avant qu'il ne soit trop tard.

Lu.13:23-24 Quelqu'un lui dit: Seigneur, n'y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés? Il leur répondit Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite (c'est Jésus lui- même; Jn.10:7 et 9). Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas.

"efforcez-vous" "agonizomai" au mode impératif présent . = combattez pour avoir accès à la porte étroite.

On peut penser aux jeux vidéo où le héros doit traverser toutes sortes d'obstacles pour arriver à destination.

Il est important de réaliser que Jésus s'adresse ici à des disciples potentiels et qu'il est en train de leur montrer de quelle manière se comporter par rapport au message du salut.

Il n'est pas question ici pour eux de gagner leur salut par des efforts personnels mais plutôt de s'en approprier en y mettant tout leur zèle car l'opposition à leur conversion est forte.

L'opposition à la conversion se rencontre à 3 différents niveaux:

1. L'opposition peut venir des puissances spirituelles qui viennent saisir la semence du royaume dans le coeur des gens.

Mt.13:19 Lorsqu'un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son coeur

Si l'occasion lui est fournie, le diable aura tôt fait d'enlever à l'esprit des gens le message du salut.

2. L'opposition peut venir de notre propre coeur tortueux habitué au péché et qui ne veut pas délaisser le péché.

Jn.3:19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.

Hé.3:10 Aussi je fus irrité contre cette génération, et je dis: Ils ont toujours un coeur qui s'égare. Ils n'ont pas connu mes voies.

3. L'opposition à l'entrée par la porte étroite peut venir des hommes, dans le temps de Jésus, elle venait surtout des pharisiens. Aujourd'hui les amis, les parents, les confrères de travail ou les autorités dans certains pays peuvent s'interposer à notre conversion.

Mt.23:13 Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux; vous n'y entrez pas vous-mêmes, et vous n'y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer.

Jn.9:22 Ses parents dirent cela parce qu'ils craignaient les Juifs; car les Juifs étaient déjà convenus que, si quelqu'un reconnaissait Jésus pour le Christ, il serait exclu de la synagogue.

A cause des menaces de leur entourage, plusieurs se sont disqualifiés eux-mêmes et ont renoncé à suivre Jésus.

Le premier combat spirituel dans la vie de l'homme est donc celui de la conversion. Car l'opposition est très forte dans les lieux célestes, sur la terre et dans notre coeur pour l'empêcher d'accéder au royaume de Dieu. Il doit donc y mettre tous ses efforts selon la force qui vient de Dieu pour croire en Jésus et s'enraciner en lui.

On retrouve ce genre d'opposition dans l'évangélisation aussi.

1Th.2:2 Après avoir souffert et reçu des outrages à Philippes, comme vous le savez, nous prîmes de l'assurance en notre Dieu, pour vous annoncer l'Évangile de Dieu, au milieu de bien des combats.

Comme les apôtres l'ont fait dans Ac.4:29 prions aussi pour avoir de l'assurance quand nous témoignons de l'évangile. Dieu ne tarde jamais à répondre à ce genre de prière:

Ac.4:31 Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la Parole de Dieu avec assurance.

Gloire à Dieu, par la puissance de son Saint-Esprit, des millions de personnes se sont converties au Seigneur au fil des siècles

Dans Ac.2:41 3,000 conversions à la fois!
Dans Ac.4:2 2,000!
Dans le Québec, des milliers à notre époque

CONCLUSION

L'exhortation de Paul aux philippiens est toujours aussi actuelle:

Ph.1:27-30 Conduisez-vous d'une manière digne de l'Évangile de Christ, afin que, j'entende dire de vous que vous demeurez fermes dans un même esprit, combattant d'une même âme pour la foi de l'Évangile sans vous laisser aucunement effrayer par les adversaires, ce qui est pour eux une preuve de perdition, mais pour vous de salut; et cela de la part de Dieu, car il vous a été fait la grâce, par rapport à Christ, non seulement de croire en lui, mais encore de souffrir pour lui, en soutenant le même combat que vous m'avez vu soutenir.

