Le sel


Les propriétés du sel.

- Le sel retient l'eau dans les tissus. En étant comme le sel nous pouvons retenir l'eau vive en nous pour la répandre au bon moment.

- Le sel fait monter aussi le degré d'ébullition. En étant comme le sel nous nous choquons moins vite, nous sommes plus lents à la colère.

- Le sel donne la soif. En étant comme le sel nous pouvons donner aux hommes la soif de Dieu

- Le sel brûle sur une plaie ouverte. En étant comme le sel nous rendons inconfortables les gens qui sont blessés par le péché afin de les disposer à recevoir la guérison.

- Le sel donne du goût. En étant comme le sel nous pouvons redonner le goût à la vie aux désespérés en leur transmettant l'espérance de l'évangile.

- Le sel est un préservatif, un agent de conservation. En étant comme le sel nous ralentissions la corruption du monde par le péché.

- Le sel fait fondre la glace. En étant comme le sel nous pouvons, par le message de l'évangile, attendrir les coeurs endurcis

- Le sel empêche la route d'être glissante en hiver. En étant comme le sel pour nos frères nous pouvons les aider à ne pas tomber.

Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. (Matthieu 5:13)

Le sel est une bonne chose; mais si le sel devient sans saveur, avec quoi l'assaisonnerez-vous? (9:51) Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix les uns avec les autres. (Marc 9:50)

Le sel est une bonne chose; mais si le sel perd sa saveur, avec quoi l'assaisonnera-t-on? (Luc 14:34)

Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun. (Colossiens 4:6)

Mc.9:43-48 Le sel agit comme le feu;

il purifie l'homme, c'est mieux de l'avoir en nous tout de suite 49-50 que de l'avoir en nous pour toute l'éternité 43-48.

Le sel sur un bobo ça brûle, si le sel perd ses propriétés, impossible de lui rendre de nouveau, si le feu s'éteint qui va le rallumer?

Si la conscience d'un homme fait naufrage, qui va la nettoyer?

- Le Webmestre


L'alliance de sel

«Ayez du sel en vous-mêmes et soyez en paix les uns avec les autres» Mc.9:51

C'est ainsi que le Seigneur Jésus termine son enseignement sur la communion fraternelle. Cependant les versions existantes ne semblent pas avoir saisi le sens du grec original de ce passage J'ai moi-même lu et relu ce verset au cours des années sans y percevoir une signification vraiment utile. Mais un jour, l'Esprit de Dieu m'a ouvert les yeux par un passage, dans la loi de Moïse, où je lisais:

«Tu mettras du sel sur toutes tes offrandes, tu ne laisseras point ton offrande manquer de sel, signe de l'alliance de ton Dieu.» Lé.2:13.

Cela m'a frappé et m'a amené à étudier la question en profondeur. J'ai appris que chez certains nomades du désert il existe encore aujourd'hui une tradition qui leur parvient de la plus haute antiquité, sans doute du temps d'Abraham. Celle-ci les amène à considérer le sel comme quelque chose de plus ou moins sacré. Le sel, en effet, est le seul aliment de l'homme qui soit purement minéral et non organique (c'est-à-dire ni végétal ni animal) et de ce fait pratiquement impérissable, incorruptible. Il est dans l'Antiquité, un symbole de l'incorruptibilité.

Si tu partages le pain avec un vrai nomade arabe cette action est considérée comme une sorte d'alliance provisoire tant que tu seras sous sa tente ou sous son toit. Si cependant tu partages avec lui le même sel, cela est interprété comme le signe d'une amitié ou d'une alliance perpétuelle. Cet homme n'a plus jamais le droit de te faire du mal. Il est tenu par cet acte symbolique tant que vous êtes tous les deux en vie.

Je lisais également que Dieu avait

«donné pour toujours à David la royauté, à lui et à ses fils, par une alliance inviolable» 2Ch.13:5 (version Segond).

