iv>
 
   
 


Les 3 types de femmes abusées sexuellement

Le style de relation
L'hérédité et l'environnement jouent un rôle dans la formation de la personnalité. La repentance aussi; des gens violents sont maintenant devenus doux, l'apôtre Paul, par exemple (1Ti.1:13 - 2Ti.3:10) Notre manière d'entrer en relation avec autrui peut donc changer. Elle est le reflet de ce qui se trouve dans notre coeur. Aimons-nous d'une manière désintéressée, passionnée et franche ? Ou bien sommes-nous préoccupés de nous protéger nous-mêmes et de faire le serment que nous ne serons plus jamais blessés ?

Puisque la confiance a conduit à des abus alors vaut mieux ne compter que sur soi-même mais alors l'âme reste sur sa faim. Il y a une tension intérieure résultante entre le désir de nouer des relations affectives pour donner un sens à la vie selon le plan de Dieu et le besoin de protection pour éviter de souffrir à nouveau.

Pour se protéger, la femme abusée sexuellement adoptera essentiellement, selon sa personnalité, un des 3 styles relationnels suivant: la Brave Fille, la Fille Coriace ou la Fille Superficielle.


La Fille Coriace

Au lieu de tourner le mépris vers elle-même, la Fille Coriace le tourne vers autrui. Elle est travaillante, déterminée, indépendante, avec un coeur dur, impénétrable, incapable d'éprouver la compassion, ce serait faire preuve de faiblesse. Par méfiance, elle méprisera ou évitera ceux qui veulent approfondir des liens affectifs avec elle. Les sentiments doivent être assujettis et demeurer sous contrôle afin que personne ne puisse la faire souffrir à nouveau.

Elle se veut une mère capable, cherche à obtenir le respect de ses enfants, souhaite un plus grand engagement de son mari, et se montre très affectée et rancunière quand elle est rabrouée. Elle cherche à exprimer son idée mais ne tient pas à recevoir l'opinion des autres, sans valeur pour elle.

Dan Allender conclut à propos de la Fille coriace :

«Dans le domaine de la Fille Coriace, les gens réagissent à son cloisonnement hostile, à son emprise et à son impénétrabilité en gardant leurs distances.

Ils respectent souvent les réalisations de sa détermination ou de sa volonté, mais ils n'apprécient pas sa présence ni sa personne. La Fille Coriace fait un chirurgien de renom, un avocat célèbre ou un premier ministre compétent, mais pas une amie, un conjoint ou un parent agréable. Elle est appréciée pour sa persévérance, son ingéniosité et son labeur, mais elle est redoutée pour son regard critique et sa force de mépris. La Fille Coriace honnête est une femme solitaire.» - Enfance déchirée P.154

Elles se retirent totalement et n'ont aucun désir de participer à toute relation sexuelle, même dans le mariage.

La Brave Fille

La Brave Fille est agréable, conciliante, serviable et paisible mais elle se sent vide, sans vie. Elle se méprise intérieurement, souvent à cause de fantasmes sexuels avec des gens proches. Alors elle se pousse à réprimer tout sentiment sauf celui de la culpabilité ce qui l'empêche aussi de goûter à la joie et au plaisir d'une manière satisfaisante.

Si une Brave Fille est blessée par quelqu'un, elle sera incapable de lui mentionner et trouvera le moyen de se culpabiliser d'avoir été maltraitée, en se disant qu'elle n'aurait pas dû se sentir si vexée ou d'avoir du mal à lui pardonner.

Elle est incapable de demander de l'aide ni de dire non, au risque de sa santé. Par son style relationnel, la Brave Fille n'arrive qu'à nouer des liens superficiels dans son mariage et avec les autres, sans gagner leur profond respect.

Dan Allender conclut à propos de la Brave Fille :

«Il n'est pas difficile de voir que la Brave Fille est une femme qui s'est désengagée des blessures de son âme. Dans de nombreux cas, elle évoquera certains éléments de son abus passé, mais elle le fera en les étiquetant de travers, soit en s'en rendant coupable. Elle a souvent été l'alliée du séducteur, ou du moins l'aide disponible auprès de qui les autres venaient chercher consolation et réconfort. Elle était l'auditrice attentive, estimée pour l'intérêt qu'elle portait et celle dont on profitait en raison de sa discrétion. Elle semble à son aise dans sa tenue séduisante ou élégante quand elle est endimanchée, mais au fond de son coeur elle est acerbe et parfois animée de haine vis-à-vis d'elle-même en tant que femme. Elle a trouvé la solution aux dommages causés par l'abus en supportant fidèlement avec un détachement calme, inébranlable et souriant les mauvais traitements infligés par les autres.» - Enfance déchirée P.151

La Fille Superficielle

La Fille Superficielle est une femme accommodante, drôle, tantôt exaltée, tantôt grave. Elle est un mélange des deux premiers types. Elle est à coup sûr inconséquente, difficile à comprendre et impossible à coincer dans des relations étroites. Son style capricieux et ambivalent s'explique par son aptitude à utiliser avec adresse à la fois le mépris de soi et le mépris d'autrui. C'est comme si elle avait maîtrisée l'art de se haïr et de haïr l'autre ne même temps. Son comportement dépend de l'orientation de sa haine, au moment considéré, soit vers elle-même, soit vers vous. Cette humeur chaotique et ces fluctuations comportementales sont souvent exaspérantes pour l'entourage. On ne sait jamais à quoi s'attendre avec une Fille Superficielle.