Dans Col 1:28-2:1 Paul nous décrit quelle ferveur il déployait lui-même au combat.

Col.1:28-2:1 C'est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ. C'est à quoi je travaille, en combattant avec sa force, qui agit puissamment en moi. Je veux, en effet, que vous sachiez combien est grand le combat que je soutiens pour vous, et pour ceux qui sont à Laodicée, et pour tous ceux qui n'ont pas vu mon visage en la chair, afin que leur coeur soit consolé, qu'ils soient unis dans l'amour et enrichis d'une pleine certitude de l'intelligence, pour connaître le mystère de Dieu, Christ.

"je travaille" est la traduction de "kopiaô" un verbe qui met l'emphase sur l'effort, qui accompagne le travail. le labeur, se fatiguer à travailler, lasser, s'épuiser, peiner

Paul choisit bien ses mots, il aurait pu dire "ergazomai" qui veut simplement dire travailler, mais il voulait souligner d'emblée ce qu'il lui en coûtait d'être au service de l'évangile.

"force" energeia (énergie) Le mot énergie est utilisé dans le Nouveau Testament seulement en rapport avec la puissance surnaturelle ex. Ep.3:7, Paul souligne ici qu'il n'est pas à l'origine de cette énergie débordante, mais que c'est Dieu qui en est la source.

2Co.3:5 Ce n'est pas à dire que nous soyons par nous-mêmes capables de concevoir quelque chose comme venant de nous-mêmes. Notre capacité, au contraire, vient de Dieu.

1Co.15:10 Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.

en dunamis (dynamique) "puissamment" en: préposition adverbiale de manière, litt.: en puissance

Combattons le bon combat à la manière de Paul en y mettant toutes les énergies et les dons que le Seigneur met à notre disposition, ce sont de tels combattants que le Seigneur veut à son service, rappelez-vous ceux qui composaient l'armée de Gédéon. Jg.7:2 Dieu a dit à ceux qui étaient craintifs de repartir chez eux, les peureux n'ont pas d'affaire dans la bataille, Mc.8:38.

" Ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné mais un esprit de force, d'amour et de sagesse". 2Ti.1:7

Jésus, aussi, a fait régulièrement le ménage dans la multitude qui le suivait ; pour être un disciple, un soldat du roi des rois, le Seigneur Jésus-Christ demande un engagement total, Jésus ne supporte pas les demies mesures, les tièdes lui donnent le goût de vomir. Ap.3:16

2Ti.2:3-4 Souffre avec moi comme un bon soldat de Jésus-Christ. Il n'est pas de soldat qui s'embarrasse des affaires de la vie s'il veut plaire à celui qui l'a enrôlé.

Après tout il n'y a pas un soldat qui pourrait tenir dans l'armée d'un royaume de ce monde, s'il ne s'y consacre pas au maximum, il mettrait en péril la sécurité de tous les autres soldats et de son pays.

Jn.18:36 Mon royaume n'est pas de ce monde, répondit Jésus. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs "auraient combattu" pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs

Mais maintenant nous avons à combattre pour l'avancement du royaume de Dieu. Comme on l'a vu, Dieu nous a fourni toutes les armes et l'énergie nécessaires pour gagner le combat et soyons reconnaissants parce qu'il nous fait toujours triompher en Christ, si Jésus habite en vous, vous allez être du côté des gagnants, car celui qui est en vous est plus fort que celui qui est dans le monde.

En pensant au combat de la foi, Jean a écrit:

Tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, la victoire qui triomphe du monde c'est notre foi 1Jn.5:4

Combattons donc le bon combat et nous pourrons dire avec Paul à la fin de notre vie:

"J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m'est réservée; Le Seigneur, le juste juge, me la donnera en ce Jour-là, et non seulement à moi, mais à tous ceux qui auront aimé son apparition. 2Ti.4:7

-Le webmestre










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Depuis le 22 décembre 2009, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes jeudi 27 avril 2017