Darby, suivant fidèlement le texte hébreu, traduit littéralement et correctement cette expression de la manière suivante «par une alliance de sel».

Ces passages ont jeté une lumière toute nouvelle sur Mc.9:51, dont j'ai examiné de façon plus approfondie le texte grec. J'ai compris qu'il fallait traduire la préposition grecque "en", non par «en» mais par «entre». Le sens de cette parole de Christ devient immédiatement évident quand on lit:

«Ayez du sel entre vous (ou parmi vous) et soyez en paix les uns avec les autres.»

Jésus veut dire: « Qu'il y ait une alliance de sel (une alliance inviolable) entre vous. » oh ! que ce passage a transformé alors toute ma conception de la communion fraternelle ! Ce commandement de Christ (c'est un ordre, non pas un simple voeu) transpose dans une tout autre dimension nos idées trop vagues de la communion spirituelle. C'est une alliance de sel, cette communion intime, cette confiance certaine qui permet la réalisation du deuxième ordre de Jésus: «Soyez en paix les uns avec les autres.»

Un miracle du Saint-Esprit

Au début de mon ministère d'évangéliste pionnier outre-mer, je fus dérouté par les médisances, le manque d'unité et de confiance que j'ai rencontrés dans les milieux missionnaires où je me suis trouvé. J'ai très vite compris que, si j'introduisais des nouveau-nés en Christ dans une ambiance aussi négative, ils seraient atrophiés spirituellement dès le début. C'est pourquoi j'ai demandé à Dieu de garder ma langue de toute mauvaise parole et créer entre moi et ceux que j'amènerais à la nouvelle naissance une communion inébranlable.

C'est alors que Dieu me montra la nécessité de devancer, par une action précise du Saint-Esprit, les attaques que le diable lancera contre la jeune communauté. J'ai donc demandé à Dieu d'établir entre chaque nouveau-né et moi-même, une véritable «alliance de sel », fondée et renforcée par le sang précieux de Christ. J'attendais chaque fois la conviction de l'Esprit avant de m'engager si loin; mais, autant que je le sache, l'alliance une fois faite par Dieu dans ce pays n'a jamais été rompue. (J'ai connu, une seule fois dans ma vie, longtemps après et dans un autre pays, l'immense chagrin du brisement d'une alliance de sel.)

Puis à ma joie, j'ai remarqué que ces jeunes chrétiens commençaient à établir des liens réciproques, des «alliances » entre eux, jusqu'à ce que la communauté entière devînt un véritable réseau comme un filet tissé par la main de Dieu et que l'ennemi ne pouvait pas défaire. Ceux qui, par la suite ont été amenés à la foi découvraient une communion extraordinaire dans laquelle ils étaient entraînés progressivement les uns après les autres. Tout cela dans une entière liberté de l'Esprit. Jamais auparavant je n'avais connu une unité spirituelle comparable, une telle amitié, une si grande joie, la présente de Christ aussi tangible. Même en pleine rue, lorsque deux d'entre nous se rencontraient par hasard, ils priaient très simplement l'un pour l'autre (et parfois pour une dizaine d'autres personnes aussi!). Cette présence ineffable de Christ est devenue pour nous une réalité, même au milieu de la foule.

Si les églises de Jésus-Christ voulaient comprendre cette vérité et la vivre, la mettre en pratique, ce serait le réveil - un réveil tel qu'on n'en a jamais vu.

- Ralph Shallis

«Nous sommes appelés à offrir notre corps en sacrifice vivant Ro.12:1: l'accompagner de sel soulignerait peut-être alors le caractère perpétuel de notre sacrifice, tant que nous serons sur cette terre nous ne débarquerons pas de l'autel, répandant en tout temps l'odeur de Jésus-Christ autour de nous, offrant aux autres notre vie, notre amour, nos talents et notre temps, à l'image de Jésus qui n'a pas seulement sacrifié sa vie sur la vie mais dont la vie publique entière après la réception du Saint-Esprit a été au service des autres. Nos paroles, sacrifice de louanges qui confessent son nom doivent aussi être accompagnées de sel, tous les sacrifices le doivent, Lé.2:13, Col.4:6 elles doivent communiquer une grâce à ceux qui les entendent, Ep.4:27-32.»

