Fétichisme sous un enrobage chrétien


Définition du fétichisme tiré de wikipedia.

Pour l'anthropologue et le sociologue, le fétiche est un report de l'affectivité sur un objet unique ou composé, symbolique, en lui attribuant une efficacité supérieure à la sienne sur la réalité.

Dans certains milieux chrétiens, on enseigne sérieusement que quand on donne à un homme riche, on "contacte la grâce" de la richesse qui est sur lui.

Autrement dit :

"Vous les pauvres, donnez aux riches pour devenir riches comme eux et si vous êtes encore pauvres c'est que vous ne leur en avez pas encore donné assez !!! " Ainsi on appauvrit encore plus les pauvres et on enrichit encore plus les riches et le comble c'est que le blâme est encore sur les pauvres de manquer de foi (la logique étant : plus on a la foi, plus on donne) parce qu'ils ne sont pas être encore devenus riches !

C'est du fétichisme déguisé en vêtement ecclésiastique de croire que par une chose (le don à un riche dans le cas présent), on peut en bénéficier d'une autre (la richesse) ! Le fétichisme c'est de mettre le pouvoir dans le don lui-même et tout l'accent est placé sur le don au lieu d'être sur Dieu qui donne toutes choses pour notre bien. L'importance est alors mise sur la grandeur du don et non la grandeur de Dieu qui donne.

Dans les faits, c'est plutôt le riche féticheur ecclésiastique qui a "la grâce" de se mettre en contact avec le portefeuille du donateur dans ce temps là !

Dieu ne donne pas sa gloire à personne d'autre, si tu penses que ton don a le pouvoir de te bénir, tu en fais un fétiche et tu vas attendre longtemps, très longtemps ! C'est Dieu qui bénit, et c'est par grâce seulement, tu ne peux pas mériter la faveur de Dieu, tu ne peux pas impressionner Dieu avec tes offrandes. Si le coeur n'est pas à la bonne place dans ton offrande, elle ne vaut pas plus que celle de Caïn, si grande soit-elle.

Un pasteur m'a confié ceci :

«Un homme de Dieu pour qui j'ai beaucoup de respect a dit un jour que c'est plus naturel de s'investir dans la prière pour quelqu'un qui donne beaucoup de son argent que pour celui qui ne le fait pas.»

C'est plus naturel en effet, parce que c'est plus charnel ! 

Donc, suivant ce comportement naturel/charnel, on ne cherche pas la face de Dieu pour savoir ce que Dieu veut pour la personne, on voit la prière comme un travail qui est accompli en fonction du montant de l'argent reçu. La prière du salarié !!!

Tiens, c'est comme les religieux qui faisaient des plus longues prières pour les veuves qu'ils dépouillaient ! Jésus conseille de nous en éloigner et les avertit d'un jugement plus sévère.

Luc 20:46 Gardez-vous des scribes... 47 qui dévorent les maisons des veuves, et qui font pour l’apparence de longues prières. Ils seront jugés plus sévèrement.

"Contacter la grâce de la richesse" en donnant aux riches, c'est de faire du don un fétiche. Trouvez-moi un passage de la Bible qui encourage cela et faites-moi signe ! On lit par contre ce qui suit.

Michée 3:5 Voici ce que dit l'Eternel à propos des prophètes qui égarent mon peuple, qui annoncent la paix si leurs dents trouvent quelque chose à mordre et qui proclament la guerre si l'on ne met rien dans leur bouche.

Ce genre de prophètes reprennent des principes bibliques pour les tourner à leur avantage. Ils vont dire des phrases du genre :

"Plus tu fais une grosse offrande (=semence) plus tu (=ta récolte) vas être béni"

La loi de la semence et de la récolte est en effet un principe biblique, voici juste deux textes pour le prouver, il y en a beaucoup d'autres.

Galates 6:6 Que celui à qui l’on enseigne la parole donne une part de tous ses biens à celui qui l’enseigne. 7 Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le récoltera aussi. 8 Celui qui sème pour satisfaire sa nature propre récoltera d’elle la ruine, mais celui qui sème pour l’Esprit récoltera de l’Esprit la vie éternelle. 9 Ne négligeons pas de faire le bien, car nous moissonnerons au moment convenable, si nous ne nous relâchons pas. 10 Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous et en particulier envers nos proches dans la foi.

Malachie 3:10 Apportez toutes les dîmes à la maison du trésor afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison. Mettez-moi ainsi à l’épreuve, dit l’Eternel, le maître de l’univers, et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les fenêtres du ciel, si je ne déverse pas sur vous la bénédiction en abondance. 11 Pour vous je menacerai l’insecte vorace afin qu’il ne détruise pas les produits du sol et que la vigne ne soit pas stérile dans vos campagnes, dit l’Eternel, le maître de l’univers. 12 Toutes les nations vous déclareront heureux car vous serez un pays de délices, dit l’Eternel, le maître de l’univers.

MAIS ce qui est troublant, c'est quand le prédicateur, en s'appuyant sur ce type de passage, veut dire plutôt :

« Plus tu fais une grosse offrande "semence" (pas n'importe où, dans mes poches de prophète si tu veux une récompense de prophète) plus tu vas être béni (plus je serai béni) et que Dieu qui sent la bonne d'odeur de ton offrande te vienne en aide ! »

Matthieu 10:41 Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui reçoit un juste en qualité de juste recevra une récompense de juste.

On voit comme c'est facile de prendre un bon principe biblique et le faire dévier à notre avantage.

