Le baptême obligatoire ou facultatif ?

Le baptême d'eau est un commandement de Jésus, Jésus déclare à ses apôtres que c'est par le baptême qu'ils feront de toutes les nations des disciples.

Mt.28:19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,

Bien entendu le baptême d'eau ne suffit pas pour faire de nous des disciples, il n'a pas cette vertu en lui-même, pour devenir disciple, cela demande d'abord la repentance, la foi dans le sacrifice de Jésus pour nos péchés, ensuite on peut se faire baptiser. On passe après le reste de notre vie à se faire enseigner (et à se faire répéter parce que notre mémoire spirituelle tend à s'estomper rapidement) tout ce que Jésus a enseigné :

Mt.28:20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde.

Je discute de cela de long en large sur cette autre page alors je vais m'en tenir à cela ici. Mon but est de répondre à un argument qu'on entend parfois pour minimiser l'importance d'obéir au commandement de Jésus de se faire baptiser - comme si on pouvait contester avec le Seigneur, et pourtant ça arrive !

L'argument vient comme suit. Paul dit dans sa lettre aux Corinthiens qu'il n'est pas venu vers eux pour baptiser mais pour prêcher l'évangile, 1Co.1:17. Voici le contexte dans lequel Paul a affirmé une telle chose:

1Co.1:10 Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment.
11 Car, mes frères, j'ai appris à votre sujet, par les gens de Chloé, qu'il y a des disputes au milieu de vous.
12 Je veux dire que chacun de vous parle ainsi: Moi, je suis de Paul! et moi, d'Apollos! et moi, de Céphas! et moi, de Christ!
13 Christ est-il divisé? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés?
14 Je rends grâces à Dieu de ce que je n'ai baptisé aucun de vous, excepté Crispus et Gaïus, 15 afin que personne ne dise que vous avez été baptisés en mon nom.
16 J'ai encore baptisé la famille de Stéphanas; du reste, je ne sache pas que j'aie baptisé quelque autre personne.
17 Ce n'est pas pour baptiser que Christ m'a envoyé, c'est pour annoncer l'Evangile, et cela sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine.
18 Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu.

Vous voyez le problème auquel Paul était confronté et qu'il tente de résoudre, n'est-ce pas ? C'est un problème que je n'ai encore jamais vu en plus de 30 ans de vie chrétienne, mais les Corinthiens l'avait !

Les Corinthiens s'étaient créés des divisions dans l'église en se réclamant de la personne qui les avait baptisés ; parmi ceux qui avaient été baptisés par Paul, certains sinon tous se réclamaient disciples de Paul. Parmi ceux qui avaient été baptisés par Céphas (l'apôtre Pierre), certains sinon tous se réclamaient disciples de Pierre, et ainsi de suite.

Cela nous semble bizarre pour nous qui ne sommes pas habitués à voir des gens se faire baptiser dans le monde séculier, mais le baptême d'eau était une expérience courante à cette époque. Jean-Baptiste baptisait les gens qui venaient à lui (Mt.3:1-11). Les rabbins avaient l'habitude de baptiser ceux qui désiraient devenir leurs disciples. Ces personnes qui avaient été baptisés par un tel, disons le rabbin Hillel, pouvaient donc se vanter en disant: «Moi, je suis de Hillel !» Un autre qui ne jurait que par l'enseignement de Gamaliel pouvait lui riposter : «Moi, je suis de Gamaliel, c'est bien mieux que toi». C'est facile de voir comment cette attitude charnelle pouvait dégénérer rapidement et faire que des personnes ne peuvent plus se sentir.

Paul vise donc à ramener l'unité dans l'église en mettant l'accent sur la Bonne Nouvelle que c'est Jésus qui a été crucifié pour eux, ce n'est pas Paul, Pierre ou Apollos. Ce n'est pas en son nom qu'il a baptisé Crispus, Gaïus et la famille de Stéphanas, c'est au nom de Jésus. Manifestement, les Corinthiens avaient de la misère à faire la part des choses.

Paul n'est donc pas en train de minimiser l'importance du baptême d'eau, il irait alors contre ce que Jésus avait ordonné, jamais il ne ferait une chose pareille. Au chapitre 12 de cette même lettre qu'il a adressée aux Corinthiens, parlant de l'unité encore, il leur déclare l'importance du baptême par ce mots:

1Co.12:12 Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ. 13 Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit.

Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont tous actifs au baptême, (relire Mt.28:19 au début du texte). Au baptême, ce même Paul enseigne que Dieu le Père (Ti.3:4) nous unit à Jésus dans sa mort, nous plonge dans le Saint-Esprit qui nous régénère et nous fait ressusciter avec Christ, cf. (Ro.6:3-6) pour que nous vivions d'une nouvelle manière, en faisant dorénavant la volonté de Dieu au lieu de suivre les mauvais penchants de notre coeur.

3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? 4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. 5 En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, 6 sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché

Ti.3:4 Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, 5 il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit, 6 qu'il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur,

S'il n'a pas baptisé beaucoup de gens, ce n'est donc pas parce que le baptême d'eau n'avait pas d'importance à ses yeux, il n'aurait jamais écrit 1Co.12, Ro.6 et Ti.3 - s'il n'a pas baptisé beaucoup de gens, c'est qu'il faisait comme Jésus, il laissait ceux qu'il avait baptisés baptiser les autres à sa place (Jn.4:2) car ce n'est pas celui qui baptise qui a de l'importance mais Celui au nom duquel le baptême est effectué. Ce n'est pas l'eau non plus qui a des vertus miraculeuses, c'est Jésus, de concert avec le Père et le Saint-Esprit qui sont à l'oeuvre dans le coeur du chrétien lors du baptême d'eau.

Jean 4:1 Le Seigneur sut que les pharisiens avaient appris qu'il faisait et baptisait plus de disciples que Jean. Jean 4:2 Toutefois Jésus ne baptisait pas lui-même, mais c'étaient ses disciples.

Voici un autre texte qui traite des passages sur le baptême.

- Le Webmestre



Le baptême des prosélytes juifs
Quand le prosélyte était bien éprouvé et bien instruit, on lui donnait la circoncision; et lorsque la plaie de sa circoncision était guérie, on lui donnait le baptême, en le plongeant tout le corps dans un grand bassin d'eau par une seule immersion. Cette cérémonie étant un acte judiciaire, se devait faire en présence de trois juges, et ne se pouvait faire un jour de fête. Le prosélyte faisait aussi donner la circoncision et le baptême à ses esclaves qui n'avaient pas encore treize ans accomplis ; mais ceux qui avaient cet âge, ou qui étaient plus âgés, il ne pouvait les y contraindre; mais il devait les vendre à d'autres, s'ils s'obstinaient à ne vouloir pas embrasser la religion des Juifs. Pour les femmes esclaves, on leur donnait simplement le baptême, au cas qu'elles voulussent se convertir, sinon, ou les vendait à d'autres. Le baptême qu'avait reçu un prosélyte, ne se réitérait jamais, ni dans la personne du prosélyte, quand même il aurait apostasié depuis, ni dans celle de ses enfants, qui lui naissaient depuis son baptême, à moins qu'ils ne naquissent d'une femme païenne, auquel cas on les baptisait comme païens, parce qu'ils suivaient la condition de leur mère : Partus sequitur ventrem.
source: http://456-bible.123-bible.com/calmet/P/proselyte.htm










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner


Depuis le 28 novembre 2009, visites sur les pages de ce thème

Nous sommes mercredi 29 mars 2017