Le but de ce sacrifice assaisonné de sel était de faire alliance inviolable apportant la paix durable entre les parties. C'est pourquoi Jésus ajoute d'être en paix les uns avec les autres. La nouvelle alliance en Jésus nous a apporté la paix avec Dieu et Jésus nous appelle à étendre cette paix à tous ceux qui veulent la recevoir.

Le sacrifice de soi apporte la paix, tandis que le refus de mourir à soi-même suscite des conflits d'intérêt entre les personnes.

L'alliance du sel entre des croyants peut ressembler à celle que qu'ont établie entre eux David et Jonathan: 1S.18:1-4. David dit à Jonathan:

1S.20:7«Montre donc ta bienveillance pour ton serviteur, puisque tu as fait entrer ton serviteur dans une alliance de l'Éternel.» 1S.20:13 Jonathan fit de nouveau prêter serment à David au nom de son affection pour lui, car il l'aimait comme lui-même. 1S.20:23 Jonathan à David: «Telle est la parole que moi et toi nous nous sommes données. Voici l'Éternel: il est pour toujours entre toi et moi.»

Marc 9:49 En effet, chacun doit être (purifié) par le feu et (préparé pour Dieu comme on prépare l'offrande du sacrifice) avec du sel. 50 C'est une chose précieuse que le sel, mais s'il devient fade, avec quoi lui rendez-vous son goût? Ayez du sel en vous-mêmes et vivez en paix entre vous. - Parole Vivante

Cette parole énigmatique a été interprétée de façon très diverse. Les mots «tout sacrifice sera salé de sel» contenus dans le texte reçu sont probablement une glose explicative. Ils nous mettent sur la voie d'une interprétation plausible: comme, d'après la Loi, tout sacrifice devait être salé (Lévitique 2:13) avant d'être consumé et que le sel, comme le feu, brûle la chair vive, ainsi tout disciple doit être purifié par le feu de l'épreuve et de la souffrance avant d'être consacré à Dieu. Le lien avec les versets précédents peut s'expliquer ainsi: si vous ne voulez pas aller au feu de la Géhenne, (de l'enfer), il faut accepter le feu de l'épreuve qui purifie et préserve de la corruption.

D'autres traduisent: «Chacun doit être comme du sel pour le feu» en se référant à une coutume palestinienne prescrivant d'utiliser le sel comme catalyseur dans les fours. Après un certain temps, ce sel, ayant perdu ses vertus, est jeté. La parole signifierait alors: «Soyez prêts à servir comme le sel dans le feu, à vous sacrifier pour les autres». Ce sens correspondrait bien à la ligne générale de la réponse de Jésus aux aspirations charnelles des apôtres (v. 33 ss.).

Le sel jouait un grand rôle dans la vie des peuples antiques. Les Romains avaient coutume de dire: «Rien n'est plus utile que le soleil et le sel.» L'Ecclésiastique prétend que l'homme a besoin avant tout d'eau, de feu et de sel (39: 31). Il était symbole de la pureté et de la fidélité. Une Alliance de sel. (Nombres 18: 19; 11 Chroniques 13: 5) était une alliance qu'on ne pouvait briser. Le sel préservait aussi de la corruption. Avoir du sel en soi pourrait donc signifier posséder en soi ce qui rend la vie pure, fidèle, qui la préserve de l'influence corruptrice du monde. À la lumière de l'enseignement apostolique, nous pourrions rapprocher cette parole de Soyez remplis de l'Esprit. (Ephésiens 5 :18). si nous retenons la dernière explication du verset précédent, la parole signifierait: «Ayez en vous l'esprit de sacrifice». Ce sens s'accorderait bien avec la parole qui suit et le contexte général de la réponse de Jésus que ces paroles clôtureraient (v. 33-49).