Il ne faut surtout pas que vous en veniez à conclure qu'il ne faut plus donner ni soutenir de ministère, au contraire, Dieu approuve cela, même que c'est comme un sacrifice de bonne odeur devant Dieu qu'Il récompensera.

Philippiens 4:17 Ce n’est pas que je recherche les dons, mais je désire qu’un fruit abondant soit porté sur votre compte. 18 J’ai tout reçu et je suis dans l’abondance. J’ai été comblé en recevant d’Epaphrodite ce que vous m’avez envoyé comme un parfum de bonne odeur, un sacrifice que Dieu accepte et qui lui est agréable. 19 Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins conformément à sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ.

On pourrait apporter une nuance cependant, comme ma brillante épouse, pasteur Caroline, me l'a gentiment fait remarquer.. Si le Saint-Esprit te dit de faire une offrande de foi à un ministère en particulier pour te connecter à la bénédiction que tu recherches, c'est une chose bien différente.

Alors là, oui, je suis d'accord avec ma femme ; c'est le Saint-Esprit qui en donne révélation. Tu peux en parler en tant que témoignage personnel, mais cela ne doit pas systématiquement présenté comme une panacée à tous les besoins recherchés. Dieu ne fonctionne pas comme une machine distributrice où il suffit d'introduire le montant nécessaire pour ensuite recevoir le produit désiré !

Voici un exemple de dons faits à des hommes de Dieu qui ont provoqué des paroles de bénédiction ayant impacté la vie du donateur.

La veuve de Sarepta avec le prophète Elie.

1Rois 17:8 Alors la parole de l’Eternel lui fut adressée en ces mots: 9 Lève-toi, va à Sarepta, qui appartient à Sidon, et demeure là. Voici, j’y ai ordonné à une femme veuve de te nourrir. 10 Il se leva, et il alla à Sarepta. Comme il arrivait à l’entrée de la ville, voici, il y avait là une femme veuve qui ramassait du bois. Il l’appela, et dit: Va me chercher, je te prie, un peu d’eau dans un vase, afin que je boive. 11 Et elle alla en chercher. Il l’appela de nouveau, et dit: Apporte-moi, je te prie, un morceau de pain dans ta main. 12 Et elle répondit: L’Eternel, ton Dieu, est vivant! je n’ai rien de cuit, je n’ai qu’une poignée de farine dans un pot et un peu d’huile dans une cruche. Et voici, je ramasse deux morceaux de bois, puis je rentrerai et je préparerai cela pour moi et pour mon fils; nous mangerons, après quoi nous mourrons. 13 Elie lui dit: Ne crains point, rentre, fais comme tu as dit. Seulement, prépare-moi d’abord avec cela un petit gâteau, et tu me l’apporteras; tu en feras ensuite pour toi et pour ton fils. 14 Car ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël: La farine qui est dans le pot ne manquera point et l’huile qui est dans la cruche ne diminuera point, jusqu’au jour où l’Eternel fera tomber de la pluie sur la face du sol. 15 Elle alla, et elle fit selon la parole d’Elie. Et pendant longtemps elle eut de quoi manger, elle et sa famille, aussi bien qu’Elie. 16 La farine qui était dans le pot ne manqua point, et l’huile qui était dans la cruche ne diminua point, selon la parole que l’Eternel avait prononcée par Elie.

Le texte est clair que c'est Dieu qui par son Esprit avait mis en cette femme le devoir de nourrir le prophète. Ce n'est pas le prophète qui est allé voir cette pauvre veuve en mettant sur elle une pression psychologique, en lui disant « Donne-moi ce qui te reste et Dieu va t'en donner bien plus encore » .

De plus, Dieu n'avait pas promis à la veuve qu'elle n'aurait plus de problème d'approvisionnement. Au contraire, la veuve pensait mourir de faim après avoir nourri le prophète. C'est seulement après avoir accepté d'obéir à l'ordre de Dieu que le prophète a été inspiré de lui dire qu'elle aurait toujours de quoi se nourrir pendant la famine.

Il y a plusieurs témoignages qui circulent où les chrétiens partagent que Dieu les a inspirés à bénir des gens ou des ministères et qui ont été par la suite bénis bien plus qu'ils avaient béni les autres. C'est ce que Jésus a enseigné :

Lu 6:38 Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis.

Cela démontre que Dieu est motivé à bénir ceux qui bénissent les autres pour qu'ils aient encore plus les moyens de bénir et encourager les gens à découvrir qui est ce Dieu qui pourvoit généreusement à leurs besoins au travers de ses serviteurs.

Hébreux 6:10 Car Dieu n’est pas injuste, pour oublier votre travail et l’amour que vous avez montré pour son nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints. 11 Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance, 12 en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses.

. Si Jésus est notre Seigneur, il peut alors nous donner des ordres et nous sommes alors mieux de lui obéir pour garder le canal de bénédiction ouvert sur notre vie. Les ordres doivent venir cependant du Saint-Esprit et non des hommes qui se serviraient de l'histoire de la veuve pour manipuler les gens à leur donner des biens ou de l'argent.

L'homme de Dieu n'a rien à craindre, il ne manquera de rien, son bon berger y veillera (Ps.23:1), il peut enseigner sur l'histoire de la veuve de Sarepta et laisser ensuite le Saint-Esprit appliquer dans leur vie ce qui est pertinent par rapport à ce qu'ils vivent et leurs besoins.

- Le webmestre

Compteur installé le 3 août 2017

Nombre de visites - 26





Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mardi 19 septembre 2017