Dan Allender à propos de la Fille Superficielle :

«Elle attire très facilement les gens à elle, et peut, l'instant d'après, s'en détourner. Elle a des manières affables, chaleureuses, engageantes, mais elle peut en un clin d'oeil devenir irascible, exigeante et remplie de griefs vis-à-vis de son entourage. La Fille Superficielle peut être aussi grandiloquente que toute Fille Coriace, généreuse comme toute Brave Fille, mais ensuite se retrouver facilement blessée, effrayée et fragile.

Si la Brave Fille se débat dans la culpabilité et si la Fille Coriace déborde de rage, la Fille Superficielle lutte contre la peur et l'ambivalence. Elle gère sa faim de relations et sa haine, simultanées ou successives, en analysant superficiellement («tout finira par rentrer dans l'ordre»), en minimisant («l'auteur de l'abus manquait d'assurance, mais n'était pas coupable») ou en se dérobant cyniquement («ainsi va la vie !»). C'est comme si la Fille Superficielle ne voulait pas être trop troublée, sachant qu'autrement elle devrait se montrer conséquente, impliquée et forte. Il est beaucoup plus facile de rire ou de pleurer de sa souffrance, pour ensuite l'abandonner, que de pénétrer réellement dans un monde inconnu.» P.155

Inconstante et insatiable, cette grande séductrice butine de relation creuse en relation creuse, se lassant vite du plaisir facile qu'elle en retire, ne laissant pas le temps aux relations potentiellement bonnes de s'épanouir et apportant du bien-être à son âme; ce serait trop dangereux de se faire blesser, elle ne pourrait supporter se faire trahir à nouveau, alors elle sabote la relation en premier.

Pour en savoir plus sur les styles de relation, lire le chapitre 9 de«Enfance déchirée» par Dan Allender qui conclut ainsi ce chapitre:

«Au risque de trop schématiser, on peut néanmoins résumer brièvement les 3 styles relationnels de la façon suivante : la Brave Fille recherche le plaisir et le soulagement en s'accrochant fidèlement à ses relations ; la Fille Coriace s'attache à exercer un pouvoir en maîtrisant et en intimidant ; la Fille Superficielle vise à prendre au piège et à assujettir par le moyen de la séduction et de la culpabilisation.

La Brave Fille s'attire le soutien et la gentillesse des autres, mais à la longue, elle se retrouve seule et plus que jamais abusée. La Fille coriace gagne le respect et l'admiration distante, mais elle reste seule et redoutée. Grâce à son pouvoir d'intimidation, elle réduit au minimum l'abus, mais avec le temps, son arrogance et ses interactions abusives dans les vies des autres lui valent des mesures de rétorsion et de vengeance. La Fille Superficielle provoque rire et colère, bienveillance et haine ; elle finit par générer frustration et désarroi dans son entourage. Elle invite à l'engagement, mais l'intimité dégénère souvent en irritation ou en criante, ce qui l'amène à abuser des autres ou à être abusée par eux. En fin de compte, elle aura terriblement blessé ceux qui l'entourent et se sera causé un tort considérable en les éloignant d'elle.

Les Filles Brave, Coriace et Superficielle sont à la fois victimes et agents. Leurs styles de relation ne sont pas seulement les conséquences de leur abus passé ; ils expriment également leurs vains efforts pour trouver la vie en dehors d'une relation dépendante et humble avec Dieu.

Libérer la personne en la dépouillant d'un style relationnel défensif est l'oeuvre passionnante que se donne le chrétien qui veut croître. Rien ne peut ôter la tristesse des relations manquées du passé, mais nous avons l'espoir qu'en Christ, le passé ne doit pas nécessairement compromettre le présent ni conditionner l'avenir. Une juste perspective des dévastations, aussi bien internes qu'externes, occasionnées par l'abus passé, permet de mieux comprendre en quoi une relation avec Dieu est essentielle au processus de changement.» P.158





Timothée 1:13  moi qui étais auparavant un blasphémateur, un persécuteur, un homme violent. Mais j'ai obtenu miséricorde, parce que j'agissais par ignorance, dans l'incrédulité;

2 Timothée 3:10  Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, ma douceur, mon amour, ma constance










Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes samedi 16 décembre 2017