>Matthieu 5:13 Ce que le sel est pour les aliments, vous l'êtes, vous, pour cette terre. Si le sel devient insipide, avec quoi lui rendra-t-on son pouvoir salant? Il ne sert plus à rien. Il n'y a qu'à le jeter dehors où il sera piétiné par les passants.

«Dans la Palestine du 1er siècle, on se servait d'un sel mal purifié qui contenait une assez forte proportion de cristaux analogues par leur aspect au chlorure de sodium, mais n'en possédant pas la puissance assaisonnant. Que le sel ainsi composé était mis au contact de l'eau ou de l'humidité, le chlorure de sodium fondait, disparaissait, et il ne restait plus que les autres cristaux sans valeur: le sel avait perdu sa saveur».

Saler - malach Strong 04417 TWOT 1197d

Seulement trois passages emploie ce verbe dénominatif. Selon Lé.2:13, le repas offert doit être assaisonné de sel. Dans Ex.30:35, les ingrédients employés dans la composition de l'encens devaient être salés.

On n'y retrouve nulle part le concept d'entrer en relation amicale en mangeant du pain et du sel ensemble. La société arabe jusqu'à ce jour a retenu des expressions telles «il y a du sel entre nous» ou «Je t'aime comme j'aime le sel».

Le troisième passage est Ez.16:4 décrivant un nouveau-né frotté ou lavé avec du sel. Ceci devait être probablement seulement pour nettoyer et guérir l'enfant plutôt que d'établir une alliance (de sel) entre le nouveau-né et Dieu. Nous pouvons espérer que la solution saline était diluée!

Sel - melach Strong 04417 TWOT 1197a

Lé.2:13, Ex.30:35. Certains soutiennent que le sel dans ces offrandes représente ce qui prévient la putréfaction, alors que le miel et le levain ne la préviennent pas et sont exclus pour cette raison. D'autres soulignent que l'usage du sel dans ces offrandes peut être une question d'assaisonnement ou de dédication, car le sel est un item de valeur. Le miel, d'un autre côté, ne putréfie pas facilement.

Le terme «alliance de sel» est appliqué au statut perpétuel par lequel le revenu devait être donné aux prêtres No.18:19, et à l'alliance établie avec David où il lui avait été accordé un règne éternel sur Israël 2Ch.13:5. Ces relations sont donc désignées comme étant irrévocable et liantes, voir aussi Lé.2:13.

Les qualités de préservation du sel sont peut-être vues dans l'usage par le prophète Élisée pour purifier la source à Jéricho. 2R.2:20-21, quoique l'effet ici fut miraculeux. D'un autre côté, le sel était répandu sur le site d'une ville dévouée à Dieu pour la destruction Jg.9:45, devenant par là un symbole de stérilité et de désolation, voir aussi De.29:23, Job 39:6, So.2:9. Aeschimann

Dans le monde ancien le sel avait une signification religieuse. À cause de ses qualités de purification, d'assaisonnement et de préservation il était un symbole d'endurance et de valeur.

«La Torah est comme le sel... le monde ne peut subsister sans sel» - Soph., 15:8, Str.-B. I, 235; comme symbole de ce qui est intelligent et astucieux, Corn. Nep. Att., 13:2.

Le sel est associé avec Dieu, alors que la putréfaction et la corruption sont associées avec les démons. Pour cette raison le sel était très employé dans l'adoration, comme dans l'A.T.. Il était répandu ou mélangé dans les sacrifices Ex.20:35, Lé.2:13, Ez.43:21. Le nouveau-né était frotté avec du sel Ez.16:4. Il était employé par les Orientaux pour chasser les esprits malins. Les alliances durables étaient faites en mangeant du pain et du sel, ou seulement du sel No.18:19, 2Ch.13:5: l'alliance du sel).

Dans le N.T. sa signification cultuelle est perdue. Le sacrifice rituel est simplement une façon d'illustrer les vérités du monde religieux et moral. P.229 Ceci semble être le point de la parole obscure de Mc.9:49. Le disciple doit être assaisonné avec du sel comme dans le cas du sacrifice. Cela l'amènera à passer par des tribulations (cp. le feu de 1Co.3:13), et tout ce qui est contraire à Dieu sera purgé. Le sel illustre aussi les qualités morale et religieuse qui doivent caractériser le langage du Chrétien Col.4:6, spécialement la qualité qui est la marque intérieure du disciple et la perte de ce qui le rendrait inutile. Lu.14:34, Mt.5:13, Mc.9:50.

Luc nous donne la formulation originale, associant cette parole avec les sérieuses demandes faites envers le disciple. Matthieu nous donne, secondairement, une application directe aux disciples eux-mêmes. Cette parole semble avoir en vue les conditions existantes en Palestine. Le sel de la Mer Morte, lequel est mélangé avec le gypse etc., acquiert facilement une état éventé et alcalin.

Hauck

1. Le sel avec lequel la nourriture est assaisonnée et les sacrifices arrosés, Mc.9:49.

2. Le sel de la terre, ces genres de matière saline employée pour fertiliser la terre arable, Mt.5:13; ici le sel ne peut être pris dans le sens d'un condiment, puisque ceci rendrait la terre stérile De.29:23, So.2:9, Jg.9:45. Le sens est «C'est votre prérogative de communiquer à l'humanité (illustrée par la terre arable) les influences requises pour une vie de dévotion à Dieu. Dans l'affirmation qui suit "et si le sel", la comparaison semble être tirée du sel comme condiment, ce qui fait que les deux figures sont mélangées ensemble. Dans Mc.9:50 et Lu.14:34 le sel est un symbole de santé et de vigueur de l'âme qui est essentiel à la vertu chrétienne.

3. Le sel est un symbole d'accord durable, Mc.9:50, parce qu'il protège la nourriture de la putréfaction et la préserve inchangée. Par conséquent, dans la ratification d'ententes solennelles, les Orientaux avaient, et ont jusqu'à ce jour, l'habitude de partager le sel ensemble.

Saler

Mt.5:13, chaque vrai chrétien est rendu mûr pour une association sainte et joyeuse avec Dieu dans son royaume par le feu, c.à.d. par la douleur causée par les afflictions et les tribulations, s'il les endure avec constance, celles-ci tendent à purger et fortifier son âme, Mc.9:49. Mais ce passage extrêmement difficile est expliqué autrement par d'autres.

Si ce sel perd sa saveur avec quoi la salera-t-on ?

-Semeur

ou: avec quoi le rendra-t-on de nouveau salé ?

Comment le sel peut-il perdre sa saveur ?

Le sel utilisé en Palestine contenait beaucoup de cristaux n'ayant aucun pouvoir salant. Lorsque ce sel était exposé à l'humidité, le chlorure de sodium fondait (le sel se dissout dans l'eau) et seuls les cristaux non salants restaient.

Ces cristaux non salants ayant perdant leur chlorure de sodium (leur sel) ne pouvaient donc plus servir à saler, c'est pourquoi on s'en débarrassait en les jetant dehors.

Il avait la forme du sel mais n'en avait plus la substance.

Comme certains qui ont la forme de la piété (observant certaines pratiques religieuses de manière routinière) mais dont leur comportement en renie la force.

Si ce sel "perd sa saveur" (môrainô en grec; rendre fou, devenir fou, sans aucun sens, d'aucune utilité, telle la sagesse du monde que Dieu a convaincu de folie 1Co.1:20, le monde se déclarant être sages se sont rendus fous Ro.1:22),

- Quand la vérité est mélangée avec des inventions, est elle falsifiée, comme on dit même le sel perd sa saveur, - Clément d'Alexandrie à Théodore, concernant les Carpocratians qui expérimentaient les profondeurs de Satan.

Thayer











Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes dimanche 23 avril 2017